Laura Nyro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laura Nyro (née Laura Nigro le 18 octobre 1947 à New York8 avril 1997 à Danbury, dans le Connecticut) est une auteur-compositeur-interprète et pianiste américaine. Sa musique mêle rock, jazz, rhythm and blues, gospel et Brill Building Pop.

Elle tient son nom de scène des volontés d'éviter des rapprochements avec le mot potentiellement péjoratif "negro", et de rendre hommage à sa ville natale (d'où le Ny pour New York).

Elle est surtout connue pour les titres qu'elle a écrits pour d'autres, notamment The 5th Dimension (Wedding Bell Blues, Stoned Soul Picnic, Sweet Blindness), Blood, Sweat and Tears (And When I Die), Three Dog Night (Eli's Coming) ou Barbra Streisand (Stoney End), cependant elle est l'une des première femmes à maîtriser tous les stades de l'élaboration et de l'interprétation de sa musique, ce qui lui confère une forme inédite d'indépendance.

Une "étoile filante" entre la pop et le jazz[modifier | modifier le code]

Laura Nyro est née et a grandi dans une famille d'origines catholique italienne et juive russe dans le quartier du Bronx, à New York. Son père Louis Nigro était trompettiste de jazz et accordeur de pianos, et sa mère Gilda (née Mirsky) affectionnait la musique de Debussy ou Persichetti, ainsi que la voix de Leontyne Price. Ils possédaient jusqu'à la fin des années 50 un piano Steinway vieux de 75 ans, avec lequel Laura et son frère plus jeune de trois ans ont appris à jouer. Laura pratiqua principalement en autodidacte : elle arrêta très vite les cours de piano, car elle se sentait trop réprimée par son professeur ; et apprit également la guitare.

Elle décrit son enfance dans le magazine Life en 1970 : "J'ai toujours chanté, depuis que les sons s'offrent à moi. Et j'ai toujours écrit de courts poèmes, puis j'ai commencé à composer de petites mélodies vers 8 ou 9 ans".

De plus, il lui arrivait occasionnellement de chanter des chansons de Doo-Wop à la station de métro Grand Concourse, près de la maison familiale, avec un jeune voisin portoricain. "L'acoustique là bas était exceptionnelle, et on nous aurait viré des halls d'entrée des immeubles de bureaux." Adolescente (vers 1964), ses goûts musicaux mettent en avant des femmes afroaméricaines, notamment Patti LaBelle, The Orlons, Martha & The Vandellas, Nina Simon, ainsi que Joan Baez et Curtis Mayfield, ou encore dans le milieu du jazz Billie Holiday, John Coltrane et Miles Davis. Peu avant sa mort, Laura Nyro décrivait ses passions musicales de cette année comme "cross section of different kinds of music".

1966/67 : Premiers enregistrements[modifier | modifier le code]

Laura Nyro quitte à 17 ans et avant la fin de son cursus la Manhattan High School of Music and Art, et décide d'enfin vivre de sa musique. Elle joue en 1966 pour la première fois dans un studio d'enregistrement, et impressionne Jerry Schoenbaum, directeur du label Verve, car "ses mélodies [étaient] si étranges, et se différenciaient de ce qui se faisait à cette époque - les mesures, les suites d'accords, les textes, tout était inhabituel." Et bien que Laura Nyro refuse alors de jouer autre chose que ses propres compositions, elle produit avec Herb Bernstein un disque, qui restera le seul pour lequel elle accepta de céder à des compromis amenés non sans mal par Bernstein ("Si tu changes de tempo toutes les 30 secondes, tu vas perdre l'auditeur lambda"). Ce fut également le seul disque sur lequel elle n'effectue pas les prises de son du piano elle même, mais avec le musicien de studio Stan Free. Elle fait preuve d'une grande volonté pour une nouvelle venue, pour faire valoir ses travaux face au lissage commercial. A cette époque - notamment pour les femmes - cela était bien différent de la norme dans l'industrie musicale, comme l'explique sa collègue Janis Ian (Society's Child) : "En tant que chanteuse, on n'aurait guère pu penser de toi que tu saches en plus jouer d'un instrument ; personne ne s'attendait à ce que tu composes tes chansons toi même, ou que tu guides les musiciens de studio. Tout ça, c'était prévu pour les gars". L'enregistrement sort en février 1967 sous le titre More Than a New Discovery, dans les bacs et sur les ondes radio. Ses titres sont relativement rarement entendus dans la région de New York, mais plutôt fréquemment en Floride et sur la côte Ouest en général. Il s'agit notamment des titres Wedding Bell Blues et And When I Die.

Dans la foulée de ce succès, Laura Nyro donne une série de concerts à San Francisco, au hungry i, au début de l'année 1967, puis est invitée au fameux Monterey Pop Festival pour le 17 juin 1967 par son coorganisateur Lou Adler.

Discographie[modifier | modifier le code]

Studio[modifier | modifier le code]

En concert[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Impressions
  • 1997 : Stoned Soul Picnic: The Best of Laura Nyro
  • 2000 : Time and Love: The Essential Masters
  • 2006 : Laura Nyro - Collections