Aller au contenu

Plouray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plouray
Plouray
L'église Saint-Yves.
Blason de Plouray
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Communauté de communes Roi Morvan Communauté
Maire
Mandat
Michel Morvant
2020-2026
Code postal 56770
Code commune 56170
Démographie
Gentilé Plouraysiens
Population
municipale
1 033 hab. (2021 en diminution de 9,54 % par rapport à 2015)
Densité 26 hab./km2
Population
agglomération
25 412 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 47″ nord, 3° 23′ 12″ ouest
Altitude 197 m
Min. 170 m
Max. 296 m
Superficie 39,09 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gourin
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Plouray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Plouray
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
Plouray
Géolocalisation sur la carte : Bretagne (région administrative)
Voir sur la carte administrative de Bretagne (région administrative)
Plouray

Plouray [pluʁɛ] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne. Elle fait partie du Pays du Roi Morvan et culturellement du « Bro Pourlet » (pays de Guéméné). On y portait auparavant le costume aux mille boutons, nom donné surtout à la tenue des femmes.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Plouray est une commune rurale du nord-ouest du département du Morbihan appartenant à la communauté de communes du Pays du Roi Morvan. Par ses traditions, elle appartient au Pays Pourlet et à la Basse-Bretagne. Le bourg de Plouray est excentré au nord-ouest de la commune. Il est situé à l'intersection des axes routiers Rostrenen-Le Faouët (départementale 790) et Gourin-Guémené-sur-Scorff (départementale 1) et à 12 kilomètres au sud-ouest de Rostrenen et à 40 kilomètres au nord-ouest de Pontivy.

Relief et hydrographie

[modifier | modifier le code]

Située sur le versant sud de la ligne de crête principale des montagnes Noires, la commune est vallonnée et l'altitude varie entre 170 mètres et 296 mètres. Une ligne de crête séparant les bassins versants de l'Ellé et de l'Aër traverse la commune suivant un axe sud-ouest/nord-est. Elle culmine à 296 mètres d'altitude au voisinage du village de Kerroc'h dans la partie sud du finage communal. Une ligne de crête secondaire se trouve au nord de la commune, elle atteint 239 mètres dans l'angle nord-est du territoire communal, au point de jonction avec les communes de Glomel et Mellionnec et la partie orientale de la commune est en grande partie aux alentours de 230 mètres. Les altitudes descendent progressivement vers l'ouest, jusqu'à 173 mètres dans l'angle sud-ouest du finage, au niveau de l'étang de l'abbaye de Langonnet (laquelle est en Langonnet), qui est à cheval sur la commune de Priziac. Le bourg est vers 195 mètres d'altitude.

La commune est bordée au nord et à l'ouest par la rivière Ellé dont la source se trouve dans la commune voisine de Glomel. Des cours d'eau de taille plus modeste arrosent le territoire communal dont le ruisseau de Stanven, long de 7,7 km, un affluent de la rive gauche de l'Ellé, qui a sa source dans la commune qu'il traverse dans sa partie centrale, passant au sud du bourg. Des petits cours d'eau tributaires de l'Aër ont leur source dans la partie sud de la commune, notamment le ruisseau du Moulin du Bois et le ruisseau de Toul

La commune a une superficie de 3 909 hectares dont 492 hectares de bois (taux de boisement de 12,5% contre 16,4 % pour le département du Morbihan)[1] ; le bois le plus important est le Bois de l'Abbaye, situé dans la partie sud-ouest de la commune.

Du leucogranite dit de Langonnet affleure à Plouray[2].

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans une zone de transition entre les régions climatiques « Finistère nord » et « Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée »[4]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Monts d'Arrée », avec des hivers froids, peu de chaleurs et de fortes pluies[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 085 mm, avec 16,3 jours de précipitations en janvier et 8,6 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Carhaix-Plouguer à 20 km à vol d'oiseau[6], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 112,4 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

La commune est desservie principalement par la route départementale 790 (ancienne Route nationale 790), axe nord-sud venant de Rostrenen côte nord et se dirigeant vers Le Faouët côté sud-ouest et par la route départementale 1 qui vient côté sud-est de Guémené-sur-Scorff, traverse la commune d'est en ouest, et se dirige côté ouest vers Gourin, ces deux routes se croisant au niveau du bourg de Plouray.

Paysages et habitat

[modifier | modifier le code]

Plouray présente un paysage de bocage avec un habitat dispersé formé de hameaux (appelés localement villages) et de fermes isolées. Le bourg est en en position un peu excentrée vers le nord-ouest au sein du territoire communal. Éloigné des grands centres urbains, la commune a conservé son caractère rural, le bourg s'est toutefois étendu dans des proportions modestes au sud du bourg traditionnel depuis les dernières décennies du XXe siècle.

L'étang d'er Lann Vras, dit aussi étang de Plouray, se situe un peu à l'ouest du bourg : c'est une zone de loisirs entouré d'espaces verts et dont un sentier piétonnier fait le tour ; il possède une petite plage[10].

Au , Plouray est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[11]. Elle est située hors unité urbaine[12] et hors attraction des villes[13],[14].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]
Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 1,8 % 69
Terres arables hors périmètres d'irrigation 19,5 % 766
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 13,3 % 521
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 42,3 % 1660
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 4,4 % 173
Forêts de feuillus 13,6 % 532
Forêts de conifères 4,3 % 166
Forêt et végétation arbustive en mutation 1,0 % 38
Source : Corine Land Cover[15]

L'occupation des sols met en évidence la prédominance des territoires agricoles sur la forêt et les milieux semi-naturels ainsi qu'une faible urbanisation du territoire. Les territoires agricoles, qui occupent 79,5 % de la surface communale, ont conservé en grande partie leur structure bocagère. La forêt, qui occupe 17,9 % de la surface communale, est constituée majoritairement de feuillus.

Morphologie urbaine

[modifier | modifier le code]

On compte, en plus du bourg qui constitue l'agglomération principale, 132 lieu-dits ou écarts, le plus souvent constitués de deux ou trois maisons.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Plouray en 1427, en 1481 et en 1514 ; Plouzayen 1536[17].

Plourae en breton[17].

L’origine du nom de la commune est controversée. Si on se réfère à la forme la plus ancienne de son nom, Plouré, on associe plou désignant une paroisse à , c'est-à-dire saint René, du nom de son ancien saint patron. Il fait d’ailleurs encore l’objet d’un culte dans l’église Saint-Yves. Cependant, si on retient la forme « Plou-Wroc », comme on la trouve parfois, on pense d’abord à saint Guroc. Selon l'abbé Cillart de Kerampoul[18], l'église aurat été placée d'abord sous le vocable de saint Rival, mais cela reste très incertain[19].

Préhistoire

[modifier | modifier le code]

Le dolmen de Guidfoss date de l'Âge du bronze et la croix de Rosterc’h est sans doute un menhir christianisé.

À l'époque gauloise l'Ellé formait la limite entre les Osismes à l'ouest et les Vénètes à l'est ; cette limite devint par la suite la limite entre l'évêché de Quimper (Cornouaille) et l'évêché de Vannes ; elle fut aussi la limite linguistique entre le breton cornouaillais (kerné) et le breton vannetais (gwenedour). Plouray, situé sur la rive orientale de l'Ellé fait partie pour toutes ces raisons du Pays Pourlet, subdivision du pays vannetais.

La voie romaine venant de Darioritum (Vannes) et se dirigeant vers Vorgium (Carhaix) passait à la limite nord-est de l'actuelle commune de Plouray ; elle a été connue par la suite au Moyen Âge sous le nom de Hent Ahès. Une autre voie romaine venant de Port-Louis et rejoignant la précédente en direction de Vorgium via Langonnet passait à l'ouest du territoire communal actuel. Un camp romain de forme elliptique, long de 100 mètres et large de 60 mètres a été identifié à Lann-Poupéric[20].

Moyen Âge et Temps Modernes

[modifier | modifier le code]

Plouray est une paroisse de l'Armorique primitive, dont Saint-Guénin était une trève (mentionnée en 1085 sous le nom Tribum Santic Guinnini[19]), disparue bien avant la Révolution française.

Plouray ressortissait juridiquement de la sénéchaussée d'Hennebont et sur le plan religieux du doyenné de Guéméné avant la Révolution française.

En 1296 le duc de Bretagne Jean II rendit un jugement qui affirmait qu'Hervé de Léon serait à jamais possesseur de la châtellenie de Plouay, laquelle comprenait les paroisses de Plouray, Mellionnec, Plouguernével et Saint-Caradec-Trégomel[21]. En 1400 la maison noble de Lohingart appartenait à Henri Kergouhizin et celle de Saint-Loup à Henri de Saint-Loup[22].

En 1451 le pape Nicolas V accorde « une indulgence de 5 ans et 5 quarantaines[Note 1] pour l'église paroissiale de Plouray dédiée à saint Rivanus (saint René), le dimanche d'après la fête de ce saint ; pour la chapelle de la Vierge le jour de l'Annonciation ; pour les chapelles des saints Mandet [ Maudet?], G.. [sans doute Saint-Guénin] et Frezardus [saint non identifié] le jour de la fête de ces saints. Ces églises et chapelles ont besoin de réparations et manquent des objets du culte »[23].

La chapelle Notre-Dame de Lorette est construite dans le bourg au XVIe siècle, près de l'église paroissiale, et devient un lieu de pèlerinage (elle a été démolie en 1948 mais a été décrite en 1863 par Louis Rosenzweig)[24].

Le fief de Plouray

[modifier | modifier le code]

Selon un aveu de 1471 la châtellenie de Gouarec, un des trois membres de la vicomté de Rohan, « s'étendait sur treize paroisses ou trèves : Plouray, Mellionec, Plouguernével, Saint-Gilles, Gouarec, Plélauf, Lescouët, Penret ou Perret, Sainte-Brigitte, Silfiac, Cléguérec (partie nord), Saint-Aignan, Saint-Caradec, Trégomel. La résidence seigneuriale, dans cette maison châtellenie, était le château de Perret, aussi appelé le château des Salles[25], en Sainte-Brigitte »[26].

Le fief de Plouray, Mellionnec, et ses annexes de Plougernével et Saint Caradec-Trégomel formaient au XIIIe siècle une enclave de la vicomté de Rohan entre la vicomté de Gourin à l'ouest et la seigneurie de Guéméné à l'est. Au début du XVIe siècle, la seigneurie de Plouray appartenait à Jean IV de Rieux d’où le nom qui lui était donné de terre du Maréchal de Rieux. En 1527, Louis IV sire de Guéméné en hérite à la suite de son mariage avec Louise de Rieux, fille du maréchal et désormais la seigneurie de Plouray fait partie intégrante de la seigneurie de Guéméné qui sera érigée en principauté en 1570[27].

Maisons nobles et seigneuries

[modifier | modifier le code]
Blason des Toulbodou, sr de Guidfoss.

Une douzaine de manoirs existaient autrefois sur le territoire de Plouray : Restromar, Cornouët, Saint-Noay, Limerho, Kersoulou, Goulo, Guidfoss, Kerroc'h, Kergadelau, Kervéno, Cohinec et Stanguen. Les propriétaires de ces manoirs étaient des vassaux des seigneurs de Guémené. Les terres de Plouray étaient en effet des arrière-fiefs de cette seigneurie.

Les propriétaires du manoir de Restromar étaient les Le Trancher aux XVIe et XVIIe siècles. En 1540, il appartenait à Eustache Le Trancher. Jacques Le Trancher en rendit aveu en 1632 comme sire de Bodeno et Restromar. Il appartenait encore en 1766 à Françoise Le Trancher épouse de Charles de Robien. Les armes des Le Trancher étaient : d'or au croissant de gueules, accompagné de 3 étoiles de même.

Le manoir de Penguilly était une juveigneurie de celui du Dréorz en Priziac. Il appartenait en 1449 à Alain le Scanff qui rendait aveu à Charles Le Scanff, sieur du Dréorz. Les armes des Le Scanff étaient : d'azur à trois glands d'or, les coques d'argent.

Le manoir de Saint-Noay appartenait en 1526 à Jean de Saint-Noay et Catherine de Loes. Plus tard, en 1634, un autre Jean de Saint-Noay, dans un aveu au prince de Guémené, déclare qu'il existe dans la maîtresse vitre de l'église de Plouray, deux écussons qui sont d'argent à deux sangliers de sable, et deux grandes tombes à fleur de terre armoyées du dit sanglier en bosse, dans le chœur, du côté de l'évangile.

Les propriétaires du manoir de Guidfoss étaient, aux XVIe et XVIIe siècles, les Toulbodou, une famille originaire du manoir éponyme en la paroisse de Locmalo. C'est après avoir quitté son manoir de Guidfoss en Plouray pour une partie de chasse que l'un des membres de cette famille, Jehan de Toulbodou, fut surpris par un violent orage dans la vallée de l'Ellé près du Faouët. Craignant pour sa vie, il invoquera le secours de sainte Barbe. Ayant eu la vie sauve, il fera édifier avec le concours de Jean de Bouteville, baron du Faouët, une chapelle en l'honneur de sa protectrice à cet endroit. Les armes des Tolbodou étaient : d'or semé de feuilles de houx de sinople[28].

Au XVIIe siècle des immigrants venus d'Irlande, dont ils étaient chassés, s'installent dans la région.

Plouray au XVIIIe siècle

[modifier | modifier le code]
Carte de Cassini de la paroisse de Plouray (1787).

« Vers le milieu du XVIIIe siècle Marion du Faouët, à la tête de la bande des Finefond, mit en coup réglée, dix années durant, entre Castel-Laouënan [en Paule] et Plouray, tout le pays montagnard »[29].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plouray en 1778 :

« Plouay ; sur une hauteur, et sur la rivière d'Ellé ; à 15 lieues au Nord-Nord-Ouest de Vannes, son évêché ; à 27 lieues de Rennes et à 3 lieues un quart de Gourin, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Hennebon et compte 1200 communiants[Note 2] ; la cure est à l'alternative. Des terres en labeur, des prairies, des landes très étendues, et le bois de Langoët, qui peut avoir deux lieues de circuit, voilà ce que ce territoire présente à la vue. C'est un pays couvert, coupé de vallons et de monticules[22]. »

Révolution Française

[modifier | modifier le code]

François Blanchard, nommé recteur de Plouray en 1788, refusa de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé et émigra en Espagne. En octobre 1791, son remplaçant, le recteur Jamet, prêtre jureur, a des relations exécrables avec Quéré, vicaire insermenté, lequel fut arrêté au Faouët pour avoir critiqué l'administration, ce qui provoqua un début d'émeutes à Plouray où le maire et le recteur durent s'enfuir du presbytère où ils s'étaient réfugiés et le presbytère fut pillé par la foule ; le le directoire du district du Faouët envoya 150 soldats à Plouray ; les habitants durent les loger et il y eut 11 arrestations[30].

Comme dans les paroisses voisines, les jeunes hommes de Plouray s'opposent en 1793 à la levée en masse et les prêtres assermentés sont mal acceptés par les paroissiens.

Le 5 juillet 1795, le maire de Plouray, Joseph-Jean Guillaume, est arrêté à Saint-Guénin par les chouans sous le prétexte d'un incident lié à une procession autour de la chapelle mais en réalité parce qu'il a dénoncé des prêtres réfractaires. Il est fusillé dans le bois de Kerminisy, comme Jean Salvar, officier municipal, malgré sa proposition de remettre aux chouans 10 000 livres[31].

Le 6 ami 1798, le greffier de la mairie de Plouray, Joseph le Guilloux[Note 3], surnommé Huitelic (c'hwitellat, siffler en breton) en raison de sa manie de siffloter, est assassiné par un groupe de 18 chouans commandé par Debar en plein bourg. Ces derniers s'étaient vêtus d'uniformes des bleus pour se faire passer pour des soldats républicains. Alors qu'il contourne l'église, Joseph Le Guilloux se méprend en les voyant et les salue d'un vibrant : « Vive la république ! ». Ces derniers le saisissent à bras le corps et le traînent quelques dizaines de mètres plus loin. Il est exécuté à coup de baïonnettes et achevé de trois coups de fusils. Cinq chouans se rendent ensuite à son domicile pour le piller. Les chouans lui reprochaient d'avoir trahi son camp. En effet, après s'être battu jusque-là dans les rangs des chouans, il quitte ces derniers le et dépose au district du Faouët 1 fusil, 63 balles, 1 pistolet et 1200 livres en numéraire collectés chez les chouans; ce geste lui vaut les félicitations des membres du directoire du district. Par la suite il participe à la traque des prêtres réfractaires, sa parfaite connaissance du milieu chouan lui étant d'une aide précieuse[31].

Le XIXe siècle

[modifier | modifier le code]

En 1800 la commune de Plouray est rattachée à l'Arrondissement de Pontivy et en 1801 au canton de Gourin (elle dépendait auparavant du canton de Langonnet).

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plouay en 1853 :

« Plouray : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Keribet, Coat-Manoch, Révelen, Saint-Délec, Kerguzul, Saint-Maudé, Kerlan, Rosterk, Cohignac, Croc d'Embas, Croc d'Enhaut, Ville-Neuve, Kernole, Kerourgant, le Moustéro. Superficie totale : 2 968 hectares 78 ares dont (...) terres labourables 1 378 ha, prés et pâturages 413 ha, bois 203 ha, vergers et jardins 49 ha, landes et incultes 1 792 ha (...). Moulins de Loc'hervé, de Penguily, de Stangvar, de Kervéno, de Saint-Noë, de Seigle. Il y a foire à Saint-Guénin le 8 juillet. Géologie : granite. On parle le breton[32]. »

Une épidémie de variole fit 87 malades (dont 42 moururent) à Plouray entre 1865 et 1870[33]. Entre septembre 1896 et le printemps 1897 une épidémie de fièvre typhoïde fait 32 malades (7 morts) dans cinq hameaux de la commune ; « le médecin des épidémies (...) pense que l'eau de boisson recueillir dans des puits mal entretenus, entours de fumiers, ne doit pas y être étrangère (...) ; la misère de cette région très pauvre doit entrer aussi pour une large part dans l'évolution de cette épidémie. Les malades ont été soignés et secourus depuis le début par les religieux de l'abbaye de Langonnet, dont l'un est docteur en médecine »[34].

Auguste Le Gouic[Note 4] fut zouave pontifical : il participa notamment à la défense de Rome lors de la prise de Rome par les patriotes italiens en 1870[35].

En 1876 le curé de Plouray fit pression sur ses paroissiens pour les inciter à voter en faveur du comte Albert de Mun, candidat légitimiste, aux élections législatives, disant « que voter pour un autre candidat serait amener sur tout le pays les malheurs de la Révolution » ; des pressions analogues sur les électeurs furent commises dans d'autres communes de la circonscription[36].

Le 48 prêtres vinrent à Plouray fêter le 50e anniversaire de sacerdoce du curé de la paroisse, l'abbé Tanguy, en présence de très nombreux fidèles de la paroisse[37].

Le XXe siècle

[modifier | modifier le code]
La place de l'église au début du XXe siècle, à l'extrême droite la chapelle Notre-Dame-de-Lorette détruite en 1948.

Lors des élections législatives de 1906, le clergé local fit pression sur les électeurs, refusant l'absolution aux hommes et même aux femmes dont les maris ne voteraient pas bien, c'est-à-dire en faveur de Guy de Salvaing de Boissieu, lequel fut d'ailleurs réélu député[38].

La Première Guerre mondiale

[modifier | modifier le code]
Le monument aux morts de Plouray.

Le monument aux morts de Plouray porte les noms de 88 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 10 sont morts en Belgique, dont 4 (Joseph Marie Courtai, François Marie Henri, Louis Marie Le Roux, Louis Pierre Marie Royant) à Maissin le . Il s'agit des quatre premiers à être tombé sur le champ d'honneur. Louis Le Boëdec est mort en décembre 1914 alors qu'il était en captivité en Allemagne ; tous les autres sont morts sur le sol français dont le lieutenant Alain Le Bègue de Germiny, tué à l'ennemi le à Talus-Saint-Prix (Marne) ; le sous-lieutenant Charles Bigoin, décédé le à Vienne-le-Château (Marne) ; le lieutenant Roc'h Bourel de la Roncière, mort des suites de ses blessures en 1915 ; Joachim Cabouro, soldat tué à l'ennemi le dans la Somme et Louis Franchet d'Espèrey[Note 5], sous-lieutenant, tué à l'ennemi le à Douaumont, tous les cinq décorés de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre ; Yves Le Roux, Pierre Lincy et Yves Melan ont quant à eux été décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre[39].

L'Entre-deux-guerres

[modifier | modifier le code]

Le maréchal Franchet d'Espèrey séjournant à titre touristique dans la décennie 1920 au Châlet, dit " Kernevez" « qui s'élève sur une légère éminence, dans un cadre de hautes futaie. Le paysage qui l'entoure est sévère. Les marais de Plouray, s'étendant à perte de vue, lui donnent une note de mélancolique tristesse, tandis que les Montagnes Noires profilent, au Nord, leur échine tourmentée et dénudée. La maison, de construction récente, s'élève à côté du chalet primitif, simple demeure d'été qui appartenait à la famille de Mme Franchet d'Espèrey, née Dumaine de la Josserie »[40].

Le monument aux morts de Plouray, dû à l'architecte René Guillaume, est inauguré le par le sous-préfet de Pontivy et en présence de deux députés[41].

Plouray pendant l'Entre-deux-guerres

La Seconde Guerre mondiale

[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plouray porte les noms de 22 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles Louis Cabouro et Noël Le Velly sont morts pendant la Drôle de guerre à l'automne 1939 ; Joseph Le Solliec a été tué à l'ennemi lors de la Bataille de France au printemps 1940 ; Barnabé Le Bourhis et Jean Hamonou, tous deux morts en captivité en Allemagne en 1942 ; Fernand Ménèc, quartier-maître, est mort en mer en 1942 lors du naufrage du sous-marin Actéon dans le cadre de l'Opération Torch ; Marie-Louise Le Du-Loquet, militante communiste, est morte en déportation au camp de concentration de Birkenau le  ; Roger Garnier[42], résistant, est fusillé le à Berné ; René Poulizac[43] et Jean Lincy[44], tous deux résistants FFI, furent fusillés le au Faouët (Morbihan)[39].

En 1944 cinq aviateurs américains, dont l'avion avait été abattu près de Kermoroux par la flak allemande, mais qui avaient survécu, errèrent dans la campagne de Plouray avant d'être recueillis et cachés pendant 5 semaines le jour dans le grenier de l'institutrice du village et la nuit hébergés chez des habitants. Ils furent rapatriés en Angleterre par le réseau Shelburn via Plouha[45].

L'après Seconde Guerre mondiale

[modifier | modifier le code]

Entre 1948 et 1958 le bourg est progressivement réaménagé : le cimetière qui entourait l'église (dans l'enclos paroissial) est transféré au sud du bourg et la chapelle Notre-Dame de Lorette est démolie.

Un soldat originaire de Plouray (Désiré Garnier) est mort pendant la Guerre d'Indochine et un (Antonin Berthou) pendant la Guerre d'Algérie[39].

Le XXIe siècle

[modifier | modifier le code]

Pour éviter d'avoir 15 km à parcourir pour faire un plein de carburant, Plouray a construit en 2015 une station-service communale[46].

Après plusieurs années sans médecin (entre 2014 et 2020) un nouveau médecin s'est installé à temps partiel à Plouray en 2020 et un autre médecin exerce aussi, également à temps partiel, exerce ans la commune depuis août 2023 ; une maison de santé est en construction[47].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
La mairie de Plouray.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1795 Joseph-Jean Guillaume[Note 6]   Laboureur à Kerdonnarch, Assassiné par les chouans
1798 1808 Louis Le Fur[Note 7]   Laboureur.
1808 1809 Yves Mahé[Note 8]   Cultivateur.
1809 1818 Guillaume Rigogne[Note 9]   Laboureur.
1818 1855 Jean Guillaume[Note 10]   Laboureur.
1857 1871 Jean Guillaume[Note 11]   Laboureur. Homonyme du maire précédent.
1871 1877 Yves-Marie Le Bihan[Note 12]   Cultivateur.
1878 1896 Pierre-Marie Hamonou[Note 13]   Aurait aussi été maire en 1917 (à confirmer).
1896 1904 Joseph-Marie Guillaume[Note 14]   Cultivateur.
1904 après 1910 Jean-Louis Groigno[Note 15]   Cultivateur.
         
1924 après 1935 Louis Carlach[Note 16]   Hôtelier. Résistant FFI pendant la Seconde Guerre mondiale[48].
         
avant 1936   Marcel Groigno[Note 17]   Fils de Jean-Louis Groigno, maire en 1904.
1947 1983 François Christien[Note 18]   Secrétaire général de la mairie de Plouray entre 1935 et 1947. Conseiller général entre 1961 et 1979. Le stade de football porte son nom[49].
mars 1989
Réélu en 1995, 2001, 2008, 2014 et 2020[50]
En cours Michel Morvant RPR-UMP-LR Élu en 2020 pour son 7e mandat de maire[51]. Conseiller général de 1985 à 2011.
Président de la Communauté de Communes Roi Morvan Communauté.

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[52]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[53].

En 2021, la commune comptait 1 033 habitants[Note 19], en diminution de 9,54 % par rapport à 2015 (Morbihan : +3,21 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4801 3281 3701 2871 4531 5811 5711 6391 662
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4871 4701 5581 4541 5471 6051 6441 6031 671
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7191 8531 9881 9691 9671 9781 9911 8901 684
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 5011 4061 3581 3011 2001 1441 1101 1131 104
2014 2019 2021 - - - - - -
1 1361 0621 033------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[55].)
Histogramme de l'évolution démographique

La principale industrie présente sur la commune est une usine de découpe de volaille (Doux).

Voir aussi Économie à Roi Morvan Communauté


Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Monuments préhistoriques

[modifier | modifier le code]
Dolmen de Guidfoss.
  • Le dolmen de Guidfosse se trouve sur un endroit élevé d'une forêt limitrophe[56].
  • Le menhir christianisé du village de Rosterch.

Édifices religieux

[modifier | modifier le code]
  • l'église Saint-Yves, date pour partie de 1486 (la majeure partie de la façade), mais la majeure partie de l'église actuelle date de la fin du XVIIe siècle ; le clocher, victime de la foudre en 1837, a été reconstruit en 1889 ; la voûte actuelle de l'église date de 1902[57].
  • la chapelle Saint-Guénin est située en un lieu isolée au sud du bourg de Plouray et à proximité de la route départementale 790. La chapelle fut construite en 1658 par le recteur Yvonnic et en partie restaurée en 1966. Sa particularité se trouve à l'intérieur, puisque sa tribune est soutenue par des colonnes de granite. On peut également y admirer une huile sur toile aux dimensions imposantes représentant saint Guénin intercesseur des mères auprès de la Vierge[58].
Chapelle de Saint-Guénin.
  • la chapelle Sainte-Hélène et Sainte-Ursule est située dans le village de la Villeneuve Runello ; elle a été restaurée en 1951[59].
Chapelle Sainte-Hélène et Sainte-Ursule.
  • la chapelle Notre-Dame date de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle ; son clocher a été restauré vers 1837[60].

Châteaux et manoirs

[modifier | modifier le code]
Le manoir de Penguilly, milieu du XVIe siècle.
  • le manoir de Restermarch ou de Restromar, situé à un kilomètre à l'est du bourg, ce manoir est une construction de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle[64]. Il possède une porte à arc brisé ainsi qu'un appui de fenêtre à godrons permettant de le dater de cette époque. Propriété de la famille Le Trancher du début du XVIe siècle au XVIIIe siècle, leurs armes figurent sur le linteau de la cheminée de l'étage. Il est inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel en 1969[65] ;
Temple du bouddhisme tibétain à Plouray.
  • Le chêne creux du village de Rosterch est considéré comme un arbre remarquable. Son âge est estimé entre 300 et 500 ans.

Patrimoine naturel

[modifier | modifier le code]

L’ouest de la commune, en direction de Tregornan et de la Trinité fait partie du Site Natura 2000 Rivière Ellé, FR5300006[75].

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Plouray Blason
D'argent au croissant de sable accompagné de trois étoiles de gueules; au chef de sable émanché de deux pièces et deux demies chargée de deux et deux demies mouchetures d'hermine d'argent, les demies mouvantes des flancs.
Détails
Armes de la famille Le Trancher.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une quarantaine est un an et quarante jours d'indulgence pour qui visiterait les églises ou chapelles désignées par le pape.
  2. Personnes en âge de communier.
  3. Joseph Le Guilloux est né le à Quistinic. Ses parents étaient meuniers et lui-même l'était aussi.
  4. Auguste Le Gouic, né le à Plouray, décédé le à Minez Morvan en Langonnet ; il fut ensuite tailleur d'habits.
  5. Fils du général Louis Franchet d'Espèrey.
  6. Joseph-Jean Guillaume, né le à Plouray, tué le 1 thermidor an III () à Plouray.
  7. Louis Le Fur, né le au Ruellen en Plouray, décédé.
  8. Yves Mahé, né le au bourg de Plouray, décédé le à Plouray
  9. Guillaume Rigogne, baptisé le à Saint-Tugdual, décédé le à Plouray.
  10. Jean Guillaume, né le à Kerdonarch en Plouray, décédé le à Quimperlé.
  11. Jean Guillaume, né le à Kerybet en Plouray, décédé le au bourg de Plouray.
  12. Yves-Marie Le Bihan, né le au bourg de Plouray, décédé le à Kerstol en Glomel (Côtes-du-Nord).
  13. Peut-être Pierre-Marie Hamonou, né le à Paule.
  14. Joseph-Marie Guillaume, né le à Mellionnec, décédé le à Plouray.
  15. Jean-Louis Groigno, né le à Plouray.
  16. Louis Carlach, né le à Plouray, décédé le à Plouray.
  17. Marcel Groigno, né le à Plouray;
  18. François Christien, né le à Plouray, décédé le à Plouray.
  19. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  20. Par exemple Pierre Bahezre, né vers 1520 et décédé après 1570, était sieur de Kerveno.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Gourin sur le site France, le trésor des régions, Roger Brunet
  2. Académie des sciences (France), Comptes rendus des séances de l'Académie des sciences. Série 2, Mécanique-physique, Chimie, Sciences de l'univers, Sciences de la Terre, Paris, Gauthier-Villas, (lire en ligne), page 1097.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  6. « Orthodromie entre Plouray et Carhaix-Plouguer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Carhaix » (commune de Carhaix-Plouguer) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Station Météo-France « Carhaix » (commune de Carhaix-Plouguer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  10. « Etang d’er Lann Vras ou étang de Plouray - Morbihan - Bretagne », sur lacs-et-etangs-de-france.fr (consulté le ).
  11. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. Insee, « Métadonnées de la commune de Plouray ».
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  15. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  16. [1], cgh poher
  17. a et b « Étymologie et Histoire de Plouray », sur infobretagne.com (consulté le ).
  18. https://varietes-historiques.blogspot.com/2021/09/cillart-de-kerampoul-un-denicheur-de.html.
  19. a et b « La paroisse de Plouray », sur infobretagne.com (consulté le ).
  20. Société des antiquaires de l'Ouest, Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest : Des camps romains dits chatelliers en Gaule, Poitiers, Fradet, (lire en ligne), page 450.
  21. « Étymologie et histoire de Plouray », sur infobretagne.com (consulté le ).
  22. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 3, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), page 429.
  23. Edgard-Raphaël Vaucelle, Catalogue des lettres de Nicolas V concernant la province ecclésiastique de Tours, d'après les registres des Archives vaticanes, thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres, présentée à la Faculté des lettres de l'Université de Paris, Paris, A. Picard et fils, (lire en ligne), page 222.
  24. Louis Rosenzweig, Répertoire archéologique du département du Morbihan, Paris, Imp. impériale, (lire en ligne), pages 97 à 99.
  25. « Château des Salles à Sainte-Brigitte », sur Infobretagne.com (consulté le ).
  26. Théodore Derome, « De l'usement de Rohan ou du domaine congéable », Revue critique de législation et de jurisprudence,‎ , p. 257-258 (lire en ligne, consulté le ).
  27. a b c d et e Secrétariat d'état à la culture, Le Faouët et Gourin, inventaire topographique, Imprimerie Nationale, .
  28. "Les arrières-fiefs de la seigneurie de Guémené par M.L.Galles", bulletin de la société polymathique du Morbihan,2e semestre 1867
  29. François Ménez, « Marion, la belle brigande », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Association bretonne et Union régionaliste bretonne, Comptes rendus, procès-verbaux, mémoires... : agriculture, archéologie / Association bretonne et Union régionaliste bretonne : Le Fouët de 1789 à 1801, Saint-Brieuc, A. Prud'homme, (lire en ligne), page 63.
  31. a et b revue Mein ha Tud no 20, mars 2005, un crime à la sortie du presbytère, Jean-Pierre Royant
  32. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 2, Rennes, Deniel, (lire en ligne), page 349..
  33. Dr Alfred Fouquet, Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d'hygiène du Morbihan, Vannes, Impr. de J.-M. Galles, (lire en ligne), page 6.
  34. « Comité consultatif d'hygiène publique de France », Journal officiel de la République française. Lois et décrets,‎ , page 772 (lire en ligne, consulté le ).
  35. Matricule des zouaves pontificaux. Liste des zouaves du no 4001 au no 11030, Lille, H. Morel, 1910-1920 (lire en ligne), page 370.
  36. France. Chambre des députés (1876-1942), « Annales de la Chambre des députés », Annales du Sénat et de la Chambre des députés,‎ , page 78 (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Monde de la prière », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés », .
  39. a b et c ACAM-MEMORIAL, « Relevé », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  40. « Les Maréchaux aux Champs », Journal La Presse,‎ , page 2 (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Inauguration de monuments aux Morts. À Plouray », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ , page 4 (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Garnier Roger, François », sur fusilles-40-44.maitron.fr (consulté le ).
  43. « Poulizac René, Marie », sur maitron.fr (consulté le ).
  44. « Lincy Jean, Marie », sur maitron.fr (consulté le ).
  45. « Histoire. Des Américaines sur les traces de leurs pères », Journal Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/une-station-service-de-proximite-877987.html.
  47. « Plouray se réjouit d’accueillir un nouveau médecin », Le Poher,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_resistants/detail_fiche.php?ref=2940993
  49. « Sports. Le stade François-Christien inauguré », Journal Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Municipales à Plouray : un 7e mandat pour Michel Morvant », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  51. Maxime Lavenant, « Plouray. Municipales 2020 : Michel Morvant brigue un 7e mandat », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  53. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  54. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  56. « Tumulus, Guidfosse (Plouray) », sur patrimoine. bzh, (consulté le ).
  57. « Eglise paroissiale Saint-Yves (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  58. « Chapelle Saint-Guénin (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  59. « Chapelle Sainte-Hélène et Sainte-Ursule, La Villeneuve Runello (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  60. « Chapelle Notre-Dame, Locmaria (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  61. « Chapelle Saint-Maudé (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  62. « Manoir, Penguily (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  63. « Manoir de Penguily (Plouray) », notice no IA00008927, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  64. « Manoir, Restermarch (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  65. « Manoir de Restermah », notice no IA00008926, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  66. « Manoir de Guidfosse », notice no IA00008929, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  67. « Manoir, Kerveno (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  68. « Manoir de Kerveno », notice no IA00008928, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  69. « Manoir de Stanven », notice no IA00008923, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  70. « Ecuries, Château de Kernevez (Plouray) », sur patrimoine.bzh, (consulté le )
  71. « Château de Kernévez », notice no IA00008924, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  72. voir Site de Drukpa Plouray
  73. Drukpa Plouray
  74. Programme de la visite de Sa Sainteté le Dalaï Lama en France
  75. « SITE NATURA 2000 - Rivière Ellé », DIREN -Bretagne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]