Triskalia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Triskalia
logo de Triskalia
Logo de Triskalia

Création 2010
Forme juridique Coopérative
Slogan Un territoire, des hommes, la vie
Siège social Landerneau
Activité Agriculture, agroalimentaire, distribution
Effectif 4800 salariés[1]
SIREN 775576986Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web Site officiel

Chiffre d'affaires 1.9 milliard en 2016[1]

Triskalia est une coopérative agricole bretonne créée en 2010 par la fusion de Cam 56, Coopagri Bretagne et Eolys.

En 2018, elle comprend 18 000 agriculteurs adhérents, 4 800 salariés et 300 sites commerciaux et industriels. La coopérative s'est diversifiée vers d'autres métiers (jardineries, fioul, espaces verts, bio-énergie…) complémentaires des métiers agricoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Triskalia est née en octobre 2010 de la fusion de 3 coopératives[2]. La plus ancienne est Coopagri Bretagne qui trouve ses racines en 1911 avec la fondation de l'Office Central de Landerneau (29)[3]. La Coopérative des Agriculteurs du Morbihan (CAM56) est née en 1933, en pleine crise agricole. L'Union Eolys est issue du regroupement, en 2003, des coopératives Douphine, Dynal et Trieux, créées respectivement en 1945, 1946 et 1950.

Le projet de fusion des 3 coopératives a été annoncé en février 2010 et voté lors de leurs assemblées générales les 10 et 11 juin 2010 . Le , l’Autorité de la concurrence a rendu un avis favorable à la fusion[4]. La fusion est effective depuis le . Le nom Triskalia est formé à partir de tri (trois) et du mot triskell, qui évoque ainsi l'ancrage territorial de la coopérative.

En 2011, Triskalia a créé une chaire école-entreprise avec deux autres coopératives (Agrial et Terrena) et trois grandes écoles de l’ouest (Agrocampus à Rennes, le groupe ESA à Angers et Oniris à Nantes)[5]. La coopérative a aussi participé à la création d’Agrihub, première centrale d’achat en agrofourniture[6].

En 2012, Triskalia a fusionné ses filiales de commercialisation de légumes frais, Primeurs des Iles-Sévère et Sicagri-Ollier, au sein d’une nouvelle entité : Keltivia[7].

En 2016, Triskalia lance la Boutik' Triskalia, site de vente en ligne de matériel et produits pour élevage agricole[8].

En décembre 2017, les coopératives d'Aucy et Triskalia annoncent un projet de fusion de leurs activités, annonce faite au siège de la région Bretagne[9]. Dans un premier temps, les deux coopératives vont se rapprocher au sein d'une union, pendant 2 ans, avant de fusionner pleinement leurs activités[10]. Le nouvel ensemble créé devrait compter plus de 20 000 agriculteurs adhérents, ainsi que plus de 9 000 employés, plus 300 magasins et plus de 60 sites de production[11].

En septembre 2018, des salariés de la coopérative se rassemblent, à l'appel de la direction[12], à l'extérieur de plusieurs sites du groupe pour protester contre les actions de dénigrement et les « attaques personnelles » dont ils feraient l'objet de la part d'un « groupuscule composé de quelques activistes »[13],[14].

L'Autorité de la concurrence doit rendre lors du premier semestre 2019 son avis sur l'union des deux groupes, d'Aucy et Triskalia, dont le futur nom, Eureden, est choisi par l'agence Næmes en février 2019. Eureden deviendrait en 2020 la première coopérative agricole bretonne avec un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros, 63 sites industriels et 310 magasins[15].

Activités[modifier | modifier le code]

  • Agriculture : conseils, produits et services destinés aux agriculteurs pour leurs productions animales et végétales ;
  • Agroalimentaire : transformation et commercialisation de produits alimentaires (produits laitiers, viande bovine et porcine, volaille, œufs, légumes frais et pommes de terre, légumes industrie) ;
  • Distribution : jardineries et libre-services agricoles (Magasin Vert, Point Vert, Point Vert Le Jardin), distribution professionnelle (machinisme agricole et matériel espaces verts avec Cultivert, fioul avec Sicarbuouest…).

Sites[modifier | modifier le code]

Le site de Glomel s'étend sur 12 hectares. Ce site qui permet de stocker 65 000 tonnes de produits est classé Seveso seuil haut[16].

Résultats[modifier | modifier le code]

  • Chiffre d’affaires 2016[1] : 1.9 milliards d’euros
    • Résultat d'exploitation 2016[1] : 16,4 millions
  • Chiffre d’affaires 2015[17] : 2,037 milliards d’euros
    • Résultat d'exploitation 2015[17] : 22,4 millions
  • Chiffre d’affaires 2014[18] : 2,1 milliards d’euros
    • Résultat d'exploitation 2014[18] : 23,9 millions
  • Chiffre d’affaires 2013[2] : 2,2 milliards d’euros
    • Résultat d'exploitation 2013[2] : 18,7 millions
  • Chiffre d’affaires 2012[19] : 2,3 milliards d’euros
  • Résultat d'exploitation 2012[19] : 11,4 millions

Marques et enseignes[modifier | modifier le code]

Marques produits[20][modifier | modifier le code]

Paysan Breton[21] - RégilaitMamie Nova - Ronsard – Prince de Bretagne – Keltivia

Enseignes[22][modifier | modifier le code]

Magasin Vert – Point Vert Le Jardin – Point Vert - Cultivert – Hortalis – Sicarbu Ouest

Filiales agroalimentaires[modifier | modifier le code]

  • Gelagri
  • Ronsard
  • Laïta
  • Socopa Viande
  • Keltivia

Controverses[modifier | modifier le code]

Intoxication chimique à l'usine de Plouisy[modifier | modifier le code]

En février 2009[23], à l'usine Nutréa, appartenant à la coopérative Eolys (devenue Triskalia en octobre 2010) de Plouisy, plusieurs salariés sont exposés à un pesticide [24],[25] interdit depuis juin 2007, le Nuvan total[26], suite à un traitement fait plus tôt sur des céréales[27],[28]. En septembre 2011, le groupe Nutréa, filiale de Triskalia, est mis en cause par des salariés de Plouisy pour intoxication.

Quatre salariés du site, appuyés par le syndicat SUD Industrie, membre de l'Union syndicale Solidaires, ont ensuite porté plainte contre l'entreprise Eolys devenue Triskalia pour intoxication devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale, le tribunal des Prud'hommes, et également au pénal[29],[30]. Après plusieurs arrêts maladies consécutifs, deux d'entre eux ont été déclarés inaptes par la médecine du travail. Les deux autres salariés tentent actuellement de faire reconnaître leur hypersensibilité chimique multiple en maladie professionnelle. La MSA n’a pas reconnu le caractère professionnel de leur maladie, considérant qu’il n’y a pas de lien avec leur travail. Les quatre ont été licenciés par Nutréa pour inaptitude, après que ceux-ci aient refusé les solutions de reclassement proposées, « en raison de l'environnement chargés en produits chimiques, et de l'éloignement géographique des postes proposés »[23],[31],[32].

Le 11 septembre 2014, le tribunal des affaires de Sécurité sociale de Saint-Brieuc a reconnu la faute inexcusable de Nutréa[33] vis-à-vis des deux premiers, dont les intoxications avaient été reconnues en accident du travail. Nutréa n'a pas fait appel de cette décision[34],[35]. Le 22 septembre 2016, le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociales de Saint-Brieuc a annoncé que leur préjudice était estimé a 114 000 euros pour Laurent Guillou et 105 000 euros pour Stéphane Rouxel[36],[37].

Ces deux victimes ont également saisi les prud'hommes pour contester le motif de leur licenciement et obtenu gain de cause[38]. Une plainte au pénal a également été déposée, classée une première fois puis relancée, elle en est au stade de l'enquête préliminaire[39].

La Commission des pétitions du Parlement européen demande en avril 2017 à la Commission européenne l'ouverture d'une enquête « sur l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’entreprise Triskalia, et plus largement dans les autres entreprises du secteur agroalimentaire de Bretagne »[40].

Un « collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'ouest » naît, suite à « l'affaire Triskalia », en avril 2016[41]. Il obtient l'écoute de la Commission européenne[42] et reçoit le soutien de la députée Eva Joly[43].

Importation de maïs traité à la phosphine[modifier | modifier le code]

En décembre 2016, Triskalia importe de Roumanie et débarque à Brest 25 000 tonnes de maïs traité à la phosphine, gaz mortel par inhalation[44],[45].

En avril 2017, les députés de la commission des pétitions du Parlement européen demandent à l'unanimité « à la France de rendre public les résultats des analyses concernant le maïs contaminé à la phosphine stocké sur le port de Brest »[40]. La Commission européenne diligente une enquête en Bretagne du commissaire Vytenis Andriukaitis en mai 2018, sur la question du maïs traité à la phosphine ainsi que, plus généralement, sur l'utilisation des pesticides en région Bretagne[43],[46],[47].

La direction de Triskalia assure en décembre 2016 « qu’un contrôle de la marchandise " a révélé une absence totale de résidus " »[44]. Au terme d'analyses commandées par l'État, cependant, 1 639 tonnes de maïs ont été déclarées impropres à la consommation animale et détruites[48].

Intoxications et pollutions sur le site de Glomel[modifier | modifier le code]

France Culture révèle le 26 février 2015 que sur le site Triskalia de Glomel un nombre anormal de salariés et ex-salariés est atteint de cancers[49],[50].

Selon le « Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'ouest », sur les 9 salariés affectés au stockage des produits phytosanitaires à Glomel en 1992, 5 sont décédés avant 70 ans dont 4 par cancer, 4 sont actuellement atteints de cancer [51].

Noël Pouliquen, manutentionnaire depuis 1996, ayant développé un lymphome non hodgkinien[46] en 2015 à l'âge de 47 ans, a été reconnu en maladie professionnelle le 24 décembre 2016 par la Mutualité Sociale Agricole (MSA) au titre du tableau 59 du régime agricole [41].

En août 2018, le site de Glomel est brièvement occupé par des faucheurs volontaires, qui dénoncent les effets sur la santé des produits phytosanitaires stockés[52],[53].

Lait contaminé aux antibiotiques[modifier | modifier le code]

Un éleveur des Côtes-d'Armor porte plainte en août 2018 contre la coopérative Triskalia qui lui avait livré des aliments médicamenteux pour lapins en lieu et place de nourriture pour bovins, alors même que ces produits (oxytétracycline, tiamuline et néomycine) ne sont pas autorisés pour l'alimentation bovine[54].
L'entreprise reconnaît une erreur de livraison[55]. La production laitière de l'éleveur étant partie sur les circuits de distribution[56], l'éleveur poursuit Triskalia pour 9 chefs d'accusation, dont ceux de mise en danger de la vie d'autrui, tromperie caractérisée, atteinte volontaire à l'intégrité et à la vie d'un animal[55].
La direction départementale de la protection des populations confirme la pollution des aliments[57]. Le collectif de soutien aux victimes de Triskalia indique que « le lait collecté dans cette ferme a pu contaminer la production de lait infantile, sans que la coopérative n’avertisse les autorités sanitaires et ne prenne de mesures de précaution pour la chaîne alimentaire »[58].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Site officiel
  2. a b et c Celine / Agromedia, « Triskalia poursuit ses investissements », AgroMédia,‎ (lire en ligne)
  3. YLG, « Landerneau. Les héritiers de l'office central se retrouvent », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  4. (fr) « Triskalia : Naissance d’un géant », sur revue-alimentation-animale.fr,
  5. Stanislas Du Guerny, « Face à la baisse des budgets, grandes écoles et universités multiplient les chaires d’entreprise. », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  6. Hélène Laurandel, « La centrale d'achat Agrihub est née », Agrodistribution,‎
  7. D.B., « Keltivia expédie les légumes bretons sur tous les marchés », Tribune verte,‎ (lire en ligne)
  8. « Triskalia lance son site de e-commerce : Laboutik-triskalia.fr - Cultivert », Cultivert,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2017)
  9. « Noces bretonnes entre D’Aucy et Triskalia », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. « Les coopératives d'Aucy et Triskalia vont faire cause commune », sur Les Echos,
  11. André Thomas, « Fusion de Triskalia et D’Aucy : naissance d’un géant breton de l'agroalimentaire », sur Ouest-France,
  12. « Grâces - Triskalia. Le ras-le-bol des salariés », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 9 septembre 2018)
  13. Thierry Peigné, « Triskalia: rassemblements contre des "actions de dénigrement" de la coopérative », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 septembre 2018)
  14. Valérie Le Nigen, « Les salariés de Triskalia manifestent en soutien à leur entreprise », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 9 septembre 2018)
  15. Sylvie Lavabre, « Les groupes d’aucy et Triskalia deviennent Eureden », sur lsa-conso.fr, (consulté le 3 mars 2019)
  16. Julie Lallouët-Geffroy et Inès Léraud, « Le drame des salariés de Triskalia intoxiqués aux pesticides », Reporterre, le quotidien de l 'écologie,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  17. a et b Triskalia Un résultat d'exploitation de 22,4 millions
  18. a et b Triskalia : un résultat d'exploitation en hausse de 27% en 2014
  19. a et b Triskalia s’engage auprès de ses adhérents
  20. « Nos marques et filiales Archive - Triskalia », sur Triskalia (consulté le 6 novembre 2017)
  21. « Laïta - Triskalia », sur Triskalia.fr (consulté le 5 avril 2017)
  22. « Nos enseignes et magasins Archive - Triskalia », sur Triskalia (consulté le 6 novembre 2017)
  23. a et b « Triskalia. Un pesticide interdit à l'origine de plaintes pour intoxication », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2017)
  24. Salariés intoxiqués par des pesticides: Nutréa condamné
  25. « Triskalia et l'intoxication aux pesticides » (consulté le 1er octobre 2016)
  26. Nuvan Total un produit cancérigène interdit
  27. Gravement intoxiqués par les pesticides, ils portent plainte
  28. Bretagne : une histoire de grains pourris, émission Interception sur France Inter
  29. L'entreprise invoque une erreur de manipulation
  30. Nutréa-Triskalia : le procès renvoyé au 5 juin
  31. Inès Léraud, « Triskalia, l'intoxication aux pesticides », sur France inter, (consulté le 20 novembre 2017)
  32. « Plouisy. Licenciés après une intoxication : l'entreprise Nutréa condamnée », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  33. « Le figaro: Faute inexcusable de Nutréa », sur Le Figaro,
  34. Nutréa. Deux ex-salariés intoxiqués devant la cour d’appel de Rennes
  35. Condamnée pour l'intoxication de salariés, Nutréa renonce à faire appel
  36. Le Monde avec AFP, « Intoxication aux pesticides à la coopérative bretonne Triskalia : deux victimes indemnisées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  37. Jade Lindgaard, « Triskalia: indemnisation historique de deux salariés victimes de pesticides », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  38. Cathy Dogon, « Affaire Nutréa-Triskalia : les Prud'hommes condamnent l'entreprise pour licenciements abusifs », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  39. Triskalia : pétition pour l'instruction de la plainte déposée par les salariés intoxiqués
  40. a et b Alexandra Chaignon, « Pesticides. La France sommée de rendre des comptes dans l’affaire Triskalia », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  41. a et b Julie Lallouët-Geffroy, Inès Léraud et Vincent Fleuray, « Scandale Triskalia : portraits de destins bouleversés », Reporterre, le quotidien de l 'écologie,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  42. Hamiot, « Ex-salariés de Triskalia : le collectif reçu ce lundi par le commissaire européen à la santé », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018)
  43. a et b « Pesticides. La Commission européenne enquêtera en Bretagne », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  44. a et b Alexandra Chaignon, « Pesticides. Peur sur la coopérative », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  45. Patrick Herman, « Pratiques criminelles dans l'agroalimentaire », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  46. a et b Raphaël Baldos, « Bruxelles enquête sur l’utilisation de pesticides en France », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  47. Alexandra Chaignon, « Pesticides. L’agroalimentaire breton sous les feux de l’Europe », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018)
  48. « Cargaison de maïs traité à la phosphine. Les précisions du préfet », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  49. Inès Léraud et Anna Szmuc, « Collection Particulière : Paysans et salariés de l'agroalimentaire breton », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  50. Inès Léraud, « La peste soit des pesticides ! », Le Canard enchaîné,‎ , p. 5
  51. « Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'Ouest », le dossier de presse sur le site de Glomel, sur Le site du collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'Ouest (consulté le 27 mai 2018)
  52. « Action contre un centre de stockage de phytos et d’engrais », La France agricole,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2018)
  53. « Deux faucheurs lotois à la gendarmerie », sur ladepeche.fr (consulté le 3 mars 2019)
  54. Solenn Durox, « Du lait contaminé aux antibiotiques ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  55. a et b BFMTV, « Lait contaminé: après Lactalis, un scandale Triskalia? », sur BFMTV (consulté le 30 août 2018)
  56. Inès Léraud, « Risques de contamination: le spectre d’un nouveau scandale sanitaire en Bretagne », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2018)
  57. Jeanne Hutin, « Moustéru. Un agriculteur breton lance un procès contre Triskalia », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  58. « Un éleveur dépose plainte contre Triskalia », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]