Martin Glover

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Youth.
Martin Glover au festival Ilosaarirock 2009 à Joensuu, Finlande.

Martin Glover, plus connu sous le pseudonyme Youth, né en 1961, est un bassiste de rock, écrivain, illustrateur et producteur de musique britannique. Il a, entre autres, travaillé avec U2, The Verve, Depeche Mode, Erasure (trois remix pour le single Chorus, en 1991), Dido et notamment Killing Joke, dont il est le bassiste de la formation du groupe, en 1978, jusqu'en 1982, puis en 1994-1996 et à nouveau depuis 2008, date à laquelle Killing Joke retrouve sa composition d'origine.

Pour son travail avec le groupe the Verve en collaboration avec Chris Potter, il reçoit en 1998 le prix du « Meilleur Producteur Britannique » aux Brit Awards.

Il crée sa première maison d'édition, Dragonfly Records, à Londres en 1991. C'est dans son studio personnel, chez Butterfly Records, qu'est enregistrée la plus grande partie de l'album Pandemonium de Killing Joke en 1993-1994.

En 2007, suite au décès de Paul Raven, Youth retrouve sa place au sein de Killing Joke pour participer à un nouvel album et une tournée mondiale. C'est la première fois depuis 1982 que le groupe retrouve sa composition originelle[1]

Youth est également connu depuis 2008 pour être l'un des deux membres, avec Paul McCartney, du groupe électro-expérimental The Fireman : l'identité des membres de ce duo était jusqu'alors inconnue, depuis ses débuts en 1993, et ne fut révélée qu'à l'occasion de la sortie de leur troisième album studio[2].

En 2009, il joue comme bassiste et guitariste et produit cinq des titres de Command, dixième album studio du groupe d'electro britannique Client[2]. Il sort en 2010 un recueil de poèmes et d'illustrations et un album instrumental intitulés Kommune. Le thème central est celui des difficultés et des plaisirs de la vie en communauté[3].

En 2011, il produit avec Sir Bob Cornelius Rifo, leader du groupe The Bloody Beetroots, le morceau Church of noise[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Killing Joke eigthies lineup reuniting, article paru sur thedailyswarm.com.
  2. a et b cf. magazine D-Side N°51, p. 14.
  3. Youth, Kommune, éditions Bracketpress, Rochdale, 2010.
  4. (en) Page Souncloud du morceau Church of noise

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :