Mona Hatoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mona Hatoum

Description de cette image, également commentée ci-après

Mona Hatoum à la Fundació Joan Miró de Barcelone l'année 2011, quand elle recevoit le Premi Joan Miró

Naissance 1952
Beyrouth, Liban
Formation Beirut University College
Byam Shaw School of Art
Slade School of Art
Récompenses Premi Joan Miró 2011

Mona Hatoum, née le 11 février 1952[1] à Beyrouth au Liban, est une artiste contemporaine d'origine palestinienne vivant à Londres depuis 1975.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'artiste est ancienne étudiante de la Byam Shaw School of Art et de la Slade School of Art de 1975 à 1981.

En 1995, elle est sélectionnée pour le prestigieux prix Turner pour son exposition au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou (Paris), et pour son exposition au White Cube (Londres), une des plus influente galerie dans le monde artistique.

Mona Hatoum a commencé à être connue dans les années 1980 avec des performances qui mettaient en scène la violence et la sexualité abordant les thèmes de la souffrance et « au cours desquelles son propre corps était volontairement exposé, parfois jusqu'à la limite de ses forces »[2]. Quelque unes de ses performances ont été filmées et ont conduit Mona Hatoum à l'art vidéo en 1983.

Née à Beyrouth, tandis que sur une courte visite à Londres en 1975, elle s' est retrouvée coincée dans la capitale britannique quand la guerre civile a commencé au Liban. Elle habite a Londres depuis ce moment la. L'exil et la séparation avec sa famille restée a Beyrouth deviendront les thèmes de ses vidéos et de ses œuvres. C'est à travers ses œuvres qu'elle tentera de « restituer », ou plutôt de « reconstruire », un passé qui semble la hanter.

Dans Measures of Distance (1988), une vidéo, "Mona Hatoum exprime la douleur intime à travers les images de sa mère et un choix de lettres envoyées par cette dernière à sa fille, lues en voix off : ces lettres parlent de la guerre, de la vie quotidienne, de ce qui a été perdu".

Son travail porte aussi la marque d'un héritage minimaliste et conceptuel comme son œuvre Socle du Monde (1992–1992), qui reprend l'œuvre du même nom de l'artiste Piero Manzoni (1962, en fer et laiton) qui est composé d'un large cube recouvert entièrement de limailles de fer.

En 1994, Mona Hatoum renoue avec la vidéo qu'elle incorpore dans une installation Corps étranger exposé au Centre Georges-Pompidou à Paris. Cette dernière montre des images en couleur du corps de l'artiste puisqu'il s'agit d'une endoscopie projetée à même le sol, sur un mètre de diamètre. Cette œuvre critique le dualisme qui existe entre l'intérieur et l'extérieur et remet en scène le contenu d'une de ses anciennes performances: Don't smile you're on camera! 1980.

Mona Hatoum abandonne ensuite la vidéo pour se consacrer à des « objets-sculptures ».

Dans Mobile Home (2005), une installation qui met en scène des objets familiers, domestiques, chargés de mémoire où Mona exprime encore l'exil. La présence des « fils à linge mouvants » qui transportent les objets expriment à la fois le lien familial mais aussi l'éloignement. Le titre même de l'œuvre exprime la mobilité et la distance.

En travaillant avec des médias variés, Mona Hatoum critique les limites de l'art traditionnel.

Elle est élue membre de l'Académie des arts de Berlin en 2010[1].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

En 2004, Mona Hatoum obtient le le Prix Sonning, donné par l'Université de Copenhague et le Prix Haftmann, décerné par la Fondation Roswitha Haftmann, une fondation suisse, à un « artiste vivant ayant produit une œuvre de première importance ».

2008 Prix Schock 2008, the Royal Swedish Academy of Fine Arts, Stockholm

2008 inaugural Ismail Shammout Prize, Qattan Foundation, Ramallah

2009 Creative Arts Fellow at the Rockefeller Foundation Bellagio Center, Italy

2010 Käthe-Kollwitz-Preis 2010, Akademie der Künste, Berlin

Elle obtient en 2011 le Prix international d’art contemporain Joan Mirò[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1994 : exposition au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris.
  • 1995 : exposition au White Cube à Londres.
  • 1997 : exposition au Museum of Contemporary Art, Chicago; The New Museum of Contemporary Art, New York 
  • 1998 : exposition au Museum of Modern Art, Oxford; The Scottish National Gallery of Modern Art, Edinburg
  • 1998: exposition au Kunsthalle Basel
  • 1999: exposition au Castello Di Rivoli, Museo d’Arte Contemporanea, Turin
  • 1999: exposition au Le Creux de l’Enfer, Thiers
  • 2000: exposisiton Le Collège, Frac Champagne-Ardenne, Reims; MUHKA - Museum van Hedendaagse Kunst Antwerpen, Antwerp
  • 2000: exposition The Entire World as a Foreign Land, Tate Gallery, London
  • 2001: Domestic Disturbance, Mass MoCA, North Adams, Massachussets 
  • 2002 exposisiton au CASA – Centro de Arte de Salamanca; Centro Galego de Arte Contemporánea, Santiago de Compostela 
  • 2004: Mona Hatoum: A major survey, Hamburger Kunsthalle, Hamburg; Kunstmuseum Bonn; Magasin 3 Stockholm Konsthall, Stockholm
  • 2005: Mona Hatoum: OVER MY DEAD BODY, Museum of Contemporary Art Sydney 
  • août 2007 : Web, 2006 une installation présentant une toile d'araignée géante avec d'énormes gouttes d'eau en perles de verre soufflé et posée dans l'entonnoir d'une crayère, exposée dans l' Expérience Pommery#4, exposition organisée par Daniel Buren, regroupant des œuvres de 37 artistes plasticiens dans les caves des crayères de la Maison de champagne Pommery à Reims.
  • 2008: exposition personnelle à la galerie Chantal Crousel, Paris
  • 2009: exposition à l'UCCA de Pékin, visuels disponible sur le site de l'agence de communication culturelle Claudine Colin.
  • 2009: exposition Mona Hatoum: Interior Landscape, Fondazione Querini Stampalia, Venice
  • 2010: Suspendu, MAC/VAL – Musée d’art contemporain du

Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine

  • 2010: exposition au Beirut Art Center, à Beyrouth
  • 2011: exposition personnelle Mona Hatoum, Sammlung Goetz, Munich
  • 2012: exposition personnelle You Are Still Here, Arter, Istanbul
  • 2013: exposition personnelle à la galerie Chantal Crousel, Paris
  • 2013: exposition Mona Hatoum, Kunstmuseum St Gallen
  • 2014 Turbulence, Mathaf: Arab Museum of Modern Art, Doha 
  • 2014: exposition à la Galerie René Blouin, à Montréal
  • 2014: exposition Mona Hatoum, Estação Pinacoteca - Pinacoteca do Estado de São Paulo 

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) Mona Hatoum - Seit 2010 Mitglied der Akademie der Künste, Berlin, Sektion Bildende Kunst
  2. Encyclopædia Universalis, http://www.universalis-edu.com/
  3. « L’artiste britannique Mona Hatoum décroche le Prix international d’art contemporain Joan Mirò », sur http://www.artclair.co,‎ 9/02/2011 (consulté le 23/02/2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]