György Ligeti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligeti.

György Ligeti

Description de cette image, également commentée ci-après

György Ligeti (1984)

Naissance
Diciosânmartin, Roumanie Roumanie
Décès (à 83 ans)
Vienne, Drapeau de l'Autriche Autriche
Activité principale Compositeur
Style Musique contemporaine
Collaborations Karlheinz Stockhausen, Pierre Boulez, Luciano Berio, Mauricio Kagel
Formation Académie Franz Liszt (Budapest)
Enseignement Internationale Ferienkurse für Neue Musik (Darmstadt), Conservatoire de Hambourg
Récompenses Prix Kossuth (2003)

Œuvres principales

György Ligeti est un compositeur roumano-hongrois naturalisé autrichien, né en Roumanie à Diciosânmartin (en hongrois : Dicsöszentmárton), aujourd’hui Târnăveni le et mort le à Vienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Initialement formé au conservatoire de Cluj (en hongrois : Kolozsvár) en Transylvanie, le jeune Ligeti dut interrompre ses études en 1943, à la suite des mesures antisémites prises successivement par le régent Horthy (dont l’armée avait réoccupé la majeure partie de l’ex-territoire austro-hongrois dévolu à la Roumanie par le Traité de Trianon) et le régime des Croix fléchées. Toute sa famille disparut en déportation (sauf sa mère).

Après la Seconde Guerre mondiale, il part étudier la musique et la composition à l’Académie Franz Liszt à Budapest, avant de se réfugier à Vienne. Après l'écoute du Gesang der Jünglinge (en) de Karlheinz Stockhausen, il contacte ce dernier qui accepte de l'intégrer à son studio de Cologne, où il rencontre Pierre Boulez, Luciano Berio et Mauricio Kagel, avec qui il travailla.

Il s’installe à Vienne en 1959, où il obtient la nationalité autrichienne en 1967. Par la suite, il enseigne à Darmstadt ainsi qu’à Stockholm; il devient titulaire d'une chaire de composition au conservatoire de Hambourg en 1973.

En 2003, il reçoit le Prix Kossuth.

Il décède le à Vienne. Il est enterré au cimetière central de Vienne, dans le secteur des tombes d'honneur des musiciens (33G), près de Joe Zawinul.

Il était membre de l'Académie roumaine.

Les œuvres[modifier | modifier le code]

L’œuvre de Ligeti est des plus diverses, puisqu’elle va de la pièce pour piano seul à l’opéra, en passant par la musique de chambre, l’orchestre, la musique électronique et des formations plus anecdotiques (Poème symphonique pour 100 métronomes), sans oublier l’orgue et le clavecin qui apparaissent assez peu dans la musique contemporaine.

Les œuvres de la période hongroise de Ligeti, notamment le Premier quatuor à cordes, ont une inspiration nettement bartókienne, mais possèdent déjà le côté iconoclaste qui s’affirmera plus tard. Ainsi, les onze pièces de Musica ricercata sont écrites en utilisant seulement deux notes pour la première pièce (la deuxième note n’apparaissant d’ailleurs qu’à la dernière mesure), puis trois, et ainsi de suite jusqu’à la dernière pièce qui est dodécaphonique. Malgré cette pièce, Ligeti restera plus tard à distance du dodécaphonisme ou de la musique sérielle. Six de ces pièces furent arrangées pour quintette à vent. Dans le premier quatuor on trouve aussi cette progression mathématique, puisque les intervalles utilisés augmentent progressivement à chaque mouvement en commençant par le demi-ton.

Dans le Poème symphonique pour 100 métronomes de 1962, le cliquetis de ces derniers est organisé pendant près de vingt minutes par un interprète qui règle précisément les tempos et les départs. Cette pièce était un canular[réf. nécessaire], un pied de nez à l’intelligentsia avant-gardiste (dont il faisait partie), inspiré notamment par les jeux de l’Américain John Cage. Il créa un véritable scandale lors de sa première représentation.

Ligeti affina cette technique — où la répétition d’un même son dans plusieurs voix à des vitesses presque identiques crée des déphasages évoluant lentement dans le temps — dans diverses œuvres, notamment dans les scherzos du Deuxième quatuor à cordes (1968) et du Concerto de chambre (1970), ainsi que dans les Trois pièces pour deux pianos (1976). En plus de cette technique purement rythmique, Ramifications (1969) pour double orchestre à cordes brouille les lignes en accordant un des deux orchestres à un diapason légèrement différent de celui de l’autre.

Aventures et Nouvelles aventures constituent une forme de théâtre musical utilisant des techniques vocales inhabituelles (cri, grognement, rire…). Loin des préoccupations des œuvres micropolyphoniques ou polyrythmiques de Ligeti, ces deux pièces renvoient plutôt à une approche qui remonte à Artikulation.

Les œuvres de la dernière période (concertos pour piano, pour violon, ainsi que les Études pour piano), suivant en cela une tendance générale de la musique contemporaine, renouent plus ou moins avec la tradition en utilisant diatonisme, voire tonalité, et mélodie, mais l’invention et la facétie du compositeur restent intactes.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Stanley Kubrick utilisa plusieurs fois la musique de György Ligeti dans ses films, en particulier Atmosphères, Requiem, et Lux Æterna dans 2001, l'Odyssée de l'espace (« le monolithe noir ») et Musica Ricercata dans Eyes Wide Shut (le thème au piano, « comme un coup de poignard dans le cœur de Staline », d’après Ligeti[1]). Kubrick a également utilisé Lontano de Ligeti dans The Shining.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir les commentaires du compositeur dans Stanley Kubrick, a Life in Pictures ainsi que la dernière partie de l'article d'Ivan A. Alexandre, 1923-2006, l'Odyssée du Temps, paru dans le no 539 (septembre 2006) du magazine Diapason

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre, Michel, György Ligeti, compositeur d'aujourd'hui, 2e édition augmentée, Éditions Minerve, Paris, 1985
  • (en) Marina Lobanova, György Ligeti : style, ideas, poetics, Berlin, Verlag Ernst Kuhn,‎ 2002 (ISBN 3928864904)
  • Joseph Delaplace, György Ligeti : un essai d'analyse et d'esthétique musicales, Rennes, Presses universitaires de Rennes,‎ 2007 (ISBN 9782753505360)
  • Simon Gallot, György Ligeti et la musique populaire, Symétrie 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par György Ligeti Suivi par
Paul Hindemith
Prix Balzan
1991
Ludwig Finscher
H. C. Robbins Landon
Prix Ernst von Siemens
1993
Claudio Abbado
Ingvar Lidholm
Prix Schock
1995
Jorma Panula