José Antonio Abreu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Antonio Abreu ni Antonio de Abreu.
José Antonio Abreu

José Antonio Abreu, né le 7 mai 1939 à Valera (État de Trujillo) au Venezuela est un pianiste, éducateur et économiste qui a mis sa culture au service d'un activisme politique original. José Antonio Abreu est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

1939-1959

Né dans la ville occidentale de Valera en 1939, Josè Antonio Abreu a suivi une formation d'économiste. Il est titulaire d'un doctorat en économie de l'université catholique Andrés Bello [1] et a fait des études supérieures en économie de pétrole à l'Université du Michigan [2]. Il a servi comme adjoint à la Chambre des députés au Congrès des anciens du Venezuela. Après sa carrière politique, il a également travaillé comme professeur d'économie et de droit à l'Universidad Simón Bolívar et son Alma Mater.

Josè Antonio Abreu étudie la musique avec Doralisa Jimenez de Medina à Barquisimeto.

En 1957, Josè Antonio intègre l'académie musicale de Caracas (aujourd'hui "José Angel Lamas") pour étudier le piano avec Moisés Moleiro, l'orgue et le clavecin avec Evencio Castellanos, la composition avec Vicente Emilo Sojo.

1959-1969

En 1961, il est diplômé en économie à l'université catholique Andrés Bello et étudie à l'Université du Michigan. Ensuite, il enseigne le droit et l'économie à l'université Simon Bolivar et Andrés Bello. En 1967, il reçoit le prix national de musique symphonique.

1969-1979

Il fonde et dirige "el sistema" en 1975, un réseau national d'orchestres d'enfants. En 1979 il est récompensé pour cette réalisation par le prix national de musique.

1979-1989

Il revient à la politique brièvement en 1983, en tant que ministre de la Culture[1] .

1989-1999

Le concept d'"el sistema" permet une coopération avec l'Espagne et les États-Unis; les orchestres sont récompensés par l'UNESCO en 1993 et 1995. Les récompenses prestigieuses continuent de saluer l'efficacité et la force fondamentale de cette "musique militante" qui n'a pour toute arme que les partitions d'œuvres mondiales et pour soldats des hordes de jeunes sans avenir usant de leur enthousiasme à faire entendre les résonances maladroites mais sincères, sans cesse perfectionnées des vibrations musicales.

1999-2010

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

  • En 1967, il reçoit le Prix national de musique symphonique pour ses aptitudes musicales.
  • José Antonio Abreu est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 2002, « pour parvenir à une renaissance culturelle unique, en apportant les joies de la musique à d'innombrables enfants défavorisés et des communautés. »
  • En 2007 Abreu reçoit le Prix Don Juan de Borbón per la Musique.
  • En 2008, il reçoit le Prix Glenn Gould et le Prix Prince des Asturies.
  • Le 24 octobre 2009, José Antonio Abreu reçoit les insignes d’officier de la Légion d’Honneur.
  • Le 7 octobre 2010, il reçoit le Prix Erasme 2010, en reconnaissance de son soutien à la jeunesse du Venezuela, leur offrant un nouveau contexte social[2].

Citation[modifier | modifier le code]

« La majorité des enfants et des jeunes appartiennent aux groupes les plus vulnérables et marginalisées, dans l'ensemble de la société vénézuélienne. La participation au mouvement d'orchestre a rendu possible pour eux la mise en place de nouveaux objectifs, plans, projets et rêves, et, en même temps c'est une façon de donner du sens et de les aider dans leur lutte quotidienne pour de meilleures conditions de vie grâce à la variété des opportunités que le mouvement d'orchestre leur offre. . »

— José Antonio Abreu, Discours d'acceptation du prix Nobel alternatif 7 décembre 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  • (fr) von Lüpke / Erlenwein le "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, La Plage, Sète, 2008.
  • Autres sources

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geseko von Lüpke et Peter Erlenwein, "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, Sète, La Plage,‎ 2008, 213 p. (ISBN 978-2-84221-191-2), p. 173 à 183.
  • El Sιstema / Le Systeme de Paul Smaczny et Maria Stodtmeier, Allemagne , 2008 durée : 90′.

Un documentaire sur l’Orchestre National de Jeunesse du Venezuela, connu comme El Sistema, fondé en 1975 par l’économiste musicien José Antonio Abreu, et à l’origine d’un programme d’aide sociale par la musique classique, très populaire à travers le pays, qui a réussi à y faire adhérer près de 80-90 % des 265 000 enfants de familles pauvres vivant dans des quartiers où la délinquance et la criminalité les menacent au quotidien. Un film merveilleux, éloge de la dynamique extraordinaire de l’offre sociale. (Film en espagnol avec sous-titres en anglais)

Autres sources[modifier | modifier le code]

Sites en français[modifier | modifier le code]

Sites étrangers[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]