Basilique Notre-Dame d'Orcival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Basilique Notre-Dame d'Orcival
Image illustrative de l’article Basilique Notre-Dame d'Orcival
Présentation
Culte catholique
Type Église
Début de la construction 1146
Style dominant Art roman auvergnat
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Ville Orcival
Coordonnées 45° 40′ 59″ nord, 2° 50′ 29″ est

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Basilique Notre-Dame d'Orcival

Géolocalisation sur la carte : Auvergne

(Voir situation sur carte : Auvergne)
Basilique Notre-Dame d'Orcival

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique Notre-Dame d'Orcival

La basilique Notre-Dame est une église de style roman auvergnat située à Orcival dans le département français du Puy-de-Dôme et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle fait partie des cinq églises romanes d'Auvergne dites « majeures », avec la basilique Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, l'église Saint-Austremoine d'Issoire, l'église de Saint-Nectaire et l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame d'Orcival fut édifiée entre 1146 et 1178[1]. Au XIe siècle, une église située à l'est du village accueillait une statue de la Vierge extrêmement vénérée ; une légende prétendait qu'elle avait été sculptée par saint Luc. Tout porte à croire que la basilique actuelle fut édifiée en raison du succès grandissant d'un pèlerinage[réf. souhaitée]. Notre-Dame d'Orcival devint alors le nouveau lieu d'accueil de la célèbre statue, conservée aujourd'hui dans le sanctuaire de l'église et qui est depuis l'objet d'un pèlerinage annuel, le Jeudi de l'Ascension.

La basilique a été gravement endommagée par les forts séismes qui secouent la région en 1477 et 1490[2].

Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1840[3] : elle fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1 034 monuments.

Elle est un lieu de pèlerinage manouche. Cf C et P Carriot, le voyage manouche, de Petra

Architecture[modifier | modifier le code]

Structure du chevet[modifier | modifier le code]

La basilique Notre-Dame d'Orcival présente un remarquable chevet roman auvergnat constitué d'un étagement de volumes de hauteur croissante :

  • deux absidioles adossées aux bras du transept
  • quatre chapelles rayonnantes
  • le déambulatoire
  • le chœur
  • les bras du transept
  • le « massif barlong » (voir ci-dessous)
  • le clocher octogonal

Son chevet est donc en tous points comparable à celui de la basilique Notre-Dame-du-Port et plus développé que celui de l'église de Saint-Nectaire (qui n'a que trois chapelles rayonnantes) ou que celui de l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin (qui n'en a aucune). Parmi les cinq églises romanes d'Auvergne dites « majeures », seule l'église Saint-Austremoine d'Issoire fait mieux, car elle possède une chapelle axiale rectangulaire.

La silhouette caractéristique et l'élan vertical des chevets romans auvergnats sont dus au « massif barlong », ce parallélépipède allongé transversalement qui surmonte la croisée du transept et est couronné par le clocher. L'élévation progressive des volumes est encore accentuée par les deux toits en appentis[4] du « massif barlong », qui encadrent la naissance du clocher.

Croisée et chevet.
Étagement des volumes.
Croisée.
Bras du transept et clocher.

Décoration extérieure[modifier | modifier le code]

Détail des décorations du chevet
Colonnes et chapiteaux du rond-point

Le chevet possède une décoration polychrome en opus reticulatum (qui ressemble à celle du portail carolingien de l'abbaye de Lorsch). Cette décoration est cependant nettement plus sobre que celle que l'on trouve au chevet de l'église Saint-Austremoine d'Issoire: on n'y trouve pas de mosaïque (opus sectile) de rosaces polychromes sous la corniche du chœur.

Le chœur, le déambulatoire et les chapelles rayonnantes possèdent chacun une corniche largement débordante soutenue par des modillons à copeaux.

Les fenêtres du chœur sont surmontées de mosaïques polychromes de losanges réalisés avec du trachyandésite et alternent avec des loges rectangulaires abritant chacune trois colonnettes.

Les arcs des fenêtres du déambulatoire et des chapelles sont bordés d'un cordon de billettes.

Le « massif barlong », quant à lui, est orné de nombreuses fenêtres aux claveaux polychromes.

Façades latérales[modifier | modifier le code]

La structure des façades latérales de la nef est en tout point semblable à ce que l'on peut observer à la basilique Notre-Dame-du-Port, à l'église Saint-Austremoine d'Issoire ainsi qu'à l'église de Saint-Nectaire : les fenêtres des façades latérales de la nef, bordées d'un cordon de billettes, sont logées sous de grands arcs de raidissement[5] surmontés de triplets de baies aveugles.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur n'est pas polychrome comme à Issoire, mais il a la même structure que dans les autres églises romanes majeures de Basse-Auvergne.

Le chœur, voûté en cul de four, est entouré de huit colonnes couronnées de chapiteaux sculptés de motifs végétaux supportant des arcs surhaussés surmontés d'une deuxième série de baies, alternativement ajourées et aveugles.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Voûte de la crypte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'art roman dans le Puy-de-Dôme, édité par le Conseil général du Puy-de-Dôme, p.8-9
  2. Geneviève Thivet, « L'Auvergne, ce n'est pas l'Italie ! », La Montagne,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  3. Notice no PA00092231, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Rolf Toman, Espéraza Birgit Beyer, Angelika Gundermann, L'art roman, éditions Könemann, 1997, p.150
  5. Dr P. Balme, L'art roman en Auvergne, Imprimerie G. de Bussac, Clermont-Ferrand, 1957, p.13

Sur les autres projets Wikimedia :