Priziac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Priziac
L'église Saint-Beheau.
L'église Saint-Beheau.
Blason de Priziac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Gourin
Intercommunalité Roi Morvan Communauté
Maire
Mandat
Dominique Le Niniven
2014-2020
Code postal 56320
Code commune 56182
Démographie
Gentilé Priziacois, Priziacoise
Population
municipale
995 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Population
aire urbaine
25 412 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 43″ nord, 3° 24′ 29″ ouest
Altitude 166 m (min. : 56 m) (max. : 230 m)
Superficie 44,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Priziac

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Priziac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Priziac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Priziac
Liens
Site web Site officiel de la mairie de Priziac

Priziac [pʁizjak] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Son nom breton est Prizieg, prononcé [pʁiˈʒɛk].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Priziac au nord-ouest du Morbihan.
La rue principale du bourg.

La commune de Priziac est une commune rurale du centre Bretagne assez vaste. Son territoire est bordé à l'ouest par la rivière Ellé (frontière naturelle avec les communes limitrophes de Langonnet et Le Faouët) et au sud par l'Aër, affluent de l'Ellé. Le bourg, de forme très allongée, s'étire le long de l'axe routier Le Faouët-Le Croisty. Il occupe une position excentrée à l'est de la commune et à proximité de l'étang du Bel Air, un plan d'eau de plus de 50 ha aménagé en base de loisirs. L'habitat, très dispersé, est constitué, outre le bourg, de 147 villages et hameaux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Priziac est mentionné pour la première fois dans le cartulaire de l'abbaye de Landévennec, datée du XIe siècle. Il y est question en effet d'un Brisiaci Silva[1], c'est-à-dire de la forêt de Priziac, comme lieu où s'est rendu Louis Le Pieux depuis Vannes lors de son expédition militaire en Bretagne en l'an 818.

Nom de lieu formé sur le suffixe d'origine gauloise -(i)acon « lieu de » > « propriété », équivalent du suffixe brittonique -ogon > -eg (-oc > -euc > -ec), tous issus du proto-celtique *-āko.

La forme ancienne postule un nom gaulois *Brisiacon > gallo-roman * BRISIACU, composé avec le nom de personne gaulois Brisos > gallo-roman Brisius, que l'on retrouve dans Brézay, Brézé ou Brisach, si la forme la plus ancienne est exacte. Cependant, le passage de [b] à [p] est obscur et il pourrait s'agir alors de l'anthroponyme gallo-roman * Pretius que l'on retrouve dans Prizy[2].

Prizieg en breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Priziac a, selon toute vraisemblance, servi de lieu de campement à l'armée franque de Louis le Débonnaire avant qu'elle n'affronte l'armée de Morvan Lez-Breizh à Langonnet en l'an 818. 2000 monnaies carolingiennes découvertes en 1860 à proximité des villages de Kervenah et de Belair permettent en effet d'accréditer cette thèse.

Les terres de Priziac furent pendant toute l'ère féodale très morcelées puisque pas moins de 19 seigneuries se les partageaient dont celles de La Roche-Piriou, de Cremenec et de Dréors.

La seigneurie de la Roche Piriou doit son origine à un dénommé Piriou, fils cadet de Budic comte de Cornouaille. Ce dernier fit bâtir sur une colline escarpée au confluent de l'Ellé et de l'Aër en Priziac une forteresse imprenable, la Roche-Piriou. En novembre 1342, durant la guerre de succession, le château qui était aux mains des partisans de Charles de Blois fut assiégé par Gautier de Mauni qui se retira ensuite dans Hennebont.

La seigneurie du Dréors était une juveigneurie de Guémené, fondée en faveur d'un cadet des Beaumetz. Elle jouissait des droits de haute, moyenne et basse justice. Les armes du Dréors, étaient celles de Beaumetz : «  de sable à la croix engreslée d'argent ». Dés avant 1362, la famille de Beaumetz était fondue dans celle des Le Scanff, la lignée mâle s'étant éteinte. Les Le Scanff, furent au XVe siècle et au XVIe siècle, chambellans, écuyers et pensionnaires des ducs de Bretagne[3]. Par suite d'alliances, la seigneurie du Dréors passe aux familles Talhouët Kerservant (1591) et de Volvire (1632). Ces derniers la vendent aux Lopriac (1684).

Le château de Cremenec en Priziac servit pendant un temps de repaire au célèbre brigand La Fontenelle qui s'en était emparé le 10 février 1595. Ce château était alors la propriété de Nicolas de Talhouët Kerservant, qui venait de passer au parti du roi. Le brigand y enfermait dans les cachots des prisonniers qu'il n'hésitait pas à torturer pour obtenir d'eux en échange de leur libération une plus forte rançon[4]. Le chanoine Jean Moreau rapporte dans ses Mémoires sur les guerres de la ligue en Bretagne que les prisonniers qui avaient la chance d'être libérés contre rançon sortaient demi-morts, semblant plutôt à des anatomies ou spectres hideux, n'ayant que la peau sur les os, chargés de puanteur et de vermine, lesquels sitôt qu'ils étaient à changer d'air et de viande, mouraient pauvrement d'une enflure.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, le clergé tenta de substituer à saint Beheau, le patron de l'église paroissiale, saint Avit, mais les paroissiens s'y opposèrent fermement.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Priziac porte les noms de 135 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[5].

Joseph Le Parc, né en 1882 à Priziac, soldat au 262e régiment d'infanterie, fut fusillé pour l'exemple le à Moulin-sous-Touvent (Oise)[6]. Il fut fusillé en étant présumé déserteur et enseveli dans un cimetière allemand.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Priziac porte les noms de 27 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[5]. Six résistants ont été fusillés le à Botquenven, où se trouve une stèle commémorative (Joseph Jaffré, de Priziac ; Émile Rio, de Bubry ; Julien Le Guellan, de Ploemeur ; Georges Sanséau, d'Hennebont le  ; Yvon Le Bris, de Priziac, le  ; Roger Le Lay, de Lorient, le [7]. Sept autres résistants ont été fusillés à Carnal-Vihan où se trouve également une stèle commémorative (Jean Le Tréhour, de Guidel ; Pierre Daniel, de Gourin ; Marcel Croizer, de Plouray ; Louis Le Moaligou et Yves Yannès, tous deux de Scaër, ainsi qu'un inconnu le et Laurent Bigoin, de Persquen le [8].

L'après-Seconde-Guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

Quatre soldats (Jean Bernard, Albert Croizier, Jules Korec, Joseph Le Carff) originaires de Priziac sont morts pendant la Guerre d'Indochine et un (Roger Le Barz) pendant la guerre d'Algérie[5].

Langue[modifier | modifier le code]

La langue en usage sur la commune avant le basculement linguistique survenu au siècle dernier était le bas vannetais pourlet, un sous-dialecte du breton vannetais.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason français officiel de la ville de Priziac (Morbihan)

Les armoiries de Priziac se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier parti: au I de sable à la croix cannelée d'argent et au II de gueules à une tête de crosse épiscopale d'or, au second d'argent aux deux fasces ondées d'azur, à une roue de moulin de sable issant de la seconde fasce et brochant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2008 Yves Lavolé   Chef d'entreprise
2008 2014 Dominique LE NINIVEN   Cadre de direction, retraité
2014 2020 Dominique LE NINIVEN   Cadre de direction, retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Priziac sont dénommés Priziacois

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 995 habitants, en diminution de -4,88 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 079 2 071 1 830 2 089 2 021 2 062 2 068 2 252 2 257
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 206 2 214 2 213 2 415 2 636 2 425 2 255 2 519 2 532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 578 2 830 3 007 2 995 2 957 2 872 2 853 2 722 2 389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 862 1 640 1 367 1 210 1 074 986 1 026 1 021 995
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune de Priziac a vu sa population divisée par trois en l'espace d'un siècle illustrant de la sorte parfaitement le phénomène de désertification des campagnes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'enseignement primaire, la commune possède 2 écoles dans le bourg :

Un service de ramassage scolaire en car est organisé sur la commune.

La carte scolaire pour la rentrée 2017 prévoit la scolarisation des élèves du second degré de Priziac dans un collège du Faouët [15]. Il y a un collège privé catholique et un collège public au Faouët. Pour plus d'informations voir : Collèges de Roi Morvan Communauté.

De plus la commune de Priziac possède un collège privé et un lycée professionnel privé aux établissements scolaires Saint-Michel qui font partie de la fondation des Apprentis d'Auteuil. Ces établissements scolaires scolarisant 320 jeunes se trouvent au nord de la commune. [16]. Pour plus d'informations voir : Liste des lycées de Roi Morvan Communauté

Voir aussi Enseignement à Roi Morvan Communauté

Santé[modifier | modifier le code]

La commune compte un médecin [17],[18] et plusieurs infirmier(e)s [19].
Pour les dentistes, des cabinets dentaires se trouvent dans les communes limitrophes de Priziac à Meslan (10km), Le Faouët (7km), Le Croisty (4km) [20]
Afin de faire une radio(graphie), il est nécessaire de se déplacer dans un cabinet de radiologie médicale ou un hopital sur la cote à Quimperlé (31 kilomètres), Lanester (36 kilomètres), Lorient (39 kilomètres), voire Hennebont [21]. Au cours de l'été 2017, la maison de santé de Ploërdut (10 km) abritera un cabinet de radiologie par télétransmission du réseau Medeor.[22],[23]
Pour les analyses de sang, les 2 laboratoires d'analyses et de biologie médicale les plus proches sont à Gourin (23km) et Plouay (19km) [24]
L'hôpital public, de type "Hôpital local", le plus proche est au Faouët (7 kilomètres) mais pour tout ce qui concerne la chirurgie, il faut aller dans un hôpital ou clinique sur Lorient ou Ploemeur. [25],[26],[27] où se trouvent des établissements de bon niveau [28].
Pour les petites urgences, c'est à dire SANS pathologies graves, un "sas de tri" est ouvert en semaine, de 8h à 20h à la maison de Santé de Ploërdut (10 km). Il est assuré par des médecins et infirmiers qui se relaient pour accuillir les patients victimes d'un accident ou d'une urgence imprévue afin de leur porter secours ou d'évaluer les soins nécessaires en lien avec les pompiers et le SAMU. Ce dispositif a pour objectif d'éviter bien des déplacements inutiles vers les urgences des centres hospitaliers de Pontivy, Lorient, Quimperlé ou Carhaix (tous, situés à plus de 30 mn de Ploërdut). Certains de ses déplacements entrainent parfois une longue attente dans les services d'urgence des villes et aussi une absence de moyen de transport pour retourner a leur domicile pour les patients dans certains cas[29].

Voir aussi Santé à Roi Morvan Communauté

Médias[modifier | modifier le code]

Les quotidiens régionaux Ouest-France et Le Télégramme de Brest consacrent une page de l'une de leurs éditions aux actualités et informations intéressant Priziac et son canton[30],[31].

Dans le cadre de ses programmes, France 3 Bretagne diffuse plusieurs émissions consacrées à la Bretagne.

France Bleu Breizh Izel, Radio Montagnes Noires (RMN) à Gourin [32], ainsi que d'autres radios FM (radios FM du Morbihan et liste de radio FM du CSA pouvant être reçues à Priziac) peuvent être captées à Priziac.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sites naturels[modifier | modifier le code]

l'étang du bel air
  • l'étang du Bel-Air, celui-ci a été aménagé en base de loisir.
  • le bois de Kerlen.
  • la vallée de l'Ellé.

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

Châteaux & manoirs[modifier | modifier le code]

  • Castel Bel Air, seuls les soubassements subsistent
  • Château du Dréors, vestiges. Ses grandes chambres et ses vastes salles, aux cheminées monumentales, ses fenêtres à croisillons, sa tourelle très haute qui dominait le pays, ses lucarnes sculptées, faisaient de ce château bâti par les Le Scanff, une des plus belles demeures seigneuriales de son époque. En 1827, le château comprenait encore un logis encadré de deux bâtiments parallèles, un colombier et une chapelle, un enclos à l'ouest des bâtiments. Le logis noble a été démonté et ses ruines transportées à Pluvigner. Il ne subsiste plus que les deux communs en équerre.
  • Château de la Roche Piriou, déjà détruit au XVIe siècle, des vestiges d'une tour ronde furent mis au jour en 1907.
  • Château du Cremenec.
  • Manoir de Plascaër (cadran solaire daté de 1739).

Église et chapelles[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Beheau, inscrite au titre des monuments historiques depuis 1925, restes des XIIe siècle, XVe siècle, XVIe siècle. L'édifice primitif date du XIIe siècle mais a subi de nombreux remaniements par la suite. De la construction initiale subsistent cependant les piles de la croisée, les supports sud, les bras du transept, le mur-gouttereau sud et les murs du chœur. Un projet de reconstruction totale fut envisagé en 1899 mais, faute d'argent, seuls le grand clocher porche occidental et le départ des collatéraux furent construits[33]. Les chapiteaux sculptés de forme cubique sont remarquables par leur style qui n'est pas sans rappeler l'art celtique.
  • Chapelle Saint-Yves, XIXe siècle, de style néo-gothique.
  • Chapelle Saint-Nicolas, XVIe siècle, magnifique jubé en bois polychrome daté de 1580 constitué de neuf panneaux en haut relief représentant la légende de saint Nicolas, les armes des Le Scanff seigneurs de Dréors y figurent (voir le lien externe).
  • Chapelle de la Madeleine, plusieurs fois reconstruite.
  • Chapelle de Poulran.
  • Chapelle Notre-Dame de Lotavy, XVIe siècle, XVIIe siècle.
  • Chapelle Saint-Guénolé, XVIIe siècle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Maisons et autres établissements[modifier | modifier le code]

Maison en pierre de taille datée de 1572 ; sur rue grande baie plein cintre ayant servi de porte cochère.
  • Bourg, maison en pierre de taille du XVIe siècle, portant la date 1572, inscrite aux monuments historiques depuis 1925. Sur rue une grande baie plein cintre ayant servi de porte cochère, avec à gauche une entrée à piétons. Cette maison servait à l'origine d'auditoire au sénéchal du Dréors.
  • Orphelinat Saint-Michel des orphelins d'Apprentis d'Auteuil.

Transports[modifier | modifier le code]

Voir Transports à Roi Morvan Communauté

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Secteur primaire (Agriculture)[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Priziac, observées sur une période de 22 ans[34],[35],[36] :

Évolution de l’agriculture à Priziac (56)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune 118 64 48
Travail dans les exploitations agricoles en équivalent Unité de travail annuel 189 82 72
Surface agricole utile (SAU) (ha) 2 255 2 248 2 137
Cheptel en unité de gros bétail, tous aliments (nombre de têtes) 8690 11245 12077
Superficie de surface en terres labourables (ha) 2007 1962 1824
Superficie de surface en Cultures permanentes (ha) 0 0 5
Superficie de Surfaces toujours en herbe (ha) 234 285 308
Nombre d’exploitations agricoles en Vaches laitières 47 17 11
Nombre de têtes en Vaches laitières 995 594 523
Nombre d’exploitations agricoles en Vaches nourrices (allaitantes) 16 9 9
Nombre de têtes en Vaches nourrices (allaitantes) 131 182 124
Nombre d’exploitations agricoles en Chèvres 0 0 3
Nombre de têtes en Chèvres 0 0 72
Nombre d’exploitations agricoles en Poulets de chair et coqs 28 10 7
Nombre de têtes en Poulets de chair et coqs 115 616 222 630 206 580
Nombre d’exploitations agricoles ayant des Cultures de céréales (blé tendre, Maïs-grain et maïs-semence) 82 39 27
Superficie des Cultures de céréales (blé tendre, Maïs-grain et maïs-semence) (ha) 622 931 929
Nombre d’exploitations agricoles ayant des Cultures de Colza et navette 25 12 11
Superficie des Cultures de Colza et navette (ha) 91 indéterminé indéterminé
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 19,1 35,1 44,5

Malgré la baisse du nombre d'exploitations, compensée par l'augmentation de leur taille, Priziac reste une commune agricole à dominante élevage qui conserve toutefois une activité notable dans le domaine de l'élevage bovin et de la volaille, comme en témoigne le maintien d'un cheptel important.

Secteur tertiaire (Activités de service)[modifier | modifier le code]

Le bourg possède encore plusieurs commerces de proximité avec :

La Grande distribution la plus proche est un Supermarché au Faouët (7km) [42]. La dernière station service du bourg a fermé dans les années 90 et les 2 Station-service les plus proches sont désormais au Faouët (7km) [43]

Pour le tourisme, le bourg dispose aussi de :

  • une maison d'hotes nommé "Le Cheval Blanc" qui était auparavant un hôtel pour l’hébergement touristique [44],[45],[46]
  • un bar/café nommé "Le Cheval Blanc"
  • un restaurant de type pizzeria nommé "Le Capri" [47]
  • un camping 3 étoiles nommé "Le Lac O Fées" (ex-camping municipal) à coté du Lac du Bel Air. le camping dispose d'un sauna [48]
  • un Snack-bar au bord du lac et à coté du camping (ouvert de tous les jours de mi-juin à mi-septembre et le week-end de début avril à mi-juin) [49]

En dehors du bourg, se trouve le "Parc Aquanature" où se baladent de nombreux cervidés à l'état sauvage dans un parc boisé[50].

Autres[modifier | modifier le code]

Voir aussi Économie à Roi Morvan Communauté

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Voir Télécommunications à Roi Morvan Communauté

Culture et loisirs[modifier | modifier le code]

Voir Culture et loisirs à Roi Morvan Communauté

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6) p. 548.
  2. A. Dauzat et Ch. Rostaing, op. cit.
  3. http://www.infobretagne.com/paule.htm
  4. Henri Guiriec, La région de l'Ellé
  5. a, b et c Memorialgenweb.org - Priziac : monument aux morts
  6. http://www.letelegramme.fr/histoire/fusilles-pour-l-exemple-ils-furent-51-en-bretagne-15-11-2014-10426033.php
  7. Memorialgenweb.org - Priziac : stèle commémorative de Botquenven et http://www.lesamisdelaresistancedufinistere.com/resources/ami-106.pdf
  8. Memorialgenweb.org - Priziac : stèle commémorative de Carnal-Vihan et http://www.lesamisdelaresistancedufinistere.com/resources/ami-106.pdf
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « École primaire privée St Beho de Priziac », sur education.gouv.fr (consulté le 21 juin 2017).
  14. « École primaire publique Le Bel Air de Priziac », sur education.gouv.fr (consulté le 21 juin 2017).
  15. « Modification des secteurs des collèges publics - Année scolaire 2017-2018 - département du Morbihan » [PDF], sur le site du département du Morbihan (consulté le 21 juin 2017), p. 10.
  16. Site du Lycée Saint-Michel
  17. médecin Priziac
  18. médecin Priziac
  19. infirmier(e)s à Priziac
  20. chirurgiens dentistes du Morbihan
  21. Centres de radiologie et radiologues dans le Morbihan
  22. Maison de santé. L'extension va débuter
  23. Présentation du réseau Medeor de centres d'imagerie médicale de proximité
  24. Laboratoire d'analyses de biologie médicale du MORBIHAN
  25. Centres hospitaliers locaux de Bretagne
  26. Hopiaux et cliniques du Morbihan
  27. Guide des hopitaux et cliniques du Morbihan
  28. L'équation de la réussite des hôpitaux du Morbihan
  29. Maison de santé de Ploëdut : on s'occupe aussi des urgences !
  30. Site internet du Télégramme de Brest sur Priziac
  31. Site internet de Ouest France sur Priziac
  32. « RMN », sur RMN (consulté le 22 juin 2017).
  33. Secrétariat d'état à la culture Le Faouët et Gourin, inventaire topographique, Imprimerie Nationale, 1975.
  34. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 21 juin 2017).
  35. « Données générales des exploitations ayant leur siège dans la commune de Priziac », sur site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 21 juin 2017).
  36. Les exploitations ayant leur siège dans Priziac commune
  37. Au panier gourmand
  38. Boulangerie. Comment Priziac a sauvé son dernier commerce
  39. Nouvelle enseigne. Gaëlle Lescoat ouvre un salon de coiffure
  40. Bureau de poste de Priziac
  41. PROXI CONFORT LE MOUAL - TV-HiFi-Vidéo-Electroménager
  42. Carrefour du Faouët
  43. Stations service proches de Priziac
  44. Maison d’hôtes Le Cheval Blanc à Priziac (site officiel)
  45. Maison d’hôtes à Priziac
  46. Maison d’hôtes à Priziac
  47. Pizzeria Le Capri à Priziac (site officiel)
  48. Camping Le Lac O Fées (site officiel)
  49. Snack-bar du lac
  50. Parc Aquanature (site officiel)

Liens externes[modifier | modifier le code]