Jeff Beck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jeff Beck

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jeff Beck (2005)

Informations générales
Nom de naissance Geoffrey Arnold Beck
Naissance 24 juin 1944 (70 ans)
Wallington, Surrey, Angleterre
Genre musical Blues rock, jazz fusion, rock instrumental, hard rock, soft rock
Instruments Guitare, guitare basse
Années actives Depuis 1965
Labels EMI , Epic
Site officiel www.jeffbeck.com/

Geoffrey Arnold "Jeff" Beck, né à Londres le 24 juin 1944, est un guitariste de Rock et de Blues britannique. Il est l’un des trois guitaristes surdoués, avec Eric Clapton et Jimmy Page, à avoir joué avec le groupe The Yardbirds. Il a été classé 5e meilleur guitariste de tous les temps par le magazine Rolling Stone, classement qui témoigne surtout de sa notoriété. Il est néanmoins considéré comme un artiste influent : la chaîne MSNBC l'a ainsi décrit comme « le guitariste d'un guitariste »[1], et le magazine Rolling Stone comme « l'un des guitaristes solistes les plus influents dans le rock »[2].

Les enregistrements de Jeff Beck touchent principalement aux genres du blues-rock, du heavy metal, du jazz fusion ou encore de l'electronica. Beck a gagné sept Grammy awards[réf. nécessaire] au cours de sa carrière et a connu sa période d'apogée musicale dans le milieu des années 1970, en solo. Cependant, il n'a pas été capable d'établir et de maintenir un succès commercial que nombre de ses collaborateurs ont connu.

Le 4 avril 2009, Jeff Beck est invité à la cérémonie d'ouverture du Rock and Roll Hall of Fame, et y est intronisé par Jimmy Page, guitariste de Led Zeppelin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Beck est né en 1944, de Arnold et Ethel Beck, au 206 Demesne Road, Wallington, dans la banlieue sud de Londres. À dix ans, le jeune Beck chante dans une chorale d'église. Adolescent, il apprend à jouer sur une guitare empruntée, puis fait plusieurs tentatives pour construire son propre instrument. Dans son livre, Mo Foster cite Beck[3], en disant: "La touche était si mauvaise que ce n'était pas jouable avec un capo à la cinquième frette. Je me suis intéressé à la guitare électrique avant même de connaître la différence entre électrique et acoustique. La guitare électrique semble être une planche de bois tout à fait fascinante avec des boutons et des interrupteurs dessus. Je devais en avoir une."[réf. nécessaire]

Le premier guitariste qui aurait impressionné Beck est Les Paul[3]. Cliff Gallup, le guitariste lead de Gene Vincent et des Blue Caps a été une influence musicale précoce, suivie par BB King et Steve Cropper. Après avoir quitté l'école il étudie au Wimbledon College of Art, puis travaille dans divers métiers: peintre-décorateur, jardinier, peintre industriel, etc... La sœur de Beck le présente alors au jeune Jimmy Page, et il devient par la suite guitariste de studio[4].

Les Yardbirds[modifier | modifier le code]

En 1965, Beck rejoint les Yardbirds, sur une recommandation de Jimmy Page (que les Yardbirds auraient initialement souhaité avoir pour guitariste) après le départ d'Eric Clapton pour les John Mayall's Bluesbreakers, juste après le premier grand succès du groupe, For Your Love. En 1966, les Yardbirds se retrouvent avec deux des plus grands guitaristes anglais de leur époque Jeff Beck et Jimmy Page, jusqu'alors cantonné à un rôle de musicien de studio. On peut les voir dans le film Blow-Up de Michelangelo Antonioni, sorti en 1966. C'est d'ailleurs la seule façon de voir Jimmy Page et Jeff Beck à la guitare ensemble dans les The Yardbirds pendant cette courte période. Ils y tiennent le rôle d'un groupe jouant dans un club (rôle qu'auraient dû tenir The Who, inspirateurs de la scène), dans une scène au cours de laquelle Beck — à la demande du réalisateur, qui se référait aux manies des Who —, excédé par le son médiocre, casse son instrument, une guitare Höfner, achetée pour l'occasion par la production car le guitariste ne voulait pas détruire son propre instrument.

Il est alors un des premiers guitaristes à expérimenter la distorsion, plus particulièrement sur l'album Roger the Engineer ( le seul album studio qu'il enregistre avec les Yardbirds), le feed back et la fuzz box. C'est cette redéfinition du son et du rôle des guitares électriques qui inspira Jimi Hendrix.

Pour diverses raisons, notamment pour des raisons de santé, Jeff quitte le groupe après 18 mois. C'est pendant ses années de présence que le groupe a enregistré la plupart de ses succès au Top 40 britannique.

Le Jeff Beck Group[modifier | modifier le code]

L'année suivante, en février, après enregistrement de la chanson "Beck's Bolero" (avec Jimmy Page, John Paul Jones, Nicky Hopkins, et Keith Moon) et deux singles solo au Royaume-Uni, ("Hi Ho Silver Lining" et " Tallyman ") il forme le Jeff Beck Group, avec Rod Stewart au chant, Ron Wood à la basse, Mick Waller à la batterie (remplacé par Tony Newman sur Beck-Ola), et Nicky Hopkins au piano. Le groupe produit alors deux albums, Truth en 1968 et Beck-Ola en 1969. À cause de frictions dans le groupe, Stewart et Wood partent en 1969, quelques semaines avant le Festival de Woodstock auquel le groupe devait participer. Rod Stewart et Ron Wood remplacent alors Steve Marriott au sein des Small faces rebaptisés Faces, tandis que Ron Wood deviendra guitariste des Rolling Stones en 1975 suite au départ de Mick Taylor, à une époque où Jeff Beck se plaisait à réaliser des sessions en compagnie des Rolling Stones en prévision de l'album Black and blue. Le travail de Beck avec les Yardbirds et l'album de 1968 Truth du Jeff Beck Group sont les premières influences du heavy metal, dont l'émergence date des années 1970. Truth et Beck-Ola sont de relatifs succès commerciaux (Truth atteint la 15e place des Billboard Charts) et critiques. La chanson You Shook Me de Willie Dixon, a été également reprise par Led Zeppelin sur leur premier album. En 1967, Pink Floyd voulait Beck pour guitariste après le départ de Syd Barrett, mais cela n'est jamais arrivé. Nick Mason se rappelle dans son autobiographie : "Aucun d'entre nous n'a eu le culot de lui demander"

Après l'éclatement du groupe, il participe à Music From Free Creek, un projet de super session, et joue sur quatre chansons, dont une coécrite par Beck lui-même. Son projet de groupe avec Tim Bogert et Carmine Appice de Vanilla Fudge, en fin de contrat échoue à cause d'un accident de voiture et une fracture du crâne de Beck. Après sa guérison, le groupe Cactus a déjà été formé par Appice et Bogert. Il forme un groupe avec des membres entièrement nouveaux. Sa première recrue fut le batteur Cozy Powell. Beck, Powell et le producteur Mickie Most prirent l'avion pour les États-Unis pour enregistrer plusieurs morceaux aux Studios de la Motown avec des instrumentistes de la Motown, mais les résultats sont restés inédits. En avril 1971, Beck finalise la composition de son nouveau groupe avec le guitariste et chanteur Bobby Tench, le claviériste Max Middleton et le bassiste Clive Chaman. Le nouveau groupe est désigné comme Jeff Beck Group et a un son très différent du premier line-up.

Rough and Ready (octobre 1971) fut le premier album enregistré par ce line-up et Beck a écrit ou coécrit six des sept titres de l'album. Rough and Ready inclut des éléments de soul, de rhythm and blues et de jazz, préfigurant la direction que la musique de Beck prendrait plus tard dans la décennie.

Un deuxième album, nommé Jeff Beck Group (juillet 1972), a été enregistré dans les studios de TMI à Memphis, Tennessee, en utilisant le même personnel avec Steve Cropper en tant que producteur. Cet album possède une forte influence Soul, cinq des neuf pistes étant des reprises de chansons par des artistes américains de soul. "I Got To Have A Song" a été la première des quatre compositions de Stevie Wonder reprises par Beck. Peu de temps après la sortie de l'album Jeff Beck Group le groupe a été officiellement dissous.

Beck, Bogert and Appice[modifier | modifier le code]

Beck commence alors à travailler sur la réalisation de son ambition de longue date de collaborer avec le bassiste Tim Bogert et le batteur Carmine Appice, qui est devenu disponible après la disparition de Cactus. Beck termine sa tournée avec le Jeff Beck Group en août 1972 pour remplir des obligations contractuelles avec son promoteur, avec un nouveau line-up dont Bogert, Appice, Max Middleton et le chanteur Kim Milford font partie. Après seulement six concerts Milford a été remplacé par Bobby Tench, arrivé du Royaume-Uni à temps pour le concert au Arie Crown Theatre de Chicago, et qui sera présent pour le reste de la tournée. La tournée se termine au Paramount North West Theatre à Seattle.

Après cette tournée américaine Tench et Middleton quittent le groupe alors que Beck forme le trio Beck, Bogert and Appice. Appice a joué le rôle de chanteur avec Bogert et Beck contribuant aux voix de temps en temps. Encore présentés comme Jeff Beck Group, ils ont été programmés à Rock at The Oval en 1972, qui a marqué le début du calendrier de leur tournée au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Allemagne. Une tournée américaine commence en octobre 1972, à partir de la Floride et du Hollywood Sportatorium, qui se conclut le 11 novembre 1972, à La Nouvelle-Orléans.

En avril 1973, l'album Beck, Bogert and Appice sort (chez Epic Records) avec l'association en studio tant attendue de Beck, Bogert et Appice. Alors que les critiques ont reconnu de grandes prouesses instrumentales l'album n'a pas été bien reçu dans le commerce, sauf pour sa reprise du hit de Stevie Wonder, "Superstition". Le 3 juillet 1973 Beck est apparu en tant qu'invité pendant le Tour de David Bowie Ziggy Stardust, quand il a rejoint Bowie sur scène pour interpréter "The Jean Genie" / "Love Me Do" et "Around and Around", une chanson écrite par Chuck Berry mais popularisée par Bowie. Même si le spectacle a été enregistré et filmé, aucune des éditions publiées n'inclut les performances avec Beck.

Au cours d'octobre 1973 Beck enregistre pour Michael Fennelly sur l'album Lane Changer, et participe à des séances avec Hummingbird, un groupe dérivé du Jeff Beck Group, mais ne contribue pas à leur premier album éponyme.

Au début de janvier 1974, le groupe a joué au Rainbow Theatre, dans le cadre d'une tournée européenne. Le concert a été diffusé dans son intégralité dans l'émission américaine Rock Around the World en septembre de la même année. Ce fut la dernière œuvre enregistrée par le groupe. Les compositions qui étaient destinées à un deuxième album studio ont été incluses sur le bootleg At Last Rainbow. Les pistes Blues Deluxe et BBA Boogie de ce concert ont plus tard été incluses sur la compilation Jeff Beck Beckology (1991).

Beck, Bogert and Appice est dissous en avril 1974, avant que leur deuxième album studio (produit par Jimmy Miller) ait été terminé. Cela a conduit leur album live, Beck, Bogert and Appice Live in Japan enregistrés lors de leur tournée 1973 du Japon, à n'être sorti qu'en février 1975 par Epic / Sony.

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Jeff Beck en concert en 2001.

Après une récupération de quelques mois, Beck entre au studio Underhill pour travailler sur de nouvelles idées. Il y rencontre le groupe Upp, qu'il recrute en tant qu'instrumentistes pour son apparition dans l'émission de télévision de la BBC "Guitar Workshop" en août 1974. Beck produit et joue sur leur premier album éponyme. Beck a également produit leur deuxième album This Way Uppsorti en 1976 et joué sur les pistes "Dance Your Troubles Away" et "Don't Want Nothing To Change", bien que sa contribution au deuxième album n'ait pas été créditée au départ. En octobre 1974 Beck a commencé à enregistrer des instrumentaux aux studios AIR. Au cours de ces sessions, il a travaillé avec le claviériste Max Middleton, le bassiste Phil Chen et le batteur Richard Bailey, avec George Martin en tant que producteur et arrangeur. Blow by Blow(mars 1975) est ressorti de ces séances et a été présenté comme une prouesse technique de Beck dans le domaine du jazz-rock. L'album a atteint le numéro quatre dans les charts et est présenté comme le plus grand succès commercial de Beck.

Beck fut très méticuleux sur le doublage et était souvent mécontent de ses solos, et retrournait aux AIR Studios pour enregistrer ses performances jusqu'à ce qu'il soit convaincu qu'il avait fait de son mieux. Quelques mois après que les sessions furent finies, George Martin a reçu un appel téléphonique de Beck, qui a voulu enregistrer une nouvelle session. Amusé, Martin aurait répondu: "Je suis désolé, Jeff, mais le disque est dans les magasins!" [3]

Beck mit sur pied un groupe pour une tournée américaine qui a été précédée par un concert inopiné à Londres. Il fait une tournée en avril et mai 1975, avec la plupart du temps le Mahavishnu Orchestra, en conservant Max Middleton aux claviers, mais avec la collaboration de Wilbur Bascomb (basse) et note le batteur de session Bernard "Pretty" Purdie. Au cours de cette tournée, il participe au World Rock Festival de Yuya Uchida en jouant un total de huit chansons avec Purdie. En outre, il a joué une session instrumentale de guitare et percussions avec Johnny Yoshinaga et, à la fin du festival, rejoint pour un jam par le bassiste Felix Pappalardi de Mountain et le chanteur Akira Joe Yamanaka du Flower Travellin' Band. Seule la partie avec Purdie a été enregistrée et publiée.

Il est suivi d'un album en collaboration avec le claviériste Jan Hammer et le batteur et compositeur Narada Michael Walden (en) Wired (1976) qui connaît autant de succès et est enregistré dans un style proche de celui de ses deux collaborateurs. La reprise de Goodbye Pork Pie Hat, standard de jazz, lui vaudra une lettre de félicitations de la part de son compositeur, Charles Mingus. Pour promouvoir l'album, Beck se joint au Jan Hammer Group pour donner un concert avec Alvin Lee à The Roundhouse en mai 1976, avant d'entamer une tournée mondiale de sept mois. Il en résulte un live de 1977, le Live with the Jan Hammer Group.

À ce moment, Beck est un évadé fiscal et s'installe aux États-Unis, où il resta jusqu'à son retour au Royaume-Uni à l'automne de 1977. Au printemps de 1978, il commence à répéter avec le bassiste Stanley Clarke et le batteur Gerry Brown en vue d'un concert au Festival de Knebworth, mais Brown finit par abandonner cette idée. Beck fait une tournée de trois semaines au Japon, en novembre 1978, avec un groupe composé de Clarke et de nouveaux arrivants Tony Hymas (claviers) et Simon Phillips (batterie) du groupe de Jack Bruce ». Il commence ensuite à travailler sur un nouvel album aux Ramport Studios du groupe The Who à Londres et enregistre très progressivement tout au long de 1979, pour arriver à la sortie de There and Back en juin 1980. Sur cet album, trois morceaux ont été composés et enregistrés avec Jan Hammer, et cinq autres écrits avec Hymas. Stanley Clarke a été remplacé par Mo Foster à la basse, à la fois sur l'album et les performances ultérieures. Sa sortie a été suivie par une grande tournée aux États-Unis, le Japon et le Royaume-Uni.

Il participe aux concerts The secret Policeman's other ball organisés au profit d'Amnesty International, aux côtés de Sting, Eric Clapton et Phil Collins notamment, du 9 au 12 septembre 1981. Un album témoigne de l'évènement et l'on pourra se régaler du duel incroyable que se livrent Beck et son ami Clapton sur "Crossroad" et "Further Up the Road" ! En 1984, il participe à l'enregistrement de l'EP The Honeydrippers: Volume One de The Honeydrippers, groupe formé par Robert Plant après la séparation de Led Zeppelin, aux côtés de Jimmy Page. Il joue sur deux chansons de l'enregistrement.

Dans les années 1980 et 1990, Beck enregistre de façon sporadique (à cause d'acouphènes notamment). There and Back connaît un succès modéré malgré la présence d'un de ses morceaux les plus appréciés, The Pump. Puis il enregistre Flash (1985), avec la collaboration de Rod Stewart, qui lui vaut son premier Grammy Award pour le morceau Escape Song, Guitar Shop (1989), avec Terry Bozzio et Tony Hymas, Frankie's House (Music from the original soudtrack) avec Jed Leiber au clavier en 1992, Crazy Legs (1993), avec les Big Town Playboys Who Else (1999), et You Had It Coming (2001).

En 1988, Jeff Beck apparaît dans le film Jumeaux. Il interprète quatre titres : Green onions, The Stumble, The train kept a-rollin' et surtout I'd die for this dance sur scène avec Nicolette Larson, Terry Bozzio et Tony Hymas.

Jeff Beck gagne son troisième Grammy Award (celui de la meilleure performance instrumentale rock) pour le morceau Dirty Mind extrait de You Had It Coming.

Pour la première fois après la dissolution des Yardbirds en 1966, Jeff partagea la scène avec ses camarades Eric Clapton et Jimmy Page au cours du ARMS Charity Concert donné en l'honneur de Ronnie Lane en 1983 avant d'accompagner Clapton à plusieurs reprises lors de ses tournées de juin 1993 (Apollo Theater de New York, aux États-Unis) à février 2009 (stade Saitama Super Arena, Japon).

L'album de 2003, Jeff marque l'ancrage dans le style electro-guitare utilisé lors des deux albums précédents. Le morceau Plan B de cet album lui doit son quatrième Grammy Award, une autre fois pour meilleure performance instrumentale rock.

Beck participe aux quatre festivals de guitare Crossroads organisés par Eric Clapton au stade Cotton Bowl de Dallas en juin 2004[5], au Toyota Park Centre de Bridgeview en 2007 et 2010, ainsi qu' au Madison Square Garden de New York en avril 2013.

En 2007, il enregistre un album et un DVD live au légendaire club de Jazz Ronnie Scott's, avec Tal Wilkenfeld, Vinnie Colaiuta et Jason Rebello, et en guest stars les chanteuses Joss Stone et Imogen Heap ainsi qu'Eric Clapton. Il reçoit un Grammy Award pour sa reprise instrumentale de A Day In The Life des Beatles.

Les deux camarades se retrouveront de nouveau sur scène au stade O2 Arena de Londres du 13 au 14 février 2010. C'est cette même année qu'un incident assez inattendu s'est produit : Beck s'est coupé le bout de l'index de la main gauche en coupant des carottes, heureusement l'incident fut bénin puisque le doigt fut remis en place le lendemain. En avril 2009, Jeff Beck est entré dans le Rock and Roll Hall of Fame and Museum, le Musée et le Panthéon du Rock and Roll. Il y donne un concert. Le 4 avril 2009, il est rejoint sur scène par David Gilmour au Royal Albert Hall. Dans les notes de l'album Emotion & Commotion, il explique que cette prestation lui a inspiré le morceau Hammerhead.

En 2010, il revient avec un nouvel album, Emotion and Commotion, enregistré avec la participation d'un orchestre et des participations des trois chanteuses Joss Stone, Olivia Safe et Imelda May. Les inspirations sont très variées : reprises de Jeff Buckley, compositions avec son claviériste Jason Rebello, reprises de musiques de film, d'opéra. Dans l'essentiel de ces reprises, la guitare de Beck remplace la partie chantée sur l'original. Il se sépare de Vinnie Colaiuta et Tal Wilkenfeld (qui rejoignent le groupe de Herbie Hancock), qu'il remplace par Rhonda Smith (ancienne bassiste de Prince) et Narada Michael Walden (en) pour son Tour 2010.

Il donne un concert en hommage à Les Paul à l'Iridium Jazz Club les 8 et 9 juin 2010 en compagnie de Imelda May[6]. La performance sort sur DVD et CD sous le nom de Jeff Beck: Rock ‘N’ Roll Party Honoring Les Paul le 22 février 2011[7].

Il a été nommé pour 5 Grammy Awards avec son album Emotion & Commotion pour l'édition 2011 des récompenses (ce qui fait de lui l'artiste rock instrumental le plus nommé de l'année), plus deux pour sa collaboration avec Herbie Hancock sur The Imagine Project. Trois récompenses lui sont finalement revenues : une pour sa collaboration avec Herbie Hancock, une pour la meilleure performance instrumentale Rock avec Hammerhead, une pour la meilleure performance instrumentale Pop avec Nessun Dorma[8].

Le 21 février 2012, en compagnie d'autres artistes et musiciens, Jeff Beck est invité à jouer à la Maison Blanche, devant le Président Obama. Il se produit avec la bassiste Rhonda Smith et la batteuse Veronica Bellino.

Jeu et technique[modifier | modifier le code]

Beck fut le premier guitariste à "jouer" avec l'électricité et ceci dès les Yardbirds en 1965. Il comprit très vite l'utilisation qu'il pouvait faire du couple guitare-ampli dans les petites salles bondées où les Yardbirds se produisaient. Le matériel, souvent de mauvaise qualité et rafistolé tant bien que mal, produisait force larsen et autre "feed back" que Jeff se chargea de contrôler et accoucha d'un son tout à fait révolutionnaire pour l'époque et ceci bien avant Hendrix.

De plus, Beck fut l'un des premiers guitaristes de rock à utiliser le vibrato comme un instrument à part et les "bends" des bluesmen noirs,[réf. nécessaire] cette façon de tordre la corde vers le haut pour hausser la note. Beck est également connu pour réussir à obtenir un son très pur sur certains morceaux, avec une grande justesse. Cette réussite tient notamment en l'usage des doigts nus au lieu de plectres pour pincer les cordes de son instrument. Il peut donc pleinement utiliser le vibrato de sa Stratocaster, qui fait partie intégrante de son jeu (il est d'ailleurs reconnu pour être le maître du vibrato). Il peut s'appuyer sur lui pour apporter de nombreuses modifications au son et à sa justesse, en réussissant à ne pas altérer l'accordage. L'exemple le plus frappant est le morceau Where Were You? sur l'album Jeff Beck's Guitar Shop. Beck l'utilise, combiné au bouton de volume, pour changer de ton et obtenir des effets de liaison entre les notes, qui rappelle une scie musicale.

Beck maîtrise un grand nombre de techniques de guitare, dont le tapping et le bottleneck sont certainement les plus notables. Outre cela, il utilise de nombreux effets, dont la distorsion et l'utilisation des pédales, les effets d'écho (delay), ou encore la talkbox (mélange de la guitare et de la voix) qu'il utilise sur sa reprise de She's a Woman des Beatles.

La voix de Beck ne se prêtant pas bien au chant, on n'entend sa voix que sur très peu de ses enregistrements (la chanson The Nazz Are Blue des Yardbirds, avec Rod Stewart sur Let Me Love You de l'album Truth, et sur son single Hi Ho Silver Lining), c'est pourquoi il a souvent recours à des vocalistes.

Beck joue également de la basse, et joue parfois à "aider" son ou sa bassiste en concert, se glissant dans son dos et jouant sur les cordes du haut tandis que l'autre utilise celles du bas.

Matériel[modifier | modifier le code]

Jeff Beck utilise peu de guitares acoustiques et utilise des Fender Stratocaster et Telecaster (généralement de couleur blanche ou crème) associées à des amplificateurs de marque Marshall ou Fender essentiellement.

Le pionnier californien de la guitare électrique sortit en 1991 une Stratocaster signature pourvue de micros Lace Sensor Gold en formation H/S/S avec un humbucker en position chevalet, un commutateur simple/double et un manche au profil large en forme de U avec une touche en palissandre et 22 frettes jumbo, des mécaniques Schaller bloquantes et un sillet LSR à billes. Ce modèle fut remis à jour en 2001 avec un manche plus mince au profil assymmétrique facilitant l'accès aux aigus et les micros Lace Sensor sont remplacés par des micros Hot Noiseless aux aimants céramiques. La Jeff Beck Stratocaster existe également en version Custom Artist fabriquée par le Fender Custom Shop depuis 2004.

Jeff peut également utiliser des guitares de marque Gibson (une Gibson Les Paul Oxblood de 1954 notamment) à certaines occasions. Sa Fender Esquire de 1954 utilisée pendant sa période avec les Yardbirds avec des amplificateurs Vox AC30 est au Rock and Roll Hall Of Fame. Le Fender Custom Shop sortit une reproduction exacte de cette guitare sous la forme d'une édition limitée de 150 exemplaires en 2006.

Il possède également une Gretsch Duo Jet, utilisée sur l'album Crazy Legs, une Jackson Soloist et une Fender Telecaster avec lesquelles il apparaît aux concerts ARMS Charity Concert de 1983.

Pour ce qui est des pédales, il en utilise une grande variété, dont des pédales wah-wah, la pédale de distorsion ProCo RAT, des pédales de fuzz, qui s'ajoutent à des chambres d'écho.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Jeff Beck est végétarien. Il est marié avec Sandra Beck et a deux enfants. Il est passionné de vieux bolides de marque Ford.

Discographie[modifier | modifier le code]

Participations à des albums[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Top 10 rock Guitarists, MSNBC, http://www.msnbc.msn.com/id/15425867/displaymode/1107/s/1/framenumber/5/
  2. Biographie sur le site de Rolling Stone http://www.rollingstone.com/music/artists/jeff-beck
  3. a, b et c (en) Foster, Mo, 17 Watts? The Birth of British Rock Guitar, Sanctuary Publishing, p. 13, 119, 120, 315
  4. http://new.music.yahoo.com/blogs/live/13309/jeff-beck-les-paul-was-my-inspiration/ article traitant des débuts et de Les Paul sur Yahoo! Music
  5. http://www.laguitare.com/2004/crossroad.html
  6. http://abclocal.go.com/wabc/video?id=7495493 Site de ABC news
  7. (en) [1] site de Premier Guitar
  8. (en) [2] article sur le site Deluxegitar

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Jeff Beck - Crazy Fingers de Annette Carson
  • Horjt, Chris and Hinman, Doug. Jeff's book : A chronology of Jeff Beck's career 1965-1980 : from the Yardbirds to Jazz-Rock, (2000). ISBN 0-9641005-3-3