Talus (clôture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Talus.

Pour les structures géomorphologiques autres que des clôtures, voir également talus.

Dans les régions de bocage, un talus désigne un mur construit en mottes de terre et d'herbe, délimitant en général une parcelle.

Réseau de talus (freguesia de Sobrosa, concelho de Paredes, Portugal)
Talus arboré, élément de bocage, dans la région de Cantorbéry, Kent, Royaume-Uni. L'entretien (taille des haies) demande un matériel adapté.

Définitions[modifier | modifier le code]

On nomme "talus" les murets bocagers de quelques décimètres à environ trois mètres de haut construits en une sorte de maçonnerie de gazon. Des briques végétales constituées de terre renforcée par les racines et l'herbe sont utilisées. Elles sont extraites au voisinage immédiat qui a été cultivé en herbe pendant au moins un ou deux ans. Leurs dimensions sont de l'ordre de celles de briques pleines classiques ou sensiblement plus grosses. Elles sont assemblées en les croisant, herbe vers le bas. Le résultat est une construction qui mesure typiquement 1,5 mètre de haut, et a une largeur de l'ordre de 2 mètres à la base et une cinquantaine de centimètres au sommet. L'intérieur du talus est entièrement constitué de terre végétale et le sommet est couronné par un dôme de terre végétale ou de mottes. Le talus est en général semé et souvent planté, participant à ce qu'on appelle la forêt linéaire.

On rencontre aussi des talus contenant des pierres ramassées dans une parcelle cultivée, des talus constitués de terre excavée (par exemple à l'occasion de la construction de chemin creux, douves ou fossés), ou des demi-talus de pierre (comportant une maçonnerie de pierres sèches sur une de leurs faces).

Écologie[modifier | modifier le code]

En France, les remembrements ont arasé de très nombreux talus, ce qui a entraîné des inondations, des coulées de boues et la dégradation des sols agricoles. Les rares talus qui sont encore construits le sont à la pelle mécanique. Entièrement en terre, leur stabilité est alors obtenue par damage et en les construisant avec des flancs moins raides.

Les talus jouent, pour certaines espèces et quand le contexte s'y prête, un rôle important de corridor biologique, voire d'habitat de substitution pour certaines espèces. À ce titre ils peuvent être intégrés dans une trame verte, élément d'un réseau écologique local ou régional.

Restauration et protection des talus[modifier | modifier le code]

En France, plusieurs associations et institutions soutiennent la restauration d'un réseau de talus dans certaines zones de Bretagne et ont édité du matériel pédagogique. En particulier l'association Skol ar C'hleuzioù[1] (ce qui signifie « École des talus » en breton) propose des formations sur des chantiers de restauration de bocage où les aménageurs peuvent se former à la restauration ou à la création de talus en mottes, talus en murs ou talus construits à la tractopelle. Un site vitrine et atelier et chemin d'interprétation dit « La route des talus » offre une vitrine pédagogique sur trois communes non-remembrées (Troguéry, Pouldouran et Hengoat dans le département des Côtes-d'Armor).

En France, dans le cadre de la nouvelle PAC et de son écoéligibilité aux primes, certains talus (s'ils présentent un intérêt écologique et agroécologique ; « Bordure de champs avec couvert herbacé spontané ou implanté, Zones herbacées retirées de la production non entretenues par fauche ou pâture et propice au développement d’une végétation arbustive spontanée ») sont éligibles au titre des « Surfaces équivalentes topographiques » (SET)[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Soltner, Bandes enherbées et autres dispositifs bocagers, 2001, Ed : Sciences et techniques agricoles, Collection : Collection Sciences et techniques agricoles, 23 pages ; (ISBN 2-907710-21-4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'association Skol ar C'hleuzioù
  2. Exemple de Feuille de calcul de SET, Barème pour le calcul des Surfaces équivalentes topographiques, version 2011 (susceptible d'évoluer les années suivantes)