Jacques Floch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Floc'h.

Jacques Floch
Illustration.
Fonctions
Député de la 4e circonscription de la Loire-Atlantique

(5 ans)
Élection 16 juin 2002
Législature XIIe
Prédécesseur Dominique Raimbourg
Successeur Dominique Raimbourg

(13 ans, 3 mois et 27 jours)
Élection 5 juin 1988
Réélection 28 mars 1993
1er juin 1997
Législature IXe, Xe, XIe
Prédécesseur Aucun (proportionnelle)
Successeur Dominique Raimbourg
Secrétaire d'État chargé des Anciens combattants

(8 mois et 3 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Lionel Jospin
Prédécesseur Jean-Pierre Masseret
Successeur Michèle Alliot-Marie
Député de la 3e circonscription de la Loire-Atlantique

(4 ans, 8 mois et 8 jours)
Législature VIIe
Prédécesseur François Autain
Successeur Aucun (proportionnelle)
Maire de Rezé

(20 ans, 10 mois et 6 jours)
Prédécesseur Alexandre Plancher
Successeur Gilles Retière
Conseiller général de Bouaye

(6 ans et 6 jours)
Prédécesseur Benoît Macquet
Successeur Daniel Prin
Biographie
Date de naissance (80 ans)
Lieu de naissance Bihorel, Seine-Inférieure
Nationalité Français
Parti politique Parti socialiste
Profession Avocat
Résidence Rezé, Loire-Atlantique

Jacques Floch, né le à Bihorel, dans la Seine-Inférieure, est un homme politique français, membre du Parti socialiste (PS).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1991, il est mis en examen pour abus de biens sociaux mais relaxé en 1998 : cela l'incite à étudier le droit[1]. Diplômé de recherches en droit public, il a été avocat au barreau de Paris[2]. Il a été membre de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire d'Outreau[1]. Il est président du think tank nantais Institut Kervégan depuis mars 2010[3], et présidera aussi pendant 25 ans (de juin 1989 à janvier 2015), l'Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN), dont il est désormais président honoraire[4].

Mandats et fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Jacques Floch a été[5] :

Rapport parlementaire[modifier | modifier le code]

Lors de la XIIe législature à l'assemblée nationale, il était rapporteur de la commission «prison», et soutenait la réinsertion des détenus et l'amélioration des conditions pénitentiaires[1]. Auteur d'un rapport préconisant la médiation en prison[6], il indiquait : Il faut, pour décrisper la vie en prison, qu'existe un médiateur pénitentiaire pour traiter des conflits entre le détenu et l'administration et éviter les réactions de soumission ou de révolte[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]