Journiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Journiac (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Jourgnac.

Journiac
Journiac
Le village de Journiac.
Blason de Journiac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Vallée de l'Homme
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Michel Bouynet
2014-2020
Code postal 24260
Code commune 24217
Démographie
Population
municipale
455 hab. (2015 en augmentation de 9,9 % par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 58″ nord, 0° 53′ 06″ est
Altitude Min. 85 m
Max. 254 m
Superficie 18,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Journiac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Journiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Journiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Journiac

Journiac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Journiac au sud du village.

Au sud-est du département de la Dordogne, dans la partie ouest du Périgord noir, la commune de Journiac est proche du Périgord central et du Bergeracois. Elle est arrosée par un petit affluent de la Vézère, le ruisseau de Journiac qui prend sa source au nord du territoire communal.

L'altitude minimale, 85 mètres, se trouve au sud, au lieu-dit le Mestrou, là où le ruisseau de Journiac quitte la commune et entre sur celle du Bugue. L'altitude maximale avec 254 mètres est localisée au nord-ouest, entre les lieux-dits la Plantade et le Souquier[1].

Le village de Journiac, traversé par la route départementale (RD) 42, se situe, en distances orthodromiques, six kilomètres au nord-ouest du Bugue et quinze kilomètres à l'est-sud-est de Vergt.

Le territoire communal est traversé du nord au sud par la RD 710 (axe Périgueux - Le Bugue) et brièvement desservi au nord par la RD 32.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Journiac
Val de Louyre et Caudeau Saint-Félix-de-Reillac-et-Mortemart Mauzens-et-Miremont
Journiac Savignac-de-Miremont
Saint-Avit-de-Vialard Le Bugue

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention connue du lieu remonte au XIIIe siècle sous la forme « Jornhac », puis au siècle suivant apparaissent Castrum de Jornacho, relatif à un château fort, et Jornhacum[2].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de « Journac »[3].

Le nom de la commune est tiré de Juronius, d'origine gallo-romane, suivi du suffixe -acum indiquant le « domaine de Juronius »[2].

En occitan, la commune porte le nom de Jornhac[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du territoire communal dès le Paléolithique est attestée par le gisement du Treil[5].

À proximité de la voie romaine "Vesunna-Divona Cadurcorum" se trouvait un oppidum[5].

Comme en témoigne son chœur, l'église de Journiac date du XIIe siècle[2]. Elle a été fortifiée pour servir de repli défensif lors de la guerre de Cent Ans[5].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Journiac abritait le Groupe Lasserre, un groupe de l'Armée Secrète, dirigé par Maurice Lasserre[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne et la nouvelle mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 avril 2014 Marie-Claude Ruaud SE Retraitée comptable
avril 2014[7] en cours Michel Bouynet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2015, la commune comptait 455 habitants[Note 1], en augmentation de 9,9 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
850793668902936909888901940
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
926906900829805795783732672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
604619611520510487444422362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
338309276305345365399404408
2013 2015 - - - - - - -
451455-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 211 personnes, soit 47,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quinze) a augmenté par rapport à 2007 (onze) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 7,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 61 établissements[13], dont trente au niveau des commerces, transports ou services, treize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, onze dans la construction, quatre dans l'industrie, et trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Saturnin du XIIe siècle, fortifiée au Moyen Âge[5].
  • Gisement paléolithique du Treil

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Journiac Blason Parti : au premier mi-parti de gueules à trois lions d'or, armés, lampassés et couronnés d'azur, au second coupé au I de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or, au II d'argent à la bande d'azur accompagnée de six croisettes de gueules ordonnées en orle.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « 254 » (consulté le 17 avril 2013).
  2. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 183.
  3. Géoportail, « Journac » (consulté le 17 avril 2013).
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 4 mars 2014.
  5. a b c et d Journiac sur le site des offices de tourisme de la vallée Vézère, consulté le 17 avril 2013.
  6. « Maquis, forces françaises de l'intérieur », sur http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr (consulté le 8 janvier 2017)
  7. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 19 août 2014.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 2 novembre 2015.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 2 novembre 2015).
  14. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 2 novembre 2015.