Goudron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir liant hydrocarboné pour le matériau routier. 
Goudron de canne de maïs, obtenu par pyrolyse par chauffage aux micro-ondes

Les goudrons (de l'arabe قَطْران — qaṭrān) sont des produits issus de poix modifiée de résineux, produits par distillation destructive sous pyrolyse. Ils sont composés de centaines de substances chimiques, dont plusieurs sont considérées comme cancérigènes ou potentiellement dangereuses.

Fabrication[modifier | modifier le code]

On peut obtenir du goudron à partir de la plupart des résineux, mais le principal goudron utilisé dans le monde occidental était le goudron de pin, issu de la distillation destructive de bois et des racines de pin.

Le goudron de houille, appelé aussi simplement goudron, est un sous-produit de la transformation de la houille en coke.

Le bitume est un terme utilisé pour les gisements naturels de « goudron » de pétrole, comme celui de La Brea Tar Pits.

Des produits semblables au goudron peuvent être produits à partir d'autre matières organiques, comme la tourbe. Des produits minéraux ressemblant au goudron peuvent être produits à partir d'hydrocarbures fossiles, notamment à partir de pétrole. De la même manière, les goudrons mentionnés sur les emballages de tabac tirent ce nom de l'anglais, tar, rétroacronymie de total aerosol residue et qui désigne la fraction particulaire collectée lors de la combustion d'une cigarette[1].

Commerce et usages[modifier | modifier le code]

La production et le commerce de goudron fut l'un des pans majeurs des économies de l'Europe du Nord et de l'Amérique du Nord. Sa principale utilisation était la préservation du bois des bateaux pour l'étanchéification des coques et contre la pourriture. Le plus gros consommateur fut la Royal Navy. La demande en goudron déclina avec le développement des vaisseaux en fer et en acier, bien qu'il fût encore très utilisé pour le traitement des poteaux télégraphiques en bois.

Le 11 avril 1855, messieurs Gonnet et Morin à Saint-Étienne (France) ont déposé un brevet pour 15 ans portant sur l'invention d'un charbon synthétique dit « fulgor » ; fait avec du goudron[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Standard ISO 4387.
  2. Gallica, Bulletin de la Société des industries minérales, 1855, voir le catalogue des brevets, page 365

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :