Général de corps d'armée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Général de corps d'armée est, dans certaines armées, une appellation militaire d’officier général.

France[modifier | modifier le code]

Le grade de général de corps d'armée est, dans l'armée française, le troisième sur quatre dans l'ordre des officiers généraux, selon l'ordre hiérarchique croissant. L'appellation de général de corps d'armée se situe ainsi au-dessus du grade de général de division et en dessous de l’appellation de général d'armée.

Il s'agit réglementairement d'un officier général du grade de « général de division » qui reçoit « rang et appellation » de « général de corps d'armée ». Il est logiquement amené à commander un corps d'armée, une unité composée de plusieurs divisions. Son insigne est composé de quatre étoiles.

Création[modifier | modifier le code]

C'est une décision présidentielle du 19 novembre 1873 qui introduit pour la première fois la notion de corps d'armée : "... les généraux pourvus d'un commandement de corps d'armée prendront rang avant les généraux de division non investis d'un commandement de cette nature". Depuis lors, des décrets ou décisions ont, à diverses époques, précisé que tel ou tel emploi important comportait le rang de commandant de corps d'armée.

Puis, c'est une circulaire en date du 17 mars 1921 qui disposait que "... les généraux commandants de corps d'armée portent, comme insigne de fonctions, une quatrième étoile disposée en losange avec les trois premières. Les généraux commandants d'armée et les membres du Conseil Supérieur de la guerre portent une cinquième étoile, superposée aux quatre premières". Cependant, ces "distinctions" étaient liées à la fonction exercée, et les généraux qui en avaient bénéficié perdaient ce rang et devaient cesser d'en porter les insignes dès qu'ils finissaient d'exercer les fonctions correspondantes.

Enfin, c'est un décret loi du 6 juin 1939 qui officialise les désignations et rangs de "Général d'armée", "Général de corps d'armée", "Amiral", "Vice-amiral d'escadre", "Général d'armée aérienne" et "Général de corps aérien"[1].

Statut[modifier | modifier le code]

Néanmoins, la loi indiquant le statut des militaires et l'annuaire des officiers d'active continuent à employer les appellations de « général de division ayant rang et appellation de général de corps d'armée » et de « général de division ayant rang et appellation de général d'armée »[2].

Il s'agit d'honneurs, tout particulièrement dans les armes savantes (artillerie et génie) où l'organisation se limite en France au niveau du régiment ou de la brigade, sans aller jusqu'à former des divisions, des corps d'armée ou des armées. Un général est au plus haut niveau de sa carrière quand il est nommé au poste d'inspecteur général de son arme, indépendamment de son grade.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : General (Allemagne).
Article détaillé : Generalleutnant.

Le grade de « général de corps d'armée » correspond, depuis 1955, au grade de Generalleutnant dans la Bundeswehr.

Avant la création de la Bundeswehr, il correspondait au grade de General et à ses nombreuses spécialités. Le général de corps d'armée était alors désigné par General der Infanterie pour l'infanterie, General der Kavallerie pour la cavalerie, General der Artillerie pour l'artillerie, General der Panzertruppe pour l'arme blindée (1935-1945), General der Pioniere pour le génie (1938-1945), General der Gebirgstruppe pour les troupes de montagne (1940-1945), General der Nachrichtentruppe pour les services des transmissions (1940-1945), General der Jagdflieger pour la chasse aérienne, General der Flieger pour les unités aériennes, General der Fallschirmtruppe pour les unités parachutistes (troupes aéroportées), General der Flakartillerie pour la défense antiaérienne, General der Luftnachrichtentruppe pour les transmissions aériennes, ou encore General der Luftwaffe pour l'armée de l'air, sans précision particulière.

Algérie[modifier | modifier le code]

Général de corps d'armée est un grade créé en novembre 1994. C'est le plus haut grade de l'Armée nationale populaire (ANP). Il est composé d'un macaron tissé en fil d'or accompagné de 3 étoiles dorées. Ce grade vient après celui de Général-major. Le premier officier à être promu à ce grade fut le général Mohamed Lamari, chef d'état-major de l'ANP (1993- 2004). En 2006, 3 officiers sont promus à ce grade : Gaïd Salah, chef d'état-major de l'ANP, Bennabes Ghzeiel, conseiller militaire du président Bouteflika et ancien chef de la gendarmerie, et Toufik Mediene, chef du DRS. Actuellement après le décès du général Ghezeiel en juillet 2014, seuls Toufik et Gaid Salah ont ce grade. Depuis juillet 2015, se sont ajoutés les généraux Ahmed Bousteila, commandant de la Gendarmerie nationale, et Benali Benali, commandant de la Garde républicaine.

Tunisie[modifier | modifier le code]

Autres pays[modifier | modifier le code]

Grades équivalents[modifier | modifier le code]

Dans les pays anglo-saxons, en Belgique ou encore dans la France de l'Ancien Régime, le général de corps d'armée est appelé « lieutenant-général » (Lieutenant General).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France Grades de
l'Armée de terre
Military symbol.svg
Précédé par
Général de division
Général de corps d'armée
Army-FRA-OF-08.svg
Suivi par
Général d'armée
Drapeau de la France France Grades de la
Gendarmerie nationale
Military symbol.svg
Précédé par
Général de division
Général de corps d'armée
Général corps d'armée gend.svg
Suivi par
Général d'armée
Drapeau de la France France Grades de l'Armée de l'air
Military symbol.svg
Précédé par
Général de division aérienne
Général de corps aérien
GeneCA.PNG
Suivi par
Général d'armée aérienne