Auckland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Îles Auckland.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Oakland.
Auckland
Tāmaki-makau-rau
Image illustrative de l'article Auckland
Administration
Pays Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Île Île du Nord
Région Auckland
Autorité territoriale Auckland City
Manukau City
North Shore City
Waitakere City
Papakura District
Maire Len Brown
Démographie
Population 1 529 300 hab. (2013[1])
Densité 492 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 51′ 00″ S 174° 47′ 00″ E / -36.85, 174.7833 ()36° 51′ 00″ Sud 174° 47′ 00″ Est / -36.85, 174.7833 ()  
Superficie 310 670 ha = 3 106,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

Voir la carte administrative de Nouvelle-Zélande
City locator 14.svg
Auckland

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

Voir la carte topographique de Nouvelle-Zélande
City locator 14.svg
Auckland
Liens
Site web www.aucklandcouncil.govt.nz

Auckland (en anglais [ˈɔːklənd]), située dans l'île du Nord en Nouvelle-Zélande, est la plus grande zone urbaine du pays. Elle est la ville la plus peuplée de Nouvelle-Zélande avec environ 1 300 000 habitants (soit plus d'un quart de la population du pays)[2], et les données démographiques indiquent qu'elle continuera à croître plus rapidement que le reste du pays. Auckland est également la ville du monde qui abrite le plus grand nombre de personnes d'origine polynésienne[3].

C'est une conurbation composée des villes d'Auckland (les îles du golfe de Hauraki exclus), North Shore, et les parties urbaines des villes de Waitakere et Manukau, ainsi que le district de Papakura et plusieurs parties urbaines des districts de Rodney et Franklin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville a été baptisée en l'honneur William Eden (1784 – 1849), 1er comte d'Auckland, qui occupa les fonctions de premier Lord de l'Amirauté (trois fois), et de gouverneur général des Indes (1836-1842).

Géographie[modifier | modifier le code]

Ports et golfe[modifier | modifier le code]

Harbour Bridge et le port de Waitemata vus depuis Chelsea

Auckland est située sur et autour d'un isthme, reliant la Péninsule de Northland au reste de l'île du Nord, large de moins de deux kilomètres à son point le plus étroit, situé au sud à Otahuhu entre l'anse Mangere et la rivière Tamaki.
Cet isthme formant la zone urbaine centrale, est entouré de deux ports naturels : le port de Waitemata au nord, qui s'ouvre à l'est sur le golfe de Hauraki, et le port de Manukau au sud, qui s'ouvre à l'ouest sur la mer de Tasman. C'est l'une des rares villes au monde à avoir deux ports sur deux aussi importantes étendues d'eau.

Isthme d'Auckland et port de Waitemata

Des ponts enjambent plusieurs parties des deux ports, notamment l’Auckland Harbour Bridge croisant le port de Waitemata à l'ouest de l’Auckland Central Business District (CBD). Le pont de Mangere et l’Upper Harbour Bridge enjambent respectivement les parties supérieures des ports de Manukau et Waitemata. Il y avait autrefois des chemins de portage croisant les sections les plus étroites de l'isthme.

Plusieurs des îles dans le golfe de Hauraki sont administrées en tant que partie d'Auckland City, mais elles ne font pas toutefois partie de la région métropolitaine d'Auckland. Certaines parties de l'île Waiheke sont effectivement des banlieues d'Auckland, tandis que plusieurs autres îles près d'Auckland sont pour la plupart des zones de récréation ou des sanctuaires naturels, et donc protégées.

C'est dans le port d'Auckland que le 10 juillet 1985 fut saboté le Rainbow Warrior, bateau de Greenpeace, par les services de renseignement français, ce qui donna lieu à un retentissant scandale et des tensions diplomatiques entre la France et la Nouvelle-Zélande.

Vue sur Auckland et le port de Waitemata depuis le Sky Tower

Volcans[modifier | modifier le code]

One Tree Hill dans les années 1990

Auckland est à cheval sur les volcans du champ volcanique monogénétique d'Auckland. Il y a environ 50 volcans prenant des formes différentes (cônes, lacs, lagons, îles, dépressions…) et plusieurs ont produit de grandes coulées de lave. La plus grande partie des cônes ont été partiellement ou entièrement extraits. Les volcans sont considérés éteints, quoique le champ volcanique lui-même soit dormant.

Le volcan le plus grand et le plus jeune est l'île Rangitoto, formé dans les 1 000 dernières années. Ses éruptions ont détruit les établissements maori de l'île Motutapu il y a 700 ans. Sa taille, sa symétrie, sa position à l'entrée du port de Waitemata et le fait qu'il soit visible depuis de nombreux endroits de la région d'Auckland en ont fait le symbole naturel de la ville. Peu d'espèces d'oiseaux et insectes y vivent à cause de la terre riche en acides et des espèces de flore poussant dans la terre rocheuse.

Climat[modifier | modifier le code]

Auckland a un climat océanique très doux, avec des étés chauds et humides et des hivers doux et très pluvieux. C'est la ville avec le climat le plus chaud du pays ; de 2003 à 2006 elle a également été la plus ensoleillée, avec une moyenne de 2 170 heures de soleil par an[4]. La température maximale moyenne en février est de 23,7°C, et en juillet de 14,5 °C. Le maximum jamais enregistré est de 30,5 °C, le minimum -2,5 °C[5]. Les précipitations sont abondantes toute l'année, avec une moyenne de 1 240 mm par an répartis sur 137 jours de pluie[5]. Les conditions varient selon la région de la ville en raison de sa géographie variée. Il y a donc des records de température intra-muros officieux, dont le maximum de 32,4 °C à Henderson en février 1998[6]. Le 27 juillet 1939 Auckland vit la seule tombée de neige connue de son histoire[7].

Le calme tôt le matin avant que ne soufflent les vents de la mer, sur l'isthme les jours de beau temps, a été décrit pour la première fois en 1853 : « En toutes saisons, la beauté de la journée se voit tôt le matin. À cette heure on voit généralement dominer un calme grave et parfait... »[8]. Les Aucklanders profitent souvent de cette période du jour pour marcher ou courir dans les parcs[9].

Comme le taux de possession de voiture est très haut et le contrôle des émissions relativement faible, l'air d'Auckland souffre de pollution, particulièrement en ce qui concerne les émissions de particules en suspension fines. Le niveau maximum accepté de monoxyde de carbone est souvent franchi[10]. Quoique les vents maritimes puissent balayer la pollution assez rapidement, elle peut parfois apparaître dans la forme de smog, particulièrement les jours calmes d'hiver.

Relevé météorologique d'Auckland-altitude:75 m (période: 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 16,5 16,9 16,1 13,7 11,2 9,3 8,3 9 10,2 11,6 13,3 15 12,6
Température moyenne (°C) 19,7 20 19,1 16,7 14,2 12,2 11,3 11,9 13,1 14,5 16,2 18 15,6
Température maximale moyenne (°C) 22,8 23,1 22,1 19,7 17,2 15,1 14,3 14,8 15,9 17,4 19,2 21,1 18,6
Précipitations (mm) 76,1 70,4 88,7 92,9 101,4 115,5 118,6 114,4 92,3 80,4 83,7 86 1 120,4
Source : Le climat à Auckland (en ° C et mm, moyennes mensuelles) climate charts.com


Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers Maori et Européens[modifier | modifier le code]

Carte allemande d'Auckland en 1888

L'isthme fut tout d'abord occupé par les Māori qui s'y établirent autour de l'an 1350, attirés par les terres fertiles et riches de la région. Beaucoup de pa (villages fortifiés) y furent construits, particulièrement sur les volcans (aujourd'hui il est toujours possible d'observer les traces de pa, notamment sur les anciens volcans que sont le Mont Éden et le One Tree Hill). La population Maori de la région avant l'arrivée des Européens est estimée à environ 20 000 personnes[11],[12]. L'introduction des armes à feu, d'abord dans le Northland, perturbe l'équilibre des pouvoirs et mène à des guerres inter-iwi dévastatrices, ayant pour conséquences le déplacements d'iwi qui se réfugie dans des régions moins susceptibles aux raids, à l'intérieur des terres. Par la suite, la région abrite relativement peu de Maori lors du début de la colonisation européenne de la Nouvelle-Zélande. Il y n'a toutefois pas de preuves que ce soit à cause d'une politique délibérée de la part des Européens[13],[14].

Lors de la signature du traité de Waitangi le 6 février 1840 le nouveau Gouverneur de Nouvelle-Zélande, William Hobson, avait pour mission de choisir une capitale pour la nouvelle colonie. Il choisit Auckland même si à l'époque Port Nicholson (aujourd'hui Wellington), était vu comme meilleur choix du fait de sa proximité de l'île du Sud, qui était en train d'être colonisée assez rapidement. En même temps Auckland était la capitale et ville principale de la province d'Auckland ; elle le restera jusqu'à l'abolition du système provincial en 1876. Le premier colon a s'établir la même année de la fondation de la ville dans l'isthme d'Auckland, fut un médecin écossais nommé John Logan Campbell (1817 – 1912), qui y construisit donc la première maison (Acacia Cottage) et ouvrit le premier commerce. Il deviendra par la suite un personnage important dans la vie économique du pays, avant de se lancer dans la politique et devenir membre du Parlement de Nouvelle-Zélande, puis maire d'Auckland durant un an à la fin de sa vie. À partir de l'installation de Campbell, l'immigration vers la ville resta forte même après la perte de son statut de capitale nationale en faveur de Wellington en 1865.

Croissance[modifier | modifier le code]

Lower Queen Street en 1919

Au début des années 1860, la construction de routes vers le sud, au Waikato, et le fait qu'Auckland devint une base contre le Kingitanga (mouvement royaliste maori), permit aux Pakeha (Néo-Zélandais d'origine européenne) de répandre leur influence. La population de la ville croît assez rapidement, de 1 500 en 1841 à 12 423 en 1864. La croissance se voit surtout autour du port et entraîne des problèmes de surpeuplement et de pollution.

Le système ferroviaire affectera l'expansion rapide d'Auckland lors de la première moitié du XXe siècle, mais devient vite obsolète avec le développement de la voiture ; les routes sont une caractéristique géographique du paysage urbain. Elles permettent l'expansion qui résultent en la croissance de zones urbaines proches, dont North Shore (particulièrement après la construction de l'Auckland Harbour Bridge, et Manukau au sud).

Une grande partie d'Auckland est dominée par un style architectural très suburbain : la ville a ainsi une densité de population très faible. Sa population représente un sixième de la population de Londres mais s'étend sur une superficie presque aussi grande (plus de 1 000 km²). Le transport public y est donc plus cher que dans d'autres villes plus denses.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Auckland voit une augmentation de sa population via l'immigration et la croissance naturelle de sa population native (soit un tiers et deux tiers de la croissance totale, respectivement), et comptera environ 2 millions d'habitants en 2050[15]. Cette augmentation aura un impact majeur sur le transport, le logement et d'autres infrastructures, qui sont pour certaines déjà sous pression. Certaines organisations, dont l'autorité territoriale d'Auckland, le Auckland Regional Council, pensent que cette croissance causera un étalement humain et qu'il faut donc régler ce problème aussitôt que possible avec une politique d'aménagement urbain.

Une politique appelée Regional Growth Strategy a été adoptée pour mettre des limites aux subdivisions et l'intensification de l'usage actuel des infrastructures ; elle est l'une des principales mesures de durabilité[16]. Cette politique est sujette à controverse parce qu'elle limite l'usage des terres privées, particulièrement aux frontières de la ville[17], en mettant des limites à la zone métropolitaine urbaine dans des documents tels que le District Plan[18].

Le gouvernement local fait également débat, avec des points de vue très différents : certains Aucklanders blâment une mauvaise gouvernance pour le progrès limité de la ville et sa fragmentation en plusieurs conseils (aujourd'hui il y a sept autorités de ville ou de district, et une autorité régionale). D'autres remarquent que le fait de l'intégration ancienne de beaucoup de petits conseils de district ne produisit pas les avantages promis et réduisit la participation à la politique au niveau local[19]. En 2007 le gouvernement travailliste de Nouvelle-Zélande mit en place une Royal Commission of Inquiry qui donnera le résultat de ses recherches sur la ville[20],[21].

Population[modifier | modifier le code]

La Premier ministre Helen Clark visite une marae à Waitangi Day, 2006

Cultures[modifier | modifier le code]

Auckland abrite une population cosmopolite. La plus grande partie se revendiquent d'origine européenne (surtout britannique), mais il y a de grandes communautés Maori, Polynésienne, et Asiatique. Auckland est la ville au monde qui possède la plus grande population d'origine polynésienne, ainsi que la proportion la plus haute de personnes d'origine asiatique du pays.

Démographie[modifier | modifier le code]

La proportion d'Asiatiques et autres immigrants non-Européens a augmenté ces dernières décennies due à l'immigration[22] et à une baisse des restrictions à l'immigration directement ou indirectement basées sur la race. L'immigration en Nouvelle-Zélande est en grande partie concentrée à Auckland, en partie pour le plus grand nombre d'offres de travail. Cette grande popularité d'Auckland a mené les autorités de l'immigration à donner plus de points sur les demandes de visa aux immigrants voulant s'installer ailleurs que dans la région d'Auckland[23].

Le tableau suivant montre le profil ethnique de la population d'Auckland selon les recensements de 2001 et 2006. Les pourcentages font plus de 100 % parce que certains se déclarent comme faisant partie de plus d'un groupe ethnique. Les chiffres de 2006 font référence à toute la région d'Auckland et non uniquement la region urbaine. La baisse marquée d'« Européens » est principalement due à la croissance dans le nombre de personnes se définissant comme « Néo-Zélandais », même si ce n'était pas un groupe listé sur le formulaire de recensement.

Groupe ethnique 2001 (%)[24] 2001 (individus) 2006 (%)[25] 2006 (individus)
Européens 66,9 684 237 56,5 698 622
Polynésiens 14,9 152 508 14,4 177 936
Asiatiques 14,6 149 121 18,9 234 222
Maori 11,5 117 513 11,1 137 133
Moyen-Orient/Amérique latine/Afrique n/a n/a 1,5 18 555
Autre 1,3 13 455 0,1 648
'Néo-Zélandais' n/a n/a 8,0 99 258
Total 1 022 616 (individus) 1 237 239 (individus)

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diocèse d'Auckland.

Comme dans le reste du pays, plus de la moitié des Aucklanders sont chrétiens mais moins de 10 % vont à l'église régulièrement et presque 40 % se disent affiliés avec aucune religion[26]. Les dénominations principales sont le catholicisme, l'anglicanisme, et le presbytérianisme. Les églises pentêcotistes et charismatiques grandissent le plus rapidement. Les immigrants polynésiens vont à l'église plus régulièrement que les autres habitants, quoique cela diminue avec les deuxième et troisième générations. D'autres cultures étrangères ont enrichi la diversité religieuse de la ville, ajoutant le bouddhisme, l'hindouisme, l'islam et le sikhisme au mélange culturel. Il y a également une petite communauté juive de longue date.

Économie[modifier | modifier le code]

Le centre-ville la nuit, avec le Sky Tower illuminé

La plus grande partie des entreprises multinationales ont un bureau à Auckland, celle-ci étant vue comme la capitale économique de la Nouvelle-Zélande. Les bureaux les plus chers sont au centre-ville, autour de Queen Street et du Viaduct Basin. Ils comptent pour une part importante de l'économie du centre-ville[27]. Une grande partie des entreprises plus techniques et de main-d'œuvre sont situées dans les zones industrielles du sud de la ville. La "skyline" d'Auckland comporte une quinzaine de gratte-ciels.

Les zones commerciales et industrielles les plus grandes du Grand Auckland sont au sud-est de la ville ainsi que dans l'ouest de Manukau, particulièrement la région sur le port de Manukau et l'estuaire de la rivière Tamaki.

Le statut de ville commerciale du pays se reflète dans le revenu (par personne, par année) : NZ$44 304 (environ U$33 000) pour la région en 2005 ; ceux travaillant au centre-ville gagnent le plus souvent davantage[28]. Le revenu moyen pour toute personne au-dessus de l'âge de 15 ans, par année, est de NZ$22 300[29], soit plus que toute autre ville sauf North Shore (elle-même dans la région d'Auckland) et Wellington. Les employés de bureaux sont encore la majorité des personnes travaillant à Auckland, mais les grands complexes de bureaux dans d'autres parties de la région, dont Takapuna et Albany (à North Shore), deviennent de plus en plus communs, diminuant ainsi la concentration d'employés au centre-ville.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Auckland abrite plusieurs institutions importantes d'enseignement, dont plusieurs des plus grandes universités du pays. Elle est également connue comme centre majeur de l'apprentissage de l'anglais ; grand nombre d'étudiants étrangers (particulièrement d'Asie) y vont étudier et apprendre cette langue aux universités de la ville (leur nombre a toutefois diminué dans le pays entier depuis 2003)[30]. En 2007 il y avait environ 50 établissements certifiés par le New Zealand Qualifications Authority à enseigner l'anglais dans la région d'Auckland[31].

Auckland a également multitude d'écoles primaires et secondaires, les plus connues étant Auckland (Boys') Grammar School, Mount Albert Grammar School, Auckland Girls' Grammar School et Epsom Girls' Grammar School. Il y a plusieurs écoles privées, dont le très exclusif King's College et le Diocesan School for Girls. C'est à Auckland qu'on trouve aussi les plus grands lycées par nombre d'étudiants à temps plein : Rangitoto College, Avondale College et Manurewa High School (en ordre descendant du nombre d'étudiants).

Parmi les institutions d'enseignement tertiaire les plus importants on trouve l'Université d'Auckland (campus en ville ou à Tamaki), l'Université de technologie d'Auckland (en ville), l'Université Massey (à Albany), et l'Institut de technologie de Manukau (à Otara) ; Unitec New Zealand est le plus grand institut technique d'Auckland.

Logement[modifier | modifier le code]

Le logement varie entre logement de l'État dans les banlieues pauvres et grandes maisons au bord de l'eau. Le logement traditionnel des Aucklanders était le bungalow sur 1 000 m²[32], mais la subdivision de ces propriétés est courante depuis longtemps. Les préférences des Aucklanders pour ce genre de logement a contribué à l'étalement urbain et à la dépendance à la voiture. Cela va probablement continuer, une grande majorité (70 %) des Aucklanders habitant des logements à basse densité, il est prévu que cela reste ainsi en 2050[32].

Dans certains quartiers, les villas victoriennes sont en train d'être démolies afin de construire de grandes maisons avec courts de tennis et piscines. Cela a mené le conseil communal à voter des lois protégeant certaines banlieues ou rues. Auckland a été décrite comme ayant « la plus grande diversité de maisons en bois du monde, avec détails et décorations classiques », beaucoup d'entre elles de style victorien-edwardien[33].

Transport[modifier | modifier le code]

Auckland Harbour Bridge
Le ferry MV Quick Cat, assurant la liaison avec l'île de Waiheke, devant le centre-ville

Auckland dépend énormément des véhicules privés comme principale forme de transport. Seulement 5 % des trajets dans la région d'Auckland se font en autobus[34]. Cela résulte en des problèmes de circulation et beaucoup d'embouteillages. Des recherches menées par l'Université Griffith ont démontré que dans les 50 dernières années, Auckland a mené une politique parmi les plus pro-automobile au monde[35]. Avec le déclin drastique des transports publics dans la seconde moitié du XXe siècle (reflété dans beaucoup d'autres pays occidentaux, dont les États-Unis)[36], et une augmentation des dépenses sur les routes et les automobiles, la Nouvelle-Zélande (et plus spécifiquement Auckland), est aujourd'hui au deuxième rang au monde en ce qui concerne la possession de véhicules, avec environ 578 véhicules pour chaque 1 000 personnes[37].

Les lignes de bus à Auckland prennent généralement des routes radiales et non circulaires dû au fait qu'Auckland est située sur un isthme. Le service est limité tard la nuit (après minuit), les fin de semaine comprises. Le train est généralement limité à des trajets à l'ouest ou le sud-ouest d'Auckland, avec des options limitées de longue distance. En 2007 il y avait des projets en cours ou planifiés dans la région d'Auckland pour améliorer le transport public sur la décennie suivante pour une somme d'environ 5,3 milliards de NZ$, soit 31 % du budget de la ville[38].

Les ports maritimes d'Auckland sont les plus grands du pays. Une grande partie du commerce (export et import) passe par la ville, surtout via les installations au nord-est du centre-ville. La cargaison est ensuite généralement distribuée par la route, quoique les installations portuaires sont reliées à des lignes ferroviaires. C'est également un port de plaisance très prisé, principalement autour du Princes Wharf. Le centre-ville est relié à certaines banlieues et aux îles du port par ferry.

Près de la ville on peut trouver plusieurs petits aéroports régionaux ainsi que l'aéroport international d'Auckland, le plus fréquenté du pays.

Le réseau de routes nationales relie les villes de la région d'Auckland ; les plus utilisées sont les routes du nord, du sud, du nord-ouest et du sud-ouest.

L'Auckland Harbour Bridge (faisant partie de la route du nord), est la route principale menant à North Shore City, mais souvent sujette à embouteillages. Le Central Motorway Junction, aussi appelé « Spaghetti Junction » en raison de sa complexité, forme l'intersection entre les deux grandes routes d'Auckland (State Highway 1 et State Highway 16), et les relie aux environs de la ville.

Deux des plus longues routes de la région - Great North Road et Great South Road -, furent les plus utilisées pour ces directions (nord et sud) avant la construction du réseau de routes nationales.

Auckland possède un réseau de trains de banlieue composé de quatre lignes et servant l'ouest, le sud, et le centre-est depuis le Britomart Transport Centre. Situé au centre-ville, celui-ci est le terminus de toutes les lignes et permet des correspondances avec les lignes de ferry et d'autobus.

Culture[modifier | modifier le code]

Auckland Art Gallery

Auckland est connu pour son climat doux, son grand nombre d'emplois et d'écoles et ses institutions culturelles, naturelles et sportives. Toutefois, parmi les facteurs négatifs de la vie à Auckland, on trouve les problèmes de circulation routière (comparé aux autres villes néo-zélandaises), un manque de transport public, le prix du logement[39], ainsi que la criminalité[40]. Auckland est 3e dans le classement Mercer des meilleures villes dans lesquelles vivre en 2012[41] et est 23e sur le classement UBS des villes les plus riches du monde[42].

Auckland est communément appelée « City of Sails » (« Ville des voiles » pour son port de plaisance comptant des centaines de yachts. Il y a environ 135 000 yachts et bateaux dans la ville, soit plus de navires par habitant que toute autre ville du monde. Environ 60 500 des personnes habilitées à conduire un yacht (sur 149 900 dans la Nouvelle-Zélande en général) viennent de la région d'Auckland[43],[44]. LeViaduct Basin a reçu deux Coupes de l'America (en 2000 et 2003), et ses cafés, restaurants et boîtes de nuit font partie de la vie de la ville. Auckland reçoit beaucoup d'évènements nautiques dans le port de Waitemata, possède un grand nombre de clubs nautiques. La Westhaven Marina est la plus grande de l'hémisphère sud[44],[45].

Newmarket et Parnell sont des districts commerciaux ; Otara, Victoria Park, et Avondale sont connus pour leurs marchés aux puces. Les centres commerciaux plus modernes en dehors du centre-ville se trouvent à Sylvia Park, Howick et Albany.

La mairie d'Auckland et Aotea Centre accueille des conférences et évènements culturels, dont des pièces de théâtre, des kapa haka et de l'opéra. Auckland possède un orchestre philharmonique, l'Auckland Philharmonia Orchestra.

Beaucoup de trésors nationaux sont présentés au public au Auckland Art Gallery, tandis que d'autres artefacts culturels sont au Musée du mémorial de guerre d'Auckland, au Musée maritime d'Auckland, et au Musée du transport et de la technologie. On peut observer des animaux au Parc zoologique d'Auckland et au Kelly Tarlton's Underwater World. Les cinémas et concerts de rock sont également très fréquentés.

Parcs[modifier | modifier le code]

Victoria Park

L'Auckland Domain est l'un des plus grands parcs de la ville, près du centre-ville ; il a une bonne vue du golfe et de l'île de Rangitoto. Parmi les parcs plus petits on trouve Albert Park, Myers Park, Western Park et Victoria Park.

Quoique beaucoup des volcans ont été affectés par les carrières, beaucoup des cônes restants sont aujourd'hui situés dans des parcs et retiennent un peu de la géographie naturelle de la ville environnante. Des fouilles archéologiques ont permis de retrouver des traces de pa (fortifications Maori) dans plusieurs de ces parcs : Mont Éden, North Head et One Tree Hill.

Il y a d'autres parcs autour de la ville, notamment à Western Springs. le Parc zoologique est également situé en dehors de la ville. Le Jardin botanique d'Auckland est situé plus au sud, à Manurewa.

Les ferries assurent le transport aux parcs et réserves naturelles, de Devonport, l'île de Waiheke et l'île de Rangitoto. Le Parc régional des monts Waitakere est à l'ouest de la ville, et les monts Hunua au sud.

Sport[modifier | modifier le code]

Les sports les plus populaires à Auckland et en Nouvelle-Zélande en général sont le rugby à XV et le cricket. Auckland possède bon nombre de terrains pour les deux ainsi que des terrains pour les sports automobiles, le tennis, le badminton, le netball, la natation, le football, le rugby à XIII, et beaucoup d'autres. L'équipe de rugby à XV de la ville s'appelle les Blues, l'équipe de rugby à XIII s'appelle les New Zealand Warriors et l'équipe de cricket les Aces.

L'Eden Park est le stade principal de la ville et reçoit le plus souvent des matchs de rugby à XV de l'équipe nationale et de cricket (également de l'équipe nationale). Mount Smart Stadium est généralement utilisé pour les matchs de rugby à XIII de l'équipe nationale ainsi que ceux des Warriors. On y pratique aussi le football, et des concerts y sont régulièrement organisés. North Harbour Stadium abrite des matchs de rugby à XV, de rugby à XIII et de football et des concerts.

Le port de Waitemata possède plusieurs plages prisées des nageurs, notamment à Mission Bay, Devonport, Takapuna, Long Bay et Maraetai. La côte ouest est prisée des surfeurs, particulièrement les plages de Piha et de Muriwai. Beaucoup de plages de la ville sont patrouillées par des clubs de surf lifesaving.

Parmi les évènements sportifs les plus importants on trouve le Harbour Crossing (une course de natation entre Devonport et le Viaduct Basin, soit 2,5 km, avec plus de 1 000 compétiteurs par an, la plus grande course de natation du pays)[46], la course à pied Round the Bays (8,4 km, sur la côte et jusqu'à la banlieue de St Heliers, attirant des dizaines de milliers de spectateurs), et le marathon d'Auckland. Auckland comme les autres villes du pays a accueilli, dans ses stades l'Eden Park et le North Harbour Stadium, la coupe du monde de rugby à XV de 2011.

Personnalités liées à Auckland[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Auckland » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) « Subnational Population Estimates: At 30 June 2013 (provisional) », sur Statistics New Zealand (consulté le 14 avril 2014)
  2. (en) Subnational Population Estimates: At 30 June 2007 ; Statistics New Zealand
  3. (en) Auckland and around ; Rough Guides
  4. (en) NIWA Climate Summary for 2006
  5. a et b (en) L'influence de la mer refroidi considérablement les températures, il n'y a donc pas de fortes chaleurs accablantes.Climate Summaries ; NIWA
  6. (en) Hot weather changes ; Supramics
  7. (en)[PDF] Snowstorms ; civildefence.govt.nz
  8. En anglais, "In all seasons, the beauty of the day is in the early morning. At that time, generally, a solemn stillness holds, and a perfect calm prevails…"
  9. (en) William Swainson ; Auckland, the Capital of New Zealand ; Smith Elder ; 1853
  10. (en) Air quality: Air pollution trends ; Auckland Regional Council
  11. (en) Ferdinand von Hochstetter ; Chapter IV: The Isthmus of Auckland ; dans John Savage Page d'aide sur l'homonymie ; Some account of New Zealand, particularly the Bay of Islands and surrounding country with a description of the religion, arts, manufactures, manners and customs of the natives &c. &c. ; 1807
  12. (en)[PDF] Sarah Bulmer ; City without a state? Urbanisation in pre-European Taamaki-makau-rau (Auckland, New Zealand ; Faculté d'archéologie ; Université d'Uppsala
  13. (en) Rāwiri Taonui ;Ngāti Whātua - European contact ; Te Ara Encyclopedia of New Zealand
  14. (en) Michael King ; The Penguin History of New Zealand ; Penguin ; 2003 ; (ISBN 0-14-301867-1)
  15. (en) Auckland's growth ; Auckland Regional Council
  16. (en)[PDF] Joshua Arbury ; From Urban Sprawl to Compact City: an analysis of Auckland's Urban Growth Management Strategies ; Université d'Auckland
  17. (en) Geoff Cumming ; Green belt under siege ; The New Zealand Herald ; 28 avril 2007
  18. (en)[PDF] Growth Strategy: Glossary and References ; Auckland City Council
  19. (en) Wayne Thompson ; Lessons from the history of local body amalgamation ; The New Zealand Herald ; 6 septembre 2006
  20. (en) Auckland governance inquiry welcomed ; stuff.co.nz ; 31 juillet 2007
  21. (en) Royal commission of inquiry of Auckland welcomed ; infonews.co.nz ; 31 juillet 2007
  22. (en)[PDF] New Zealand - A Region Profile - Auckland ; Statistics New Zealand ; 1999
  23. (en)[PDF] Residence in New Zealand ; Immigration New Zealand ; page 8
  24. (en) 2001 Regional Summary ; Statistics New Zealand
  25. (en) 2006 Regional Summary Tables by Regional Council ; Statistics New Zealand>
  26. (en) 2001 Census
  27. (en) Auckland's CBD at a glance ; Auckland City Council
  28. (en) Auckland regional profile ; labourmarket.co.nz
  29. (en) Comparison of NZ cities ; Immigration New Zealand
  30. (en) Survey of English Language Providers ; Statistics New Zealand
  31. (en) English Language Schools of New Zealand - Auckland Schools
  32. a et b (en)[PDF] Auckland regional growth strategy ; Auckland Regional Council
  33. (en)[PDF] Section 7.6.1.2 - Strategy ; Auckland City Council
  34. (en) Mode of Transport ; Ministry of Transport
  35. (en)[PDF] Paul Mees, Jago Dodson ;Backtracking Auckland: Bureaucratic rationality and public preferences in transport planning ; Urban Research Program Issues Paper 5 ; Griffiths University ; avril 2006
  36. (en) US Urban Personal Vehicle & Public Transport Market Share from 1900
  37. (en) Sustainable transport ; North Shore City Council
  38. (en) Auckland Transport Plan landmark for transport sector ; Auckland Regional Transport Authority ; 11 juillet 2007
  39. (en) Central Transit Corridor Project ; Auckland City Council
  40. (en) Crime and safety profile - 2003 ; Auckland City Council
  41. (en)2012 QUALITY OF LIVING WORLDWIDE CITY RANKINGSMercer Management Consulting
  42. (en) World's richest cities ; UBS
  43. (en) James Ihaka ; Punters love City of Sails ; The New Zealand Herald ; 14 octobre 2006
  44. a et b (en) David Eames ; Passion for boating runs deep in Auckland ; The New Zealand Herald ; 26 janvier 2006
  45. (en) Sailing Club directory
  46. (en) Harbour Crossing ; Auckland City Council
  • Géographie Universelle Asie du Sud-Est Océanie ; Belin Reclus ; 1999 ; (ISBN 2-7011-1670-8)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]