Guenroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guenroc
Mairie de Guenroc.
Mairie de Guenroc.
Blason de Guenroc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Caulnes
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Caulnes
Maire
Mandat
Simon Leterrier
2014-2020
Code postal 22350
Code commune 22069
Démographie
Gentilé Guenrocois
Population
municipale
215 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 05″ N 2° 04′ 26″ O / 48.318055555556, -2.073888888888948° 19′ 05″ Nord 2° 04′ 26″ Ouest / 48.318055555556, -2.0738888888889  
Altitude Min. 23 m – Max. 102 m
Superficie 7,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Guenroc

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Guenroc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guenroc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guenroc

Guenroc [gɛ̃ʁɔk][1] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Ses habitants sont les Guenrocois et les Guenrocoises.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En breton, Gwenroc'h signifie roche blanche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Certains auteurs anciens suggèrent que le nom de Guenroc viendrait de saint Guenroc orthographié également, Guirec et Guero, disciple de saint Tugdual, apôtre de Lanmeur, abbé de plusieurs communautés. Enfin plusieurs familles de la région portent les noms de Guenroc et de Guero. Peut-être des ancêtres de ces familles existaient-ils à l'époque où vivait saint Guenroc ou Guero ? Guenroc doit peut-être son nom au rocher de quartz blanc situé au nord du bourg. En effet, gwen en breton signifie blanc et roc, rocher[réf. nécessaire].

Le point culminant de Guenroc est haut de 103 mètres, il est situé dans une petite parcelle boisée près du lieu-dit La Rosais.

Guenroc existait en 1286[réf. nécessaire]. La paroisse existait en 1371 [2][réf. insuffisante].

La commune possède un blason, d'origine très ancienne[réf. nécessaire] qui se lit ainsi : « D'argent à 3 rocs d'échiquier de gueules 2 et 1 », ce qui veut dire que le fond de l'écu est de couleur argent et les trois rocs de couleur rouge. Les seigneurs du Lattay qui existaient avant le XIIe siècle possédaient le même blason avec une bordure autour, tandis que celui de Guenroc n'en possède pas.

À l'est et au sud, la Rance, fleuve côtier, est devenue sur son territoire un lac à la suite de l'édification du barrage de Rophemel mis en eau en 1937. À l'ouest, un de ses affluents, le Fremeur, puis une ligne allant de cette rivière au lieu-dit La Fosse au Loup est matérialisée par des ruisseaux et des anciens chemins.

Guenroc est entourée par les communes de Plouasne, Guitté, Caulnes, Plumaudan, Saint-Maden. Autrefois, la commune comptait parmi ses voisines celle de Médréac (elle était riveraine de la Rance depuis la rivière de Néal jusqu'au ruisseau de la Ville-Jonc en Guitté).

En 1855, il y avait 438 ha en terres labourables, 41 ha en prés et pâturages, 87 ha en bois, 14 ha en vergers et jardins, 78 ha en landes et terres incultes ; alors qu'en 1990, 428 ha sont en terres labourables, 61 ha en prés, 122 ha en bois, 39 ha en landes et 7 ha en jardins.

Pour ces deux années, les chiffres ne comprennent pas les sols, chemins, routes, rivières et divers.

Le sol est très varié et souvent manque d'homogénéité [réf. nécessaire]:

  • Les schistes et poudingues - cailloux arrondis et reliés par un ciment naturel - donnent des sols lourds où des argiles grises et ocres en font des terrains imperméables gorgés d'eau en hiver, devenant secs et durs en été, qu'il est indispensable de drainer.
  • Les sables et poudingues donnent des terrains un peu moins lourds.
  • Le granit par sa décomposition, forme de bons sols silico-argileux assez filtrants.
  • Les quartzites donnent des sols assez squelettiques et secs où la roche mère affleure.
  • Le grès armoricain
  • Il y a aussi du fer dans plusieurs endroits de la commune. Au temps où il existait des charrettes avec de grandes roues bardées de fer qui creusaient de profondes ornières, l'eau qui y stagnait devenait couleur rouille. Des carrières de pierres et d'ardoises ont connu autrefois une certaine activité. La dernière carrière de pierre située dans le bois de Guenroc n'a cessé son activité qu'en 1935-1936.

Il existe, à Guenroc, de très nombreuses résidences secondaires que les propriétaires n'habitent qu'en fin de semaine ou pendant les vacances.

Sites[modifier | modifier le code]

Le rocher[modifier | modifier le code]

Rocher de Guenroc.

Bertrand Robidou dans son Histoire et panorama d'un beau Pays de 1892 le décrit :

« Nous partons de Rennes, un matin d'avril avec Théophile Le Monnier. Ludovic Jan, le poète de Caulnes, (décédé en 1894 à l'âge de 30 ans) nous attendait à la gare… Nous partons pour Guenroc… Guenroc Blanc Rocher. De loin nous apercevons cet énorme bloc de quartz dominant le bourg comme écrasé à sa base. Sur le sommet de la roche plane une grande croix ou calvaire. Nous arrivons vite au pied, malgré la rude montée de ce Golgotha. C'est dimanche. Les Vêpres vont commencer et bientôt le petit temple nous envoie, comme de dessous la terre, ses psaumes, ses hymnes et ses cantiques chantés à pleine tête par de rustiques musiciens, louant Dieu de tout leur cœur. Sommes-nous dans les combles d'une cathédrale ? On le dirait. Cet effet d'acoustique est beau sur un théâtre ; il est plus curieux et plus piquant ici. Le monticule quartzique que nous foulons est vraiment prodigieux. C'est après Bécherel l'un des plus admirables points de vue de la Bretagne. Ce n'est pas seulement un bloc, c'est une colline dont le prolongement, à l'extrémité opposée au bourg, se cache sous un bois qu'elle rend lumineux, surtout le soir, par la blancheur éclatante que le quartz projette. Nous descendons de ce pinacle émerveillé du coup d'œil qu'il nous a procuré… »

Ce rocher se prolonge vers l'ouest et sert de support naturel à la statue du Christ Roi et continue plus loin, au-delà du monument, derrière le cimetière à qui il sert de clôture naturelle, et plus loin encore le long de la petite route abrupte située à l'est de l'église. Des filons souterrains de quartz se faufilent sous le bourg.

Le territoire de la commune est montueux. Avant la construction du barrage de Rophemel, il était entouré par la Rance. Les collines rocheuses recouvertes d'arbres s'élevaient jusqu'au niveau des terres cultivables. Beaucoup de bruyères étaient recensées. Des levées barraient la Rance créant des biefs qui servaient à l'entraînement des roues en bois destinées au fonctionnement des meules de nombreux moulins.

Le barrage, dont la mise en eau date de septembre 1937, a profondément modifié cette vallée, car les prairies et les moulins ont disparu. Il existe 122 hectares de petits massifs forestiers bien qu'un ouragan en octobre 1987 ait causé de très importants dégâts forestiers.

La commune possède une église, datée de 1465. À proximité de l'église, dans les champs cultivés, des vestiges romains sont découverts en 1896 : fours, fondation de maisons romaines. En effet une antique voie romaine allant de Corseul à Vannes passait dans le bois de la Haye tout près de Caulnes. Lorsque la gare est construite, de nombreux vestiges romains sont trouvés. Par ailleurs, vers la même époque sont découvertes également des pierres taillées d'origine celte.

Église de Guenroc[modifier | modifier le code]

Description de l'église[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Gervais et Saint-Protais.

L'environnement de l'église tel qu'il se présente aujourd'hui date de 1908. Avant, elle était entourée du cimetière qui, côté bourg, effleurait les premières maisons. Deux chemins très étroits permettaient le passage des voitures à cheval et des charrettes. Pour permettre une circulation normale, le Conseil municipal de l'époque supprima le cimetière dans sa partie sud ce qui permit la construction des deux routes actuelles. L'église est orientée vers l'est selon la tradition qui veut que les chrétiens, en prières, soient tournés vers les lieux saints.

La nef comprend trois travées dont les piliers cylindriques sans chapiteaux reçoivent les arcades ogivales. Plus haut, à la croisée du transept, quatre piliers cylindriques, plus élevés que ceux de la nef se relient par des arcades pour former l'appui du clocher. Enfin, le chœur a deux travées dont les arcs en plein cintre retombent sur des piliers également cylindriques. Puis deux bas-côtés de même longueur que l'église, coupés par des arcs complètent le transept. L'église a la forme d'une croix, le transept formant les bras de celle-ci. Le chœur fermé par ses piliers est légèrement décentré. Cette disposition aurait été voulue, elle symboliserait la tête du Christ penchée sur la croix. Ici et là, sur le sol, existe plusieurs pierres tumulaires. Beaucoup de sépultures ont été construites à l'intérieur de l'église jusqu'en 1758, époque à laquelle un édit royal interdit cet usage.

Au fond de l'église, une tribune est construite. La lumière continue à pénétrer dans l'église par des verrières en verre simple ou dépoli. C'est pendant les XVIIe et XVIIIe siècles que des statues, actuellement classées parmi les monuments historiques[réf. nécessaire], sont placées dans l'église :

Par ailleurs, l'église possède un calice et patène en argent datant de la fin du XVIIe siècle. La paroisse possède également deux ostensoirs, l'un en cuivre, l'autre en argent, une boite Saintes Huiles avec deux ampoules, le tout en argent daté de 1783. Le calice et la patène en argent, ainsi que la boite Saintes Huiles et ses deux ampoules, sont classées parmi les monuments historiques.

La paroisse de Guenroc se situe en tête des petites communes du département quant au nombre des objets protégés. Saint Protais et Saint Gervais sont les saints patrons de l'église.

Histoire de l'église[modifier | modifier le code]

La construction de l'édifice s'est terminée en 1465, date inscrite sur le portail du côté ouest. Dans le clocher, deux cloches se sont succédé. La première, Nathalie, est bénie le 2 octobre 1763. Elle a probablement été retirée durant la Révolution française, qui fondait une cloche de toutes les paroisses qui en possédaient deux. La seconde cloche, Françoise, est bénie en 1773. Cette cloche est encore présente et se fait entendre tous les jours. Malgré cela, l'église n'a pas trop souffert de l'époque révolutionnaire.

Pendant de nombreuses années, l'église continue à être entretenue grâce aux dons et aux dispositions testamentaires des paroissiens. Au milieu du XIXe siècle, l'habitude d'effectuer des investissements importants revient. En 1864, un nouveau chemin de croix est érigé et en 1866, le chœur est remis à neuf par la pose d'un parquet en if et en châtaignier. Les stalles sont replacées autour du chœur sur des appuis neufs.

En 1869, il est décidé de construire une grotte, pour y placer soit des statues représentant une descente de Croix, soit un Christ sur une Croix au milieu de rochers, entouré de deux statues, la Sainte Vierge et Saint Jean. Le second projet est réalisé et la grotte est couverte de verres de couleurs différentes, et est consolidée à nouveau cinq ans plus tard.

En 1883, Pierre Mahé fait l'acquisition d'une horloge pour l'église. Pierre Mahé avait fait placer deux cadrans, l'un à la base du clocher côté bourg, le second, plus petit, sur le pignon ouest. Il semble que ce dernier n'ait pas fonctionné très longtemps.

En 1884, les autels sont repeints et le chœur dallé, les piliers et les arcs repiqués et rejointoyés. Les vitraux actuels remplacent ceux qui existent à l'époque. En 1895, la toiture de l’église est complètement refaite. En 1902, d'importants travaux sont effectués à la Sacristie. Le maire, Histrion Forcouëffe, y fait remplacer le plancher et les poutres.

Le 9 décembre 1905, la Loi de séparation des Églises et de l'État est votée. Au cours de son application en 1906, d'importants changements se produisent. Les Conseil de fabrique, qui géraient les biens appartenant à l'Église, sont dissous. Celui de Guenroc tint sa dernière séance le dimanche 25 novembre 1906. À cette date, les immeubles des églises deviennent biens communaux, à charge évidemment pour les communes de les entretenir, ne restant donc aux paroisses que les entretiens des meubles et objets divers se trouvant à l'intérieur des églises ainsi que les travaux dits locatifs.

Fin 1938, la chapelle de Beaumont est restaurée. Les boiseries situées au-dessus et devant l'autel sont enlevées, les grilles qui l'entouraient aussi, le parquet très dégradé est supprimé. En 1939, c'est au tour de la chapelle côté nord (désignée successivement sous les noms de Chapelle de la Vierge, Chapelle du Rosaire, Saint-Hubert, ou encore de La Roche, car occupée depuis plusieurs siècles par les habitants de ce manoir) d'être restaurée. En 1942, un nouveau chemin de croix patine granit bleu ombre avec encadrement chêne remplace celui de 1864. La stèle qui commémore les enfants de Guenroc morts pour la France, placée sur l'autel Saint Fiacre, dans la chapelle de Beaumont date de la même année. C'est en 1943 que le retable en bois du maître-autel, probablement du XVIIe siècle comme les boiseries qui l'encadraient a été enlevé et remplacé par un nouveau en ciment avec tabernacle. En 1944, la Sainte Table en bois datant du XVIIe siècle est démontée et remplacée par une neuve en ciment. En 1945, c'est la chaire également du XVIIe siècle, qui est démontée et, elle aussi, remplacée par une nouvelle en ciment.

Une installation électrique en 1971 assure le fonctionnement des aiguilles du cadran et fait sonner la cloche Françoise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules aux trois rocs d'échiquier d'or, à la bordure du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Henri Desportes   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
569 433 490 476 570 526 563 587 577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
568 529 550 535 511 514 503 472 482
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
451 415 412 350 335 347 339 294 279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
268 249 193 185 176 195 188 183 216
2011 - - - - - - - -
215 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erwan Vallerie. L'art et la manière de prononcer ces sacrés noms de lieux de Bretagne, Chasse-Marée/ArMen, 1996, page 97 (et [ɟɛ̃ɾo] en gallo).
  2. Procès de canonisation de Charles de Blois
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]