Gilberto Gil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gilberto Gil

Description de cette image, également commentée ci-après

Gilberto Gil au festival de Cornouaille en juillet 2010

Informations générales
Nom de naissance Gilberto Passos Gil Moreira
Naissance 26 juin 1942 (72 ans)
Salvador de Bahia (Brésil)
Activité principale Musicien, chanteur
Activités annexes Ministre de la Culture (2003-2008)
Genre musical Tropicalisme, Música Popular Brasileira, Rock brésilien
Instruments Guitare, Accordéon
Années actives 1962 - présent
Site officiel gilbertogil.com.br

Gilberto Passos Gil Moreira, connu sous le nom de Gilberto Gil, né le 26 juin 1942 à Salvador de Bahia (Brésil), est un musicien (guitare), chanteur et compositeur brésilien. Il fut Ministre de la Culture du gouvernement Lula da Silva du 2 janvier 2003 au 30 juillet 2008[1].

Diplômé en gestion/administration, il obtient son premier emploi dans l'entreprise Gessy Lever (actuelle Unilever) à São Paulo. Mais c'est la musique qui le rend célèbre dans les années 1960, au sein du mouvement tropicaliste.

Carrière[modifier | modifier le code]

Gil commence sa carrière comme musicien de bossa nova, mais se met rapidement à composer des chansons centrées sur la politique et l'activisme social, avec son camarade Caetano Veloso. Dans les années 1970, Gil enrichit sa musique de nouveaux éléments, inspirés de la musique africaine et nord-américaine. Continuant sa carrière, il écrit également pour d'autres artistes à l'instar de João Gilberto avec Eu Vim Da Bahia.

En 1969, après la promulgation de l'AI-5 par le régime militaire brésilien instauré en 1964, Gil et Veloso, dont l'importance au Brésil était d'une certaine forme comparable à celle de John Lennon et Paul McCartney dans le monde anglophone, sont taxés de subversion et emprisonnés. C'est en prison que Gil commence à s’intéresser aux religions orientales et devient végétarien[1],[2]. Une fois relâchés, Gil et Veloso s'exilent tous deux à Londres. Gil joue alors avec les groupes Yes, Pink Floyd et Incredible String Band, tout en continuant sa carrière solo.

Dans les années 1970, il fait une tournée aux États-Unis et enregistre un album en anglais. Il travaille aussi avec Jimmy Cliff et sort en 1980 une version portugaise de No Woman, No Cry (en portugais, Não chores mais) le succès de Bob Marley & The Wailers, qui introduisit le reggae au Brésil, et y connut également le succès. L’un de ses plus grands succès est le titre Toda menina baiana de 1979.

Il continue à enregistrer des disques et à donner des concerts, mais s'implique également dans diverses causes sociales. À la fin des années 1980, il se lance en politique et devient conseiller municipal à Salvador, sa ville natale. Son album de 1993, Tropicália 2, avec Caetano Veloso comporte une chanson de Jimi Hendrix, Wait Until Tomorrow, et est considéré comme l'un de ses meilleurs depuis la fin des années 1960.

Le 16 octobre 2001, Gilberto Gil a été nommé Ambassadeur de bonne volonté[3] de l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Quand le président Lula da Silva est élu en janvier 2003, il choisit Gilberto Gil pour être son Ministre de la Culture. Il est grand officier de la Légion d'honneur. Ainsi Gil devient le deuxième noir (descendant d'esclaves) à rentrer dans un gouvernement brésilien après le footballeur Pelé en 1995.

Il a participé à la compilation The Wired CD (en), diffusée par le magazine américain Wired en 2004 sous licence Creative Commons.

Le 30 juillet 2008, Gilberto Gil démissionne de son poste de Ministre de la Culture pour retourner à sa carrière de musicien[1]. Son successeur est Juca Ferreira, qui lui-même en janvier 2011 sera remplacé par une musicienne et chanteuse, Ana de Hollanda.

Politique[modifier | modifier le code]

Gilberto Gil, Ministre de la Culture du Brésil, en 2007.
  • 1989 à 1992 - Conseiller municipal à Salvador
  • 2003 à 2008 - Ministre de la Culture, représentant le Parti vert brésilien.

Discographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gilberto Gil quitte le gouvernement brésilien pour se consacrer à la musique, Le Monde-AFP, 31 juillet 2008
  2. Chantal Rayes, « Il connaît la musique », Libération, vendredi 20 juillet 2007. Lire en ligne
  3. www.fao.org

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :