Henri Nallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nallet.

Henri Nallet
Illustration.
Fonctions
Président de la Fondation Jean-Jaurès
En fonction depuis le
(5 ans, 5 mois et 22 jours)
Prédécesseur Pierre Mauroy
Garde des Sceaux, ministre de la Justice
17e ministre de la Justice de la Ve République

(1 an et 6 mois)
Président François Mitterrand
Premier ministre Michel Rocard
Édith Cresson
Gouvernement Rocard II
Cresson
Prédécesseur Pierre Arpaillange
Successeur Michel Vauzelle
Ministre de l'Agriculture et de la Forêt

(2 ans, 4 mois et 20 jours)
Président François Mitterrand
Premier ministre Michel Rocard
Gouvernement Rocard I et II
Prédécesseur François Guillaume
Successeur Louis Mermaz
Ministre de l'Agriculture

(11 mois et 16 jours)
Président François Mitterrand
Premier ministre Laurent Fabius
Gouvernement Fabius
Prédécesseur Michel Rocard
Successeur François Guillaume
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Bergerac (Dordogne)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de IEP de Bordeaux

Henri Nallet, né le à Bergerac (Dordogne), est un homme politique français. Membre du Parti socialiste, il a été maire de Tonnerre (Yonne) (1989-1998), député de l’Yonne, ministre de l’Agriculture et garde des Sceaux, ministre de la Justice. Il préside le Haut conseil de la coopération agricole et la Fondation Jean Jaurès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Fils d'un opticien, Henri Nallet commence ses études supérieures à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, dont il sort major en 1961. Dès l’année suivante, il part pour Paris poursuivre ses études. Il obtient une licence de droit public en 1962, puis un diplôme d’études supérieures de sciences politiques en 1966, avec un mémoire de recherche portant sur « L’agriculture de groupe ». En 1968, il obtient le certificat d'aptitude à la profession d’avocat.

Actif dans les mouvements de jeunesse, Henri Nallet est, dès 1961, permanent de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC), avant d’en être élu secrétaire général en 1963. Il est également, jusqu'en 1965, vice-président du Conseil français des mouvements de jeunesse, présidé alors par Pierre Mauroy. En désaccord avec la hiérarchie catholique, il quitte la JEC à l’issue d’une crise, poussé à la démission le par Mgr Veuillot, évêque co-adjuteur de Paris et président de la Commission épiscopale du monde scolaire et universitaire. C’est à cette époque qu’il épouse Thérèse Leconte, qui deviendra journaliste à Croissance des jeunes nations, et dont il aura un fils, Vincent.

Son intérêt pour le monde agricole et son expérience à la JEC le conduisent à devenir, en 1965, animateur à l’Institut de formation des cadres paysans (IFOCAP), association destinée à donner une formation supérieure à des agriculteurs exerçant des responsabilités dans les organisations professionnelles. La même année, il est appelé par les responsables de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), notamment Michel Debatisse, son secrétaire général, auprès de qui il devient chargé de mission pour les affaires économiques. Il y reste jusqu’en 1970 où, suite à un conflit idéologique, il quitte la FNSEA.

Il entame alors une carrière de chercheur. Déjà chargé de cours à l’université Paris-I, il entre, en 1970, à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) comme assistant de recherche. Il y devient chargé de recherche en 1973, puis maître et directeur de recherche au département d’économie et de sociologie rurale jusqu’en juillet 1981. Ses activités de chercheur donnent lieu à la publication de plusieurs études, notamment sur le syndicalisme, la politique agricole, le statut juridique du paysan, l’élevage et la production laitière. Au-delà de la recherche, Henri Nallet inspire, par ses travaux et avec d’autres chercheurs, les nouveaux courants de la gauche paysanne[1],[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981, c’est en raison de sa connaissance du monde agricole et fort de son engagement militant, qu'il devient conseiller officieux d'Édith Cresson, nouvelle ministre de l’Agriculture. Il est très vite appelé par le président de la République à l'Élysée, où il devient conseiller technique, par arrêté du 6 juillet 1981, chargé des questions agricoles, des problèmes communautaires et de la pêche. Les dossiers de l’environnement lui sont également confiés en 1984. Pendant cette période, il suit pour le compte du président de la République tous les dossiers agricoles, assure les relations avec les organisations professionnelles et, participe avec Roland Dumas, alors ministre des Affaires étrangères, aux négociations de l'élargissement de la CEE à l'Espagne et au Portugal.

Début avril 1985, François Mitterrand le choisit comme ministre de l'Agriculture pour succéder à Michel Rocard, qui vient de démissionner. La presse de l’époque souligne cette nomination étonnante, Henri Nallet, alors inconnu des Français, faisant bien plus figure de « technicien doué du sens politique » que de « politique », comme le note Le Monde du 6 avril 1985 (il ne rejoindra officiellement le PS qu'en 1987). De l’année qu’il passe au ministère de l'Agriculture, on retient la pacification des relations du pouvoir avec les organisations professionnelles agricoles et le soutien qu’il apporte dès ses débuts à la création par Coluche des Restos du cœur.

À la suite de la victoire de la droite aux législatives du 16 mars 1986, Henri Nallet cède son portefeuille à François Guillaume, tout en étant, élu député de l'Yonne. Il avait songé initialement à se présenter dans la Manche, département d’origine de son épouse, où le tissu militant ainsi que la fédération PS l’avaient sollicité comme candidat, mais Pierre Joxe l’avait alors convaincu de se présenter en Bourgogne, région où il n'avait aucune attache. C'est pourtant là que se déroulera l’ensemble de sa carrière politique locale. Malgré l'alternance, l'ancien ministre conserve jusqu’en juin 1987 ses fonctions de président du Conseil mondial de l'alimentation (CMA), et continue de s'intéresser aux grands débats de la politique agricole.

En 1988 après la réélection de François Mitterrand à la présidentielle, dont il a été le trésorier de  campagne, Henri Nallet retrouve le ministère de l'Agriculture, auquel est ajoutée le portefeuille de la Forêt. Il devient donc « ministre de l'Agriculture et de la Forêt ». Bien que vainqueur aux élections législatives qui suivent, il cède son siège de député à son suppléant, Léo Grézard. Henri Nallet poursuit au ministère de l’Agriculture les réformes qu’il avait entreprises en 1985. Il fait voter plusieurs lois agricoles importantes dont celle qui généralise les « appellations d’origine contrôlée ». Il s'investit dans le pilotage de l’enseignement agricole et devient un expert reconnu de la négociation communautaire.

L'année 1990 voit s'accroitre la place de Henri Nallet au sein du gouvernement. Le 2 octobre, lors d'un remaniement ministériel, celui-ci devient, en effet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, portefeuille qu'il conserve en mai 1991 dans le gouvernement d'Édith Cresson, et jusqu'à la démission de celle-ci[3]. Après cette date, Henri Nallet se consacre alors principalement à sa carrière politique locale. Il conserve ses mandats de maire de Tonnerre, où il a été élu en 1989, et de conseiller général de l’Yonne (canton de Tonnerre), qu’il détient depuis 1988. À la fin de l'année 1992, il est nommé conseiller d'État.

En avril 1991 éclate l'affaire Urba, incriminant un financement occulte du Parti socialiste français. Le juge d'instruction Thierry Jean-Pierre perquisitionne au siège d'Urba à Paris. Henri Nallet, Garde des Sceaux, dénonce l'action du juge comme « une équipée sauvage » et le magistrat est dessaisi[4].

Il commence ensuite une carrière de consultant européen et international. Entre 1992 et 1994, il rédige successivement deux rapports, destinés l'un à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), l'autre pour la Commission européenne[5]. Ces travaux portent sur l’Europe, et notamment sur la question de la politique agricole dans le cadre de l’élargissement européen. Des missions plus ponctuelles lui sont également confiées, comme la fonction d'observateur des élections en Palestine, en 1996 pour le compte de l'Union européenne.

Lorsqu'il est à nouveau élu à l’Assemblée nationale en 1997, sa connaissance des institutions européennes lui permet d’être élu président de la délégation de l'Assemblée pour l'Union européenne. À ce titre, il publie plusieurs rapports sur les questions européennes et veille à la transcription de la législation communautaire en droit français[6]. Il préside aussi le comité préparatoire à l'euro. En 1999, il est chargé par Dominique Strauss Kahn, alors ministre de l'Économie et des Finances et Élisabeth Guigou, ministre de la Justice, d'un rapport sur les grands réseaux pluridisciplinaires[7].

Entre juin 1997 et décembre 2008, il est employé par le groupe Servier : il est successivement directeur chargé du développement international, directeur général des affaires extérieures et communication, directeur des affaires européennes puis conseiller du président Jacques Servier. À ce titre, il est entendu comme témoin assisté en décembre 2013 dans l'affaire Mediator, accusé de trafic d'influence[8]. Entre 2009 et 2013, Henri Nallet exerce la fonction de consultant auprès du groupe « pour un revenu annuel de 812 000 € »[9].

Parallèlement, Henri Nallet conserve des responsabilités au sein du Parti socialiste dans le domaine des relations internationales. Membre du conseil national du PS, en octobre 1993, puis du bureau national, en décembre 1994, il est choisi pour diriger, en 1995, le groupe des experts sur les questions européennes, internationales et militaires auprès de Lionel Jospin, candidat à la présidence de la République en 2002. De 1997 à 1999, il est secrétaire national du PS, chargé des questions européennes, et, enfin, en 1999, secrétaire national, chargé des relations internationales. Il accède également, en 1998, à la vice-présidence du Parti socialiste européen (PSE).

À la fin des années 1990, il met fin progressivement à sa carrière politique icaunaise. Ainsi en 1998, il laisse son fauteuil de maire de Tonnerre à André Fourcade, son adjoint. L’année suivante, il se démet de son mandat de député, au profit de son suppléant, puis il quitte son siège au conseil général de l'Yonne et au conseil municipal de Tonnerre en 2001.

Outre ses responsabilités publiques, il est vice-président puis président, en 2013 de la Fondation Jean-Jaurès et président, entre 2008 et 2012, du conseil scientifique de la Fondation européenne d'études progressistes (FEPS), la fondation du Parti des socialistes européens, où il publie régulièrement des notes et rapports[10],[11],[12]. Il est, par ailleurs, depuis plusieurs années membre du comité d'éthique du barreau de Paris. Depuis 2008, il fait partie du conseil d'administration de l'association Droits d'urgence, association à but humanitaire créée en 1995, qui favorise l’accès au Droit des plus démunis et participe à la lutte contre l’exclusion.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France. Conseil d'État., Dictionnaire biographique des membres du Conseil d'Etat : 1799-2002, Fayard, (ISBN 2213606935 et 9782213606934, OCLC 419482391, lire en ligne)
  2. Who's who in France = Qui est qui en France 2014. 2014 : dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l'étranger, et de personalités étrangères résidant en France., Lafitte-Hébrard, (ISBN 9782857840558 et 2857840551, OCLC 866803349, lire en ligne)
  3. NALLET Henri, Tempête sur la justice, Paris, Plon, , 261 p. (ISBN 225902534X)
  4. Le PS dans le box Par Gaetner Gilles, publié le 02/03/1995 L'Express.fr
  5. NALLET Henri, « «  Les relations de l’Union européenne et des pays d’Europe centrale et orientale dans le domaine agricole et agroalimentaire », Rapport à la commission européenne,‎ , p. 36
  6. NALLET Henri, « Quel élargissement pour quelle Europe », Rapport de l’Assemblée nationale,‎ , p. 149
  7. NALLET Henri, Les réseaux pluridisciplinaires et les professions du droit, La documentation française, , 178 p.
  8. Anne Jouan, « Mediator : l'ex-ministre Henri Nallet mis en cause », in Le Figaro, samedi 21 / dimanche 22 décembre 2013, page 12.
  9. L’ex-ministre Henri Nallet épinglé par les victimes du Mediator, la-croix.com, 20 juillet 2015
  10. NALLET Henri (préf. ROCARD Michel), L’Europe gardera-t-elle ses paysans ?, Paris, FEPS - Fondation Jean Jaurès, , 183 p. (lire en ligne)
  11. NALLET Henri, VEDRINE Hubert et WEBER Henri, Multilatéralisme : une réforme possible, Paris, Fondation Jean Jaurès, , 163 p. (lire en ligne)
  12. NALLET Henri et CHEKROUN David, Pour un état de Justice, Paris, Fondation Jean Jaurès, , 261 p. (lire en ligne)
  13. Décret du 14 juillet 2015
  14. La Légion d'honneur d'Henri Nallet révolte les victimes du Mediator, lepoint.fr, 21 juillet 2015
  15. La Légion d’honneur à Henri Nallet, au mépris du Mediator, liberation.fr, 16 juillet 2015
  16. Mediator : les victimes scandalisées par la Légion d'honneur d'Henri Nallet, metronews.fr, 20 juillet 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Les archives de Henri Nallet sont conservées aux Archives nationales et forment le fonds 108/AJ.

Liens externes[modifier | modifier le code]