Robert Moog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moog (homonymie).

Robert Moog

Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Moog posant avec quelques synthétiseurs de son invention, dont le Sonic 6, un synthétiseur modulaire 55 et le Minimoog

Naissance
New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 71 ans)
Asheville, Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité américain
Diplôme
Queens College, New York (B.S., Physics, 1957)
Columbia University (B.S.E.E.)
Cornell University (Ph.D., Engineering Physics, 1965)[1]
(Doctorat)
Profession ingénieur électronicien
Distinctions
Conjoint
Shirleigh Moog (marriés en 1958; 3 filles, 1 fils)
Ileana Grams (1996-sa mort)[1]
Descendants
Laura Moog Lanier(fille)
Matthew Moog (films)
Michelle Moog-Koussa (fille)
Renee Moog (fille)
Miranda Richmond (fille de Ileana Grams) [1]
Premier synthétiseur Moog (1964).
Kit à assembler d'un thérémine Moog.
Thérémine assemblé.

Robert Arthur "Bob" Moog (prononcé /moːɡ/ et non /muːɡ/), né le à New York et décédé d’une tumeur cérébrale le (à 71 ans) à Asheville en Caroline du Nord, est un ingénieur électronicien américain, docteur en électronique, fondateur de la marque du même nom.

Il est considéré comme l'inventeur de l'instrument de musique appelé synthétiseur (synthesizer en anglais).

Après des études en électricité et en ingénierie, il répare avec son père des Thereminvox. En 1964 l’un de ses clients, Herbert A. Deutsch, un professeur de solfège et compositeur, lui commande un modèle de synthétiseur à monter en kit. Il le rend plus compact (jusque-là les modèles pouvaient occuper une pièce entière), et ajoute la commande par tension de l’oscillateur, du filtre et de l’amplification. Le son joué n’était plus linéaire mais évolutif.

Présenté lors d’un congrès de l’Audio Engineering Society (AES) en 1964, son appareil rencontre un succès qui lui permet de se lancer dans une fabrication à plus grande échelle.

Synthétiseur Moog[modifier | modifier le code]

En 1968, Switched-On Bach est enregistré par son amie Wendy Carlos (alors Walter Carlos). Plus tard, elle adapte, entre autres, Beethoven et Rossini au synthétiseur pour la bande originale du film Orange mécanique. L'année suivante, George Harrison parsème le dernier disque des Beatles, Abbey Road de sons générés par un Moog à l'époque aussi encombrant qu'une armoire, et qu'il s'est procuré directement auprès de son créateur. C'est la première fois qu'on l'entend sur un disque de rock.

Les Moody Blues, Emerson, Lake & Palmer, Yes, Rick Wakeman, Edgar Winter, Kraftwerk, Gary Numan, Jean-Michel Jarre, Patrick Moraz, Asia, PFM, Jean Jacques Perrey sont parmi ceux qui introduisent ensuite dans leurs disques et sur scène les ondulations caractéristiques des synthés Moog, dont un modèle, le Minimoog, d’une taille et d’une facilité d’emploi révolutionnaires avec son clavier à 44 touches devient l'instrument du rock progressif dès le début des années 1970 succédant ou cohabitant avec son ancêtre le Mellotron. Le jazz, avec Herbie Hancock, Chick Corea ou Billy Cobham dont les peaux de sa batterie étaient reliées à des Moog, et le funk, avec le Funkadelic de George Clinton, tout comme Frank Zappa avec George Duke, ne sont pas en reste.

Keith Emerson emmènera sur scène tout au long de sa carrière l'encombrant modèle modulaire avec son ruban sensitif. Keith Emerson tout comme Rick Wakeman de Yes entretiendront des relations très amicales avec Robert Moog. Rick Wakeman, peu de temps après la mort de l'inventeur, lui dédiera un titre sur son album rétro intitulé Hommage To The Doctor. Rick Wakeman bien qu'ayant remplacé tout ses claviers analogiques par des claviers numériques dans le milieu des années 1980, utilisera toujours sur scène jusqu'à ce jour le Minimoog, certes MIDIfié et non le nouveau modèle « Voyager ».

Durant les années 1970, les grands concurrents de Moog seront les synthétiseurs ARP. Robert Moog inventera aussi au milieu des années 1970, le premier synthétiseur polyphonique le Polymoog qui permettra de jouer en accord comme sur un piano. À partir des années 1980 cette suprématie américaine cèdera la place aux synthétiseurs essentiellement numériques fabriqués à l'échelle industrielle par des marque japonaises comme Yamaha, Roland, Ensoniq ou Cheetah ceux ci se concentrant surtout sur l'imitation de sons existant comme le piano avec tout d'abord les emulators puis avec l'interface MIDI qui assurera la transition entre l'analogique et le numérique. Depuis quelques années, le son « vintage » du Moog revient en force avec des groupes comme Air ou Radiohead .

Moog établit aussi l’interface pour le contrôle par deux boutons rotatifs de l’interface d’un synthétiseur avec une séparation logarithmique de ton « 1-volt-par-octave » et un signal séparé déclenchant la pulsation. Un autre synthétiseur largement utilisé fut la pédale pour son grave Taurus mise en vente en 1974 communément appelé « Bass Pedals » et utilisé par des bassistes comme Mike Rutherford de Genesis. Il se présentait sous la forme d'un pédalier de 13 barres : 8 notes plus 5 notes demi ton.

À son apogée, en 1971, l’usine Moog emploie 42 personnes et propose plus de vingt-cinq modèles à son catalogue. Puis le déclin s’annonce. Robert Moog vend ses parts à la compagnie Norlin Music, qui continuera la fabrication de ses synthétiseurs jusqu’au milieu des années 1980.

Les échantillonnages numériques avaient pris la place mais le son « rétro » redevint populaire avec des groupes comme Air, Beck ou Radiohead. En 2000, Moog fonda une nouvelle société nommée Big Briar (en) qui produit plusieurs versions du Minimoog appelé Minimoog Voyager dont un modèle reproduisant à l'identique le modèle original sous le nom « Old School ». Aujourd'hui, de plus en plus de sons electroniques tel que le Dubstep ou le trance utilisent des sons avec des distonances de ce type.

Grâce à ses synthétiseurs, il est considéré comme le pionnier de la musique électronique.

Robert Moog était un ingénieur électronicien qui a mis sa passion et son savoir-faire au service de la musique. En créant son premier synthétiseur, en 1964, il n'imaginait probablement pas qu'il allait révolutionner la musique. Et pourtant il est considéré comme le père fondateur de la musique électronique.

Google a décidé de lui rendre hommage en créant un doodle interactif, permettant aux internautes de produire et enregistrer leurs propres sons.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Brevets[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c "Bio: Robert Moog", NNDB