Élections législatives françaises de 1906

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives françaises de 1906
et
Corps électoral et résultats
Inscrits 11 341 062
Votants 8 812 493
77,70 %  +1,6
Sarrien.jpg Gauche radicale – Ferdinand Sarrien
44,37 %
Députés élus 335
Eugène Motte.jpg Républicains modérés – Eugène Motte
43,35 %
 −5,5
Députés élus 174  −77
Dubreuilh, Louis.jpg SFIO – Louis Dubreuilh
9,95 %
Députés élus 53
Représentation de l'assemblée
Diagramme
  •      Socialistes: 74 sièges
  •      Radicaux-socialistes: 132 sièges
  •      Radicaux indépendants: 113 sièges
  •      Républicains de gauche: 90 sièges
  •      Libéraux: 66 sièges
  •      Conservateurs: 78 sièges
  •      Nationalistes: 30 sièges
Gouvernement
Sortant Élu
Sarrien
Gauche (RRRS, RI, ARD, SI)
Sarrien
Gauche (RRRS, RI, ARD, SI)
Législature élue
IXe de la IIIe République

Les élections législatives de 1906 ont eu lieu les et . Elles se sont déroulées au scrutin uninominal à deux tours par arrondissements (loi du 13 février 1889), comme les précédentes élections.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les précédentes élections (1902) ont donné la majorité au bloc des gauches. Le gouvernement du radical Émile Combes, soutenu par cette majorité, fait passer la loi sur les associations et celle de séparation des Églises et de l'État (1905). L'Affaire Dreyfus qui a bouleversé la vie politique du pays touche à sa fin, Alfred Dreyfus étant réhabilité en , quelques mois après les législatives.

Résultats[modifier | modifier le code]

Ces élections sont un nouveau succès pour la majorité sortante de gauche qui gagne plus de 40 sièges. Cette progression est le fait des radicaux-socialistes comme des républicains de gauche. À l'inverse, les radicaux indépendants perdent quelques sièges. Ces changements font des radicaux-socialistes la première force de l'Assemblée, devant les radicaux indépendants. De la même manière, les socialistes progressent, et notamment la SFIO qui obtient 54 sièges un an seulement après sa fondation (1905). Enfin, ces élections sont une défaite pour la droite conservatrice qui recule fortement, et ce malgré les bons résultats des Libéraux.

IXe législature[modifier | modifier le code]

Durée de la législature : - .

Président de la République : Armand Fallières.

Président de la Chambre des députés : Henri Brisson (-).

Gouvernements durant la IXe législature :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]