Gouvernement Édith Cresson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Édith Cresson

Ve République

Description de l'image defaut.svg.
Président François Mitterrand
Première ministre Édith Cresson
Législature Neuvième législature de la Cinquième République françaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Fin
Durée 10 mois et 18 jours
Composition initiale
Coalition PS-UDC (dissidents)-MRG-GE
Ministres 19
Secrétaires d'État 26
Femmes 6
Hommes 39
Représentation
IXe législature
275 / 577
Drapeau de la France

Le gouvernement Édith Cresson est le gouvernement de la République française du au . Troisième gouvernement du deuxième mandat du président de la République François Mitterrand, il est dirigé par Édith Cresson, première et encore aujourd'hui seule femme à avoir dirigé un gouvernement français.

Le gouvernement Édith Cresson est le 22e gouvernement de la Ve République française.

Contexte de formation[modifier | modifier le code]

Contexte économique[modifier | modifier le code]

L'année 1991 est marquée par l'incertitude économique. Si les économistes prévoient que la bonne santé économique américaine et allemande tirera par le haut les exportations et les investissements français, la France traverse un passage à vide, accentué par l'attentisme des chefs d'entreprise et des investisseurs liés à la Crise du Golfe.

Les dépenses fiscales françaises se raréfient du fait du ralentissement de l'activité. La diminution des rentrées des cotisations creuse le déficit de la Sécurité sociale, atteignant 30 milliards de francs environ.

Le chômage est reparti connaissant une aggravation soudaine en mai, pour atteindre le chiffre de 2,7 millions de sans-emploi[1], soit une augmentation de 8,3% en un an. La création d'emploi est au plus bas, avec ue chute de 20% sur l'année passée. Le taux de croissance du PIB en volume, qui était de 4,3% en 1988, au sommet du cycle conjoncturel, passe à 2,4% en 1990. Les experts prévoient une croissance de 2% en 1991, qui se révèle en fait être de 0,8%[2].

Choix des ministres[modifier | modifier le code]

Le président Mitterrand, après avoir hésité à nommer Premier ministre Robert Badinter, Roland Dumas et Édith Cresson, choisit cette dernière. Les arguments qui pèsent en sa faveur sont sa personnalité anti-technocrate, et donc inverse à celle de Michel Rocard, le fait que le président ait apprécié sa gestion ministérielle, et que, après avoir nommé le plus jeune Premier ministre de la Cinquième République, il ait voulu nommer la première femme à ce poste[3].

Du fait du poids du Président dans la Cinquième République, la Première ministre ne dispose pas d'une liberté totale de nomination des membres du gouvernement. François Mitterrand impose Pierre Bérégovoy, Philippe Marchand et Roland Dumas dont Édith Cresson ne voulait pas, ainsi que Jean-Louis Bianco, pour le remercier de son travail en tant que Secrétaire général de l'Elysée[4]. Malgré sa proposition de nommer le fidèle d'entre les fidèles Pierre Bérégovoy gouverneur de la Banque de France, le président refuse[3], d'autant plus qu'il avait dépassé en 1990 l'âge limite de 65 ans pour être nommé à ce poste.

Édith Cresson essaie alors de scinder le Ministère de l'Économie et des Finances, et de confier les Finances à Dominique Strauss-Kahn, alors président de la commission des finances à l'Assemblée nationale. Toutefois, Cresson cède devant Bérégovoy et elle ne donne à Strauss-Kahn qu'un ministère délégué chargé de l'Industrie et du Commerce extérieur.

Lionel Jospin demande à conserver son ministère de l’Éducation nationale, selon lui parce qu'il souhaitait continuer son action, notamment le plan « Université 2000 », et selon Cresson, car ce ministère qui roulait désormais en pilotage automatique lui donnait le temps de s'occuper sa circonscription en vue des prochaines élections. Il refuse le maroquin d'un grand ministère des Affaires sociales que Cresson aurait créé pour lui. Le président accepte, mais refuse la nomination de Claude Allègre à un secrétariat d’État à l'Université, que Jospin réclamait, considérant Allègre comme trop proche de Michel Rocard[3]. Le seul rocardien conservant un ministère est Louis Le Pensec. Michel Sapin, qui se considère comme un « rocardien proche de Mitterrand », devient ministre délégué à la Justice.

Édith Cresson obtient cependant l'entrée au gouvernement de Martine Aubry, auparavant directrice des relations sociales au sein de l'entreprise Pechiney. Aubry refuse ainsi une promotion de taille car le président Jean Gandois allait la nommer Directrice générale du groupe. Aubry s'était déjà illustrée en étant une des chevilles ouvrières des Lois Auroux.

Henri Emmanuelli, à qui Lionel Jospin rapporte que la Première ministre pense à lui pour un secrétariat d'Etat au Commerce extérieur, refuse. Jean-Pierre Soisson est maintenu à la demande de François Mitterrand.

Féminisation du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le gouvernement compte six femmes ministres : Martine Aubry, Edwige Avice, Frédérique Bredin, Élisabeth Guigou, Catherine Tasca et Véronique Neiertz, en plus d'Édith Cresson, elle-même Première ministre.

Coalition[modifier | modifier le code]

Le gouvernement Édith Cresson est soutenu par une coalition gouvernementale de centre gauche, formée entre le Parti socialiste (PS) et le Mouvement des radicaux de gauche (MRG), qui dispose de 275 députés sur 577, soit 47,7 % des sièges de l'Assemblée nationale. La démission de Michel Rocard a provoqué le départ du centre droit du gouvernement. Édith Cresson n'est plus soutenue que par une coalition minoritaire au parlement, ce qui fragilise la politique gouvernementale de la Première ministre.

Composition initiale[modifier | modifier le code]

Édith Cresson est nommée le [5] et les membres du Gouvernement les [6] et [7].

Première ministre[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Édith Cresson (cropped).JPG Première ministre Édith Cresson PS

Ministres d'État[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Lionel Jospin 2008.jpg Ministre d'État, ministre de l'Éducation nationale Lionel Jospin PS
Pierre Beregovoy.jpg Ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et du Budget Pierre Bérégovoy PS
Roland Dumas 1987.jpg Ministre d'État, ministre des Affaires étrangères Roland Dumas PS
Jean-Pierre Soisson.jpg Ministre d'État, ministre de la Fonction publique et de la Modernisation administrative Jean-Pierre Soisson UDF-PR
Delebarre 4JDD 2010.jpg Ministre d'État, ministre de la Ville et de l'Aménagement du territoire Michel Delebarre PS

Ministres[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Defaut.svg Garde des Sceaux, ministre de la Justice Henri Nallet PS
Pierre Joxe - Février 2013.jpg Ministre de la Défense Pierre Joxe PS
Defaut.svg Ministre de l'Intérieur Philippe Marchand PS
Jack Lang IEP Toulouse 0109 2007-03-28 cropped infobox.jpg Ministre de la Culture et de la Communication
Porte-parole du gouvernement
Jack Lang PS
Louis MERMAZ.jpg Ministre de l'Agriculture et de la Forêt Louis Mermaz PS
Jean-Louis Bianco à la foire du livre 2010 de Brive la Gaillarde.JPG Ministre des Affaires sociales et de l'Intégration Jean-Louis Bianco PS
Martine Aubry Zoom.png Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle Martine Aubry PS
Paul Quilès.jpg Ministre de l'Équipement, du Logement, des Transports et de l'Espace Paul Quilès PS
Defaut.svg Ministre de la Coopération et du Développement Edwige Avice PS
Tonnerres de Brest 2012 - Louis Le Pensec.jpg Ministre des Départements et Territoires d'outre-mer Louis Le Pensec PS
Defaut.svg Ministre de la Recherche et de la Technologie Hubert Curien DVG
Defaut.svg Ministre des Relations avec le Parlement Jean Poperen PS
Frédérique Bredin Cannes 2015.jpg Ministre de la Jeunesse et des Sports Frédérique Bredin PS
BriceLalonde.png Ministre de l'Environnement Brice Lalonde GE

Ministres délégués[modifier | modifier le code]

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
Defaut.svg Ministre délégué au Budget Ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et du Budget Michel Charasse PS
Strauss-Kahn, Dominique (official portrait 2008).jpg Ministre délégué à l'Industrie et au Commerce extérieur Dominique Strauss-Kahn PS
Defaut.svg Ministre délégué au Commerce et à l'Artisanat François Doubin MRG
Defaut.svg Ministre délégué aux Postes et Télécommunications Jean-Marie Rausch DVD
Elisabeth Guigou1.jpg Ministre déléguée aux Affaires européennes Ministre d'État, ministre des Affaires étrangères Élisabeth Guigou PS
CatherineTasca.png Ministre déléguée à la Francophonie Catherine Tasca PS
Michel Sapin.jpg Ministre délégué Garde des Sceaux, ministre de la Justice Michel Sapin PS
Georges Kiejman.png Ministre délégué à la Communication Ministre de la Culture et de la Communication Georges Kiejman PS
Durieuxbruno01.jpg Ministre délégué à la Santé Ministre des Affaires sociales et de l'Intégration Bruno Durieux UDF-CDS
Jean-Michel Baylet - Strauss-Kahn meeting in Toulouse for the 2007 French presidential election 0154 2007-04-13 cropped mini.jpg Ministre délégué au Tourisme Ministre de l'Équipement, du Logement, des Transports et de l'Espace Jean-Michel Baylet MRG

Secrétaires d'État[modifier | modifier le code]

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
Louis Mexandeau.JPG Secrétaire d'État chargé des Anciens combattants et des Victimes de guerre Louis Mexandeau PS
Defaut.svg Secrétaire d'État chargé de l'Enseignement technique Ministre d'État, ministre de l'Éducation nationale Jacques Guyard PS
Bernard Kouchner - World Economic Forum Annual Meeting Davos 2008.jpg Secrétaire d'État chargé de l'Action humanitaire Ministre d'État, ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner DVG
Defaut.svg Secrétaire d'État chargé des Affaires étrangères Alain Vivien PS
Defaut.svg Secrétaire d'État chargé de la Ville et de l'Aménagement du territoire Ministre d'État, ministre de la Ville et de l'Aménagement du territoire André Laignel PS
Defaut.svg Secrétaire d'État chargé de la Défense Ministre de la Défense Jacques Mellick PS
Jean Pierre Sueur Orléans.jpg Secrétaire d'État chargé des Collectivités locales Ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Sueur PS
Defaut.svg Secrétaire d'État chargé des Grands travaux Ministre de la Culture et de la Communication Émile Biasini SE
Kofi Yamgnane à Quimper.jpg Secrétaire d'État chargé des Affaires sociales et de l'Intégration Ministre des Affaires sociales et de l'Intégration Kofi Yamgnane PS
Defaut.svg Secrétaire chargé de la Famille et des Personnes âgées Laurent Cathala PS
Michel Gillibert.jpg Secrétaire d'État chargé des Handicapés et Accidentés de la vie Michel Gillibert DVG
Defaut.svg Secrétaire d'État chargée des Droits des femmes Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle Véronique Neiertz PS
Defaut.svg Secrétaire d'État chargé du Logement Ministre de l'Équipement, du Logement, des Transports et de l'Espace Marcel Debarge PS
Georges Sarre a Paris 2005.jpg Secrétaire d'État chargé des Transports routiers et fluviaux Georges Sarre PS
Le Drian à Ifremer Toulon 1992.jpg Secrétaire d'État chargé de la Mer Jean-Yves Le Drian PS
Jean-Noël Jeanneney par Claude Truong-Ngoc avril 2014.jpg Secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur Ministre délégué à l'Industrie et au Commerce extérieur Jean-Noël Jeanneney DVG

Ajustements et remaniement[modifier | modifier le code]

Ajustements du 25 mai 1991[modifier | modifier le code]

Le , deux modifications de portefeuille sont effectuées[8] :

  • François Doubin, ministre délégué au Commerce et à l'Artisanat, devient ministre délégué à l'Artisanat, au Commerce et à la Consommation.
  • Véronique Neiertz, secrétaire d'État aux Droits des femmes, devient secrétaire d'État aux Droits des femmes et à la Vie quotidienne.

Rectificatifs publiés le 4 juin 1991[modifier | modifier le code]

Deux rectificatifs aux décrets des 16 et sont publiés au JO du et sont relatifs aux intitulés de deux portefeuilles :

  • La fonction de Ministre de la Fonction publique et de la Modernisation administrative est rectifié en Ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l'administration[9] ;
  • La fonction de Secrétaire d'État chargé des Anciens combattants est rectifié en Secrétaire d'État chargé des Anciens combattants et des Victimes de guerre[10].

Ajustements du 25 mai 1991[modifier | modifier le code]

Le , deux modifications de portefeuille sont effectuées[11] :

  • François Doubin, ministre délégué au Commerce et à l'Artisanat, devient ministre délégué à l'Artisanat, au Commerce et à la Consommation.
  • Véronique Neiertz, secrétaire d'État aux Droits des femmes, devient secrétaire d'État aux Droits des femmes et à la Vie quotidienne.

Ajustement du 22 juillet 1991[modifier | modifier le code]

Le , une modification de portefeuille est effectuée[12] :

  • Laurent Cathala, secrétaire d'État à la Famille et aux Personnes âgées devient secrétaire d'État à la Famille, aux Personnes âgées et aux Rapatriés.

Remaniement du 28 mars 1992[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Soisson est élu président de la région Bourgogne. Certains pensent qu'il a été élu avec les voix du Front national qui ne dément pas[13]. Le Jean-Pierre Soisson démissionne du gouvernement[14].

Actions[modifier | modifier le code]

Politique industrielle et de l'emploi[modifier | modifier le code]

Constatant l'écart entre la production de diplômés en France chaque année et les besoins du marché du travail, Édith Cresson lance en septembre 1991 une politique visant à doubler les effectifs des formations en alternance sur les cinq prochaines années. Il y a alors 230 000 jeunes en apprentissage.

La ministre tente de remettre en place une politique industrielle forte. Le secteur industriel est en déclin en France, étant passé de 5,4 millions de salariés en 1982 à 4,7 dix ans plus tard.

Un différend oppose dès 1991 Matignon et Bercy sur le relèvement du SMIC : si Michel Rocard avait promis une hausse de 2,3 % par an sur les années suivantes, Bérégovoy et Bercy pèsent de tout leur poids pour que la hausse ne soit que d'1,7 %, conformément au mode de calcul habituel de la hausse du SMIC, arguant qu'en période de ralentissement conjoncturel, il faut stabiliser le coût du travail et non l'augmenter, au risque de créer du chômage. Bérégovoy met sa démission en jeu, ce qui fait chuter l'indice du CAC 40 à la Bourse de Paris le 14 et le 18 juin.

Martine Aubry propose un plan appelé « Mobilisation générale pour l'emploi », qui redéfinit le rôle des préfets, en les chargeant de recenser les besoins des entreprises en travailleurs, ainsi que celui de l'Agence nationale pour l'emploi, qui doit désormais se coordonner avec les chefs d'entreprise pour définir leurs besoins en main d’œuvre.

Édith Cresson s'attache à lutter contre les corporatismes et conservatismes qui font selon elle les maux de la France. Elle contraint les médecins à s'associer une politique de maîtrise des dépenses : celles en lien avec la médecine doublent tous les neufs ans et creusent le trou de la Sécurité sociale. Les accords signés en décembre, conclus entre l'Etat et les ambulanciers, les infirmières libérales, les cliniques privées et les biologistes, permettent de limiter les dépenses de santé. Elle essaie de lutter contre le corporatisme énarque en délocalisant l'École nationale d'administration à Strasbourg. Le 7 novembre 1991, le gouvernement, considérant le centralisme parisien comme un fléau, et remarquant qu'un fonctionnaire coûte sept fois plus cher à Paris qu'en région, annonce la délocalisation de 2 500 emplois de la fonction publique en-dehors de la capitale. Elle poursuit cette action en janvier 1992, où elle annonce une deuxième décentralisation des services publics, touchant cette fois-ci 7 000 emplois. Fin 1991, elle annonce une réforme du statut des dockers, menée par Jean-Yves Le Drian, qui étaient protégés depuis 1947 par une loi très protectrice mais qui minait la compétitivité des ports français. Les négociations repoussent le vote de la loi au 15 mai 1992.

Politique fiscale[modifier | modifier le code]

Le premier enjeu auquel s'attaque le gouvernement Cresson est le rééquilibrage des comptes de la Sécurité sociale, dont le déficit s'élève à environ 30 milliards de francs. Jean-Louis Bianco propose une hausse de la CSG, mais le président se montre réticent. Pierre Bérégovoy et Michel Charasse proposent un relèvement du forfait hospitaliser, une réduction des indemnités journalières en cas de maladie, et une nouvelle franchise sur les médicaments, ce à quoi la ministre du Travail Martine Aubry s'oppose, considérant ses mesures comme "politiquement suicidaires"[15]. Édith Cresson tranche en faveur d'une augmentation de 0,9 % des cotisations maladie, et un relèvement du forfait hospitalier. Ce dispositif doit rapporter 8 milliards de francs en 1991 et 23 en 1992, et est adopté en Conseil des ministres le 12 juin 1991.

Édith Cresson fait voter un projet de loi appelé « DDOEF » (diverses dispositions d'ordre économique et financier), qui vise à faire entrer 11 milliards dans les caisses de l'Etat. Il s'agit, dans le cadre de la processus d'harmonisation de la fiscalité européenne, d'acter une hausse de la TVA sur les agences de voyage française et sur les fleurs.

La Première ministre et Dominique Strauss-Kahn réussissent à convaincre le président Mitterrand d'abandonner sa politique du « ni nationalisation, ni privatisation ». La vente partielle d'Elf Aquitaine et de Bull génère 5,6 milliards de francs de recette.

Politique extérieure[modifier | modifier le code]

Le gouvernement gère tant bien que mal la venue de Georges Habache, fondateur de l'Organisation de libération de la Palestine, qui provoque un véritable scandale politique en France. Édith Cresson et le président limogent le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, François Scheer, ainsi que plusieurs directeurs de cabinet.

Lois principales[modifier | modifier le code]

Analyse de la popularité[modifier | modifier le code]

Édith Cresson reste une Première ministre peu populaire tout au long de son mandat.

En 1991, 18 % de Français s'en montrent satisfaits, et 35 % seulement lui font confiance, ce qui est un record sous la Ve République pour un Premier ministre en exercice. Selon la SOFRES, les motifs principaux de mécontentement sont sa hausse des cotisations de Sécurité sociale, sa gestion de la violence dans les banlieues, et son langage. Ceux qui se déclarent satisfaits de son action soulignent ses positions fermes sur l'immigration clandestine, qu'elle veut en application de la loi Joxe d'août 1989[1].

Dans la deuxième moitié de 1991, des grandes grèves paysannes qui secouent la France et qui revendiquent l'abandon du projet de réforme de la politique agricole commune et des mesures contre l'arrivée de viande bovine bon marché venue d'Europe de l'Est. Sa politique de décentralisation des emplois publics provoque également des contestations.

Son mandat est marqué par une grande désorganisation de l'action gouvernementale qui conduit à une cacophonie complète, sur fond de fronde politique à l'Assemblée nationale de la part du groupe socialiste. Les ministres sont excédés par la mainmise du directeur de cabinet d'Édith Cresson, Abel Farnoux, qui fait et défait les initiatives des différents ministères.

Démission du gouvernement[modifier | modifier le code]

Déroute du Parti socialiste et fronde des députés[modifier | modifier le code]

Si le président Mitterrand soutient sa Première ministre pendant les huit premiers mois de son mandat, il se rend compte que le groupe socialiste à l'Assemblée ne la soutient plus, et reçoit des plaintes de plusieurs ministères à l'encontre d'Édith Cresson. Alors qu'il considérait jusque vers décembre 1991 qu'il fallait lui donner du temps pour solder l'héritage de son prédécesseur Michel Rocard et affronter le machisme politique français, François Mitterrand fait évoluer sa position et décide en décembre de la garder jusqu'aux élections régionales de mars 1992.

La déroute du Parti socialiste à ces élections (son score n'a jamais été aussi faible depuis 1971) pousse de plus en plus de députés et hiérarques du parti à demander publiquement le départ de Cresson. Le 25 mars, le maire de Nantes Jean-Marc Ayrault accorde un entretien à l'Agence France-Presse où il demande pour au Président de changer de Premier ministre et de gouvernement, ce qui est une première pour un maire d'une ville importante de France. Édith Cresson est persuadée d'être reconduite, et envisage un remaniement gouvernemental pour écarter les « éléphants », c'est-à-dire les ministres de la vieille garde de Mitterrand (Dumas, Bérégovoy, Lang...), et faire entrer des jeunes socialistes. Il refuse.

Le choix du limogeage et du successeur[modifier | modifier le code]

François Mitterrand approche Jacques Delors, alors un homme politique très populaire, pour sonder son envie d'être Premier ministre. Il lui avait déjà proposé en 1983, mais il avait demandé de cumuler le poste de Premier ministre et de celui de ministre des Finances, comme Raymond Barre à partir de 1976, ce que le président avait refusé. Lors de leur rencontre, Delors fait comprendre à Mitterrand que Felipe González et Helmut Kohl lui ont conseillé de ne pas abandonner son poste alors que l'Europe va bientôt plonger dans une récession et qu'il ne resterait que très peu de temps à Matignon. Il conseille au président de faire appel à Pierre Bérégovoy.

Le président a du mal à se séparer d'Édith Cresson, d'autant plus que la durée de son mandat, moins d'un an, est un aveu d'échec. Il la reçoit le lundi 30 mars dans son bureau, et discute une heure avec elle. Elle était venue avec une lettre de démission, mais Mitterrand ne lui demande rien. Il la convoque à nouveau le 1er avril, sans lui en parler. Le soir, il l'appelle vers 20h et lui demande sa démission. Elle vient déposer sa lettre de démission le . Pierre Bérégovoy lui succède à ce poste.

Édith Cresson est jusqu'à ce jour la seule femme à avoir occupé le poste de Premier ministre en France et la personne restée le moins longtemps à ce poste sous la Cinquième République, 323 jours, du au après Bernard Cazeneuve en 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Favier, Pierre, 1946-, La décennie Mitterrand. 4, Les déchirements (1991-1995), Paris, Ed. du Seuil, , 641 p. (ISBN 2-02-029374-9, 978-2-02-029374-7 et 2-02-014427-1, OCLC 41340549, lire en ligne)
  2. Daniel, Jean-Marc, (1954- ...), Le gâchis français : 40 ans de mensonges économiques, Paris, Tallandier, dl 2015, ©2015, 265 p. (ISBN 979-10-210-0287-6, OCLC 924058241, lire en ligne)
  3. a b et c Favier, Pierre, 1946-, La décennie Mitterrand. 4, Les déchirements (1991-1995), Paris, Ed. du Seuil, , 641 p. (ISBN 2-02-029374-9, 978-2-02-029374-7 et 2-02-014427-1, OCLC 41340549, lire en ligne)
  4. Bianco, J. L. (Jean-Louis),, Mes années avec Mitterrand : dans les coulisses de l'Élysée, Paris, Fayard, 317 p. (ISBN 978-2-213-68574-8 et 2-213-68574-6, OCLC 930264610, lire en ligne)
  5. Décret du 15 mai 1991 portant nomination du Premier ministre
  6. Décret du 16 mai 1991 relatif à la composition du gouvernement
  7. Décret du 17 mai 1991 relatif à la composition du gouvernement
  8. Décret du 25 mai 1991 relatif à la composition du gouvernement
  9. Décret du 16 mai 1991 relatif à la composition du Gouvernement (rectificatif)
  10. Décret du 17 mai 1991 relatif à la composition du gouvernement (rectificatif)
  11. Décret du 25 mai 1991 relatif à la composition du gouvernement
  12. Décret du 22 juillet 1991 relatif à la composition du gouvernement
  13. Gérard Le Puill, « Soisson dans la vase », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 8 novembre 2018)
  14. Décret du 28 mars 1992 relatif à la composition du gouvernement
  15. Favier, Pierre, 1946-, La décennie Mitterrand. 4, Les déchirements (1991-1995), Paris, Ed. du Seuil, , 641 p. (ISBN 2-02-029374-9, 978-2-02-029374-7 et 2-02-014427-1, OCLC 41340549, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]