Laurie Anderson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anderson.

Laurie Anderson

Description de cette image, également commentée ci-après

En concert à Nimègue (mai 1986)

Informations générales
Naissance 5 juin 1947
Glen Ellyn (Illinois)
Activité principale Artiste multimédia
Genre musical Art de la performance
Instruments Violon, claviers
Années actives 1975 -
Labels Warner
Site officiel [1]
Laurie Anderson lors d'une cérémonie à The Kitchen à New York en 2007

Laurie Anderson, née Laura Phillips Anderson, le 5 juin 1947 à Glenn Ellyn dans l'Illinois, est une artiste expérimentale et musicienne, connue pour ses performances multimédia et les nombreux albums musicaux qu'elle a réalisés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurie Anderson est diplômée de Barnard College et de l'Université Columbia (1972) en histoire de l'art et en sculpture. Dès les années 1970 elle réalise des performances à New York notamment à The Kitchen, dont certaines seront reprises dans ses œuvres ultérieures. En 1981, elle enregistre un single O Superman (For Massenet) de manière confidentielle sur le label One Ten Records. Le disque est apprécié et relayé par John Peel, c'est un succès important, puisque le single parvient à la deuxième position des ventes en Angleterre. Ce succès l'a fait sortir d'un statut d'artiste « avant-garde » et lui a procuré un début de notoriété en France. Laurie Anderson signe alors avec la Warner. Ce morceau sera inclus dans son album Big Science ainsi que dans son œuvre maîtresse : United States Part One to Four performance-fleuve de huit heures qui a fait en 1983 l'objet d'un enregistrement partiel : 'United States Live.

Par la suite, la carrière d'Anderson va se poursuivre au travers de très nombreuses performances, expositions, disques, collaborations diverses. La liste des artistes avec lesquels elle a travaillé est importante : William Burroughs, John Giorno, Arto Lindsay, Ian Ritchie, Peter Gabriel, Perry Hoberman, David Sylvian (ancien membre du groupe Japan), Jean Michel Jarre, Brian Eno, Nona Hendryx, Bobby McFerrin, Dave Stewart, Hector Zazou, Andy Kaufman, Philip Glass, Ryūichi Sakamoto, Lou Reed, Trisha Brown. Ses thèmes de prédilection concernent la technologie et ses effets sur les relations humaines. La musique de Laurie Anderson illustre plusieurs films de Wim Wenders, dont Les Ailes du désir en 1987, Jusqu'au bout du monde en 1991, Si loin, si proche ! en 1993

En 2001, elle effectue une tournée à travers les États-Unis. La date programmée à New-york est le 19 septembre 2001, quelques jours seulement après les attaques du 11 septembre 2001 sur la ville. Le concert est maintenu, et les paroles apocalyptiques de O Superman (« Voici les avions... Ce sont des avions américains... »), y prennent une consonance toute particulière. Ce concert a été enregistré et le disque est sorti en 2002. En 2003, elle est la première artiste en résidence à la NASA, ce qui se concrétisera par la performance The End of the Moon.

Le 12 avril 2008, Laurie Anderson a épousé son compagnon de longue date, Lou Reed, ancien leader du Velvet Underground, au cours d'une cérémonie intime à Boulder, dans le Colorado. Le couple vivait à New York.

Production artistique[modifier | modifier le code]

Discographie (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Albums sous son nom[modifier | modifier le code]

Singles sous son nom[modifier | modifier le code]

  • "O Superman (For Massenet)" (1981)
  • "Big Science" (1981)
  • "Sharkey's Day" (1984)
  • "Language is a Virus" (1986)
  • "Strange Angels" (1989)
  • "Babydoll" (1989)
  • "In Our Sleep" (1994) (avec Lou Reed)

Collaborations[modifier | modifier le code]

Performances[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • CD-ROM "Puppet Motel" (1994)
  • "Rien dans les poches (Nothing In My Pockets)" (2006), un journal intime sonore en 2 parties d'une heure, coproduit et diffusé par France Culture.

Liens[modifier | modifier le code]