Silfiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Silfiac
La chapelle Saint-Laurent.
La chapelle Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Gourin
Intercommunalité Pontivy communauté
Maire
Mandat
Serge Moelo
2014-2020
Code postal 56480
Code commune 56245
Démographie
Gentilé Silfiacois
Population
municipale
434 hab. (2015 en diminution de 4,41 % par rapport à 2010)
Densité 19 hab./km2
Population
aire urbaine
42 209 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 59″ nord, 3° 09′ 20″ ouest
Altitude 270 m
Min. 175 m
Max. 276 m
Superficie 22,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Silfiac

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Silfiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Silfiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Silfiac

Silfiac [silfjak] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Silfiac est situé entre Pontivy et Rostrenen, au sud-ouest de la forêt de Quénécan. Traditionnellement, elle se trouve dans le Pays Pourlet.

La commune se situe en limite du Morbihan et est donc limitrophe des Côtes-d'Armor. Elle fait partie du canton de Cléguérec, de l’arrondissement de Pontivy et de Pontivy communauté.

Communes limitrophes de Silfiac
Lescouët-Gouarec Perret Sainte-Brigitte
Silfiac Cléguérec
Langoëlan Séglien

La route départementale 15 traverse le bourg du nord au sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom en breton est Silieg.

Le nom est attesté sous la forme latine Selefiac Ecclesia en 871 dans le cartulaire de Redon, Silifiac en 1251, Silviac en 1283, Sylviac en 1324, Siliphiac en 1337 et Siliffiac en 1411[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence du village de Silfiac est attesté depuis l'époque romaine avec certitude. En effet, 5 voies romaines reliant l'Armorique au reste de la Gaule et du monde Romain se rejoignait ici. Mais l'actuel village de Silfiac n'existe que depuis le 16ème siècle environ. Auparavant, le village de Silfiac était situé sur l'actuel lieu-dit du Fouillé. Plusieurs maisons de Le Fouillé atteste de la présence, il y a plus de deux millénaires, d'un village important, situé à la croisée des cinq Voies Romaines citées précedemment, avec notamment des auberges, des écuries, plusieurs villas Romaines pour l'exploitation des ressources agricoles et forestières, ainsi que plusieurs batiments exploitant une mine de fer produisant un minerai de fer d'une pureté de 70 à 75% sur un site précis. Mais une occupation antérieure à la conquête romaine est demontré par les nombreux mégalithes, et par le tumulus de Lan en Illizien, autrefois situé à l'extrémité Est de l'actuel bourg, mais démonté puis remonté à Pontivy au milieu du XIXème siècle. Au XVème siècle, le village de Silfiac est montré comme se situant sur l'actuel village du Fouillé, et la présence d'environ 1500 Communiants (nombres de personnes présentes sur le village de Silfiac ainsi que sur sa trêve de l'époque, Perret, mais qui ne compte pas dans ses 1500 personnes, les enfants, et autres personnes ne communiants pas) ce qui prouve une occupation très forte du village, comme peuvent l'attester aujourd'hui, la présence de nombreuses pierres taillés de grandes tailles dans les talus, restes malencontreux des maisons démontés et/ou demolis au fil du temps. Un siècle plus tard, une nouvelle mention du village de Silfiac, cite la présence, dans le village de Silfiac, de 10 feux, 1 tiers de feux et 1 quart de feu (le nombre de feux cités dans le livre doit être multiplié par cinq pour obtenir la population réelle du village). Cela montre une réduction drastique de la population, qui est dû à la guerre de la Ligue en Bretagne de 1576 à 1598. À l'époque, les conflits entre protestants et catholiques étaient monnaies courantes dans la région, les ducs de Rohan se revendiquant comme de fervents défenseurs du protestantisme, en opposition complète avec le Roi de France Henri IV.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 en cours
(au 30 avril 2014)
Serge Moëlo DVG Conseiller général du canton de Cleguerec (1998-2001) et depuis 2008

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 434 habitants[Note 1], en diminution de 4,41 % par rapport à 2010 (Morbihan : +3,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
672 732 913 746 1 004 1 022 977 1 183 1 150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 002 959 1 008 886 946 934 952 1 014 1 017
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 082 1 152 1 180 1 209 1 157 1 019 994 956 897
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
781 683 588 526 459 445 449 454 434
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Théophile Rosenzweig, Dictionnaire Topographique Du Département Du Morbihan Comprenant Les Noms De Lieu Anciens Et Modernes, 1923, p. 260, Lire en ligne
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :