Musique sérielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique sérielle ou le sérialisme est une technique de composition basée sur l'utilisation de séries d'éléments musicaux[1]. Initié en 1923 par Arnold Schönberg avec le dodécaphonisme, le sérialisme permet de composer des œuvres atonales[2].

Ce concept englobe les musiques dont le principe de construction se fonde sur une succession rigoureusement préétablie et invariable de sons appelée série. Les rapports d'intervalle propres à la série restant stables.

Le sérialisme est devenu un mouvement musical du XXe siècle initié par la seconde école de Vienne avec Schönberg, Alban Berg et Anton Webern : ils ont érigé en système une certaine évolution du langage musical déjà perceptible chez Gustav Mahler et d'autres précurseurs qui poussèrent les schémas de la tonalité jusqu'à créer une absence de repères tellement les modulations étaient nombreuses.

Genèse[modifier | modifier le code]

En réaction aux « diktats » de la tonalité, le mouvement de la musique sérielle a conçu une nouvelle théorie compositionnelle, susceptible de supplanter l'harmonie tonale qui prévalait depuis le XVIIIe siècle. Le dodécaphonisme consiste à utiliser les 12 sons chromatiques, le plus souvent selon un principe d'énumération et sans répétition. La musique sérielle est une extension du dodécaphonisme. Elle n'apparaît réellement qu'avec la Klavierstück V de l'opus 23 de Schönberg.

Technique[modifier | modifier le code]

Il s'agit ici de n'utiliser qu'une seule et unique suite de 12 sons (appelée série) :

  • dans sa forme originelle (Grundgestalt) appelée aussi forme droite
  • en récurrence (la série est prise par la fin) appelée aussi forme rétrograde
  • en renversement (tous les intervalles sont imités en mouvement contraire, c’est-à-dire qu'un intervalle descendant devient ascendant et vice-versa) appelée aussi forme miroir
  • en récurrence du renversement appelée aussi forme miroir du rétrograde

L'intérêt compositionnel du procédé provient du fait que les intervalles (ou plutôt les parités intervalliques) sont récurrents et proposent à l'audition une couleur harmonico-mélodique spécifique délivrée de toute polarité tonale : les mélodies ne sont plus soumises aux lois harmoniques d'attirance vers une note ou un accord.

Sérialisme intégral ou multi-sérialisme[modifier | modifier le code]

Le dodécaphonisme utilise des séries pour régir les hauteurs. Le sérialisme généralise les séries à d'autres paramètres du son (rythmes, durées, timbres, etc...). Ceci conduit, au milieu du XXe siècle, à un sérialisme intégral ou multi-sérialisme où tous les paramètres sont structurés par des séries[3] (Karlheinz Stockhausen, Jean Barraqué, Pierre Boulez, Luigi Nono, Milton Babbitt, Józef Koffler…).

Les Three Compositions for Piano de Milton Babbitt (1947) furent les toutes premières œuvres à appliquer les procédures sérielles aux hauteurs, durées, nuances, timbres et registres [4],[5].

Mais une critique sérieuse s'engage contre ce sérialisme intégral qui débouche dans les années 1980 sur de nouvelles théories musicales (« courbure du temps » de François Leclère[6], musique spectrale de Gérard Grisey[7]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouttenoire 2006, p. 98
  2. Abromont 2001, p. 320
  3. « Musique sérielle », sur http://www.musiquecontemporaine.fr/ (consulté le 7/5/2014)
  4. (en) Andrew Ford, Illegal Harmonies: Music in the Modern Age, Black Inc., 2011, p.125
  5. (en) Don Michael Randel (éd.), « Serial Music » in The Harvard Concise Dictionary of Music and Musicians,Harvard University Press,1999 p.603
  6. Abromont 2001, p. 498
  7. Abromont 2001, p. 331

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Gouttenoire et Jean-Philippe Guye, Vocabulaire pratique d'analyse musicale, DELATOUR FRANCE,‎ 2006, 128 p. (ISBN 978-2-7521-0020-7)
  • Claude Abromont, Guide de la théorie de la musique, Librairie Arthème Fayard et Éditions Henry Lemoine,‎ 2001, 608 p. (ISBN 978-2-213-60977-5)
  • (en) M. J. Grant, Serial Music, Serial Aesthetics : compositional theory in post-war Europe, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 2001, 272 p. (ISBN 0-521-61992-0)
  • (en) Arnold Whittall, The Cambridge Introduction to Serialism, Cambridge University Press, Cambridge, 2008, XIV-285 p. (ISBN 978-0-521-68200-8)
  • (es)(fr) Líneas de composición : el serialismo ante el juicio del siglo XXI / Lignes de composition : le sérialisme devant le jugement du XXIe siècle, Doce Notas, Madrid, 2008, 159 p.
  • Gaëtan Robichaud, La Musique sérielle, Université de Montréal, Montréal, 1969, 160 p. (thèse)
  • La Musique du XXe siècle d’Arnold Schoenberg à nos jours, par Caroline Delume et Ann-Dominique Merlet, Fuzeau, 2001 ;
  • Les Musiques du Chaos, par Nicolas Darbon, L’Harmattan, 2006.