Re-recording

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le re-recording (littéralement en français « réenregistrement »), est une technique utilisée dans le domaine de l'audio. Elle consiste à enregistrer des sons rajoutés à d'autres sons déjà enregistrés afin de les mélanger au moment du mixage. Re-recording est un faux-ami en anglais[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En stéréo[modifier | modifier le code]

À l'origine, la technique consiste à enregistrer d'abord l'orchestre, puis à enregistrer le chanteur mélangé simultanément avec l'orchestre et recopier sur un deuxième magnétophone 1/4 de pouce. En analogique, l'inconvénient de ce procédé a pour conséquence d'ajouter des distorsions, non désirées, inhérentes à ce procédé de copies incontournables.

Ampex invente alors le magnétophone 3 pistes puis rapidement 4 pistes sur bande 1/2 Pouce qui permet l'Overdub du chanteur tout en évitant l'inconvénient de la copie et surtout en permettant à l'ingénieur du son de se concentrer ultérieurement sur le mixage. Les premiers Ampex 3 et 4 pistes ont été importés en France au tout début des années soixante aux studios Europa Sonor[2].

En multipiste[modifier | modifier le code]

Le développement de l'enregistrement multipiste analogique, à partir du milieu des années 1960 jusqu'à l'apparition du numérique, offre des possibilités théoriquement illimitées. Il modifie radicalement et progressivement les techniques d'enregistrement et de mixage.

Dans le rock et la variété, l'enregistrement live a progressivement été remplacée par des enregistrements fractionnés, consistant souvent à commencer par une prise rythmique de base (par exemple : basse-batterie-guitare et voix témoin éventuellement), puis à y ajouter au fur et à mesure d'autres instruments ou groupes d'instruments (cordes, cuivres, chœurs, percussions, etc.) et ce, par couches successives pour finir par l'enregistrement (ou le ré-enregistrement) des voix définitives.

Dans les années 1960, l'apparition de magnétophones 4, puis 8 pistes, suivie dans les années 1970 des 16, 24 et 48 pistes, permet l'enregistrement séparé et fractionné[3] de chaque section de l'orchestre (rythmique puis overdub de cuivres, puis de cordes, puis de la voix…) ce qui donne une nouvelle importance à l'étape du mixage. Le mixage devient aussi une étape de manipulation des sons, potentiellement « créative ».

La frénésie des pistes amène à leur multiplication : 24 pistes puis 32 pistes analogiques[4].

Les premiers enregistreurs numériques apparaissent dans les années 1980, avec l'enregistreur sur bande (enregistrement linéaire) Sony 3324 offrant 24 pistes puis d'autres enregistreurs multipiste apparaissent : 32 et 48 pistes, puis, les systèmes de synchronisation permettent d'enregistrer sur plusieurs machines, par exemple 2 × 48 pistes.

L'apparition des stations audio-numériques (acronyme DAW, de l'anglais digital audio workstation) permet, avec l'enregistrement non-linéaire, d'augmenter encore plus le nombre de pistes.

Dans le cinéma, il est courant d'utiliser plusieurs DAW lecteurs et enregistreurs au mixage. Quand la console ne possède pas suffisamment de voies d'entrée, il est usuel de procéder à des prémixages à l'intérieur de ces stations.

Quelques artistes ayant, les premiers, utilisé le re-recording[modifier | modifier le code]

  • Sydney Bechet[5] enregistre le 18 avril 1941 chez son ami John Reid (RCA) des séances en re-recording, une invention du maître et une première dans l’histoire du jazz, il joua à tour de rôle 6 instruments, de la contrebasse, de la batterie, du piano, de la clarinette, du saxophone soprano et du saxophone ténor, et enregistra les deux faces d’un disque avec les morceaux The Sheik of Araby et Blues of Bechet[6].
  • Bill Evans superpose trois prises de piano dans chacun des morceaux de son album solo Conversations with Myself (1963), puis récidive dans les albums Further conversations with myself (1967) et New conversations (1978).
  • Les Beatles dont chaque membre du groupe jouait souvent de plusieurs instruments sur le même disque.
  • Les Beach Boys qui doublaient leurs harmonies vocales, donnant à l'auditeur l'impression que les membres du groupe étaient deux fois plus nombreux qu'ils ne l'étaient en réalité.
  • Jethro Tull sur l'album Stand Up (1969) où Ian Anderson interprète deux parties de flûte en simultané sur le morceau Bourrée. Mais sur les deux autres morceaux de l'album où on peut entendre deux parties de flûte en même temps, ce n'est pas du re-recording : la première flûte est tenue par Ian Anderson et la deuxième par Martin Barre, le guitariste du groupe.
  • Paul McCartney joue de tous les instruments pour l'enregistrement de son premier album éponyme (1970) post-Beatles.
  • Mike Oldfield, qui a bricolé un magnétophone pour superposer tous les instruments dont il joue sur Tubular Bells (1973).

Artistes du répertoire classique[modifier | modifier le code]

  • Aldo Ciccolini dans sa première intégrale des œuvres de piano d'Erik Satie, a enregistré les pièces pour piano à quatre mains en re-recording.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Re-recording (filmmaking) (en) pour le cinéma. À noter que le terme anglais usuel et équivalant est en musique Dubbing (en). À l'apparition de l'enregistrement multipiste, le terme anglais correspondant (dubbing) devient overdubbing (usuellement en jargon musical français : « overdub » ou « dub »)
  2. George Massenburg (en) a été directeur technique de ce studio, en 1973 et 1974.
  3. un overdub peut être enregistrée en plusieurs parties ou plusieurs sections ou même sur plusieurs pistes dont chaque partie sera choisie et prémixée sur une nouvelle et unique piste - Claude François en était un des précurseurs.
  4. Gunther Loof au studio CBE est l'inventeur du 32 pistes analogique.
  5. Site Officiel Sydney Bechet
  6. http://www.deezer.com/fr/music/playlist/bechet-alone-59322350#music/playlist/bechet-alone-59322350

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]