Balalaïka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balalaika (homonymie).
Balalaïka
Image illustrative de l'article Balalaïka
Balalaïka prima de 1981

Variantes historiques Domra
Classification Instrument à cordes
Famille instrument à cordes pincées
Tessiture Range balalaika.png
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Ukulélé.

La balalaïka (Russe : Балалайка) est un instrument de musique à cordes pincées russe. C'est un luth à manche long à la caisse typiquement triangulaire. Le mot balalaïka vient du russe balakat, qui signifie bavarder, plaisanter, taquiner.

Elle se joue avec un plectre et se décline en plusieurs tailles. La plus courante, la prima, comporte trois cordes, deux accordées en mi et la troisième en la. Elle est souvent associée aux orchestres de balalaïkas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Domra, ancêtre de la Balalaïka

L'ancêtre de la balalaïka s'appelle la domra et date du XVIe siècle. Elle aurait été introduite en Russie par les Tartares.

Quand en 1648, le tsar de Russie Alexis Mikhaïlovitch décréta par un édit l’interdiction de jouer d’un instrument ou d’en posséder un, tous les musiciens, troubadours et bardes furent alors persécutés et envoyés en exil, et leurs instruments brûlés[1]. C’est alors qu'apparut la balalaïka, cet instrument de musique très facile à produire. Les premières traces écrites de son existence remontent à 1688, quand des gardes du Kremlin, alors forteresse de Moscou, ont arrêté deux serfs ivres jouant de la balalaïka. Par la fureur que provoquait cet instrument, le tsar n’eut pas d’autre choix que de dissoudre l’édit et de faire revenir la musique dans les traditions russes.

Elle est généralement utilisée dans la musique traditionnelle russe, et enseignée dans des conservatoires dédiés à la balalaïka en Russie, mais certains musiciens continuent encore à élaborer de nouvelles techniques et à repousser les limites de l'instrument, tel Alexei Arkhipovsky, inventant de nouvelles sonorités à l'instrument grâce aux effets qu'il lui applique, principalement le "delay".

En 2010, la balalaïka a connu un "coup de projecteur" en France, grâce à Alexei Arkhipovsky, lors de son passage dans l'émission de Jean-François Zygel, La Boîte à Musique, dans la rubrique de l'émission intitulée L'instrument rare. Les différentes vidéos de cette intervention ont été diffusées sur les sites de partage de vidéos tel que YouTube, et ont été dans leur globalité visionnées plus de 70 000 fois. Cette intervention a fait découvrir à de nombreux Français cet instrument et ses possibilités sonores[2].

Lutherie[modifier | modifier le code]

Balalaïka contrebasse
Balalaïka basse
Balalaïka prima, Garmon et Corne de berger

Au début, la balalaïka avait une forme hémisphérique, comme son instrument d'inspiration, la domra. Puis, l'instrument étant populaire et comme elle était plus facile à construire de façon triangulaire, on généralisa alors cette forme lors de sa production.

La balalaïka possède un manche fretté comme le manche d'une guitare, une caisse arrondie à l'arrière de l'instrument, une toute petite ouïe, un large chevalet et, si l'instrument est de bonne facture, un protège-table relevant la main sur lequel le musicien peut faire appui, grâce à quoi il pourra utiliser certaines techniques de jeu.

Elle possède trois cordes, de façon académique et utilisée dans les conservatoires de balalaïka en Russie. La première est en métal et les deux dernières sont en nylon. Plus rarement, il peut arriver que toutes soient en métal. Les deux dernières cordes sont généralement accordées à l'unisson (c'est-à-dire sur la même note).

La qualité des instruments variant selon leur prix, leur provenance ; on trouve plusieurs qualités de balalaïkas:

  • Balalaïka pour enfant ou touriste : étant un emblème de la Russie, la balalaïka est souvent vendue à un prix attractif aux touristes ou pour les enfants. Il s'agit souvent d'instruments de décoration, jouables mais sans grande qualité sonore.

À noter qu'une grande partie de ces balalaïkas (et répandues dans le monde) ont été fabriquées à l'occasion des jeux olympiques d'été de 1980, se déroulant à Moscou, identifiables par leurs inscriptions ornementales désignant Москва 80.

  • Balalaïka d'étude : des instruments d'un prix plus élevé, mais restant abordables pour la plupart, étant des instruments d'études pour les conservatoires, et pour les étudiants. Doté d'une qualité sonore plus élevée, ils sont souvent identifiables par la présence d'un protège-table (que les balalaïkas décoratives n'ont pas) surélevant la main droite du musicien, ainsi que par la présence de finitions de meilleure qualité.
  • Balalaïka de luthier : des instruments conçus et fabriqués par des luthiers, souvent d'un prix plus élevé que ces deux premières catégories, ces instruments sont dotés d'une très grande qualité sonore et sont destinés à des musiciens expérimentés et/ou professionnels, leurs finitions possèdent tous les détails de qualité (bois, barrages, protège-table) d'une bonne balalaïka.

Comme dans la famille des violons, il existe différentes tailles de balalaïkas : sept modèles, de la piccolo à la subcontrebasse permettent de créer des orchestres de balalaïkas, appelés les balalaïkastromusas. Les trois tailles les plus utilisées étant la balalaïka prima (accordée mi, mi, la), la secunda, plus grave, utilisée plutôt pour faire des accords d'accompagnement, et la contrebasse.

Les sept modèles de balalaïkas et leurs accordages sont :

  • Balalaïka Piccolo - ( la - la - ré ) : comme elle possède un son pénétrant malgré sa petite dimension, la piccolo permet d’exécuter beaucoup de variations à une vitesse prodigieuse. Elle est rarement utilisée et on la retrouve surtout dans des petits orchestres.
  • Balalaïka Prima - ( mi - mi - la ) : c’est la plus jouée de toutes les balalaïkas. Comme elle possède une grande efficacité technique, elle permet de jouer rapidement, tout en produisant un son fougueux. C’est la seule à être jouée au doigt sans médiator.
  • Balalaïka Secunda - ( la - la - ré ) : un peu plus grosse que la prima, elle sert principalement à accompagner un orchestre.
  • Balalaïka Alto - ( mi - mi - la ) : légèrement plus grande que la secunda, elle sert, elle aussi, à l’accompagnement.
  • Balalaïka Basse - ( mi - la - ré ) : dans un orchestre, elle joue des sortes de cliquetis marquant l'harmonie et la rythmique pour l'accompagnement d'une mélodie vocale.
  • Balalaïka Contrebasse - ( mi - la - ré ) : plus grande que la précédente, elle occupe la même place dans un orchestre que la basse sauf que celle-ci ne fait pas de cliquetis dans l’harmonie, mais un son plus grave.
  • Balalaïka Subcontrebasse - ( mi - la - ré ) : c’est le plus grand modèle de balalaïka et a la même fonction que la contrebasse, sauf qu’elle est plus grosse que celle-ci.

Jeu[modifier | modifier le code]

Elle se joue au doigt pour la prima et avec un plectre pour les autres tailles. Un répertoire particulier a été développé pour cet instrument assez souple en outre pour s'adapter à tous types de musiques.

Quelques virtuoses :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.russie.net/music/im_balalaika.htm
  2. http://www.youtube.com/watch?v=3MCHL2GJRxM

Liens externes[modifier | modifier le code]