Adolphe Max

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Max.
Adolphe Max

Adolphe Max, né à Bruxelles le 30 décembre 1869 et mort le 6 novembre 1939, est un homme politique libéral belge. Il a été bourgmestre de Bruxelles de 1909 à sa mort.

Il est docteur en droit de l'Université libre de Bruxelles en 1891 et s'inscrit au Barreau de Bruxelles.

Conseiller communal de Bruxelles en 1903, échevin de la ville en 1908, il succède en 1909 à Charles Buls comme bourgmestre de Bruxelles. Lors de l'invasion des troupes allemandes au début de la Première Guerre mondiale, il résiste à la tutelle allemande et refuse d'exercer son mandat sous le joug allemand. Il est arrêté et emprisonné et passe toute la guerre dans différentes prisons allemandes. Le 13 novembre 1918 il quitte la prison de Goslar.

Après la guerre et son retour triomphal à Bruxelles, sa bravoure lui vaut le titre de ministre d'État et il est élu à l'Académie royale de Belgique.

En 1919, il est élu député de l'arrondissement de Bruxelles. En tant que parlementaire, il lutte en faveur du suffrage universel et de l'octroi du droit de vote aux femmes (le suffrage universel est introduit en 1919 et le droit de vote pour les femmes en 1948).

En tant que bourgmestre, il est entre autres responsable de la construction du palais des beaux-arts et de l'organisation de l'Exposition universelle au Heysel en 1935 (les « Palais du centenaire » sont encore utilisés aujourd'hui pour des foires et des expositions).

Il sera également président d'honneur de l'ULB, du Cercle du Libre Examen (Librex)[1] de l'ULB ainsi que de l'Union des Anciens Étudiants de l'ULB (UAE)[2].

L'une des principales artères centrales de la ville porte son nom : le boulevard Adolphe Max. Il existe également un athénée Adolphe Max et une Bibliothèque communale Adolphe Max. Une place du 9e arrondissement de Paris lui est dédiée, la place Adolphe-Max et une avenue dans le 5e arrondissement à Lyon, l'avenue Adolphe-Max.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Robert CATTEAU, Notice sur la vie et les travaux de Adolphe Max, Université Libre de Bruxelles, Rapport sur l'année académique 1945-1946.
  • Claire BERNARD, Adolphe Max, dans: Biographie nationale de Belgique, Tome XXX, Bruxelles, 1958
  • Paul VAN MOLLE, Le Parlement Belge, 1894-1972, Anvers, 1972

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]