Moellon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mur en moellon.

Un moellon (appellations anciennes maillon ou moilon) est une pierre pour la construction, en général pierre de calcaire plus ou moins tendre (matériaux), taillée partiellement ou totalement, avec des dimensions et une masse qui le rendent maniable par un homme seul.

Extraction et taille de bloc[modifier | modifier le code]

Oratoire en moellons de grès finement taillé - commune de Neufmaisons- France.

Le carrier extrait la pierre brute du sol dans la carrière et la fournit au moelloneur qui taille les pierres traditionnellement dans la carrière. Le moelloneur donne une forme à la pierre qui peut être un bloc plus ou moins fini selon le besoin, pour aboutir par exemple à constituer un arc, une voûte, une baie, un dallage, un escalier ou simplement un mur. Le dessin global de ces membres est fait par l'architecte ou le maître d'œuvre. Dans la plupart des cas de construction importante l'architecte ou un appareilleur « calpine » les blocs à tailler qui font partie de l'apparence, ce n'est pas le cas dans les constructions peu importantes.

Le moellonneur utilise une scie ou une trancheuse pour le clivage ou un marteau pneumatique ou plus traditionnellement la masse et le burin pour définir le bloc, l'ébaucher. Il utilise la laye, la rustique (pics-haches lisses et à dents), la boucharde (marteau à dents) pour dégrossir et dresser les pans de façon « rustique » (le rusticage).

Il peut éventuellement finir précisément son travail sur le chantier de construction en façade ou depuis l'intérieur du bâtiment, et terminer la tête dressée (la face visible) du moellon.

Le moellon se distingue de la pure pierre de taille à arêtes vives par une queue biseautée en démaigrissement qui n'en fait pas un bloc s'emboitant parfaitement avec les autres blocs. Le moellon est un bloc plutôt petit. (Le tailleur de pierre utilise en plus pour la taille de pierre le ciseau, le poinçon, la gouge, la ripe pour faire les décors et moulures, le chemin de fer pour faire la face plane en façade). Le moellon est réputé ne pas pouvoir faire des saillies simples en façade de corps de bâtiment aussi importantes qu'une pierre de taille qui peut être de plus grande dimensions.

Un carreau est un moellon plat qui sera posé dans le mur sur un des côtés minces, ou bien sur le côté large horizontal pour faire un dallage, le plus grand pan (la plus grande face) étant visible.

La moellonaille ou blocaille catégorise les petits moellons sans forme ni taille précises venant du travail du moellonneur ou du carrier.

Matériaux[modifier | modifier le code]

Ces appellations sont utilisées et caractérisent le matériau de construction, la pierre à bâtir selon son origine :

  • Château-Landon - Calcaire dur. (Seine et marne).
  • Cliquart - Calcaire coquiller dur à grain.
  • Comblanchien - Calcaire. Sert à faire des dalles. (Bourgogne).
  • Échaillon - Calcaire à grain fin.
  • Granulite - Granite.
  • Grisard - Grès dur.
  • Liais - Calcaire à grain fin. Sert à faire des marches, des jambages de cheminée. (Meuse, Bourgogne).
  • Meulière - Silex dur. Non taillable, a servi à faire des fondations puis des murs en élévation avec des briques. (Île-de-France).
  • Molasse - Grès argileux (gélif). (Suisse)
  • Parmain - Calcaire tendre, pierre de taille.
  • Pierre de Caen - Calcaire crayeux et fin, a servi de matériaux de pierre de taille et de parement pour des édifices religieux et civils, en Normandie, en France et à l'étranger, notamment en Grande-Bretagne, au Canada et aux États-Unis. Quelques carrières encore en exploitation.
  • Pierre dorée - Calcaire assez tendre. (Beaujolais, Lyonnais).(jarnioux, oingt, theizé, charnay).
  • Pierre bleue - Calcaire (Wallonie)
  • Tuf - Pierre de Volvic - Basalte volcanique. (Massif central).
  • Tuffeau - Calcaire tendre. (Anjou, Touraine).
  • Vergelé - Calcaire tendre (gélif). (Île-de-France).

Appareil[modifier | modifier le code]

Le maçon effectue le moellonage, la mise en œuvre.

Dans un mur le bloc est normalement posé sur son lit de pose ou d'assise, face de dessous qui est dans le plan horizontal d'extraction de carrière. Il est posé en délit (en contre-lit), plan vertical d'extraction, normalement si le matériau le supporte sans se déliter (se désagréger avec le temps). Les voûtes, les arcs, les parties hautes des baies utilisent les blocs équarris avec des lits de pose non horizontaux.

Les moellons équarris sont en maçonnerie ordinaire posés à plat (petite hauteur verticale) ou posé de champ (grande hauteur verticale) sur leur lit de dessous. Le moellon peut être mis en boutisse, il traverse en partie le mur, un bout, le petit côté, est visible en parement. Il peut être mis en boutisse parpaigne, il traverse alors totalement le mur, les deux bouts sont visibles en parement et des carreaux peuvent être utilisés pour ce faire. (Détail : Appareil).

Les moellons de façon ordinaire sont posés dans les murs sans arrangement de forme, en opus incertum avec éventuellement un parement de mortier (enduit). S'ils sont posés sans mortier ni enduit, on parle de pierres sèches. En construction de qualité, l'arête de la rencontre en angle saillant ou rentrant de deux pans de mur peut se faire avec de gros moellons équarris arrangés en besace, alternance verticale d'un grand côté et d'un petit côté, constituant une chaîne.

Les moellons sont disposés, appareillés selon une trame de pose à joints horizontaux qui sont les joints de lit, rectilignes ou non et avec des joints verticaux, les joints montants, qui eux sont ordonnés ou non. Cette pose suppose dans tous les cas qu'un coup de sabre (fissure béante apparaissant avec le temps entre des moellons désolidarisés donnant deux parties de mur dissociées) ne puisse normalement se faire dans le mur.

La moellonaille est maçonnée de façon ordinaire en blocage pour constituer la fourrure entre les appareils de moellons ou de pierres de taille ou de briques en parement du mur, ou bien encore entre des banches qui sont posées entre des chaines de pierres taillées, les chaines d'angles et chaines verticales.

Le carreau peut être utilisé comme pierre pelliculaire, pierre de placage collée et agrafée pour le parement de façade et rendre "rustique" des supports faits en béton ou en blocs agglomérés.

L'utilisation de moellons se fait aussi bien pour les fondations, les soubassements à moitié enterrés que pour les murs en élévation.

La moellonaille des carrières sans moelloneurs sert à faire les hérissons de pierres jetées sur sol pour faire le support d'une dalle, ce support est disjoint de celle-ci. Elle sert aussi à la fabrication du béton cyclopéen qui est utilisé depuis l'antiquité romaine pour fabriquer les gros massifs des constructions.

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

La maçonnerie de moellons peut être homogène ou mixte la maçonnerie mixte est celle qu'on rencontre le plus souvent. La maçonnerie homogène de moellons peut s'exécuter en moellons piqués ou smillés qui sont de petites pierres de taille que l'on pose à la main les joints et les lits sont seulement un peu moins soignés vu la petite dimension des matériaux il est nécessaire de les relier les uns aux autres avec un bon mortier et de veiller à ce que la découpe et l'enchevêtrement soient bien combinés pour la pose on n'a pas besoin de recourir à des cales, les moellons sont posés à bain de mortier et on fait refluer celui-ci en frappant le moellon avec un marteau[1].

Quelquefois c'est le maçon qui taille lui-même le moellon dont il se sert mais pour une construction importante il vaut mieux avoir recours à des ouvriers spéciaux que l'on appelle piqueurs de moellons. La maçonnerie homogène de moellons bruts se rencontre rarement il est rare qu'on n'associe pas ces matériaux à d'autres plus résistants des pierres de taille par exemple destinés à former les socles les angles de la construction et les principales lignes[1].

Le moellon brut ne sert guère que pour remplissage Cependant on peut avoir à l'employer en parement alors le maçon choisit dans le tas de pierres qu'il a à côté de lui sur l'échafaud les plus belles dont il dresse la tête aussi bien que possible avec sa hachette le manœuvre arrose ces moellons avant l'emploi afin qu'ils ne dessèchent pas trop vite le maçon étend à la truelle sur l'assise déjà existante un lit de mortier de 2 cm à 3 cm d'épaisseur puis il met le moellon en place et fait refluer le mortier en frappant avec la tête de sa hachette. Il peut aussi en frappant latéralement corriger la position de la pierre et faire en sorte que le parement soit bien parallèle au cordeau directeur[1].

Pour accoler un second moellon au premier on commence par plaquer du mortier sur le joint de celui-ci puis on approche la seconde pierre en la frappant latéralement avec la hachette afin de réduire l'épaisseur du joint et de rendre la masse plus compacte. Nous n'avons pas besoin de répéter que les moellons ont des queues inégales et que les joints se découpent d'une assise à l'autre. La plupart du temps ces pierres se trouvent démaigries en queue et alors elles ne reposent sur l'assise inférieure que par la partie antérieure de leur lit on remédie à cet inconvénient en plaçant sous la queue des éclats de pierre qui forment cale et que l'on engage solidement dans le mortier en les frappant d'un coup de hachette[1].

Reste à faire le remplissage pour cela on pose un bon bain de mortier sur la surface de l'assise et on prend les moellons bruts que l'on met en place en les enchevêtrant le plus possible et en les enfonçant avec le marteau. Quelquefois le maçon ne trouve point dans le tas une pierre convenable alors il en fend une et la taille en la forme voulue avec le tranchant de sa hachette les éclats sont enfoncés à coups de marteau dans les joints nécessairement irréguliers qui séparent tous les moellons et il faut que le mortier reflue bien de toutes parts afin que l'on soit certain qu'il ne reste pas de vide[1].

Le maçon prend à la main le mortier qui a reflué et le répand uniformément sur la surface de l'assise il doit bien se garder de lisser cette surface avec la truelle parce que la compression qu'il fait subir au mortier le dessèche et le fait durcir et il conserve sa surface lisse lorsqu'on vient appliquer le bain de mortier destiné à recevoir l'assise supérieure: L'adhérence se fait mal et la maçonnerie est mauvaise. On a vu des maçons placer à sec les moellons qui remplissent une assise puis verser dessus un mortier de chaux ou de plâtre plus ou moins fluide qui est censé devoir remplir tous les vides. C'est une opération déplorable de laquelle résulte une maçonnerie creuse de qualité détestable[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean de Vigan, le Petit Dicobat — dictionnaire général du bâtiment, Arcature.
  • Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture, méthode et vocabulaire, Édition du patrimoine.
  • Eugène Viollet-le-Duc, Entretien sur l'Architecture, Éditeur : Morel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Alphonse Alexis Debauve. Manuel de l'ingénieur des ponts et chaussées: 1. fasc. Algèbre. Géométrie analytique. 2. fasc. Physique et chimie. 3. fasc. Géologie et minéralogie. 4. fasc. Exécution des travaux. Dunod, 1871 (Livre numérique Google)
  • Morisot J.M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment, Carilian,‎ 1814 (lire en ligne)