Paul Van Zeeland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Van Zeeland
Paul Van Zeeland en 1937.
Paul Van Zeeland en 1937.
Fonctions
10e Premier ministre belge
(38e chef du gouvernement)
25 mars 193524 novembre 1937
Monarque Léopold III
Gouvernement Van Zeeland I, II
Coalition Catholique - libéral - POB
Prédécesseur Georges Theunis
Successeur Paul-Émile Janson
Biographie
Date de naissance 11 novembre 1893
Lieu de naissance Soignies, (Belgique)
Date de décès 22 septembre 1973 (à 79 ans)
Lieu de décès Bruxelles, (Belgique)
Nationalité belge
Parti politique Catholique
Profession Avocat et politicien
Résidence 16, rue de la Loi
Premiers ministres belges

Le vicomte Paul Guillaume Van Zeeland, né le 11 novembre 1893 à Soignies et mort le 22 septembre 1973 à Bruxelles, est un avocat, politicien catholique et homme d'État belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit, en sciences politiques et diplomatiques, il était titulaire de divers grades académiques d'universités étrangères. Il fut directeur de l'Institut des Sciences économiques à l'université de Louvain et vice-gouverneur de la Banque nationale de Belgique. Le 18 août 1926, il épouse Renée Dossin de Saint-Georges (1894-1972), fille du Général Dossin[1].

Il reçut cinq fois la mission de former un gouvernement et, par trois fois, y réussit. Paul Van Zeeland fit partie de huit gouvernements différents. Il fut premier ministre (de 1935 à 1937). Durant cette période, il dévalue le franc belge, ce que les Français ne sauront pas faire, au grand dam d'Alfred Sauvy. Cette dévaluation permet à la Belgique de voir ses exportations reprendre et entraîne une reprise de l'activité économique[2]. Paul Van Zeeland met aussi en œuvre une politique sociale avancée en introduisant notamment la semaine de quarante heures. Paul-Henri Spaak et Henri de Man ont été membres de son gouvernement. En avril 1937, il est confronté à Léon Degrelle, chef du mouvement rexiste, dans le cadre d'une élection partielle. Soutenu par le parti catholique, le parti ouvrier belge, le parti libéral et le parti communiste, il défait aisément Degrelle en décrochant 275.844 voix pour 69.242 au chef de Rex [3].

En 1940, Van Zeeland s'est déclaré auprès de Leo Pasvolsky assistant spécial de Cordell Hull, ministre des Affaires étrangères de Franklin Delano Roosevelt favorable à un fort leadership américain capable de créer un nouvel ordre international[4].

Il sera de 1949 à 1954 ministre des Affaires étrangères de Belgique et à ce titre participera à la création de l’OTAN et de la CECA et sera membre du conseil de l’OECE. Il participa également à la création du groupe Bilderberg[5].

Il se retire de la vie politique en 1956. Il est créé vicomte en 1963. Son épouse est décédée en 1972.

Ses gouvernements[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Dumoulin et Vincent Dujardin, Paul van Zeeland - 1893-1973, Éditions Racine, Bruxelles, 1997 (ISBN 978-2-87386-114-8)
  • Donald Markwell, 2006, John Maynard Keynes and international relations, Oxford University Press

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue des deux mondes, Au Bureau de la Revue des deux mondes, 1936
  2. CROMBOIS J.-F., (1998), « Finance, économie et politique en Belgique à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, 1939-1940 », in Cahiers d’Histoire du Temps présent, 5, p. 171-206.
  3. Pascal Delwit La vie politique en Belgique de 1830 à nos jours, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 2010, p. 109.
  4. Donal Markwell, 2006, p. 213
  5. Benoît Collombat et David Servenay (dir.) avec Frédéric Charpier, Martine Orange et Erwan Seznec, Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours., La Découverte, 2009, (ISBN 9782707157645), p. 84-85.