Véronique Neiertz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Véronique Neiertz
Fonctions
Députée française

(9 ans, 2 mois et 16 jours)
Élection 28 mars 1993
Réélection 1er juin 1997
Circonscription 9e de la Seine-Saint-Denis
Législature Xe et XIe
Groupe politique SOC
Prédécesseur Roger Gouhier
Successeur Élisabeth Guigou

(7 ans et 26 jours)
Élection 21 juin 1981
Réélection 16 mars 1986
12 juin 1988
Circonscription 9e de la Seine-Saint-Denis (1981-1986; 1988)
Seine-Saint-Denis (1986-1988)
Législature VIIe, VIIIe et IXe
Groupe politique SOC
Successeur Claude Fuzier
Secrétaire d'État aux Droits des femmes[1]

(1 an, 10 mois et 12 jours)
Premier ministre Édith Cresson
Pierre Bérégovoy
Gouvernement Cresson
Bérégovoy
Prédécesseur Michèle André
Successeur Nicole Péry (indirectement)
Secrétaire d'État chargée de la Consommation

(3 ans et 5 jours)
Premier ministre Michel Rocard
Gouvernement Rocard I et II
Prédécesseur Jean Arthuis
Successeur François Doubin
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Technicien supérieur en informatique documentaire

Véronique Neiertz, née le à Paris, est une femme politique française, membre du Parti socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la bibliothécaire de François Mitterrand, chargée de lui rédiger des dossiers de presse quotidiens et de lui communiquer dans les meilleurs délais toutes informations utiles d'ordre économique, social, international ou politique.

Elle est députée de la 9e circonscription de la Seine-Saint-Denis du au .

Elle occupe des fonctions ministérielles dans les différents gouvernements socialistes du deuxième septennat de François Mitterrand :

Elle retrouve son siège de députée de la 9e circonscription de la Seine-Saint-Denis du au [2], avant de se retirer dit-on pour cause de maladie et de transmettre son siège à Élisabeth Guigou.

Les « lois Neiertz »[modifier | modifier le code]

Son nom est entré dans l'histoire du droit par la loi sur le surendettement, dite loi Neiertz ().

Elle a introduit en droit français l'obligation d'afficher les prix par litre, par kilogramme ou par pièce permettant au consommateur de comparer les prix d'un article.

Elle a fait voter à l'Assemblée nationale la « loi du  » concernant la publicité comparative.

Elle a fait voter la « loi du  » qui punit l'« entrave à avortement volontaire » de deux mois à deux ans d'emprisonnement et d'une amende de 2 000 à 30 000 francs[3].

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portefeuilles de la Vie quotidienne du au et de la Consommation du au .
  2. Hugues Tailliez, AFP, « Véronique Néiertz ne se représentera pas », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  3. « Loi sur le délit d’entrave à l’IVG - 1993 », sur 8mars.info (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]