Mélodie (succession de hauteurs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mélodie.

On peut voir la mélodie comme la partie instrumentale ou vocale de premier plan par rapport aux accompagnements.

Une mélodie est composée de plusieurs phrases ou motifs.

Musique occidentale[modifier | modifier le code]

Dans la musique occidentale, chaque note d'une mélodie est déterminée par l'intervalle mélodique qui sépare celle-ci de la note fondamentale — ou note de référence — appelée « tonique » dans la musique tonale. Le mot mélodie s'oppose ainsi à la polyphonie — ou harmonie, ces deux termes pris dans leur sens le plus large de « procédé musical utilisant les simultanéités délibérées » —, cette technique d'écriture constituant l'une des singularités de la musique occidentale depuis le milieu du Moyen Âge.

Du XIIIe au XVIe siècle, la musique occidentale est plus précisément dite polyphonique et modale, et son procédé de composition est appelé contrepoint. Une pièce musicale de cette époque, peut être considérée comme une « superposition de mélodies », chacune d'elles étant exécutée par les différentes parties de l'ensemble.

Après la Renaissance, la musique est harmonique, et son procédé de composition est le système tonal. Avec cette nouvelle technique, une partie se détache des autres pour exécuter la ligne mélodique principale (ou simplement mélodie) — généralement située à la partie supérieure de l'édifice. Dans ce nouveau sens, la mélodie s'oppose donc à la basse continue ainsi qu'aux différentes parties intermédiaires qui constituent l'accompagnement de la ligne principale — accompagnement pouvant être synthétisé en une série d'accords. On parle alors de « mélodie accompagnée ».

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Abromont, Guide de la théorie de la musique, Librairie Arthème Fayard et Éditions Henry Lemoine,‎ 2001, 608 p. (ISBN 978-2-213-60977-5)