Niccolò Antonio Zingarelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zingarelli.

Niccolò Antonio Zingarelli

Description de l'image  Nicola Antonio Zingarelli.jpg.
Naissance 4 avril 1752
Naples Flag of the Kingdom of the Two Sicilies (1816).svg Royaume de Naples
Décès 5 mai 1837 (à 85 ans)
Torre del Greco Flag of the Kingdom of the Two Sicilies (1816).svg Royaume des Deux-Siciles
Activité principale Compositeur
Style Période classique
Opéra, musique sacrée

Niccolò Antonio Zingarelli est un compositeur italien né à Naples le 4 avril 1752[1] et mort à Torre del Greco le 5 mai 1837[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Naples, il vint à Paris en 1790[2] où il composa son Antigone. Fuyant la révolution, il retourna en Italie et fut nommé en 1792[1]'[2] maître de chapelle à la cathédrale de Milan, puis en 1794[1] maître de chapelle de la Santa Casa, la basilique Notre-Dame, à Loreto (Lorette).

En 1804, il fut nommé maître des chœurs de la Cappella Giulia au Vatican[2], où il refusa, en 1811, de diriger le Te Deum pour la naissance du Roi de Rome. Fait prisonnier et amené à Paris, il fut libéré et pensionné par Napoléon, grand admirateur de sa musique.

Il s'installa à Naples en 1813 pour diriger le Conservatoire, où il forma entre autres élèves Bellini, Costa et Mercadante. De 1816 à sa mort, il exerça la fonction de maître des chœurs à la cathédrale de Naples.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Montezuma, créé au théâtre San Carlo de Naples le 13 août 1781
  • Alsinda, créé à la Scala de Milan en 1785
  • Ifigenia in Aulide (1787)
  • Artaserse (1789)
  • Antigone, créé à Paris en 1790
  • La morte di Cesare (1790)
  • Pirro re di Epiro (1791)
  • Annibale in Torino (1792)
  • L'oracolo sannita (1792)
  • 11 mercato di Monfregoso (1792)
  • La secchia rapita (1793), aujourd'hui perdu
  • Apelle (1793, revised as Apelle e Campaspe (1795)
  • Quinto Fabio (1794;11 conte di Saldagna (1794)
  • Gli Orazi e i Curiazi (1795;
  • Giulietta e Romeo (1796)
  • La morte di Mitridate (1797)
  • Ines de Castro (1798)
  • Carolina e Mexicow (1798)
  • Meleagro (1798)
  • Il ritratto (1799;11 ratto delle Sabine (1799)
  • Clitennestra (1800;
  • Edipo a Colono (1802;11 bevitore fortunato (1803)
  • Berenice regina d'Armenia, 1811)
  • Baldovino (1811), opéra perdu, livret de Jacopo Ferretti

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

Zingarelli composa 541 œuvres à Loreto, dont 28 messes. En 1829, il écrivit une cantate pour le festival de Birmingham. Moins d'un mois avant sa mort, il composa l'oratorio La Fuite en Égypte et une messe de Requiem, destinée à ses propres funérailles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 1214
  2. a, b et c Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1515