Château de Cordès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Cordès
Image illustrative de l’article Château de Cordès
Château de Cordès
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1933)
Site web http://www.chateau-cordes-orcival.com
Coordonnées 45° 42′ 09″ nord, 2° 50′ 22″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Commune Orcival
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Cordès

Le château de Cordès est un château situé à 900 m d'altitude, sur la commune d'Orcival, dans le département du Puy-de-Dôme en Auvergne-Rhône-Alpes (France).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Cordès date du XVe siècle mais a été remanié aux XVIIe siècle.

C'est Yves d'Alègre, maréchal de France en 1724, qui commanda les travaux d'embellissement de ce château féodal ; ses jardins ont été dessinés par Le Nôtre en 1695.

Paul Bourget y a situé l'action de son roman Le Démon de midi.

Le 17 juin 1938, le conseil général du Puy-de-Dôme s'est rendu acquéreur du château auprès de M.Charles Fiske, citoyen américain né à Boston. La domaine a alors une superficie de 21ha 51a et comprend un château du XVème siècle, classé monument historique par arrêté du 20 novembre 1933, un parc à la française dessiné par Le Nôtre, également classé, ainsi que des bois de haute futaie, des prés et pâtures, un jardin et des bâtiments d'exploitation. Le docteur Eugène Roy, conseiller général et sénateur estime le grand intérêt qu'aurait le Département de ne pas laisser disparaitre cette richesse artistique de l'Auvergne. Il conseille de l'acheter et d'y aménager une auberge de Jeunesse. En 1942, pendant la guerre, l'éphémère conseil départemental revend le château.(informations recueillies et extraites de "Chronique historique du conseil général du Puy-de-Dôme" de Raoul Reynaud.)

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment des garages à l'est de la cour d'honneur

La façade extérieure du côté du Sioulet est ornée de mâchicoulis.

À l'intérieur, on peut admirer un retable en marbre de Carrare datant du XVIe siècle et un gisant d'Yves II d'Allègre (compagnon de Bayard).

Les décors intérieurs se composent de stucs, de bois peint, de cheminées en pierre et de pavements en carreaux de terre cuite.

Le salon est décoré de gypseries datant du XVIIIe siècle.

Le château, à l'intérieur au rez-de-chaussée la chapelle et le salon Louis XV, à l'extérieur la cour d'honneur et le parc à la française avec toutes ses charmilles ont été classés monument historique le [2].

Parc et jardins[modifier | modifier le code]

La grille d'entrée et l'allée centrale, bordée de charmilles

Un parc précède le château. Le parc et les jardins constitués de roseraies et de charmilles ont été dessinés par Le Nôtre en 1695.

L'ensemble qui comporte aussi le mur de clôture et la clôture du jardin, la terrasse en terre-plein, l'escalier indépendant, l'allée, le bassin et le jardin potager a été inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables[3].

En 1925, Henri Pinguenet (1889-1960 ?) a représenté les jardins de Cordès sur une tapisserie de laine et en soie (atelier Coupé à Bourganeuf) qui est passée en vente publique à Vannes le (reprod. coul. dans "La Gazette Drouot" n°463 du 9/12/2016. p.168).


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]