Musique folklorique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Folklore breton

Étymologiquement, une musique folklorique est une musique propre à un pays, une culture, un peuple, utilisant des instruments typiques de ceux-ci (ex: pour l'Afrique, la musique folklorique est caractérisée par la cora, instrument typique ) Il existe de la musique folklorique polonaise, irlandaise, alsacienne, suisse, normande, auvergnate, portugaise, etc.

Cependant, l'expression est surtout employée pour désigner des musiques populaires traditionnelles après qu'elles ont été quelque peu codifiées et édulcorées par des intellectuels (régionalistes, nationalistes) ou la classe au pouvoir (comme ce fut le cas en URSS), et cela à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Il est par ailleurs intéressant de faire remarquer que presque tous les compositeurs classiques composèrent des œuvres s'inspirant des différents folklores.

Exemples de danses, airs régionaux et musiques du monde[modifier | modifier le code]

Europe centrale[modifier | modifier le code]

Europe orientale[modifier | modifier le code]

Europe du Nord[modifier | modifier le code]

Europe du Sud[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Amérique centrale[modifier | modifier le code]

Amérique latine[modifier | modifier le code]

Iles[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'orchestres légers et de variétés furent inspirés par toutes ces musiques folkloriques de différents pays, pour les réorchestrer soit en reprenant les titres régionaux, soit en composant eux-même dans la nuance du pays, s'ensuivant d'autant de disques différents et variés.

Les ensembles folkloriques et instrumentaux (orgue limonaire inclus) eux-même, tout comme les cuivres fanfares et harmonies, n'hésitent pas à jouer également des folklores de pays différents du leur, apportant de nouvelles sonorités souvent originales et inédites.

De nombreux festivals ont lieu dans différents endroits de toute la France réunissant durant 3 jours la période d'été, plusieurs ensembles folkloriques venus de tous pays : Gannat (Allier), Fête des Edelweiss à Bourg-Saint-Maurice, s'associant aux défilés de fanfares et harmonies, voire majorettes.

En Autriche ou Suisse, le nombre de fêtes folkloriques populaires (notamment en septembre, où viennent se réunir, dans le cadre des villages montagnards alpestres, un nombre considérable de familles locales musiciennes, et fanfares) est encore plus important (diffusés souvent par les télévisions satellites alémaniques).

L'organiste suisse Marcel Cellier se passionna pour le vaste répertoire des différents folklores des pays orientaux de l'Europe Centrale (Roumanie, Balkans, ex-Tchécoslovaquie, Serbie-Croatie), encore bien davantage que du principal folklore helvétique de son pays natal. Il ramena de nombreux enregistrements amateurs effectués lui-même sur place avec son magnétophone à bobines au cours des années 1960, qu'il reporta sur disques, rédigeant des commentaires au dos des pochettes, puis présenta vers 1970 des émissions sur France-Musique de ces artistes. Avec le flûtiste de Pan roumain Gheorghe Zamfir notamment, il joua en duo à l'orgue d'église accompagnant harmonieusement la flûte, enregistrant plusieurs disques au cours des années 1970.

Gérard Krémer fut aussi "chasseur de son" durant les années 1970, recueillant pour la société discographique "Arion" dirigée par Ariane Ségal, d'excellents enregistrements folkloriques très divertissants et pris sur le "vif"

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]