Saint-Aquilin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Aquilin
L'église Saint-Eutrope de Saint-Aquilin.
L'église Saint-Eutrope de Saint-Aquilin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Vallée de l'Isle
Intercommunalité Communauté de communes Isle, Vern, Salembre en Périgord
Maire
Mandat
Annick Dezon
2014-2020
Code postal 24110
Code commune 24371
Démographie
Gentilé Aquilinois
Population
municipale
495 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 13″ nord, 0° 29′ 40″ est
Altitude Min. 97 m – Max. 232 m
Superficie 22,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Aquilin

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Aquilin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aquilin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aquilin

Saint-Aquilin est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Salembre à Saint-Aquilin

Implantée à cinq kilomètres au nord-nord-est de Saint-Astier, la commune de Saint-Aquilin est située à l'extrémité orientale de la forêt de la Double.

Son territoire est essentiellement forestier.

Le Salembre, affluent de l'Isle, prend sa source au nord de la commune et la traverse ensuite dans un axe nord-est/sud-ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Aquilin
Segonzac Tocane-Saint-Apre Mensignac
Saint-Aquilin Léguillac-de-l'Auche
Chantérac Saint-Astier

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Abbaye de Boisset · aux Légitimes · Barbeau · Bardisseau · Betoula · Binlou · Boisset · Bonnet · Borias · Chapeau Rouge · Charoulas · Charroux · Château de Belet · Chausse-Vieux · Daudière · Étang des Garennes · Fenêtre Basse · Fenêtre Haute · Férodie · Ferronie · Fontaine des Combes · Forêt des Cailloux · Germot · Jaubertie · Jauviac · la Barde · la Cabane du Facteur · la Chabane · la Chaise · la Cigale · la Clavelie · la Combe du Loup · la Pouge · la Vigerie Basse · la Vigerie Haute · Lambertie · Lavignac · le Claud de la Charlotte · le Claud des Débats · le Jard · le Meynichoux · le Moulin de Belet · le Moulin de Fenêtre · le Puy de Charroux · le Salembre · le Salembre · le Ventadou · les Barbilloux · les Fayes · les Fontenelles · les Gayettes · les Gélines · les Landes de Borias · les Péchiers et les Feytaux · les Réveilles · les Sésérals · Lescobrue · Maisonneuve · Marcomte · Merlerie · Moncé · Peypissot · Peyramier · Pierre Brune · Puy Gros · Puymau · Renardière · Reverdie · Rodas · Ruisseau de Combenègre · Seyssac · Toupy · Tournier · Vitrac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune se réfère à saint Aquilin, évêque d'Évreux au VIIe siècle[1].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Agulin[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Saint-Aquilin remonte à l'époque néolithique comme l'atteste le dolmen de Peyre-Brune. Les objets trouvés dans cette sépulture : pendeloques, débris de pots, fragments de vases, haches, couteaux, poinçons et flèches, sont conservés, au Musée d'art et d'archéologie du Périgord à Périgueux[3].

La première mention écrite connue du village apparaît au XIIe siècle sous la forme latine Sancti Aquilini[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Saint-Aquilin a été rattachée au canton de Saint Vincent qui dépendait du district de Ribérac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Neuvic dépendant de l'arrondissement de Ribérac jusqu'en 1926 puis de l'arrondissement de Périgueux[4].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[5]. La commune est alors rattachée au canton de la Vallée de l'Isle, dont le bureau centralisateur est fixé à Neuvic.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2003, Saint-Aquilin intègre dès sa création la communauté de communes de la Vallée du Salembre. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes Isle, Vern, Salembre en Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1815   Pierre Laronze   Notaire
         
1989 mars 2008 Pascal Deguilhem PS Conseiller général
Député
mars 2008 avril 2014 Josiane Durieux SE Employée de bureau
avril 2014[6] en cours Annick Dezon DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Aquilin se nomment les Aquilinois[7].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Aquilin depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour Saint-Aquilin[8]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Saint-Aquilin comptait 495 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 300 1 078 952 1 023 1 042 1 103 1 028 1 070 1 085
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 061 1 068 1 001 920 959 989 976 882 825
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
734 690 702 596 574 571 535 519 533
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
515 440 381 388 387 450 495 491 495
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[10], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 230 personnes, soit 46,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (trente-deux) a augmenté par rapport à 2007 (vingt-huit) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,7 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte quarante-trois établissements[11], dont dix-sept au niveau des commerces, transports ou services, treize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept dans la construction, cinq relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et un dans l'industrie[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bienheureux Alain de Solminihac (1593-1659), homme d'église, abbé de Chancelade puis évêque de Cahors, est né au château de Belet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 299.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 11 septembre 2013.
  3. Panneau d'information « Le dolmen de Peyre-Brune » à côté du dolmen, vu le 27 juillet 2008.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2015).
  6. À Saint-Aquilin, Sud Ouest édition Périgueux du 9 avril 2014, p. 18.
  7. Fiche commune Saint-Aquilin, Union des maires de la Dordogne, consultée le 23 novembre 2016.
  8. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 22 mars 2014)
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 22 novembre 2015.
  11. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 22 novembre 2015).
  12. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 22 novembre 2015.