Maria Kirilenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maria Kirilenko
Maria Kirilenko
Maria Kirilenko aux Jeux olympiques de Londres en 2012.
Carrière professionnelle
07/10/2001
Pays Drapeau de la Russie Russie
Naissance (28 ans)
Drapeau : URSS Moscou
Taille / poids 1,74 m (5 9) / 61 kg (134 lb)
Prise de raquette Droitière, revers à deux mains
Gains en tournois 6 855 919 $
Palmarès
En simple
Titres 6
Finales perdues 6
Meilleur classement 10e (10/06/2013)
En double
Titres 12
Finales perdues 13
Meilleur classement 5e (24/10/2011)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/4 1/4 1/8
Double F (1) F (1) 1/8 1/2
Mixte 1/2 1/4 1/2 1/16
Médailles olympiques
Double 1

Maria Kirilenko, née le à Moscou, est une joueuse de tennis russe, professionnelle depuis le 7 octobre 2001.

Elle compte à ce jour six titres WTA en simple à son palmarès, dont l'Tournoi de tennis de Chine décroché en 2005 face à Groenefeld en finale.

Maria Kirilenko a également gagné douze tournois en double dames, notamment les Masters de tennis féminin 2012, et perdu deux finales en Grand Chelem, à l'Open d'Australie 2011 et aux Internationaux de France 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maria Kirilenko en 2009.

Maria Kirilenko est née à Moscou le . Kirilenko commence le tennis à l'âge de 7 ans sous l'impulsion de son père Yuri[1], dirigeant d'un club de tennis moscovite[2]. Elle pratique également la danse mais choisit finalement le tennis. À l'âge de 13 ans, son père devient son entraîneur à temps complet[2]. Kirielnko a été fiancée au joueur russe de hockey sur glace Alexander Ovechkin[3][4].

Amie sur le circuit de Maria Sharapova depuis leur adolescence, Maria Kirilenko a comme modèles Roger Federer, Jennifer Capriati et Ievgueni Kafelnikov[2].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Maria Kirilenko est une attaquante de fond de court, qui met beaucoup de lift et de puissance dans ses balles et trouve des angles remarquables. Très réactive, sa bonne couverture de terrain lui permet de passer d'un jeu offensif à un jeu défensif. À la différence de beaucoup de joueuses de sa génération sur le circuit, Maria Kirilenko monte volontiers à la volée ou en demi-volée. Son premier service se place dans la moyenne des joueuses (en termes de pourcentage de réussite), tandis que son second service, très lifté, se révèle redoutable (49,7 % de seconde balles gagnées en 2013 sur 52 matchs joués.)[5]. Son retour de service est un des meilleurs du circuit.

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

2011[modifier | modifier le code]

Lors de l'US Open, Maria Kirilenko bat successivement en simple ses compatriotes Ekaterina Makarova et Vera Dushevina puis l'Américaine Christina McHale avant d'être dominée en huitièmes de finale par l'Australienne Samantha Stosur, future gagnante (6-2, 6-715, 6-3). Au cours de ce match, Kirilenko remporte le plus long tie-break de l'histoire du simple dames en tournoi du Grand Chelem[6]. En double, associée à sa compatriote Nadia Petrova, elle est battue en demi-finale par la paire Vania King-Yaroslava Shvedova.

En fin de saison, Kirilenko déclare forfait avant son match de deuxième tour à Luxembourg en raison d'une blessure à la cheville[7]. Rétablie pour la finale de la Fed Cup, Kirilenko est battue dans le premier simple par Petra Kvitová 6-2, 6-2. Le lendemain, elle ne dispute pas de simple mais elle est alignée dans le double décisif en compagnie d'Elena Vesnina contre Lucie Hradecká et Květa Peschke. Les Tchèques s'imposent 6-4, 6-2, et remportent donc la Fed Cup[8].

Victoire aux Masters de double et médaillée de bronze olympique (2012)[modifier | modifier le code]

Après avoir perdu au deuxième tour des qualifications du tournoi de Sydney, Maria Kirilenko atteint le troisième tour de l'Open d'Australie. Blessée à la cuisse gauche durant son match contre Petra Kvitová, Kirilenko abandonne alors que le score lui est défavorable (6-0, 1-0)[9]. Au début du mois de février, la Russe atteint la finale à Pattaya où elle s'incline en trois sets contre la Slovaque Daniela Hantuchová[10]. En mars, Kirilenko perd contre Maria Sharapova en quart-de-finale du tournoi Premier Mandatory d'Indian Wells puis contre Marion Bartoli en huitièmes de finale à Miami dans un tournoi de même niveau. Associée à Nadia Petrova, Kirilenko remporte le tournoi de double contre la paire italienne Sara Errani-Roberta Vinci, revenant ainsi dans le top 10 de la WTA en double grâce à cette victoire[11]. La paire italienne stoppe Kirilenko et Petrova dans les quatre tournois disputés ensuite par la paire russe, à Madrid en demi-finale, à Rome en quart, à Roland-Garros en finale (4-6, 6-4, 6-2)[12] et à Bois-le-Duc à nouveau en finale (6-4, 3-6, 11-9). En simple, Kirilenko est dominée au deuxième tour par la Tchèque Klára Koukalová (6-4, 3-6, 6-3).

À Wimbledon, Maria Kirilenko affronte en quart la Polonaise Agnieszka Radwańska. Ce match, commencé sur le court numéro 1 et achevé sur le Centre Court, est interrompu à quatre reprises. Kirilenko passe à deux points de la victoire dans le troisième set mais est finalement dominée par Radwańska 7-5, 4-6, 7-5[13]. En double, Kirilenko et Petrova sont battues au deuxième tour par les sœurs Williams en trois sets (3-6, 6-3, 9-7). À la fin de juillet, Kirilenko dispute le simple et le double dames aux Jeux olympiques[14] sur le site du Tournoi de Wimbledon, le All England Lawn Tennis and Croquet Club. En simple, Kirilenko domine Petra Kvitová en quart mais perd contre sa compatriote Maria Sharapova en demi-finale[15]. La Russe termine finalement au pied du podium après une défaite dans le match pour la médaille de bronze contre la numéro 1 mondiale Victoria Azarenka (6-3, 6-4)[16]. En double, associée à Nadia Petrova, elle perd contre les sœurs Williams en demi-finale mais elle décroche la médaille de bronze en battant l'autre paire américaine Liezel Huber-Lisa Raymond 4-6, 6-4, 6-1[17].

Malgré une balle de set dans chaque manche, Kirilenko est battue en août en finale du tournoi de New Haven par Petra Kvitová (7-69, 7-5)[18]. La semaine suivante, alors qu'elle a atteint la douzième place mondiale, ce qui représente son meilleur classement en simple, la Russe perd au troisième tour de l'US Open en trois sets (5-7, 6-4, 6-4) contre la Tchèque Andrea Hlaváčková. En double, le duo espagnol Nuria Llagostera Vives-María José Martínez Sánchez domine en quart de finale Maria Kirilenko et Nadia Petrova au tie-break du troisième set. En fin de saison, Kirilenko et Petrova sont battues en demi-finale à Pékin puis en finale à Moscou par la paire russe Ekaterina Makarova-Elena Vesnina, gagnante de ces deux tournois. Qualifiées pour le Masters à l'issue du tournoi de Moscou, Kirilenko et Petrova gagnent ce tournoi en dominant Sara Errani et Roberta Vinci (1-6, 6-3, 10-4) puis en finale Andrea Hlaváčková et Lucie Hradecká (6-1, 6-4)[19]. Kirilenko conclut sa saison en simple au Tournoi international des championnes. Après une victoire contre Tsvetana Pironkova puis une défaite contre Nadia Petrova, la Russe abandonne le tournoi en raison d'une maladie respiratoire[20]. Kirilenko finit l'année au quatorzième rang mondial en simple et au septième en double.

Sixième titre en simple (2013)[modifier | modifier le code]

Commençant la saison au tournoi de Sydney, Maria Kirilenko est battue au deuxième tour par Sara Errani, tête de série numéro 3 sur le score de 6-1, 6-1. Deux semaines plus tard, à l'Open d'Australie, la Russe bat Vania King, Peng Shuai et Yanina Wickmayer en deux sets avant d'être dominée par Serena Williams 6-2, 6-0[21]. En double, Kirilenko et l'Américaine Lisa Raymond perdent au deuxième tour contre la paire australienne Ashleigh Barty/Casey Dellacqua, future finaliste. Kirilenko conclut son mois de janvier à Pattaya. Tête de série numéro deux de ce tournoi International, elle domine successivement en deux sets Akgul Amanmuradova, Luksika Kumkhum, Elena Vesnina et Sorana Cîrstea pour atteindre la finale. Elle gagne ce tournoi, le premier depuis Séoul en 2008, en s'imposant en trois sets aux dépens de l'Allemande Sabine Lisicki 5-7, 6-1, 7-61[22]. Joueuse numéro 1 de la Russie en l'absence de Maria Sharapova pour le premier tour de la Fed Cup disputé la semaine suivante contre le Japon[23], Kirilenko remporte son premier match de simple contre Kimiko Date-Krumm 7-63, 6-4. Malade, Kirilenko laisse ensuite sa place à Elena Vesnina[24] dans cette rencontre de Fed Cup gagnée par la Russie trois victoires à deux. Après cette qualification, Kirilenko prend la décision de délaisser le double et de se concentrer en permanence au simple, dans le but d'intégrer les dix premières places du classement mondial[25].

Blessée à l'épaule droite à Doha, Maria Kirilenko est contrainte à l'abandon au premier tour et est absente quatre semaine des courts[26]. De retour à Indian Wells, Kirilenko domine en huitièmes de finale Agnieszka Radwańska, tête de série numéro 3[27], puis au tour suivant Petra Kvitová, tête de série numéro 7[28], toutes les deux en trois sets, avant de perdre en demi-finale contre Maria Sharapova, 6-4, 6-3. À Miami, la Russe est battue au troisième tour par la Tchèque Klára Koukalová, 6-2, 7-64. Début avril, elle atteint les demi-finales du tournoi de Monterrey où elle est battue par la tête de série numéro 1, Angelique Kerber, en trois sets[29]. Sélectionnée ensuite en demi-finale de Fed Cup en simple, elle perd son premier match 6-2, 6-4 contre la Slovaque Daniela Hantuchová. Menée 2-0, Kirilenko remporte ensuite son match contre Dominika Cibulková (7-5, 6-1) et permet ainsi la remontée au score de la Russie, qui s'impose finalement 3 victoires à 2[30].

Sur terre battue, après deux huitièmes de finale perdus contre Serena Williams à Madrid et Sara Errani à Rome, Kirilenko dispute Roland-Garros. La Russe obtient son meilleur résultat dans ce Grand Chelem en atteignant les quarts de finale où elle est battue par la tête de série numéro 3 Victoria Azarenka 7-63, 6-2[31]. Au lendemain du tournoi, elle obtient le meilleur classement de sa carrière : dixième[32]. Sur gazon, Kirilenko est dominée en quart de finale à Eastbourne par Yanina Wickmayer en trois sets puis au premier tour de Wimbledon 6-3, 6-4 par Laura Robson[33].

Maria Kirilenko, qui a annoncé à la fin du mois de juillet son ambition de remporter un tournoi du Grand Chelem en simple après avoir atteint son objectif d'être dans les dix meilleures joueuses mondiales[34], aborde l'US Open avec deux défaites au deuxième tour des tournois de Toronto et Cincinnati contre Alizé Cornet puis Mona Barthel. Lors du Grand Chelem américain, tête de série numéro 14, elle remporte ses deux premiers tours avant d'être battue par Simona Halep, tête de série numéro 21, au troisième tour 6-1, 6-0[35]. Reprenant la compétition pour la tournée asiatique à Séoul, la Russe est battue par Kimiko Date-Krumm au deuxième tour 6-3, 6-1 puis blessée, annonce son forfait pour le tournoi Premier 5 de Tokyo[36]. Ensuite, à Pékin, redescendue à la dix-huitième place mondiale, Kirilenko est battue pour la huitième fois en huit rencontres par la numéro 1 mondiale Serena Williams en huitième de finale (7-5, 7-5)[37]. De retour en Europe, Kirilenko est battue dès son entrée en lice à Moscou par sa compatriote Anastasia Pavlyuchenkova (6-3, 6-3). Non qualifiée pour le Masters, sa victoire à Pattaya lui permet d'être qualifiée au Tournoi international des championnes. Lors de ce tournoi, elle abandonne durant son premier match contre Alizé Cornet alors qu'elle est menée 5 jeux à 0 et qu'elle est blessée au genou. Cette blessure l'amène à se retirer du tournoi[38]. Cette saison se termine pour la Russe à la dix-neuvième place mondiale.

2014[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, Maria Kirilenko annonce son forfait pour l'Open d'Australie qui se déroule un mois plus tard en raison de la blessure au genou qui a perturbé sa fin de saison 2013[39]. Pendant sa blessure, Maria Kirilenko participe à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi où son fiancé Alexander Ovechkin est lui membre de l'équipe russe en hockey sur glace[3],[40]. De retour à la compétition à la fin du mois de mars au tournoi de Charleston en étant classée vingt-neuvième joueuse mondiale[40], Maria Kirilenko est battue au premier tour par la qualifiée, et future demi-finaliste, Belinda Bencic (6-1, 7-5)[41]. Après un mois sans compétition la Russe reprend à Madrid où elle déclare forfait au deuxième tour contre Caroline Garcia pour une blessure au poignet gauche[42]. De retour la semaine suivante à Rome elle y est battue lors de son entrée en lice par Svetlana Kuznetsova. Elle est ensuite dominée au premier tour à Roland-Garros par Johanna Larsson puis à Bois-le-Duc par Mona Barthel[43]. À Wimbledon, tournoi qu'elle entame en ne figurant plus parmi les 100 premières joueuses mondiales, elle bat la tête de série numéro 18 Sloane Stephens avant d'être dominée par Peng Shuai[43]. Absente deux mois ensuite, conséquence de sa blessure au genou, elle revient à la compétition à l'US Open où elle est éliminée au premier tour par Maria Sharapova (6-4, 6-0)[43],[44]. Invitée à Séoul, elle bat notamment les têtes de série Klára Koukalová et Kaia Kanepi avant de perdre en demi-finale contre la tête de série numéro 2 Karolína Plíšková qui gagne ensuite le tournoi. En double, associée à Yanina Wickmayer, elle s'incline également en demi-finale, contre la paire gagnante du tournoi composée de Lara Arruabarrena et Irina-Camelia Begu[43]. Elle joue son dernier match de la saison à Pékin, une défaite au premier tour contre Tsvetana Pironkova[43]. Elle est classée 186e joueuse mondiale en fin de saison.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours en « Premier Mandatory » et « Premier 5 »[modifier | modifier le code]

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Fed Cup[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Maria Kirilenko », sur wtatennis.com (consulté le 1 novembre 2012)
  2. a, b et c (en) « Getting To Know... Maria Kirilenko », sur wtatennis.com (consulté le 1 novembre 2012)
  3. a et b Laurent Vergne, « Sotchi 2014 - Maman, scoring machine, Kirilenko, loser : voici Alex Ovechkin », sur eurosport.fr,‎
  4. « Rupture pour le couple Overchkin-Kirilenko », sur rds.ca,‎ (consulté le 21 juillet 2014)
  5. http://www.wtatennis.com/SEWTATour-Archive/Rankings_Stats/match_stats_2013.pdf
  6. « Stosur, une histoire de records et de Russes », sur eurosport.fr,‎
  7. « La série noire continue: Kirilenk-out! », sur wort.lu,‎
  8. « Irrésistibles Tchèques », sur eurosport.fr,‎
  9. « Open d'Australie : Kvitova sur abandon de Kirilenko », sur franceinfo.fr,‎
  10. « Hantuchova conserve son titre », sur eurosport.fr,‎
  11. « Miami (WTA): Petrova et Kirilenko vainqueurs en double », sur fr.ria.ru,‎
  12. (it) Luca Marianantoni, « Storico doppio Errani-Vinci Trionfano al Roland Garros », sur gazzetta.it,‎
  13. (en) Simon Cambers, « Wimbledon 2012: Poland's Agnieszka Radwanska sees off Maria Kirilenko », sur guardian.co.uk,‎
  14. (en) « Maria Kirilenko », sur london2012.com (consulté le 23 février 2013)
  15. « JO - tennis: Sharapova en finale », sur fr.rian.ru,‎
  16. « Azarenka en bronze », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  17. « Petrova et Kirilenko en bronze », sur eurosport.fr,‎
  18. « Petra Kvitova sacrée aux dépens de Maria Kirilenko », sur dhnet.be, La Dernière Heure/Les Sports,‎
  19. « Masters : Petrova-Kirilenko sacrées en double », sur franceinfo.fr,‎
  20. (en) « Wozniacki secures semi berth at TOC », sur foxnews.com,‎ 1er novembre 2012
  21. « Serena Williams en quarts », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  22. « Pattaya: victoire de Maria Kirilenko », sur dhnet.be, La Dernière Heure/Les Sports,‎
  23. (en) « Kirilenko leads off for Russia in Fed Cup », sur upi.com,‎
  24. (en) « Vesnina Replaces Kirilenko in Fed Cup Clash », sur en.rsport.ru,‎
  25. (en) « Maria Kirilenko to focus on singles and top 10 », sur tennisworldusa.org,‎
  26. (en) « Kirilenko Returns, Kuznetsova Rebounds », sur wtatennis.com,‎
  27. (en) « Kirilenko Edges Radwanska, Kvitova Next », sur wtatennis.com,‎
  28. « Indian Wells: Kirilenko en demi-finale en battant Kvitova », sur eurosport.fr,‎
  29. « Première finale de l'année pour Kerber à Monterrey », sur francetvsport.fr,‎
  30. (en) « Russia Edges Slovakia In Semifinals », sur wtatennis.com,‎
  31. Julien Desbuissons, « Azarenka dans le dernier carré », sur sport24.com,‎
  32. « Tennis WTA: Serena Willams accroît son avance, Sharapova perd sa 2e place », sur liberation.fr,‎
  33. « Robson sort Kirilenko ! », sur lequipe.fr,‎
  34. Julien Wozelka, « Kirilenko veut son Grand Chelem », sur welovetennis.fr,‎
  35. « Wozniacki et Kvitova surprises », sur tvasports.ca,‎
  36. « Williams et Kirilenko absentes à Tokyo », sur tvasports.ca,‎
  37. Bastien Rambert, « Serena assure l'essentiel », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎
  38. Simon Alves, « Kirilenko déclare forfait », sur welovetennis.fr,‎
  39. « Kirilenko déclare forfait », sur sports.fr,‎
  40. a et b Sophie Rosales, « Kirilenko fait son retour », sur eurosport.fr,‎
  41. « Belinda Bencic s'offre Maria Kirilenko », sur 20min.ch, 20 minutes,‎
  42. « Garcia passe grâce au forfait de Kirilenko », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  43. a, b, c, d et e « Results », sur wtatennis.com (consulté en 7septembre 2014)
  44. Maxime Girard, « WTA - Séoul • Kirilenko : "Le tennis m'a beaucoup manqué" », sur welovetennis.fr,‎
  45. a, b, c et d Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée de compétition (tableau principal).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Navigation[modifier | modifier le code]