Kate Bush

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bush.

Kate Bush

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Kate Bush en 1986.

Informations générales
Nom de naissance Catherine Bush[a 1]
Naissance 30 juillet 1958 (56 ans)
Bexleyheath, Kent[a 1]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale Auteur-compositeur
Chanteuse
Musicienne
Activités annexes Producteur de disques
Genre musical Art rock[a 1]
College rock[a 1]
Pop
Pop rock[a 1]
Pop baroque
Rock alternatif
Rock progressif[1]
Instruments piano, Fairlight CMI, claviers, basse, guitare, violon
Années actives 1975 à aujourd'hui
Labels EMI
(1975 à aujourd'hui)
Columbia Records
(États Unis, 1989-2009)
Legacy Recordings
(2010 à aujourd'hui)
Fish People (division d'EMI)
(2011 à aujourd'hui)
Influences The Beatles · David Bowie · Brian Eno · Genesis · Elton John · King Crimson · Pink Floyd · Joni Mitchell · Laura Nyro · Roxy Music[a 2]
Site officiel www.katebush.com
Composition du groupe
Anciens membres Alan Murphy

50 Words for Snow Director's Cut (album de Kate Bush) Aerial The Red Shoes (album) The Sensual World The Whole Story Hounds of Love The Dreaming Never For Ever Lionheart (album) The Kick Inside

Catherine « Kate » Bush, CBE, est une auteur-compositrice-interprète britannique, musicienne et productrice de disque, née le 30 juillet 1958 à Bexleyheath[2]. Son style musical éclectique et sa voix particulière[3] ont fait d'elle la chanteuse britannique qui a eu le plus de succès ces trente-cinq dernières années.

En 1978, à l'âge de 19 ans, Kate Bush est en tête du UK Singles Chart au Royaume-Uni pendant quatre semaines avec son premier 45-tours Wuthering Heights, qu'elle a elle-même écrit[g 1]. Elle a depuis enregistré dix albums. Parmi ses plus grands succès figurent encore Running Up that Hill, King of the Mountain, Babooshka, The Man with the Child in His Eyes[a 3], et son duo sur Don't Give Up de Peter Gabriel[4].

Parmi les récompenses qui lui ont été décernées, Kate Bush a notamment remporté en 1987 le Brit Award de la « meilleure chanteuse britannique », et en 2002 un Ivor Novello Award pour sa « contribution exceptionnelle à la musique britannique »[5] en reconnaissance de son talent de parolière. Au cours de sa carrière, elle a également été nominée pour trois Grammy Awards[6]. En 2013, elle reçoit des mains de la reine Elisabeth II[7] la décoration de « Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique » pour les services rendus à la musique[8],[9].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Kate Bush est née à Bexleyheath dans le comté de Kent. Elle grandit aux côtés de Robert Bush, son père, Hannah Daly, sa mère et ses deux frères, John et Paddy[10].

Elle est élevée dans un milieu tourné vers les arts : sa mère était une ancienne danseuse de folk irlandais, son père un pianiste, Paddy un fabricant d'instruments de musique et John était un poète et un photographe[11].

L'influence musicale de sa famille fait qu'elle décide d'apprendre par elle-même à jouer du piano à l'âge de 11 ans mais aussi de l'orgue et du violon. Elle écrira ses premières chansons durant son adolescence[a 4].

Kate Bush est mariée au guitariste Dan McIntosh. Ils ont eu ensemble un fils, Albert[12]. Anciennement résidente à Eltham[13], au sud-est de Londres, elle habite dans le Devon[14] et avait jusqu'à la fin 2011 une autre résidence près de Theale (en), dans le West Berkshire[15].

Carrière[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Découverte alors qu'elle est encore adolescente par David Gilmour, guitariste du groupe Pink Floyd, Kate Bush publie en 1978 son premier 45-tours : Wuthering Heights, auquel collabore Ian Bairnson (membre des Alan Parsons Project) sur le solo de guitare qui conclut la chanson, et dont le texte est inspiré par le roman du même nom d'Emily Brontë (en français : Les Hauts de Hurlevent). C'est un succès immédiat en Grande-Bretagne, mais également dans de nombreux autres pays (dont la France). Succès d'autant plus remarquable que nous sommes alors en pleine période punk et Kate Bush se démarque déjà, avec ses airs romantiques et évaporés (présence théâtrale due à sa formation de danseuse classique et de mime avec Lindsay Kemp). Ce titre sera repris de nombreuses fois, dont en 1993 par le groupe de power metal Angra.

Suivront les albums The Kick Inside et Lionheart en 1978.

En 1979, elle mène en Europe l'unique tournée de sa carrière, « The Tour of Life ».

L'année 1980 marque une étape décisive : elle fait construire son propre studio d'enregistrement. Devenue sa propre productrice, elle confirme son exigence artistique. La presse spécialisée la surnomme la « Sorcière du son ».

Elle décroche un nouveau succès international avec le 45-tours Babooshka, qui contribuera à la popularité de l'album dont il est extrait, Never for Ever (1980).

Elle revient avec The Dreaming (1982). Ce disque ne bénéficie pas d'un accueil à la hauteur de son ambition, mais il est souvent considéré par les admirateurs de Kate Bush comme son meilleur album.

Le succès est de nouveau au rendez-vous en 1985 avec Hounds of Love (avec la collaboration du compositeur de musique de film Michael Kamen). Porté par des titres tels que Running Up That Hill, Cloudbusting, Hounds of Love et The Big Sky, c'est l'album de la consécration (critique et commerciale) planétaire : en effet, avec cet album elle se fait connaître aux États-Unis.

Surfant sur le succès de Hounds of Love, son duo avec Peter Gabriel sur la chanson Don't Give Up sur l'album So de 1986 lui permet de conquérir un nouveau public et elle reçoit début 1987 le prix de la meilleure interprète féminine de l'année en Grande-Bretagne.

Les albums suivants, The Sensual World (1989) - auquel collaborent David Gilmour et Alan Stivell - et The Red Shoes (1993) ne rencontreront pas le même succès en Europe, même si Kate Bush garde une certaine popularité en Grande-Bretagne où ces deux albums atteindront la 2e place des charts. Son album The Red Shoes, avec des participations de Prince, Gary Brooker (membre du groupe Procol Harum), Eric Clapton et Jeff Beck, est entré dans les classements américains.

Le 7 novembre 2001, Kate reçoit la récompense Q award pour l'ensemble de sa carrière.

L'année suivante elle retrouve David Gilmour sur scène pour interpréter avec lui Comfortably Numb, extrait de The Wall de Pink Floyd.

Un double album intitulé Aerial, est sorti le 7 novembre 2005, après une interruption de sa carrière d'une douzaine d'années, pendant lesquelles elle se consacre à sa vie personnelle, en particulier l'éducation de son fils Albert (Bertie), qu'elle a eu avec le guitariste Danny Mcintosh. Le seul extrait de l'album, le single King of the Mountain, est paru le 24 octobre 2005.

Elle enregistre en 2007 la chanson du générique de fin du film À la croisée des mondes : La Boussole d'or.

Le neuvième album de Kate Bush, Director's Cut, est sorti en mai 2011. Cet album est basé sur des reprises de deux anciens albums : The Sensual World et The Red Shoes. Un premier single promotionnel, Deeper understanding, a vu le jour le 4 avril. L'album est également édité sous la forme d'un coffret de trois disques, avec The Sensual World et une version remasterisée de The Red Shoes, auquel elle a souhaité donner un son plus organique, par opposition à la production numérique de l'époque, jugée trop « froide ».

Un nouvel album, cette fois composé de chansons inédites, intitulé 50 Words for Snow et comprenant les participations du comédien Stephen Fry, d'Elton John, du batteur Steve Gadd, du guitariste Andy Fairweather-Low, et de son fils Albert, sort le 21 novembre 2011.

Auteur, compositeur, interprète, Kate Bush produit et arrange elle-même ses albums. Elle travaille en famille chez elle, se montrant extrêmement discrète et n'assurant que le minimum de promotion. L'artiste semble s'éloigner de plus en plus du format pop « classique », notamment sur la deuxième partie d'Aerial et sur 50 Words for Snow.[réf. nécessaire] En 2014, trente-cinq ans après son dernier concert, Kate Bush donne une série de concerts à Londres du 26 août au 1er octobre.

Influence[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, il est devenu courant pour les auteurs-compositrices-interprètes d'être comparées à Kate Bush par les médias. Cette dernière est considérée comme une source d'inspiration pour des artistes féminines comme Tori Amos[16], Alison Goldfrapp[g 2], Björk[17], Nerina Pallot[18], KT Tunstall[19].

La catégorie « Artiste influencé par Kate Bush » en dresse une liste alphabétique

(Traduction en cours)

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Source allmusic.com :
  1. a, b, c, d et e (en) Bruce Eder, « Kate Bush », sur www.allmusic.com, Rovi Corp (consulté le 9 juin 2013), p. Overview.
  2. (en) Bruce Eder, « Kate Bush », sur www.allmusic.com, Rovi Corp (consulté le 23 juin 2013), p. Awards.
  3. (en) Bruce Eder, « Kate Bush », sur www.allmusic.com, Rovi Corp (consulté le 23 juin 2013), p. Biography.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Bruce Eder, « Kate Bush », sur www.allmusic.com, Rovi Corp (consulté le 23 juin 2013), p. Discography.
  • Source guardian.co.uk :
  1. (en) Graeme Thomson, « Kate Bush's only tour: pop concert or disappearing act? », sur www.guardian.co.uk,‎ 13 mai 2010 (consulté le 10 juin 2013) : « A little over a year earlier, Bush had announced her arrival with the single Wuthering Heights, as strange a song as any that has spent four weeks at No 1 ».
  2. (en) « This woman's work: How Kate Bush inspires female artists », sur http:www.guardian.co.uk, Guardian News (consulté le 21 mai 2013) : « Alison Goldfrapp is clear about her adoration of Kate Bush ».
  • Autres références :
  1. (en) Ron Moy, « A Daughter of Albion? Kate Bush and mythologies of Englishness », sur /www.popular-musicology-online.com,‎ 2006 (consulté le 24 juin 2013) : « However, side two's song suite, taken as an entity, does encourage the listener to makes connections with that most English of genres — progressive rock ».
  2. Bexleyheath était rattaché en ce temps dans le Kent et aujourd'hui dans le Grand Londres.
  3. (en) « Kate Bush- Vocal Profile/ Range », sur www.divadevotee.com,‎ 8 juin 2011 (consulté le 24 juin 2013) : « Dramatic Soprano », p. Vocal Range.
  4. Don't Give Up est une chanson extraite de l'album So de Peter Gabriel.
  5. (en) « Kate Bush », sur www.brits.co.uk (consulté le 26 juin 2013) : « Outstanding Contribution to British Music », p. BRITs profile.
  6. (en) « Kate Bush Awards », sur www.metrolyrics.com, MetroLyrics.com (consulté le 13 juillet 2013).
  7. (en) Fraser McAlpine, « Kate Bush Takes Her CBE From The Queen », sur www.bbcamerica.com, BBC Worldwide Americas Inc,‎ 11 avril 2013 (consulté le 30 juin 2013) : « There’s Kate Bush, there’s the Queen (...)And even when you know that Kate is receiving her CBE for services to the music industry (...) ».
  8. (en) « New Year Honours: Famous faces », sur www.bbc.co.uk, BBC,‎ 29 décembre 2012 (consulté le 7 mai 2013) : « Said she was "deeply honoured" », p. Olympic heroes head New Year Honour.
  9. (en) « Supplément », London Gazette,‎ 29 décembre 2012 (consulté le 7 mai 2013).
  10. (en) Adam Sweeting, « Kate Bush: Return of the recluse », sur www.independent.co.uk, The Independant,‎ 2 octobre 2005 (consulté le 17 août 2013) : « Her mother, Hannah, to whose Irish background Kate has attributed her own affinity for music and dance », p. Profiles.
  11. (en) « Kate Bush », sur www.nndb.com, Soylent Communications,‎ 2013 (consulté le 17 août 2013) : « Her father was an accomplished pianist and provided her with her first lessons on the instrument. »
  12. (en) « Kate Bush and the war of Wuthering Heights », sur www.standard.co.uk, London evening standard,‎ 5 mai 2007 (consulté le 12 mai 2013) : « Kate, 48, is married to guitarist Danny McIntosh [...] ».
  13. (en) « Famous people of Eltham », sur www.elthamse9.co.uk, Association of Commerce Eltham 2013 (consulté le 12 mai 2013).
  14. (en) « Kate Bush fanatic Frank Tufaro breaks into singers Devon home to propose », sur Metro, Associated Newspapers Limited,‎ 14 janvier 2012 (consulté le 23 août 2013) : « [...]breaking into the star’s seaside retreat in Devon[...] ».
  15. (en) Pamela Owen, « Kate Bush makes a rare public appearance ... to see the Queen », sur www.mirror.co.uk, Mirror,‎ 13 avril 2013 (consulté le 23 août 2013) : « Villagers where she set up home in Theale, Berks[...] ».
  16. (en) « Tori; VH1's 100 Greatest Women Of Rock And Roll, », sur http://www.hereinmyhead.com/,‎ 1 aout 1999 (consulté le 1er mai 2013) : « I got her work, and was really moved[...] ».
  17. (en) Seàn, « Björk and Maxwell talk about Kate », sur www.katebushnews.com,‎ 25 août 2001 (consulté le 22 mai 2013).
  18. (en) « Nerina Pallot on life, love and Kylie Minogue », sur www.metro.co.uk, Associated Newspapers Limited,‎ 5 avril 2010 (consulté le 2 juin 2013) : « Seeing Kate Bush do This Woman’s Work on Wogan was a catalyst for me. »
  19. (en) « KT Tunstall wants Kate Bush to win her brit », sur http:www.gigwise.com (consulté le 2 mai 2013) : « It's got to be the Kate Bush award - even though I'm up against her. She's just a legend. I'm chuffed to be in the same category as her. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robin Muir et Ruth Ansel (préf. Kate Bush, photogr. Tim Walker (en)), Story Teller, Thames and Hudson,‎ octobre 2012 (ISBN 2878113950).
  • (en) Graeme Thomson, Under the Ivy : The Life and Music of Kate Bush, Omnibus Press,‎ 1er octobre 2010 (1re éd. 1 mai 2010), 384 p. (ISBN 1-84772-930-4).
  • (en) Deborah Withers, Adventures in Kate Bush and Theory, Hammeron Press,‎ 1er mars 2010 (ISBN 0-9564507-0-9).
  • (en) Kate Bush, Gianni Jetzer et Ali Subotnick (photogr. Shirana Shahbazi (en)), Meanwhile, Jrp Ringier,‎ octobre 2007, 64 p. (ISBN 978-3-905829-05-1).
  • (en) Rob Jovanovic, Kate Bush : The Biography, Piatkus Books (1re éd. octobre 2005), 19,6 × 13,0 cm, broché, 256 p. (ISBN 0749951141 et 9780749951146).
  • (en) Robert Godwin, The Illustrated Collectors Guide To Kate Bush, Apogee Books (réimpr. 26 Octobre 2005), 23,0 × 15,0 cm, broché, 104 p. (ISBN 1894959450 et 978-0-9695736-0-9).
  • (en) John Mendelssohn, Waiting for Kate Bush, Omnibus Press,‎ 15 novembre 2004, relié, 240 p. (ISBN 1844494896 et 9781844494897, présentation en ligne).
  • (en) Kevin Cann et Sean Mayes, Kate Bush : A Visual Documentary, Omnibus Press,‎ 1988 (ISBN 0-7119-1039-1).
  • (en) Fred Vermorel, The Secret History of Kate Bush and the Strange Art of Pop, Omnibus Press,‎ 1983 (ISBN 0-7119-0152-X).
  • (en) Fred Vermorel et Judy Vermorel, Kate Bush : biography : princess of suburbia, Target Books,‎ 1980, couverture en papier glacé 217 × 288 mm.
Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Kate Bush.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]