Legacy Recordings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Legacy Recordings

Description de l'image  LegacyRecordsLogo.jpg.
Filiale Sony BMG Music Entertainment
Fondation 1990
Fondateur Eldidge R. Johnson &
Ernie Berliner
Maison de disques RCA
Genre Jazz, Blues,
Rock 'n' Roll...
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Site web (fr) Site officiel
(en) Site officiel

Legacy Recordings est une division du catalogue de Sony BMG Music Entertainment. Le label est créé en 1990 par CBS Records, renommé en 1991 Sony Music. Il figure sur les albums réédités et les coffrets des enregistrements du vaste catalogue de Columbia Records, Epic Records et des labels associés. De plus le label reprend maintenant les archives RCA, J Records, Windham Hill, RCA Victor, Arista, Buddha Records, Philadelphia International Records, ou encore Sony BMG Nashville, qui constituent tous les archives de Sony BMG.

Historique[modifier | modifier le code]

1889: Création de Columbia par la Compagnie américaine de Graphophone. La société Columbia était destinée à distribuer ses machines parlantes à Washington et dans ses environs. Columbia propose alors le graphophone en tant que matériel de bureau. Celui-ci deviendra par la suite un nouveau moyen de divertissement.

1901 : Création de la compagnie Victor, producteur de machines parlantes La compagnie Victor a été créée par la compagnie allemande de gramophones, conceptrice des premiers formats de disques vinyles.

1902 : Columbia devient producteur de disques. Columbia et Victor standardisent les 7’’ et 10’’ inch, au détriment du cylindre qui disparaitra.

1902 : La Victor compagnie signe Caruso. Pour rivaliser avec Columbia, le nouveau venu, la Victor signe l’Opéra « Superstar » d’Enrico Caruso. Grâce à lui, Victor deviendra le leader en matière de musique classique et opéras pour les décennies à venir.

1917 : Le premier enregistrement de musique jazz. Le groupe “The Original Dixieland Jazz Band” de la Nouvelle Orléans enregistre la première chanson de jazz pour Columbia et Victor. L’ère du jazz est née.

1923: King Oliver enregistre “Dippermouth Blues” King Oliver et son groupe de Jazz Creole deviennent le premier groupe de jazz noir à commercialiser un disque. Leur disque « Dippermouth Blues », est sorti sous le label OKeh records et a révélé Louis Armstrong.

1926 : Columbia acquiert OKeh. Columbia acquiert OKeh Records (The Otto Heinemann Phonograph Corporation), qui possède au sein de son catalogue Mamie Smith, Clarence Williams, King Oliver, Louis Armstrong, Lonnie Johnson, Bix Beiderbecke, Franckie Trumbauer, Eddie Lang et Bennie Moten.

1927 : Victor « découvre » la musique country. Ralph Peer, le découvreur de talents de la Victor compagnie et anciennement de Columbia, détient des enregistrements de Jimmie Rogers et de la famille Carter La musique « Hillbilly » décolle.

1929 : RCA achète Victor. La “Radio Corporation of America” achète Victor

1933 : RCA introduit Bluebird. Alors que se déroule l’inauguration du Président Roosevelt et du “New Deal”, RCA Victor lance le label Bluebird en janvier 1933, destiné à promouvoir la musique populaire, le blues et la country. Une musique intemporelle ainsi qu’un design reconnaissable ont fait de Bluebird une légende.

1938 : Benny Goodman au Carnegie Hall. Le clarinettiste et leader de son groupe, Benny Goodman (qui a enregistré au sein de Columbia et de RCA) donne un concert qui lancera l’ère du swing.

1938 : CBS se lance sur le marché du disque. CBS se lance sur le marché du disque en acquérant « the american record corporation ». Les artistes associés à la compagnie dont le nom est devenu Columbia Recording Corporation, sont Duke Ellington, Harry James, Fred Astaire…

1943 : Frank Sinatra se lance en solo. Frank Sinatra quitte le groupe Tommy Dorsey Band (RCA) pour signer avec Columbia. Cela marquera le déclin des groupes swings au profit des chanteurs de pop.

1948: L’arrivée du disque vinyle. CBS introduit le vinyle 33 tours, permettant d’accroitre le temps de musique sur un disque. RCA apporta ensuite une nouvelle innovation : le single en 45 tours.

1953: Création d’Epic Records. CBS lance un nouveau label, Epic Records, dont le logo jaune et noir devient une marque familière, apposée sur les sorties de jazz et de classique.

1955: RCA signe Elvis Presley.

1955: Glenn Gould joue Bach. Glenn Gould enregistre “The Goldberg Variations” pour Columbia records. L’enregistrement devient l’un des plus beaux bijoux du catalogue classique de Columbia. Il est d’ailleurs souvent ré édité depuis 50 ans et souligne l’essor de la musique classique américaine au sein du label.

1956 : “My fair lady” sorti chez Columbia souligne l’âge d’or de Broadway. Columbia a coproduit le show “My Fair Lady”. L’album sera numéro un des charts pendant 15 semaines.

Quelques événements clés[modifier | modifier le code]

1959 : Miles Davis enregistre “Kind of Blue” chez Columbia

1960: RCA signe Sam Cooke, considéré comme le premier chanteur de soul

1961 : Columbia signe Bob Dylan

1967 : The Summer of Love: durant “l’été de l’amour”, Columbia signe Janis Joplin.

1975-1977 : Les majors font du Punk: la première scène “Indie Rock” en provenance de New York, prendra une ampleur nationale puis mondiale. Parmi les symboles de cette ère : Patti Smith et The Clash.

1982: L’arrivée du Compact Disc: 1er octobre 1982, première fabrication destinée à être commercialisé.

1982: """Epic Records sort “Thriller”""" de Michael Jackson.

1989-1994: Hip-Hop Revolution: de nouveaux artistes urbains émergent, tel que Public Enemy ou le Wu Tang Clan.

1995 : Les rêves d’ado: c’est en 1995, que l’on découvre les Backstreet Boys. S’ensuivront d’autres artistes pop tels que *NSYNC, Britney Spears et New Kids on the Block.

1999 : L’époque latine: celle nouvelle ère a débuté avec Ricky Martin, mais aussi Shakira et Marc Anthony.

Liste des artistes[modifier | modifier le code]

Artistes principaux du label:

Lien externe[modifier | modifier le code]