Jean Glavany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Glavany
Image illustrative de l'article Jean Glavany
Fonctions
Député de la 3e puis de la 1re circonscription des Hautes-Pyrénées
En fonction depuis le
(14 ans 8 mois et 7 jours)
Prédécesseur Pierre Forgues et/ou Chantal Robin-Rodrigo

(5 ans 7 mois et 18 jours)
Prédécesseur Claude Miqueu
Successeur Chantal Robin-Rodrigo
Conseiller général puis départemental des Hautes-Pyrénées
élu dans le Canton d'Aureilhan
En fonction depuis le
(14 ans 10 mois et 24 jours)
Réélection 29 mars 2015
Prédécesseur Pierre Dussert
Ministre de l'Agriculture et de la Pêche

(3 ans 4 mois et 5 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Lionel Jospin
Prédécesseur Louis Le Pensec
Successeur François Patriat
Secrétaire d'État à l'Enseignement technique

(11 mois et 25 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Pierre Bérégovoy
Prédécesseur Jacques Guyard
Successeur Poste supprimé
Président de la Communauté
d'agglomération du grand Tarbes

(7 ans 2 mois et 15 jours)
Prédécesseur Pierre-Henri Lacaze
Successeur Gérard Trémège
Maire de Maubourguet

(11 ans 11 mois et 26 jours)
Prédécesseur 19 mars 1989
Successeur Jean Guilhas
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Sceaux (Seine)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Profession Préfet et Avocat

Jean Glavany, né le à Sceaux (dans le département de la Seine, aujourd'hui dans les Hauts-de-Seine), est un avocat et homme politique français. Proche collaborateur de François Mitterrand, il fut son chef de cabinet lors de son premier septennat présidentiel. Secrétaire d'État à l'Enseignement technique dans le gouvernement Bérégovoy, il fut ministre de l'Agriculture et de la Pêche lors du retour de la gauche au pouvoir dans le gouvernement Jospin (1998-2002). Il est député des Hautes-Pyrénées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entré au PS en 1973, sa carrière politique débute réellement à Issy-les-Moulineaux en 1979 lorsque François Mitterrand vient le soutenir aux élections cantonales. Le Premier secrétaire du Parti socialiste décide alors de faire de lui un de ses plus proches collaborateurs. Il est son chef de cabinet lorsque celui-ci accède à la présidence et le restera tout le premier septennat.

De 1993 à 1998 puis de 2002 à 2012, Jean Glavany est député de la 3e circonscription des Hautes-Pyrénées. En 1998, il entre au gouvernement Jospin comme ministre de l'Agriculture et de la pêche. Après la défaite de Lionel Jospin à l'élection présidentielle d'avril 2002 (dont il est le directeur de campagne), il redevient député lors des législatives qui suivent.

Élu local, il siège un an (1992-1993) au conseil régional de Midi-Pyrénées. Élu également en 1992 au conseil général des Hautes-Pyrénées, il en assurera la vice-présidence pendant 10 ans.

Président du Grand Tarbes (2001-2008), il annonce le dans La Nouvelle République des Pyrénées qu'il se présente aux élections municipales à Tarbes. La liste "Construisons l'avenir de Tarbes" qu'il conduit à cette occasion recueille 38,32 % des voix lors du premier tour du scrutin le , et accuse un retard de 9,10 points face à son adversaire Gérard Trémège, maire UMP sortant (47,42 % des voix). Il est finalement battu au second tour de l'élection municipale de Tarbes, le , ne recueillant que 45,66 % des suffrages. Il fait le choix de siéger dans l'opposition municipale par respect pour les électeurs lui ayant accordé leur confiance.

Le , il annonce qu'il démissionne du conseil municipal de Tarbes afin de ne pas cumuler avec son mandat de conseiller général[1].

Député des Hautes-Pyrénées, il de nouveau élu en 2012 mais dans la 1re circonscription. Il est "secrétaire national à la laïcité" dans le bureau du Parti socialiste.

Candidat à la présidence de l'Assemblée nationale en 2012, il affirme à propos de sa rivale Élisabeth Guigou que « c’est l’adéquation d’un homme pour le poste qui compte, et cela ne se mesure pas à la longueur des cheveux ou de la jupe ». Ces propos suscitent la colère de plusieurs associations féministes qui dénoncent des propos sexistes[2],[3]. Arrivé second à l'issue du premier tour de vote, loin derrière Claude Bartolone, il se retire au profit de ce dernier[4].

Jean Glavany est membre du conseil d'administration de l'association des amis de l'Institut François-Mitterrand ainsi que du comité stratégique du groupe Bolloré[5]. Il est aussi secrétaire général de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) qui récolte des fonds pour la recherche, aux côtés du professeur Gérard Saillant et de Jean Todt.

En mars 2015, il est élu conseiller départemental[6] du canton d'Aureilhan en tandem avec Geneviève Isson[7].

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats locaux
Mandats parlementaires
Fonctions ministérielles
Autres fonctions

Famille[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Jean Glavany, Vers la nouvelle République, ou Comment moderniser la constitution, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, , 220 p. (ISBN 978-2-246-45211-9)
  • Jean Glavany, Mitterrand, Jospin et nous, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, , 302 p. (ISBN 978-2-246-55191-1)
  • Jean Glavany, Politique folle, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, , 280 p. (ISBN 978-2-246-61711-2)
  • Jean Glavany et Claude Sérillon, Le cap et la route, Toulouse, France, Éditions Privat, , 364 p. (ISBN 978-2-7089-4420-6)
  • Jean Glavany et François Canto-Pacos, A fleur d'îles, Montreuil, France, Éditions Gourcuff Gradenigo, , 50 p. (ISBN 978-2-35340-058-4)
  • Jean Glavany, La laïcité : un combat pour la paix, Paris, Éditions Héloïse d'Ormesson, (ISBN 978-2350871776)
  • Jean Glavany, La mer est toujours ronde, Paris, Éditions Héloïse d'Ormesson, (ISBN 978-2-35087-269-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]