Andrew Wyeth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wyeth (homonymie).

Andrew Wyeth

Description de cette image, également commentée ci-après

Andrew Wyeth en 2007

Nom de naissance Andrew Newell Wyeth
Naissance 12 juillet 1917
Chadd's Ford, Pennsylvanie
Décès 16 janvier 2009 (à 91 ans)
Chadd's Ford, Pennsylvanie
Nationalité américaine
Activités Peintre
Maîtres Newell Convers Wyeth
Mouvement artistique réalistes américains
Influencé par Winslow Homer

Œuvres réputées

Christina's World (1948)

Andrew Newell Wyeth, né le 12 juillet 1917 à Chadd's Ford, en Pennsylvanie, et mort le 16 janvier 2009, également à Chadd's Ford, dans la banlieue de Philadelphie, est un peintre américain. Il est classé parmi les peintres « régionalistes » et réalistes américains[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des problèmes de santé, ses parents décident de ne plus l’envoyer à l’école et de l'instruire eux-mêmes. Son père, Newell Convers Wyeth (1882-1945), illustrateur connu qui fréquente des célébrités artistiques, tels Francis Scott Fitzgerald et Mary Pickford, l’initie à l’art, et tout particulièrement à l'art du paysage rural américain. À cette époque, il admire et est sensible à l'œuvre du peintre Winslow Homer. Plus tard, il apprend à maîtriser les techniques associées à l’aquarelle à base d'œuf, la tempera.

En 1937, il expose pour la première fois ses aquarelles. En 1948, il peint Christina's World, son tableau le plus célèbre. En 1951, il expose seul au musée d’art de Farnsworth.

En 1963, il reçoit la Médaille présidentielle de la liberté du Président des États-Unis. Il reçoit le Prix Einstein en 1967[1]. En 1970, il est le premier artiste à accrocher un de ses tableaux à la Maison-Blanche. Le 12 mai 1976, il est élu membre de l’Académie des Beaux-arts de Paris[2],[1]. Deux ans plus tard, il devient membre de l’Académie des Beaux-arts d’URSS. En 1980, il est le premier artiste à être élu à l’Académie royale de Grande-Bretagne. En 1988, il reçoit la Médaille d'or du Congrès en présence du président George H. W. Bush et la National Medal of Arts par George W Bush[1].

Il meurt chez lui le 16 janvier 2009, à 91 ans[3],[1], dans sa ville natale de Chadd's Ford, près de Philadelphie. Sa mort a été annoncée par le porte-parole du Brandywine River Museum.

Son fils Jamie, né en 1946, est également un peintre et portraitiste reconnu.

Sa démarche artistique[modifier | modifier le code]

Andrew Wyeth commence à peindre dans des nuances de bruns et de gris seulement. Il s’inspire de son entourage pour réaliser ses tableaux. Ses sujets préférés sont la terre et les habitants de sa ville natale, ainsi que ses proches. Sa grande maîtrise picturale lui permet de montrer sa réflexion mélancolique sur le temps qui passe et la faillibilité humaine.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • En 1948, il peint Christina's World, tableau qui devint très vite célèbre. Il représente une jeune femme handicapée assise de dos sur un pré désert et, à l'horizon, une maison. Cette œuvre contient le formidable pouvoir suggestif de son auteur. L'atmosphère y est étrange, la posture du personnage tendue. On sent comme une menace dans ce paysage. Wyeth montre un monde où planent l'incertitude et l'attente.
  • Roasted Chestnuts. Chambered Nautilus, 1956
  • Young Bull, 1960, ce tableau d’un minutieux réalisme dégage une extraordinaire puissance d‘expression. Les couleurs sont sobres, neutres, sur la même gamme de tons. Le taureau souligne l’isolement. Derrière le muret s’étend un monde vide, un arbre mort et une maison close. Le ciel lui-même est vide. Les quelques ombres nous montrent que la scène se passe au début ou à la fin de la journée. Ce tableau est le reflet d’un monde ayant du vague à l'âme.
  • Sea chest Adam, 1963
  • The Drifter, 1964, il peint un homme, un vagabond. C’est son apparence physique, la texture élimée et crasseuse de la veste et du tricot qui nous donne cet indice. Les effets de lumière peint par l‘artiste soulignent la douloureuse dignité du visage.
  • Up in the studio, 1965
  • Gunning Rock, 1966
  • Siri Erickson, 1969
  • Anna Kuerner, 1971
  • Nogeeshik, 1972
  • Pleasant dress, 1973
  • Her daughter, 1975
  • Blue Cap, 1976
  • Nudes, 1977
  • Day dream, 1978
  • Jack Light, 1980

Exposition[modifier | modifier le code]

The Wyeths : trois générations d'artistes américains Mona Bismarck American Center for art & culture à Paris 10 novembre 2011-12 février 2012 programme de l'exposition

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Betsy James Wyeth, Christina’s world : Paintings and Pre-studies of Andrew Wyeth, Boston, 1982
  • Douglas K.S. Hyland & Howard P. Brokaw, Howard Pyle and the Wyeths : Four generations of Americain Imagination, Memphis, 1983
  • Andrew Wyeth, Andrew Wyeth : Autobiography, Bulfinch Press, 1995
  • Meryman R., Andrew Wyeth : A Secret Life, HarperCollins, 1996
  • John Updike, Un simple regard - Essais sur l'Art, Horay, 1990, chapitres « La trop célèbre Helga »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Décès du peintre américain Andrew Wyeth », Le Monde,‎ 16-01-2009 (consulté le 17 janvier 2009)
  2. www.academie-des-beaux-arts.fr
  3. (en) Artist Andrew Wyeth dies at age 91, Maureen Milford, The News Journal, 16 janvier 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]