The Alan Parsons Project

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Alan Parsons Project

Eric Woolfson et Alan Parsons

Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock progressif, pop rock
Années actives 1975 - 1990
Labels 20th Century Records
Arista Records
Site officiel Site officiel
Composition du groupe
Membres Eric Woolfson
Alan Parsons
Anciens membres Andrew Powell

The Alan Parsons Project (parfois nommé APP) est un groupe de rock progressif britannique en exercice de 1975 à 1990. Il a été fondé par Eric Woolfson et Alan Parsons.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alan Parsons rencontra Eric Woolfson aux Studios Abbey Road en 1974. Il avait déjà travaillé comme ingénieur du son sur les albums des Beatles Abbey Road et Let It Be et, plus récemment, sur The Dark Side of the Moon de Pink Floyd. Cet album des Pink Floyd de par la qualité du son a été longtemps l'album référence pour les vendeurs de chaine HI FI pour tester le matériel auprès du public. Eric Woolfson travaillait alors comme pianiste de session mais était également compositeur et avait écrit des compositions pour un album basé sur l'œuvre d' Edgar Allan Poe. Alan Parsons, quelque peu frustré de n'être que producteur pour d'autres artistes, décida de s'associer avec Woolfson pour fonder son propre groupe, The Alan Parsons Project[1].

Succès croissant[modifier | modifier le code]

Après avoir signé pour le label 20th Century Records, l'album Tales of Mystery and Imagination fut réalisé en 1976 d'après l'idée et les compositions d'Eric Woolfson. (Andrew Powel y a été associé, comme d'ailleurs sur plusieurs autres albums par la suite, notamment The turn of a friendly card afin de réaliser toutes les parties dites "classiques" tant au niveau des cordes que les cuivres). L'album fut bien reçu par le public (il atteignit le Top 40 du Billboard 200)[2], permettant au groupe de signer un contrat avec un grand label, Arista Records, ce qui le lança vraiment.

La notion de groupe est toute relative puisque Alan Parsons et Eric Woolfson en sont les seuls membres permanents. Woolfson était d'ailleurs le compositeur et musicien principal, Alan Parsons se concentrant plus sur l'enregistrement, la production et la créativité technique. De nombreux musiciens prirent part aux différents albums, qui sortirent alors au rythme d'un par an, connaissant un succès croissant un peu partout sur la planète.

Renommée internationale[modifier | modifier le code]

Mais le point culminant de ce succès se situe entre 1982 et 1984, époque à laquelle deux chansons, Eye in the Sky (de l'album du même nom, en 1982) et Don't Answer Me (de l'album Ammonia Avenue, en 1984) devinrent de grands tubes internationaux (comme notamment en Amérique du Nord, où le groupe jouissait d'une grande notoriété depuis déjà plusieurs années). Par la suite, le groupe connut moins de succès, tout en conservant une renommée certaine, jusqu'à ce qu'Eric Woolfson prenne ses distances à la fin des années 1980.

Par contre, il est à noter que le groupe n'a paradoxalement jamais connu un tel succès sur ses terres natales (le Royaume-Uni), où aucun de ses albums ou singles n'a atteint le Top 20.

The Alan Parsons Project enregistra dix albums studio de 1976 à 1990, vendit plus de 45 millions d'albums, fut nommé 9 fois aux Grammy Awards et reçut plus de 50 disques d'or et de platine[1] mais ne donna que très peu de concerts.

APP est aussi connu pour ses compositions instrumentales, comme I Robot (de l'album du même nom, en 1977) ou Sirius, instrumental présent sur l'album Eye in the Sky, qui fut utilisé par plusieurs équipes sportives d'Amérique du Nord (notamment de Football américain), afin d'accompagner leurs entrées sur les stades.

Références culturelles au groupe[modifier | modifier le code]

  • Il est fait référence à ce groupe dans le film Austin Powers 2 : L'Espion qui m'a tirée, lors de la présentation de la nouvelle arme du Docteur Denfer, appelée le « Alan Parsons Project ».
  • L'intro du titre Sirius constitue la musique d'entrée des joueurs de la franchise de basket NBA des Bulls de Chicago, notamment durant la carrière de Michael Jordan. Ce détail a amené de nombreux fans de basket à écouter le groupe et a contribué à la pérennité de sa popularité.
  • Le titre Sirius de l'album Eye in the Sky a été diffusé pour l'entrée des finalistes du tournoi de tennis Roland-Garros 2011, pour les finales de simple hommes et de simple dames. Il est également utilisé par la chaîne L'Équipe TV en tant que bande son des informations en images, notamment dans l'émission Alonzo Dimanche présentée par Jérôme Alonzo.
  • Le titre In the Real World de l'album Stereotomy a été utilisé par Antenne 2 dans les années 87-90 pour le générique de l'émission de sport du samedi apres-midi.
  • Le titre I Wouldn't Want To Be Like You fait partie de la bande-son du jeu vidéo Grand Theft Auto V (2013) ; il est diffusé sur la station de radio fictive Los Santos Rock Radio.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Album Titre
Tales of Mystery And Imagination
  1. The Tell-tale heart
  2. The Fall of The House Of The Usher
  3. The Raven
I Robot
  1. I Robot
  2. I Wouldn't Want To Be Like You
  3. Genesis
Pyramid
  1. Voyager
  2. What Goes Up
  3. Pyramania
  4. Hyper-Gamma-Spaces
Eve
  1. Lucifer
  2. Damned If I Do
  3. You Won't Be There
The Turn Of A Friendly Card
  1. Time
  2. Games People Play
  3. The Turn Of A Friendly Card
  4. May Be a Price To Pay
  5. The Ace Of Swords
  6. The Gold Bug
Eye In The Sky
  1. Sirius instrumental
  2. Eye In The Sky
  3. Children Of The Moon
  4. Gemini
  5. Silence and I
  6. You're gonna get yours fingers burned
  7. Psychobabble
  8. Mammagamma instrumental
  9. Step by step
  10. Old And Wise
Ammonia Avenue
  1. Prime Time
  2. Don't Answer Me
  3. Ammonia Avenue
Vulture Culture
  1. Let's Talk About Me
  2. Days Are Numbers (The Traveller)
  3. The Same Old Sun
Stereotomy
  1. Stereotomy
  2. Limelight
Gaứdi
  1. La Sagrada Familia
  2. Closer To Heaven
  3. Money Talk

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b the-alan-parsons-project.com/History
  2. (en) Martin C. Strong, The Great Rock Discography, Edinburgh, Mojo Books,‎ 2000, 729–730 p. (ISBN 1-84195-017-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]