Omar Hakim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Omar Hakim

Omar Hakim (né le 2 février 1959 à New York) est un batteur américain de jazz, fusion, pop et rock.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 2 février 1959 à New York, il commence la batterie à 5 ans, avec un jouet reçu à Noël. À 10 ans, il jouait dans le groupe de son père, Hasan Hakim, ancien tromboniste dans les orchestres de Duke Ellington et Count Basie[1]. Son père est un ami de John Coltrane, ce qui permet à Omar de côtoyer des batteurs influents comme Elvin Jones ou Art Blakey. À 11 ans, il étudie avec le batteur du big band de Count Basie Clyde Lucas, ce qui terminera de lui apporter une connaissance profonde de la tradition du jazz[2].

En 1980, Mike Mainieri engage Omar dans le groupe Steps Ahead, ainsi qu'un autre élève de Music & Art (lycée public alternatif new-yorkais) où les deux étudient : Marcus Miller. La même année, Mike Mainieri produit Carly Simon qui engage Hakim pour une tournée.


1983 marque un tournant dans la carrière du batteur, qui participe à des enregistrements de premier plan dans des styles très différents. Grâce à Miles Davis[1], il est engagé par Joe Zawinul dans le groupe Weather Report, au sein duquel Victor Bailey et lui-même remplacent la rythmique légendaire formée par Pastorius et Erskine. Hakim et Bailey font leurs débuts sur l'album Procession[3], qui sera suivi de trois autres albums : Domino Theory (1984), Sportin' Life (1984) et This Is This! (1985). Resté le batteur du groupe jusqu'à sa séparation, Hakim est donc le dernier batteur de Weather Report. Cette même année, son ami Nile Rodgers produit un album pour David Bowie, et l'engage pour les batteries de Let’s Dance. Par ailleurs, il enregistre les batteries de l'album Brothers in Arms du groupe Dire Straits.


En 1984, il intègre le groupe de Sting pour le premier album solo du chanteur : The Dream of the Blue Turtles. Outre Omar Hakim, le groupe intègre Darryl Jones à la basse, Branford Marsalis au saxophone, et Kenny Kirkland au claviers.

En 1986, il participe à l'album Tutu de Miles Davis, sur lequel il retrouve notamment Marcus Miller.

Cette même année sort le film documentaire « Bring on the Night », qui retrace une tournée de Sting avec son groupe. Dans ce film, le solo de batterie que joue Hakim sur le titre I Burn for You est considéré par certains critiques comme un des meilleurs solos de batterie filmés. Un solo puissant et virtuose qui donnait lieu chaque soir à une standing ovation [2].

En 1989, il sort le premier de trois albums solos : Rythm Deep, qui sera suivi de Crucial 2 Groove (1990) et Groovesmith (2000).

Omar Hakim est aussi reconnu pour avoir su intégrer les appareils électroniques (batteries, boites à rythmes) à son jeu, ce qui étendit encore le champ de son éclectisme, lui permettant d'être aussi à l'aise sur une batterie électronique « V-Drum » avec Madonna, que sur une batterie acoustique dans le trio jazz de Hank Jones[2].

Omar Hakim est crédité sur plusieurs centaines d'albums[4] qui recouvrent des styles variés tels que jazz, fusion, rock, R&B, pop,...

La liste de ses nombreuses collaboration inclut des artistes tels que : Anita Baker, Astrud Gilberto, Bobby McFerrin, Bruce Hornsby, Bruce Springsteen, Bryan Ferry, Carly Simon, Carole King, Céline Dion, Chaka Khan, Cheb Mami, Chic, Daft Punk, Dave Grusin, David Bowie, David Lee Roth, David Sanborn, Dire Straits, Ennio Morricone, Everything but the Girl, Herbie Hancock, George Benson, Gil Evans, Grover Washington, Jr., Jennifer Lopez, John Scofield, Kenny Loggins, Larry Carlton, Laurie Anderson, Lee Ritenour, Lionel Richie, Mariah Carey, Michael Brecker, Michael Franks, Michael Jackson, Michel Petrucciani, Mick Jagger, Miles Davis, Philip Bailey, Pino Daniele, Queen Latifah, Richard Bona, Richard Müller, Santana, Stanley Jordan, Sting, Tracy Chapman, Victor Bailey, Weather Report, Will Downing.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Omar Hakim sur drummerworld.com : [1]
  2. a, b et c Biographie officielle sur omarhakim.com [2]
  3. Discographie annotée de Weather Report : [3]
  4. Omar Hakim sur albumcredits.com : [4]

Liens externes[modifier | modifier le code]