Fluxus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
George Maciunas, Manifeste Fluxus, 1963

Fluxus est un mouvement d'art contemporain né dans les années 1960 qui touche aussi bien les arts visuels que la musique et la littérature[1], par la réalisation de concerts, d'events, la production de livres, de revues, la confection d'objets. Initié par George Maciunas, qui en inventa également l'appellation, Fluxus participe aux questionnements soulevés par les formes d'arts qui voient le jour dans les années 1960 et 1970 : statut de l'œuvre d'art, rôle de l'artiste, place de l'art dans la société, notamment[2]. L'humour et la dérision sont placés au centre de la démarche et participent à la définition de Fluxus comme un non-mouvement[3], produisant de l'anti-art[2] ou plutôt un art-distraction[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse du mouvement[modifier | modifier le code]

Entre 1958 et 1961[5], de jeunes artistes, influencés par le dadaïsme, par l'enseignement de John Cage - lui-même inspiré par la philosophie zen et les ready-made de Marcel Duchamp -, effectuèrent un minutieux travail de sape des catégories de l'art par un rejet systématique des institutions et une profonde remise en question de la notion d'œuvre d'art[6].

À la New School for Social Research, John Cage proposait en 1958, un cours intéressant aussi bien les musiciens que les artistes et les écrivains : c'est dans ce laboratoire que se rencontrèrent plusieurs des initiateurs du mouvement Fluxus : Jackson Mac Low, Dick Higgins, George Brecht[7] ou La Monte Young.

Aux côtés d'Allan Kaprow et Robert Watts, également élèves de John Cage, George Brecht proposa, en 1958 un projet visant à supprimer les frontières entre toutes les formes artistiques et la vie, mais aussi la science et les techniques[8]. Parallèlement, dans la lignée directe de John Cage[9], Allan Kaprow développe les happenings tandis que George Brecht met en scène des events[10]. La Monte Young, lui, explore les dimensions musicales ouvertes par John Cage et poursuit son travail sur le silence : c'est à la New School for Social Research qu'il rencontre Yoko Ono, dont l'atelier est un lieu permanent de manifestation aux croisement de la musique et de l'« action vivante »[11].

George Maciunas, inspiré par Yoko Ono, organise alors dans sa galerie AG des événements[12]. Davantage versé dans le graphisme, il en assure la promotion : c'est sur le programme de l'un d'eux que l'on peut lire pour la première fois, en 1961, le mot Fluxus. Sous l'impulsion de La Monte Young, il réalise en 1961 une publication qui regroupe des œuvres des artistes officiant chez Yoko Ono et à la galerie AG, mais aussi Nam June Paik, continuateur de l'oeuvre de John Cage. Intitulée An Anthology, elle porte en sous-titre les concepts qui représentent la diversité du mouvement qui ne porte pas encore le nom de Fluxus[13].

Festivals européens[modifier | modifier le code]

Avec le festival Fluxus Internationale Festspiele neuester Musik[14] donné à Wiesbaden, en Allemagne, et organisé par George Maciunas, avec l'aide de Joseph Beuys[1] le mouvement Fluxus est pour la première fois clairement identifié[15].

Suit alors une tournée Fluxus européenne, durant laquelle plusieurs artistes se lient au mouvement, dont Robert Filliou et Ben Vautier, qui en représentent la branche française. On compte parmi les destinations Fluxus Copenhague (Festum Fluxorum) et Paris en 1962, Düsseldorf, Amsterdam, La Haye et l'un des plus importants, le Fluxus Festival of Total Art de Nice, organisé par Ben, en 1963. Parmi les actions menées : « Gifler, sans l'avoir prévenue, une charcutière » ou « faire du vélo dans les airs en hurlant »[16].

La revue Fluxus cc V TRE et les boîtes[modifier | modifier le code]

Boîtes Tactile Box et Finger Box de l'artiste japonais Ay-o

L'argent manquant, le vaste programme de festivals qu'avait imaginés George Maciunas s'interrompt. Il reprend alors l'édition d'une revue commencée par George Brecht, V TRE, et en fait la revue Fluxus. Elle sera définie ironiquement par ses éditeurs comme « l'organe officiel de Fluxus »[17]. Six numéros sortiront entre 1964 et 1966, avant de s'espacer.

En parallèle sont lancées les boîtes Fluxus, boîtes distrayantes initiées par George Brecht et qui matérialisent certains de ses events. Par exemple, citons la boîte Swim puzzle, dans laquelle on trouve un coquillage et le texte : « Arrangez les billes de sorte que le mot "C.U.A.L" n'apparaisse jamais ». Notons que, George Maciunas étant daltonien, la plupart des boîtes Fluxus sont en noir et blanc[18]. Comme il voulait chaque boîte Fluxus libre de tout copyright et appartenant au domaine public, il se chargea lui-même des impressions et éditions de chacune[19].



Stockhausen, Originale[modifier | modifier le code]

Pendant l'Originale de Karlheinz Stockhausen, donnée pour la première fois en 1961, des artistes sont invités à s'exprimer librement pendant des temps de silences. En 1964, George Maciunas et Henry Flynt manifestent contre Stockhausen pendant une interprétation de son Originale à New York, à laquelle participent, entre autres, Nam June Paik, Jackson Mac Low et Dick Higgins. Plutôt révolutionnaires, Maciunas et Flynt accusaient Stockhausen d'avoir qualifié le jazz de musique primitive[20]. Ils s'élevèrent alors « contre la culture sérieuse», Maciunas politisant le mouvement, voulant « purger le monde de la maladie bourgeoise, de la culture 'intellectuelle', professionnelle et commercialisée »[21]. C'est là l'un des grands conflits qui agita Fluxus et conduisit plusieurs de ses membres, comme Nam June Paik ou Jackson Mac Low, à se dissocier du groupe.

Concepts[modifier | modifier le code]

Fluxus se caractérise par la difficulté qu'il existe à le définir. On compte peu de textes théoriques le concernant, l'un des seuls étant le manifeste de George Maciunas, qui ne représente en fait qu'une partie des concepts relatifs au mouvement[22]. George Brecht a également tenté de résumer les aspirations de Fluxus : « Avec Fluxus, il n'y a jamais eu aucune tentative d'accord sur des buts ou des méthodes ; des individus avec quelque chose d'indescriptible en commun se sont simplement et naturellement réunis pour publier et jouer leurs oeuvres »[23]. Nam June Paik, lui, définissait Fluxus comme « de nombreuses personnes qui sont toutes libres, [...] autant de personnes qui sont restées amies aussi longtemps, sans discipline et sans dispute »[24].

Le but avoué de ce mouvement artistique était de supprimer toutes frontières entre l'art et la vie : tout est art. Les œuvres Fluxus ne sont pas formelles, ni esthétisées, et ne sont pas même considérées comme des oeuvres[25]. L'accent est également mis sur la mise en scène du banal, du quotidien, de tout ce qui ne serait pas de l'art : on ne crée par un « art beau » mais on met en œuvre un style de vie[26].

En intégrant le public à la performance artistique, les artistes Fluxus veulent supprimer l'idée d'un art qui se donne à voir et mettent plutôt en avant l'idée d'un art qui s'expérimente, se vit. Fluxus a une réelle volonté de « transférer des responsabilités »[25]sur le public. Les artistes Fluxus insistent également beaucoup sur le côté éphémère de leur art, ainsi, Ben Vautier affirme que « toute rétrospective de Fluxus est une fossilisation de Fluxus »[25].

Fluxus en Allemagne[modifier | modifier le code]

L'Allemagne a joué un rôle important dans le développement de Fluxus en accueillant, notamment, les premiers FluxFest. C'est au Städtische Museum de Wiesbaden de Haro Lauhaus qu'est présentée la première manifestation officielle du mouvement Fluxus : FLUXUS, le Festival international de nouvelles musiques, du 1er au 23 septembre 1962.

En septembre 1963, Rolf Jährling inaugure à Wuppertal la galerie Parnass. Valdis Abolins ouvrit la galerie Aachen à Aix-La-Chapelle en 1966. En 1969, Helmut Rywelski et Angar Nierhoff, avec leur galerie Art Intermedia de Cologne, présentent la sculpture-action en béton Ruhender Verkehr de Wolf Vostell. En 1970, Inge Baecker ouvre sa galerie Baecker à Bochum et la galerie René Block à Berlin.

Fluxus en France[modifier | modifier le code]

C'est dès 1962 et jusqu'en 1970 que les activités de Fluxus se concentrent à Nice, rue de l'Escarène[27], où gravitent des artistes comme Ben Vautier, Robert Bozzi, George Brecht, Robert Filliou, Marcel Alocco, Robert Erebo et Serge Oldenbourg (dit Serge III)[28]. En 1963, autour de Ben Vautier, se forme le Théâtre Total : de 1963 à 1965 seront jouées sur la promenade des Anglais des compositions de George Brecht, George Maciunas ou Robert Watts. Plusieurs artistes de Fluxus New York comme Joe Jones ou George Maciunas seront alors invités à Nice sous l'impulsion de Ben Vautier.

Participants[modifier | modifier le code]

Considérant l'affirmation de George Brecht selon laquelle Fluxus rassemble des personnes ayant des préoccupations artistiques ou existentielles en commun, et que Fluxus désignerait davantage l'expression d'un sentiment d'identification à ce groupe, plus qu'un mouvement bien défini, on compte parmi les artistes dits Fluxus :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe Dagen, « L'histoire de Fluxus racontée à la va-vite », Le Monde n°21 089, jeudi 8 novembre 2012
  2. a et b Nicolas Feuillie, FLUXUS DIXIT, Une anthologie, Vol. I, Dijon, Les presses du réel,‎ 2002, 283 p.
    (texte réunis et présentés par Nicolas Feuillie)
  3. Robert Filliou a affirmé : "Fluxus n'a jamais existé, d'une certaine façon", in Chantal Gaudreau, « Robert Filliou : une galerie dans une casquette », Cahier de l'École Sociologique Interrogative n°1, mars 1980, p. 10
  4. « L'Art-distration Fluxus doit être simple, amusant, sans prétention, traitant de choses insignifiantes, ne requérant aucune habileté ou répétition sans fin, n'ayant aucune valeur commerciale ou insitutionnelle », Manifeste Fluxus, 1965
  5. Nicolas Feuillie (éd.), Fluxus Dixit. Une anthologie, Les presses du réel, coll. L'écart absolu, Dijon, 2002, p. 7
  6. « Sans John Cage, Marcel Duchamp et Dada, Fluxus n'existerait pas », Ben Vautier, in Art press n°13, septembre-octobre 1974
  7. Fluxus Dixit. Une anthologie, p. 7
  8. Project in Multiples Dimensions, Robert Watts Studio Archive, 1958, p. 113
  9. John Cage organise son premier happening en 1952, au Back Mountain College
  10. "Le mot 'événement' me semblait plus adéquat qu'aucun autre pour définir l'expérience totale et multi-sensorielle qui m'intéressait", in Georges BRECHT, L'origine des events, août 1970
  11. Fluxus Dixit. Une anthologie, p. 10
  12. Auxquels participent, entre autres, Richard Maxfield, John Cage, Dick Higgins...
  13. « opérations de hasard, art concept, anti-art, indéterminé, improvisations, oeuvre sans signification, désastres naturels, plans d'actions, histoires, diagrammes, musique, poésie, essais, compositions de danse et composition mathématique », in Fluxus Dixit. Une anthologie, p. 10
  14. Festival international Fluxus de musique la plus nouvelle
  15. « Les concerts créèrent un grand scandale et beaucoup d'intérêt sérieux, et ainsi à l'automne 1962, Fluxus devint FLUXUS, et la presse décida de nous appeler Fluxus-Leute (le groupe Fluxus) », Dick Higgins, In a Minesweeper around the World, in 1962 Wiesbaden Fluxus, 1982, p. 130
  16. Fluxus Dixit. Une anthologie, p. 15
  17. Fiat flux : la nébuleuse Fluxus, 1962-1978, Musée d'art moderne Saint-Étienne métropole, Silvana Editoriale, Milan, 2012
  18. Art In Review, NY TImes, http://www.nytimes.com/1996/05/24/arts/art-in-review-069620.html
  19. 'John Hendricks, Fluxus Codex, Harry N. Abrams, New York, 1988, p. 24
  20. Fight Musical Decoration of Fascism, tract d'Henry Flynt, 1964
  21. Neo-dada in Music, Theater, Poetry, Art, archives de la Staatsgalerie, Stuttgart, 1964
  22. Fluxus Dixit. Une anthologie, p. 22
  23. « Something about Fluxus» in Fluxus CC fiVe TReE, V TRE n°4, juin 1964
  24. Nam June Paik, Capito ? Messe, ja ?!, entretien avec Nam June Paik le 6 octobre 1960, Verlag der Buchhandlung Walther König, Cologne, 2007, p. 62 in Fiat flux : la nébuleuse Fluxus, 1962-1978, Musée d'art moderne Saint-Étienne métropole, Silvana Editoriale, Milan, 2012
  25. a, b et c Ben Vautier, Art press n°13, septembre-octobre 1974
  26. «[...] de nombreuses performances Fluxus montrent bien que le banal est beau », Nam June Paik, 1983 in Fiat flux : la nébuleuse Fluxus, 1962-1978, p. 27
  27. Site officiel de Benjamin Vautier, [1]
  28. Fleurice Würz, Fluxus Nice, AQ-Verlag, Saarbrücken (Allemagne), 2011, consultable à Fleurice Würz: Fluxus Nice

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Alocco, Fluxus, Events et Musique 1964-1968, éd. Galerie Alain Oudin, Paris, 2013
  • Nicolas Feuillie (éd.), Fluxus Dixit. Une anthologie, Les presses du réel, coll. L'écart absolu, Dijon, 2002 (ISBN 9782840660729)
  • (en) John Hendricks, Fluxus Codex, Harry N. Abrams, New York, 1988 (ISBN 9780810909205)
  • Olivier Lussac, Fluxus et la musique, Les presses du réel, coll. Ohcetecho, Dijon, 2010 (ISBN 9782840662563)
  • (en) Astrit Schmidt-Burkhardt, Maciunas’ Learning Machines : from Art History to a Chronology of Fluxus. Second, revised and enlarged edition, Vienne et New York, Springer Verlag, 2011 (ISBN 978-3-7091-0479-8)
  • Fleurice Würz, Fluxus Nice, AQ-Verlag, Saarbrücken (Allemagne), 2011 (ISBN 9783922441113)
  • 20/21. siècles, n° 2, automne 2005, « Fluxus en France », Cahiers du Centre Pierre Francastel, Université Paris X-Nanterre, 2005 (ISBN 9782952117517)
  • (en) How We Met or a microdemystification, AQ 16, éd. par Silke Paull, Hervé Würz, Dudweiler, 1977
  • Fiat flux : la nébuleuse Fluxus, 1962-1978, Musée d'art moderne Saint-Étienne métropole, Silvana Editoriale, Milan, 2012 (ISBN 9788836624706)
  • Petra Stegmann. The lunatics are on the loose … EUROPEAN FLUXUS FESTIVALS 1962-1977, DOWN WITH ART!, Potsdam, 2012, ISBN 978-3-9815579-0-9.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]