Fréquences de téléphonie mobile en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article récapitule les fréquences de téléphonie mobile en France, classées par bande de fréquence.

Bande des 700 MHz[modifier | modifier le code]

Bande LTE no  28 FDD. Cette bande de fréquence a été attribuée par l'ARCEP le 24/11/2015. Cette bande de fréquence est dédiée au LTE et au LTE advanced (réseaux LTE)[1].

Bande des 800 MHz[modifier | modifier le code]

Bande LTE no 20 FDD[2],[3]. Cette bande de fréquence est dédiée au LTE et au LTE Advanced[4].

Bande des 900 MHz (R-GSM et E-GSM inclus)[modifier | modifier le code]

Bande LTE n°8. Les fréquences dans la bande des 900 MHz peuvent être utilisées pour le GSM ou l'UMTS.

La technologie présente sur la bande varie localement selon les zones et il peut également y avoir les 2 technologies à la fois dessus.

Il faut noter que le réseau GSM-R de SNCF Réseau est un réseau privé dédié aux communications ferroviaires Sol-Trains. Il est incompatible avec les terminaux GSM « grand public » et donc inaccessible par les abonnés GSM classiques. L'attribution des fréquences GSM, et son évolution sont décrites dans les sections suivantes.

Sur l'ensemble du territoire métropolitain avant mi-2011 (avant l'arrivée de Free Mobile) et dans les zones très denses avant 2013[5][modifier | modifier le code]

Sur l'ensemble du territoire métropolitain sauf dans les zones très denses à compter du 12 juillet 2011[modifier | modifier le code]

Autour de 13 camps militaires depuis le 12 juillet 2011[6][modifier | modifier le code]

Dans les zones très denses et sur l'essentiel du territoire depuis le 1er janvier 2013[5][modifier | modifier le code]

Bande des 1 500 MHz (future 5G)[modifier | modifier le code]

En juin 2019, l'Arcep a confirmé que la bande des 1 500 MHz (1,5 GHz) serait réservée pour l'utilisation de la 5G en France.

Bande des 1 800 MHz[modifier | modifier le code]

Bande LTE no 3 FDD[2],[3]. Cette bande de fréquence a une utilisation mixte 2G (GSM) et 4G (LTE)[7]. La technologie présente sur la bande varie localement selon les zones et il peut également y avoir les 2 technologies à la fois dessus.

Avant le 1er octobre 2013[modifier | modifier le code]

2e bande de 2G historique après le 900 MHz. Sur l'ensemble du territoire métropolitain sauf dans les zones très denses:

Dans les zones très denses[5]:

Entre le 1er octobre 2013 et le 31 décembre 2015[modifier | modifier le code]

Bouygues Telecom peut partager sa bande de fréquence réduite à 2 x 21,6 MHz entre GSM et LTE.

En France métropolitaine :

Avec quelques exceptions locales jusqu'au 1er juillet 2015[8] ou Bouygues a temporairement conservé 23,8 MHz duplex :

Entre le 1er janvier 2015 et le 24 mai 2016[modifier | modifier le code]

Depuis le , Free Mobile bénéficie d'une largeur de bande de 5 MHz duplex (avec quelques exceptions locales)[9],[10]. En France métropolitaine :

Avec quelques quelques exceptions locales jusqu'au 1er juillet 2015[8] ou Bouygues a temporairement conservé 23,8 MHz duplex :

À partir du 25 mai 2016[modifier | modifier le code]

Bouygues Telecom, Orange [11] et SFR [12] peuvent partager cette bande de fréquence entre GSM et LTE. Free pourra utiliser 15 MHz duplex dans cette bande fréquence pour le LTE ; les bandes de fréquence des 3 autres opérateurs seront réduites à 20 MHz duplex.

En France métropolitaine :


Les attributions de bandes en France sont réglementées par la décision no 00-0835 de l’ARCEP en date du 28 juillet 2000. Le texte a été publié au JORF sous la référence NOR ARTL0000422V[13].

Comme prévu par l’ARCEP lors de l’attribution des licences (en 2001 et 2002), les bandes de fréquences des 900 MHz et 1 800 MHz initialement utilisées en France pour le GSM peuvent être réutilisées en tout ou partie pour la 3G depuis les décisions de l'ARCEP du 26 février 2008[14]. Une redistribution partielle des fréquences de l’ensemble des opérateurs concernés a eu lieu à la suite de cette décision pour permettre l'arrivée en 2012 d'un quatrième opérateur.

Bande 1 900 MHz[modifier | modifier le code]

Cette bande de fréquence UMTS TDD n’est pas accessible par la plupart des téléphones « grand public » commercialisés en Europe ; elle est réservée en France à des usages professionnels.

Bandes des 1900-2 100 MHz[modifier | modifier le code]

Bande LTE no 1 FDD[2]. Les fréquences dans la bande des 2 100 MHz sont historiquement utilisées pour l'UMTS. Néanmoins, l'ARCEP a autorisé les opérateurs Bouygues Télécom et SFR depuis le 16 juin 2017, ainsi que l'opérateur Orange depuis le 14 septembre 2017, à utiliser ces fréquences pour la LTE, et a indiqué que l'opérateur Free peut également en faire la demande. La bande est actuellement utilisée en France pour l'UMTS et la LTE, la technologie présente sur la bande varie localement selon les zones et il peut également y avoir les 2 technologies à la fois dessus, elle a donc un usage mixte.

À partir du 21 août 2021[modifier | modifier le code]

Suite à la décision n° 2018-1306[15] de l'Arcep, les opérateurs mobiles, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile devant se contenter de 15 MHz. Enfin, sur cette bande, nous assistons à une répartition à l’identique entre les quatre opérateurs.

Bande 2100 MHz UL.pngBande 2100MHz DL.png

Bande des 2 600 MHz[modifier | modifier le code]

Bande LTE no 7 FDD[2],[3]. Cette bande de fréquence est dédiée au LTE et au LTE Advanced[16],[17],[18],[19].

On peut noter que l'Arcep dans ses décisions du 22 décembre 2011[4] et du 17 janvier 2012 accorde un droit d'itinérance dans la bande des 800 MHz à l’opérateur Free Mobile sur le réseau 4G de SFR, car l'appel d'offre de l'ARCEP prévoyait ce droit pour l'opérateur ayant obtenu une autorisation d’utilisation de fréquences dans la bande des 2 600 MHz et pas dans celle des 800 MHz.

Bande des 3 500 MHz (future 5G)[modifier | modifier le code]

En France, le 22 juin 2017, l'ARCEP a publié un communiqué de presse indiquant qu'elle souhaite ouvrir dès 2017 l'attribution de fréquences dans les bandes 3,5 GHz (3 400 MHz à 3 800 MHz) pour l'accès fixe à Internet à très haut débit et elle souhaite aussi s'engager immédiatement dans les travaux préparatoires au lancement des réseaux mobiles 5G dans la bande des 3,460 GHz à 3,800 GHz[20],[21].

En juin 2019, l'Arcep a confirmé que la bande des 3 500 MHz (3,5 GHz) serait réservée pour l'utilisation de la 5G en France.

Bande des 26 GHz (future 5G)[modifier | modifier le code]

En juin 2019, l'Arcep a confirmé que la bande des 26 GHz serait réservée pour l'utilisation de la 5G en France.[réf. nécessaire]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résultat final de la procédure d'attribution », sur www.arcep.fr (consulté le 25 novembre 2015)
  2. a b c et d (en) Fréquences LTE radio-electronics.com, consulté en septembre 2012.
  3. a b et c (en) « Evolved Universal Terrestrial Radio Access (E-UTRA); User Equipment (UE) radio transmission and reception », sur 3gpp.org (consulté le 19 mars 2019).
  4. a et b L'ARCEP publie les résultats de la procédure d'attribution des licences mobiles 4G dans la bande 800 MHz (le « dividende numérique ») Arcep.fr, décembre 2011.
  5. a b et c 8 zones autour de Paris, Lille, Strasbourg, Lyon, Nice, Marseille, Toulouse et Bayonne. Voir la décision no 2006-0140 de l'ARCEP pour leur définition précise
  6. Voir l'annexe 5 de la décision no 2002-0401 de l'ARCEP pour leur localisation précise
  7. L'ARCEP autorise Bouygues Telecom à mettre en œuvre la 4G dans la bande 1 800 MHz, à partir du 1er octobre 2013, sous réserve qu'elle restitue préalablement des fréquences (4G - Refarming 1 800 MHz) Arcep.fr, 14 mars 2013.
  8. a et b Dans certaines villes : Toulouse, Bayonne, Strasbourg, Lille, Lyon, Marseille-Aix, Nice et Paris, Bouygues Telecom bénéficiait temporairement d'une largeur de bande de 23,8 MHz duplex jusqu'au 1er juillet 2015.
  9. Sauf dans les zones très denses, à Marseille-Aix jusqu'au et à Nice et Paris jusqu'au .
  10. [PDF] Décision no 2014-1542 de l'Arcep Arcep, le 16 décembre 2014
  11. [1]
  12. [2]
  13. Légifrance ou Adminet
  14. [PDF] Décisions no 2008-0228 et no 2008-0229 de l’Arcep sur la réutilisation des fréquences GSM pour l’UMTS Astrid-online - Arcep, communiqués du 26 février 2008.
  15. Arcep, « Décision n° 2018-1306 », sur www.arcep.fr (consulté le 13 octobre 2019)
  16. Décision autorisant la société Bouygues Telecom à utiliser des fréquences dans la bande 2,6 GHz en France métropolitaine pour établir et exploiter un réseau radioélectrique mobile ouvert au public, Décision no 2011-1168 en date du 11 octobre 2011[PDF].
  17. Décision autorisant la société Free Mobile à utiliser des fréquences dans la bande 2,6 GHz en France métropolitaine pour établir et exploiter un réseau radioélectrique mobile ouvert au public, Décision no 2011-1169 en date du 11 octobre 2011[PDF].
  18. Décision autorisant la société Orange France à utiliser des fréquences dans la bande 2,6 GHz en France métropolitaine pour établir et exploiter un réseau radioélectrique mobile ouvert au public, Décision no 2011-1170 en date du 11 octobre 2011[PDF].
  19. Décision autorisant la société française du radiotéléphone à utiliser des fréquences dans la bande 2,6 GHz en France métropolitaine pour établir et exploiter un réseau radioélectrique mobile ouvert au public, Décision no 2011-1171 en date du 11 octobre 2011[PDF] arcep.fr, octobre 2011.
  20. Grands dossiers - la 5G, chez arcep.fr
  21. [uid=2063&tx_gsactualite_pi1[annee]=&tx_gsactualite_pi1[theme]=&tx_gsactualite_pi1[motscle]=&tx_gsactualite_pi1[backID]=26&cHash=0b883993e79c11e684d43c456e864432 ATTRIBUTION DE FRÉQUENCES - L'Arcep publie la synthèse des contributions à la consultation publique - De nouvelles fréquences pour le très haut débit dans les territoires, pour les entreprises, la 5G et l'innovation - lancée le 6 janvier 2017] arcep.fr, le 22 juin 2017