Pléven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pleven (homonymie).
Pléven
Le lac d'Arguenon depuis l'embarcadère de Pléven.
Le lac d'Arguenon depuis l'embarcadère de Pléven.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Plancoët
Intercommunalité Communauté de communes Plancoët-Plélan
Maire
Mandat
Henri Blanchard
2014-2020
Code postal 22130
Code commune 22200
Démographie
Gentilé Plévennais, Plévennaise
Population
municipale
564 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 27″ N 2° 19′ 09″ O / 48.4908333333, -2.31916666667 ()48° 29′ 27″ Nord 2° 19′ 09″ Ouest / 48.4908333333, -2.31916666667 ()  
Altitude 80 m (min. : 7 m) (max. : 107 m)
Superficie 9,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Pléven

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Pléven

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pléven

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pléven

Pléven [plevɛ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor et la région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient du breton ploe qui désigne la paroisse et de saint Even.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un dolmen aujourd'hui détruit atteste le peuplement ancien de la commune.

Les bourgs Heussais constituent la plus grosse motte du haut Moyen Âge (XIe siècle). il fait partie de la baronnie de La Hunaudaye et sur le plan religieux du diocèse de Saint-Brieuc. Au XVe siècle, un certain Madeuc, sire de Guémadeuc, construit le manoir de Vaumadeuc.

La commune, érigée en 1790 appartient sous le Directoire au canton de Jugon, comme commune administrée par un agent communal. La paroisse de Pléven est supprimée en 1792 puis rétablie en 1803, et est le théâtre au cours de la Révolution de combats entre les Bleus et les chouans qui disposent de refuges dans la forêt voisine. En 1798, la commune est condamnée en tant que telle à rembourser à Thibaud de la Chainneais le cidre que les chouans lui avaient volé. Le Vaumadeuc est habité au XIXe siècle par un érudit, Tresvaux du Fraval, tandis qu'un Danican (armateur malouin) fait bâtir le manoir des Portes. Pléven a vu naître en 1805 Mgr Lebreton, vicaire général de Saint-Brieuc avant de devenir évêque du Puy, où il meurt en 1886.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Jean-Louis Rouxel PS  
mars 2008 en cours Henry Blanchard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 564 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
524 429 546 525 517 596 647 671 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
654 684 719 697 728 769 774 742 757
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
694 670 651 596 591 553 573 609 558
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
607 606 630 594 578 565 597 619 565
2011 - - - - - - - -
564 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé François-Marie Tresvaux du Fraval, né à Loudéac en 1782, mort à Paris en 1862 est vicaire général de Mgr de Quélen entre 1832 et 1835 puis doyen du chapitre. Il fait la connaissance d'une nièce de Minet, dont il devient le confesseur. Il fait très tôt des séjours au manoir du Vaumadeuc à Pléven avant que son neveu ne l'habite et surtout qu'il n'en devienne propriétaire. Il lègue à ce neveu, Charles Tresvaux du Fraval, sa bibliothèque, différents objets ainsi qu'une correspondance. Auteur de nombreux ouvrages, il réédite la Vie des saints de Bretagne de Dom Lobineau (1836), publie d'après les matériaux de Dom Maurice une Histoire de l'Église de Bretagne depuis ses commencements jusqu'à nos jours (1839).
  • Mgr Lebreton (1805-1886) , vicaire général de Saint-Brieuc avant de devenir évêque du Puy.
  • Yves Le Goff est un ancien coureur cycliste, né le 25 février 1907 à Pléven.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]