Yvignac-la-Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yvignac-la-Tour
La tour de l'église
La tour de l'église
Blason de Yvignac-la-Tour
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Broons
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Du Guesclin
Maire
Mandat
Jean-Luc Boissel
2014-2020
Code postal 22350
Code commune 22391
Démographie
Gentilé Yvignacais, Yvignacaise
Population
municipale
1 216 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 57″ N 2° 10′ 30″ O / 48.3493, -2.17548° 20′ 57″ Nord 2° 10′ 30″ Ouest / 48.3493, -2.175  
Altitude 70 m (min. : 52 m) (max. : 131 m)
Superficie 35,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Yvignac-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Yvignac-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yvignac-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yvignac-la-Tour

Yvignac-la-Tour [iviɲak la tuʁ] est une commune française, située dans le département des Côtes-d'Armor et la région Bretagne.

Ses habitants sont appelés les Yvignacais.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Yvignac-la-Tour fait partie du canton de Broons, et donc de l’arrondissement de Dinan, du département des Côtes-d'Armor et de la région Bretagne. Elle fait également partie de la communauté de communes du Pays de Du Guesclin


Les communes les plus proches (en gras celles appartenant au Canton) sont: Plumaudan (4 km) ; Languédias (5 km) ; Trédias (5 km) ; Brusvily (6 km) ; Mégrit (6 km) ; Trébédan (6 km) ; Trémeur (6 km) ; Broons (7 km) ; Caulnes (7 km) ; Guenroc (8 km) ; Guitté (8 km) ; Saint Maden (8 km) ; Bobital (9 km) ; La Chapelle Blanche (9 km) ; Le Hinglé (9 km) ; Saint Jouan de l'Isle (9 km).

Les autres communes du Canton sont plus éloignées encore : Sévignac (12 km) ; Lanrelas (14 km) ; Eréac (15 km); Rouillac (15 km).

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

le bailliage de " Les Touches " appartenait aux seigneurs-abbés de l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet[1]

Avant le décret du 21 décembre 1999, la commune s'appelait Yvignac.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
2014   Jean-Luc Boissel    
2001 2014 Henri Coulombel   Retraité
1989 2001 Yolande Dubois    
1977 1989 Lucien Gélard    
1963 1977 Henry Leroy    
1947 1963 Prosper Marie Miriel    
1919 1947 Louis Honoré Plessix    
1914 1919 Emmanuel Plessix    
1901 1914 Jean baptiste Deschamps    
1900 1901 François Mathurin Forgeoux    
1885 1900 Joseph Mathurin Deblé    
1884 1884 Louis Marie Nogues    
1971 1884 Pierre Leclerc    
1870 1947 Joseph Louis Donne    
1865 1870 Pierre Leclerc    
1861 1865 Pierre François Plessix    
1857 1860 Yves Dutertre    
1855 1857 Jean Dutertre    
1851 1855 Louis Bougis    
1837 1850 Hilaire Florent Leroux    
1830 1837 Jean Rabajoyes    
1817 1830 Jacques Leroy    
1814 1817 Joseph Leroux    
1814 1814 Joseph Cadet    
1802 1814 Mathurin Jean Fairier    
1800 1802 Jean Rabajoyes    
1798 1799      
1797 1798 Mathurin Jean Fairier    
1795 1796 Olivier Boullier    
1793 1794 Marc Rabajoyes    
1792 1793 Olivier Boullier    
1790 1791 Marc Leroux    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 216 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 751 1 747 1 746 1 765 1 784 1 823 1 822 1 891 1 629
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 907 2 007 2 087 2 084 2 129 2 120 2 155 2 044 2 046
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 062 1 960 1 954 1 731 1 742 1 685 1 632 1 579 1 422
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 367 1 326 1 167 1 146 1 065 1 091 1 118 1 124 1 191
2011 - - - - - - - -
1 216 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason d'Yvignac-la-Tour
  • Description : D'argent aux deux fasces de sable.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte quatre monuments historiques :

Autres sites et monuments :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Ivenack (Allemagne) (Mecklenburg-Vorpommern)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]