Gaspard II de Coligny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaspard de Coligny.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Coligny.
Gaspard II de Coligny
Image illustrative de l'article Gaspard II de Coligny

Surnom L'Amiral
Naissance 16 février 1519
Châtillon-sur-Loing
Décès 24 août 1572 (à 53 ans)
Paris
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade Amiral de France
Conflits Première guerre de religion, Deuxième guerre de religion, Troisième guerre de religion
Distinctions Pair de France
Famille Maison de Coligny, Maison de Montmorency

Gaspard de Coligny est un noble et amiral français, né le 16 février 1519 à Châtillon-sur-Loing et mort assassiné le 24 août 1572 à Paris, lors du massacre de la Saint-Barthélemy. Comte de Coligny, baron de Beaupont et Beauvoir, Montjuif, Roissiat, Chevignat et autres lieux, seigneur de Châtillon, amiral de France, il est l'un des membres les plus connus de la maison de Coligny éteinte en 1694.

C'est le fils de Gaspard Ier de Coligny, maréchal de France sous François Ier, et de sa femme Louise de Montmorency. Il est le frère d'Odet, cardinal de Châtillon et de François d'Andelot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

1519-1530 : enfance provinciale[modifier | modifier le code]

Anne de Montmorency par Clouet (1530)

Gaspard de Coligny naquit à Châtillon. Son père était d’une famille ancienne et avait épousé en 1514 Louise de Montmorency, veuve de Fercy de Mailly dont elle avait trois enfants. Un des frères de Louise était Anne de Montmorency, qui fut connétable de France entre 1538 et 1541[1]. Gaspard Ier mourut en Guyenne en 1522. Gaspard II avait trois ans, et s’était déjà fait remarquer par son goût pour les jeux guerriers[1]. Il fut élevé par sa mère, Louise, avec ses trois frères : ses aînés Pierre (1515-1528) et Odet (1517) et son cadet François d'Andelot (1520).

Les jeunes Coligny reçurent une éducation humaniste. Leur précepteur, Nicolas Bérault, correspondait avec Érasme et Guillaume Budé. À cette époque, un gentilhomme étudiait le trivium et le quadrivium, mais également les arts de cour (notamment la danse et le jeu de paume) et les arts de guerre (équitation et escrime) auxquels Gaspard et ses frères s'initièrent sous la tutelle d’un ancien soldat, Guillaume de Prunelay. Depuis la mort du père, l’oncle de Montmorency surveillait cette éducation et il nota avec satisfaction les progrès de Gaspard en latin qui auguraient d’un avenir ecclésiastique. Mais le jeune homme se rebella. Il voulait faire carrière dans l'armée[1].

1530-1542 : adolescence à la cour de François Ier[modifier | modifier le code]

En 1530, Louise de Montmorency, la mère de Gaspard, fut nommée dame d’honneur d’Éléonore d’Autriche et la famille se retrouva à la cour. Celle-ci était une des plus brillantes d’Europe. Les grandes maisons s’y disputaient la faveur du roi et le clan des Montmorency y jouissait d’une influence grandissante.

Politiquement, la France, l'empire de Charles Quint son rival et les États Pontificaux étaient les plus grandes puissances européennes. Il faut y ajouter l’Angleterre dont le soutien pouvait faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre en cas de conflit. Sur le plan religieux, la France s’était engagée dans la voie d’une certaine indépendance avec le concordat de Bologne. L’humanisme se répandait et avec lui une critique des pratiques religieuses qui appelait des réformes et provoquait des oppositions au sein de l’université et des ordres religieux inquiets de la diffusion des idées luthériennes[2]. En 1530 paraissait une édition de la vulgate traduite par Jacques Lefèvre d'Étaples. La propre sœur du roi, Marguerite d’Angoulême, était influencée par les idées réformistes et lorsque les Coligny arrivèrent à la cour le roi tolérait encore cette effervescence.

En 1533, l'année du schisme entre Rome et l'Angleterre, François Ier maria son fils Henri, le dauphin, à la nièce du pape Clément VII, Catherine de Médicis. Reconnaissant, le pape offrit à la France sept places de cardinaux, dont Odet de Coligny, qui avait à peine 16 ans, fut un des bénéficiaires.

En 1534 éclata l’affaire des Placards qui allait déclencher une répression sévère contre les luthériens. François Ier était néanmoins embarrassé car il ne voulait pas s'aliéner les princes allemands favorables à la réforme.

Pendant ce temps, Coligny poursuivait ses études en compagnie des enfants du roi avec pour maître Guillaume du Maine, abbé de Beaulieu[3]. Il étudiait Cicéron, Ptolémée, et découvrait la cosmographie alors en plein essor. La cour se déplaçait beaucoup, et les jeunes Coligny suivaient le roi de château en château. Gaspard s’était fait des amis, notamment le jeune François de Guise. Avec son frère François, il jouissait d’une certaine popularité qui fit que la disgrâce de Montmorency, en 1541, n’affecta pas leur présence à la cour. Montmorency avait cherché à éviter la guerre avec les forces impériales, celle-ci devenait inévitable. En 1542, les Coligny allaient faire leurs premières armes[1].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

1542-1546 : premières armes[modifier | modifier le code]

Odet avait choisi la carrière ecclésiastique, l'oncle de Montmorency était écarté de la cour, il ne restait aux jeunes Coligny que les armes pour se faire un nom. La guerre déclarée contre Charles Quint, Gaspard fit campagne au Luxembourg, dans le Comté de Flandre, en Italie où il participa à la victoire sans lendemain de Cérisoles. La paix signée avec l'empereur (1544) il prit part à l'offensive navale commandée par Claude d'Annebault contre les Anglais. Plusieurs fois blessé dans ces combats, il se distingua pour son audace. La paix fut signée avec Henri VIII d'Angleterre en 1546 laissant Coligny libre de faire, comme c'était l'usage à l'époque pour les jeunes gens de bonne famille, un voyage en Italie. Il séjourna notamment à Ferrare chez la duchesse d'Este, mais la mort de François Ier le 31 mars 1547 précipita son retour en France[1].

Règne d'Henri II[modifier | modifier le code]

Un des premiers gestes du nouveau roi fut de rappeler l'oncle de Gaspard, le connétable de Montmorency. Gaspard, quant à lui, fut nommé gentilhomme ordinaire de la chambre du roi et décoré de l'ordre de Saint-Michel.

En 1547, il reçut la charge de colonel général des Bandes françaises. Cette même année fut marquée par la mort de sa mère, Louise de Montmorency, qui s'était beaucoup rapprochée des idées de la réforme, et par son mariage avec Charlotte de Laval, fille du comte Guy XVI de Laval, qui lui apporta de nombreuses terres en Bretagne.

L'année suivante son cadet, François d'Andelot, épousa à son tour une riche héritière de Bretagne. Mais la cour d'Henri II était un foyer d'intrigues où le clan des Montmorency et celui des Guise, soutenus par la toute-puissante maîtresse du roi, Diane de Poitiers se disputaient les faveurs d'Henri II.

Ambassade à Londres[modifier | modifier le code]

Le règne d'Henri II commença par une reprise des persécutions contre les réformés et des menaces du côté anglais qui refusait toujours de rendre Boulogne occupée. L'Angleterre lorgnait alors sur le trône d'Écosse, dont Marie Stuart avait hérité à la mort du roi Jacques V d'Écosse en 1542.

Un mariage avec Édouard VI d'Angleterre, qui venait de succéder à Henri VIII mort en 1547, aurait réuni les couronnes d'Angleterre et d'Écosse, ce dont les Guise, notamment François, oncle de Marie Stuart par sa sœur Marie, ne voulaient à aucun prix. Coligny fit partie de la délégation qui se rendit à Londres pour négocier la paix. Il rencontra le jeune Édouard VI sous le règne duquel la réforme anglicane se radicalisait pour se rapprocher du protestantisme. De retour à Paris, se jugeant mal récompensé des efforts qu'il avait déployés au service du roi, Coligny se retira sur ses terres et profita de ses loisirs pour rédiger un code militaire très rigoureux qui avait pour but de moraliser le comportement des troupes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Guerres contre l’Espagne[modifier | modifier le code]

Le roi le rappela bientôt et Coligny repartit en campagne. Écarté du siège de Metz par François de Guise, il contribua à la victoire de Renty, s'emparant notamment de l'artillerie espagnole. Il fut nommé amiral de France en 1552 et gouverneur de Picardie.

Entre temps, à la fin de l'année 1554, le souverain français Henri II ordonna la préparation d'une expédition secrète vers le Brésil, à son principal ministre, Gaspard de Coligny. Il s'agissait de créer une colonie française en Amérique du Sud. Coligny choisit le vice-amiral de Nicolas Durand de Villegagnon comme commandant de cette expédition pour la création (1555) de la colonie de la France antarctique, qui sera reprise par les Portugais en mars 1560.

En 1557, après la rupture de la trêve de Vaucelles passée avec Charles Quint, l'armée impériale, dirigée par le duc Emmanuel-Philibert de Savoie, assiégea la ville de Saint-Quentin, défendue par Coligny. Après une longue résistance, il dut se rendre le 27 septembre. La bataille de Saint-Quentin fut une défaite très lourde pour la France : elle entraina le traité de Cateau-Cambrésis (1559).

Guerres de religion[modifier | modifier le code]

Adhésion à la Réforme[modifier | modifier le code]

Gaspard de Coligny. École de Clouet

Après la mort du roi Henri II, il conserve ses fonctions et demeure chargé, en tant qu'amiral, d'organiser la flotte de secours pour l'Écosse. Il se rend pour cette cause à plusieurs reprises au Havre et à Dieppe (Normandie). Cette occupation lui prenant beaucoup de temps, il démissionne en janvier 1560 de sa fonction de gouverneur de Picardie[4].

À la cour, il pousse Catherine de Médicis à adopter une politique de conciliation à l'égard de réformés. À l'origine, très modéré dans son adhésion à la Réforme protestante, il refuse par fidélité au roi, la voie de la violence et condamne la conjuration d'Amboise. Mais, las des intrigues de la cour et écarté du pouvoir par les Guise, il se retire régulièrement chez lui à Châtillon-sur-Loing ; dans cette retraite, la lecture des livres des novateurs changea ses opinions religieuses, et à l'instigation de sa femme et de son frère Andelot, il se convertit au protestantisme. Durant l'été 1560, il participe publiquement au culte. Au cours de l'assemblée des notables de Fontainebleau (juillet 1560), il communique au roi les revendications des protestants de Normandie.

La chute des Guise à la mort de François II le satisfait. Durant l'année 1561, il jouit avec ses frères d'une grande faveur auprès de Catherine de Médicis et ne désespère pas de la voir adhérer à la Réforme. Il participe au conseil du roi et joue un grand rôle dans la politique royale de conciliation. Cependant, la violente réaction catholique à l'Édit de Janvier (1562) obligea la reine-mère à se séparer de lui et Coligny rentra sur ses terres. C'est là qu'il apprend la nouvelle du massacre de Wassy et la marche à la guerre.

Chef de guerre[modifier | modifier le code]

Doublure de pourpoint portant les instructions de Coligny aux assiégés de Rouen, 25 septembre 1562. Archives nationales. AE/II/667(a) et (b)

En 1562, lorsque la guerre éclata entre le parti protestant et le parti catholique, Coligny s'engagea aux côtés du prince de Condé. Éprouvant des difficultés à entretenir une armée, il négocia une aide financière avec la reine Élisabeth Ire d'Angleterre et fut amené à lui céder le port du Havre (Traité d'Hampton Court). La livraison d'une place d'importance aux ennemis héréditaires de la France lui sera particulièrement reprochée y compris par les sympathisants de la Réforme[5].

Il participe à la bataille de Dreux qui marque la défaite de l'armée protestante face à l'armée royale. En 1563, on l'accusa d'avoir commandité l'assassinat du duc de Guise par Poltrot de Méré. La mort de ce dernier, assassiné sous les murs d'Orléans, amena quelques années de paix.

Avec l'autorisation du roi Charles IX, il choisit le capitaine huguenot Jean Ribault en 1562 pour établir une colonie en Floride avec 150 de ses coreligionnaires. La Floride française, après deux tentatives malheureuses, n'aura vécu que de 1562 à 1565.

Les armes ayant été reprises de part et d'autre en 1567, il quitta la cour avec Condé pour se réfugier en Bourgogne, puis à La Rochelle. Avec Louis Ier de Condé, François de Coligny et Guyonne de Rieux, il était considéré comme l'un des instigateurs de la « poursuite de Meaux », en 1567, tentative des protestants pour saisir le roi Charles IX de France et la reine-mère Catherine de Médicis.

Coligny prit part au combat indécis de Saint-Denis. La troisième guerre de religion vit les défaites s'accumuler : d'abord Jarnac (13 mars 1569) où Condé fut assassiné. Puis, malgré la victoire de La Roche-l'Abeille, il perdit du temps au siège de Poitiers car ses mercenaires, non payés, voulaient du butin, et il dut lever le siège avant d’être battu et blessé à Moncontour (3 octobre 1569), où il fut défait par le duc d'Anjou, futur Henri III.

Coligny fuit alors vers le sud avec ses troupes, échappa à Monluc et Montmorency-Damville, et rejoignit l'armée des « vicomtes » en Languedoc. Il put alors reprendre l'initiative, leva des troupes, pilla les villages catholiques, prit Saint-Étienne, remporta la victoire d'Arnay-le-Duc et remonta en 1570 jusqu'à La Charité-sur-Loire, menaçant ainsi Paris. Le roi céda, et ce fut alors la paix de Saint-Germain-en-Laye (8 août 1570).

Assassinat[modifier | modifier le code]

Coligny chercha alors à rentrer dans les bonnes grâces de Charles IX, qui l'avait condamné à mort et fait confisquer ses biens. En 1571, il rentra à la cour et le roi lui fit bon accueil.

Les catholiques de la cour, cependant, le haïssaient, et son influence sur le roi resta limitée. Sa proposition d'intervenir dans le Comté de Flandre contre l'Espagne fut ainsi rejetée plusieurs fois.

Le 22 août 1572, peu après le mariage d'Henri de Navarre (futur Henri IV), Charles de Louviers, seigneur de Maurevert, qui avait abattu le chef calviniste Vaudrez de Mouy en 1569, tira sur Coligny depuis une maison appartenant aux Guise. Les historiens sont encore partagés sur l'identité du commanditaire de cet attentat, les principaux suspects étant :

Ayant envoyé précédemment son chirurgien Ambroise Paré, Charles IX, accompagné de sa mère et son frère, se rendit au chevet du blessé, lui promettant justice. Mais l’assassinat de tous les chefs protestants fut alors décidé et dans la nuit du 24 au 25 août 1572 éclata le massacre de la Saint-Barthélemy. Coligny fut achevé dans son lit, à coups de dague et son corps fut jeté par la fenêtre dans la cour par Charles Danowitz. Il est ensuite transporté au gibet de Montfaucon où il est exhibé, pendu par les pieds.

Postérité[modifier | modifier le code]

En son honneur a été inauguré, le 24 juillet 1889, le Monument de l’amiral Gaspard de Coligny, œuvre de Gustave Crauk, érigé rue de Rivoli, au chevet du temple protestant de l'Oratoire du Louvre, ancienne église catholique romaine mise à la disposition du culte réformé par Napoléon le 23 février 1811.

Félix Bourquelot a publié en 1858 une édition de la Correspondance de l'amiral.

Le Fort Coligny fut construit par l'amiral Villegagnon, fondateur de la France antarctique, sur l'île qui porte aujourd'hui le nom de Villegagnon, dans la baie de Rio de Janeiro, où il avait été envoyé par l'amiral de Coligny,

Treurfontein, bourgade d'Afrique du Sud, située dans la province du nord-ouest, a été renommée Coligny en l'honneur de l'amiral[7].

Peut-être en souvenir de la paix de Saint-Germain-en-Laye (8 août 1570), un sentier de la forêt de Saint-Germain-en-Laye porte son nom : "route de Coligny".

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Gaspard épouse en premières noces, en 1547, Charlotte de Laval, fille du comte Guy XVI de Laval, dans la chapelle du château de Montmuran en Ille-et-Vilaine. Charlotte de Laval meurt en 1568. Ils ont huit enfants dont:

En secondes noces, il épouse, le 25 mars 1571 à La Rochelle, Jacqueline de Montbel, comtesse d'Entremont et de Nottage (1541 - 1600)[8]. Il meurt assassiné en 1572, alors que Jacqueline est enceinte de Béatrice, qui nait 4 mois après la mort de son père[9],[10].

La maison de Coligny s'est éteinte en 1694.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources imprimées[modifier | modifier le code]

Travaux historiques[modifier | modifier le code]

  • Jules Delaborde, Gaspard de Coligny, amiral de France, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1879-1882, Tome premier, Tome second, Tome troisième.
  • Junko Shimizu, Conflict of Loyalties. Politics and Religion in the Career of Gaspard de Coligny, Admiral of France, 1519-1572, Genève, Droz, 1970, 220 p. Lire un compte rendu de ce titre sur www.persee.fr
  • Coligny. Protestants et catholiques en France au XVIe siècle. Exposition nationale organisée à l'occasion du quatrième centenaire de la mort de l'amiral de Coligny par le Ministère des Affaires culturelles, Direction des Archives de France, Paris, Archives nationales, Hôtel de Rohan, octobre 1972 - janvier 1973, 144 p.
  • Actes du colloque L'amiral de Coligny et son temps, Paris, 24-28 octobre 1972, Paris, Société de l'histoire du protestantisme français, 1974, 796 p. + annexe séparée de cartes historiques, 10 p.
  • Claire Éliane Engel, L'Amiral de Coligny, Labor et Fides, Genève, 1967.
  • Liliane Crété, Coligny, Paris, Fayard, 1985, 544 p.
  • Coligny, les protestants et la mer, actes du colloque organisé à Rochefort et La Rochelle, les 3 et 4 octobre 1996, Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 1997, 280 p.
  • Anne Weigel, Jacqueline de Montbel d'Entremont, une savoyarde au temps des guerres de Religion, Chambéry, SSHA, 2008.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source partielle de l'article : Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Gaspard II de Coligny » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

  1. a, b, c, d et e Liliane Crété
  2. Gabriel Audisio, Les Français d’hier, tome II, des croyants XVe ‑ XVIe siècles, 2001, p. 332
  3. Né à Loudun en 1490. Helléniste et latiniste, ami de Rabelais
  4. Entre le 13 et le 20 janvier 1560. Jules Delaborde, Gaspard de Coligny, amiral de France, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1879-1882, p. 413.
  5. La ville sera reprise par l'armée royale et le prince de Condé en 1563 ; Conférence de George Priem sur la cathédrale Notre-Dame du Havre, Archives municipales du Havre
  6. L'année de naissance inscrite sur le mur est erronée.
  7. Office du tourisme de la province nord-ouest, « Province nord-ouest »
  8. Jacqueline de Montbel d'Entremont (1541-1599): une savoyarde au temps des guerres de religion, par Anne Weigel, Chambéry, Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie- 2008.
  9. Généalogie Québec
  10. Musée acadien