Charleston (Caroline du Sud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charleston.
Charleston
Image illustrative de l'article Charleston (Caroline du Sud)
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de la Caroline du Sud Caroline du Sud
Comtés Charleston et Berkeley
Type de localité City
Maire Joseph P. Riley, Jr.
Code ZIP 29401, 29403, 29405, 29407, 29409, 29412, 29414, 29424, 29425, 29455, 29492
Code FIPS 45-13330
GNIS 1221516
Démographie
Population 126 567 hab. (2008)
Densité 336 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 46′ 34″ N 79° 55′ 57″ O / 32.776111111111, -79.932532° 46′ 34″ Nord 79° 55′ 57″ Ouest / 32.776111111111, -79.9325  
Altitude 4 m
Superficie 37 650 ha = 376,5 km2
· dont terre 361,2 km2 (95,94 %)
· dont eau 15,3 km2 (4,06 %)
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Divers
Devise Aedes Mores Juraque Curat
Surnom « The Holy City », « The Palmetto City », « Chucktown »
Localisation
Carte des comtés de Charleston et Berkeley
Carte des comtés de Charleston et Berkeley

Géolocalisation sur la carte : Caroline du Sud

Voir sur la carte administrative de Caroline du Sud
City locator 14.svg
Charleston

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Charleston

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Charleston
Liens
Site web http://www.charlestoncity.info

Charleston est une ville des États-Unis, siège du comté de Charleston en Caroline du Sud. C'est la deuxième ville la plus peuplée de l’État.

Charleston est aujourd'hui notée pour la beauté de ses jardins et son architecture raffinée. Le tourisme y est important (tours de jardins, de monuments historiques et de propriétés de l'époque coloniale telle que Boone Hall et Middleton Gardens). Le Spoleto Festival USA regroupe chaque année au mois de juin des artistes européens et américains dans le domaine de la musique, de la danse, du théâtre et des arts de la scène.

C'est à Charleston que fut fondé en 1801 le Rite écossais ancien et accepté qui est l'un des rites maçonniques les plus répandus dans le monde.

Cette ville joue également un rôle significatif dans les théories des complots[réf. nécessaire]: Elle aurait été habitée par Albert Pike, qui en aurait fait un centre majeur de la franc-maçonnerie[réf. nécessaire].

Un ex-porte-avions de l'US Navy, le CV-10 USS Yorktown, lancé en 1943, est transformé en navire musée dans le port.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 1670 par les Anglais, Charles Towne, au début simple colonie de Charleston, est devenue au siècle suivant une ville commerciale importante et un grand centre de la traite des Noirs dans les années 1730. Sullivan's Island, aujourd'hui municipalité autonome et située à l'entrée du port de Charleston, était en effet une porte d'entrée comparable à Ellis Island à New York, puisque par elle transitaient 40% des esclaves amenés en Amérique du Nord.

La ville et sa région accueillirent aussi un demi-siècle plus tôt, de nombreux Huguenots[1] chassés par la révocation de l'édit de Nantes, qui s'installèrent dans le centre-ville de Charleston, et formèrent le quartier français de Charleston ainsi que le long de la rivière Santee.

Le 15 mars 1670, William Sayle, âgé de 80 ans et gouverneur de la communauté anglaise des Bermudes, devient le premier gouverneur officiel de la Caroline du Sud, arrivé avec de nombreuses familles des Bermudes pour fonder Charleston.

Les fondateurs naviguèrent dans une région appelée West Ashley et en avril débarquèrent à l'Albemarle Point, sur les côte de la rivière Ashley, lieu où ils fondèrent Charles Town, en honneur de leur roi. L'un des trois navires venu des Bermudes, le Trois frères n'arriva que le 23 mai, car il avait fait escale sur une île où une partie des passagers avait déserté chez les indiens.

Vers 1775, la ville comptait 12 000 habitants[1] et était la 5e ville la plus peuplé des Treize colonies. Durant la guerre d'indépendance des États-Unis, elle est capturée par le général britannique Henry Clinton en mai 1780. Ce général profita du moment où George Washington était réduit à l'inaction par la misère de son armée pour faire quitter New York à une partie de ses troupes et pour s'emparer de cette ville où il fit prisonnier 5 000 Américains. Il laissa ensuite dans cette province Lord Cornwallis, qui battit tous ceux que le Congrès chargea de le chasser.

En avril 1861, Charleston s'est révoltée contre le gouvernement américain avec le bombardement de Fort Sumter, un événement qui est un des premiers épisodes violents de la guerre de Sécession.

Le 31 août 1886, un peu avant 22 h[2], un fort séisme intra-plaque de magnitude 6,5 à 7,01 [3] fit des dizaines de victimes et marqua durablement les esprits.

Climat[modifier | modifier le code]

Charleston possède un climat subtropical : en hiver la température moyenne est de 15 à 20° et les pluies sont rares. Les printemps sont chauds (22-30°) et ensoleillés mais les averses sont fréquentes. Les étés sont très chauds (35°) Les automnes sont chauds et secs (25-30°) la pluviométrie est élevée (± 1 000 mm).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2007, la commune de Charleston comptait 118 000 habitants et l'agglomération de Charleston-North Charleston-Summerville comptait 630 000 habitants (estimations du Bureau de recensement des États-Unis).

Économie[modifier | modifier le code]

Le port de Charleston se classe au 11e rang des États-Unis pour le trafic de conteneurs en 2009[4].

Transport[modifier | modifier le code]

Charleston possède un aéroport (l'Aéroport international de Charleston, code AITA : CHS).

Éducation[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de plusieurs universités, dont le Collège de Charleston, treizième université créée aux États-Unis en 1770, et The Citadel, prestigieuse école militaire. Trois bases militaires sont à proximité. Sa population s'élève à 100 000 habitants (550 000 avec les banlieues).

Religion[modifier | modifier le code]

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Les ruines de l'église Saint Finbar, 1868. par William Aiken Walker (1839-1921), huile sur toile.

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claude Fohlen, Les Pères de la Révolution américaine, Paris, Albin Michel, 1989, (ISBN 2226036644), p. 20
  2. http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Fouqu%C3%A9_LTT.djvu/162
  3. (fr) Cartographie du jet de rive des tsunamis et guide de planification des mesures d'urgence : le tsunami de 1929 à St-Lawrence, Terre-Neuve p. 9
  4. North American Port Container Traffic 2009, American Association of Port Authorities, (www.aapa-ports.org).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :