Métairie (colonat paritaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Métairie.

Une métairie est un ensemble important de bâtiments et de terres voués à l'agriculture et occupé par un métayer et sa famille.

Métayage[modifier | modifier le code]

Le métayage, ou bail à colonat paritaire, est traité dans l'article L462-1 du Code Rural :

« Le bail à colonat paritaire ou métayage est le contrat par lequel le possesseur d'un bien rural le remet pour un certain temps à un preneur qui s'engage à le cultiver, sous la condition d'en partager les produits avec le bailleur. »

Historique des métairies dans l'ouest de la France[modifier | modifier le code]

Dans l'ouest de la France, il existe deux sortes d'exploitations agricoles : les grandes sont les métairies (elles font de 20 à 60 ha selon les régions), les petites qui font moins de 15 ha et souvent moins de dix s'appellent soit des closeries, soit des borderies ou bordages.

La métairie est donc exploitée par le laboureur, le bordage est exploité par le bordager. Ils sont tous les deux locataires. Le laboureur a souvent un niveau de vie plus aisé que le bordager. D'ailleurs certains laboureurs sont parfois propriétaires d'un bordage.

Le métayer payait en nature ou en argent un pourcentage selon le bail signé ou la parole donnée (souvent 50 % dans l'ouest de la France) et un fermier payait une somme fixe : il payait à ferme. Une bonne année pouvait lui être bénéfique, une mauvaise pouvait l'entrainer dans de graves difficultés : il fallait payer la somme prévue.

Dans l'ensemble, les fermiers étaient plus à l'aise que les métayers. Les métayers voyaient aussi beaucoup plus souvent leurs propriétaires ou leurs « régisseurs » qui contrôlaient les fraudes ou dissimulations.

Historique des métairies au Québec[modifier | modifier le code]

Une partie de l'exploitation agricole de la Nouvelle-France (Québec) procédait sous forme de la métairie, en particulier sur l'île des Sœurs (anciennement île Saint-Paul), aujourd'hui à Montréal. Le toponyme du parc de la Métairie le commémore[1].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]